Qui veut faire chanter Christiane Taubira ?

Marseillaise Taubira (Crédits : René Le Honzec/Contrepoints.org, licence Creative Commons)

Le regard de René Le Honzec.

img contrepoints296 Taubira

Tout le monde veut oublier que, tout simplement, Taubira est une indépendantiste guyanaise (MOGUYDE) qui a dénoncé l’immigration clandestine qui faisait que, bientôt, « il n’y aurait plus de Guyanais de souche », dont l’ex-mari Delannon a fait de la prison pour terrorisme. On peut comprendre que chanter le chant national des occupants la fasse gerber. Mais peut-être moins bien comprendre qu’elle ait accepté d’en être la ministre de la Justice aux diplômes incertains et surtout ne pas admettre qu’on lui ait proposé.

On peut en profiter pour disserter sur l’importance de ce chant national en général respecté, sauf dans certains stades, qu’on propose régulièrement faire apprendre dans les écoles comme le voudraient Chevénement ou Marine Le Pen (qui s’est faite piéger par Bourdin, incapable d’en chanter même le premier couplet).

Mais on peut aussi s’interroger plus profondément sur les valeurs d’une République toujours plus bananière : on tombe encore une fois sur le côté « armée mexicaine » du recrutement hollandiste, puis vallsiste (quasi les mêmes en deux gouvernements) dont l’amateurisme peut réjouir les opposants mais terrifier les citoyens de ce doux pays de France. Valls va diminuer les impôts que Ayrault avait augmenté, avec l’espoir de l’effet d’annonce avant la raclée des Européennes, Montebourg n’est pas d’accord avec Hollande (comme à peu près tout le monde, d’ailleurs), l’État se retire de la SNMC qui joue les Titanic depuis longtemps, est incapable de définir un cap pour Alstom, veut délivrer les esclaves nigérianes, faire trembler Poutine et chanter Taubira. Mais, solution toute simple : cette dame chanterait comme une casserole, comme elle raisonne, ceci expliquant cela.