Touche pas à mon « ticket resto » !

C’est la fin des tickets resto ! Le prétexte du « choc de simplification » va permettre à l’État de mieux en contrôler leur usage par les Français.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
ticket resto

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Touche pas à mon « ticket resto » !

Publié le 25 juillet 2013
- A +

C’est la fin des tickets resto ! Le prétexte du « choc de simplification » va permettre à l’État de mieux en contrôler leur usage par les Français.

Par Charles Sannat.

Nous souffrons d’une grave maladie dans notre pays. Cette maladie est une fâcheuse manie à voir notre État vénéré se mêler de tout. De l’État omniprésent à l’État omniscient et omnipotent jusqu’à ce qu’il soit étouffant. L’État étouffant, c’était ce que je vous disais dans mon précédent billet.

Le « ticket resto » remplacé par une carte à puce : à qui profite le crime ?

C’est l’excellent titre d’un non moins très bon article du magazine Challenges.

Tout part du « choc de simplification ». Vous savez, un truc censé simplifier la vie de tous les Français, de fluidifier les choses, bref plus facile quoi ! Comme d’habitude, lorsque l’on vous annonce quelque chose, c’est exactement l’inverse qui se produit. C’est le propre de la novlangue. Résultat : le choc de simplification est en réalité un choc de complexification.

Alors on nous vante la modernité, le remplacement de nos tickets resto par une carte de paiement… qui sera évidemment totalement bridée, renvoyant le ticket resto à un outil parfaitement inutile et là, autant de bêtise, d’idéologie mais également disons-le de méchanceté de la part de l’État à l’égard de ses citoyens est tout bonnement hallucinant.

L’intérêt d’un carnet de tickets resto, qui est sensiblement le même que celui des espèces, est de pouvoir faire à peu près ce que l’on veut sans que cela ne soit vraiment « surveillable ». Évidemment, c’est insupportable pour nos élites étatiques qui, si elles le pouvaient, aimeraient bien nous soumettre à une analyse d’urine approfondie après chaque passage aux cabinets. – Mais ce serait pour notre bien et en prévention de maladie. Bref, ce serait « juste » et vous seriez en plus content de faire pipi dans le bocal. À ce moment-là, on vous dira en plus ce que vous serez autorisé à manger ou pas. Genre mangez et bougez point fr mais en un peu plus poussé.

Donc je disais que l’intérêt d’un carnet de tickets resto, c’est justement de payer toute son addition de restaurant avec, de les économiser, de les gérer, de pouvoir refiler un ou deux tickets à ses gamins ou à sa femme, de les refiler à un SDF pour qu’il aille manger, voire même aux Restos du cœur qui, tous les ans, organisent une collecte de tickets restaurant qu’ils convertissent en sous sonnants et trébuchants pour faire bouffer les plus fragiles d’entre-nous.

Mais il est vrai qu’un tel détournement du système est tout simplement inadmissible. Mais attention à vous (et à moi), car je fais partie de cette catégorie qui bénéficie d’un avantage énorme. Oui mes amis, tous les mois mon patron me donne des tickets resto, dont il paie une bonne partie, le tout sans charge sociale. Une honte, un scandale, une niche fiscale que l’on va vous raboter…

Mais vous allez être contents, puisque grâce au choc de simplification vous pourrez consulter via une interface Internet, sur votre aïe-Phone comme sur votre tablette, le solde qu’il vous reste sur votre e-carte tickets resto ! Il n’y a personne pour expliquer à ces balourds qui nous dirigent qu’on s’en fout ? Que jusqu’à présent, pour connaître votre solde, il suffit de compter vos tickets comme on compte ses billets, et franchement de vous à moi c’est très simple. Il y a même sur chaque ticket une petite mention qui vous dit « reste x tickets dans votre carnet » !

« La disparition des petits arrangements »

Voilà ce qu’explique très bien l’article de Challenges sous ce sous-titre. Je cite :

Les tickets en papier permettaient une souplesse d’utilisation très appréciée, mais qui sera plus difficile dans la pratique. En effet, il va falloir respecter la loi qui encadre très strictement cet avantage en nature, considéré comme une partie de la rémunération des salariés et qui bénéficie d’une fiscalité réduite. Désormais il sera impossible d’en utiliser plus de deux par repas, d’en utiliser pendant ses congés, d’en transmettre à des proches, d’en offrir à des mendiants, de se faire rendre la monnaie par les commerçants…

Autant de petites dérives bien connues des salariés français qui ont fait la grande popularité des tickets restaurants. La dématérialisation ne sera pas forcément synonyme de progrès social même s’il s’agira indéniablement d’un progrès dans l’application de la loi.

Et voilà, expliqué en un paragraphe, comment vous allez subir le choc de simplification. En clair : vous allez l’avoir dans le baba, mais de vous à moi nous commençons à avoir l’habitude avec ce gouvernement qui a élevé l’hypocrisie au rang d’art.

Dans notre pays, il y a des choses qui marchent et qui fonctionnent et, disons-le, que les gens, dans leur sagesse populaire, détournent légèrement et de façon fort peu méchante d’ailleurs. Mais ces petits arrangements entre amis permettent justement une flexibilité, de mettre une petite goutte d’huile dans les rouages et de rendre notre société moins étouffante.

C’est la fin des tickets resto !

Et c’est cela l’objectif des membres de notre gouvernement qui mangent à l’œil dans les restaurants de la République aux frais des con-tribuables et des citoyens mais qui n’hésitent pas à nous supprimer tout ce qui peut nous rendre la vie un peu plus facile. Il n’y a pas un seul député qui mange à la gamelle ou une formule sandwich dans la boulangerie du coin. Pour eux, la bouffe et le pinard c’est gratos, c’est hors charges sociales, c’est servi par des maîtres d’hôtel en queue-de-pie et cuisiné par des chefs étoilés. Ils ont tous au moins une cantine et ne savent pas ce que c’est que de devoir payer son repas dans la vraie vie, ni finalement ce que cela coûte aux Français d’aller travailler chaque mois quand on ne mange pas à moins de 10 euros dans les grandes villes, que le prix du Pass Navigo explose, sans même parler du prix de l’essence et des taxes dites de « sécurité routière », c’est-à-dire le budget radar et perte de points !

Alors oui, le petit peuple de salariés disposait d’un avantage en nature sous forme de tickets resto et en faisait un peu ce qu’il voulait… mais cela ne peut pas être toléré par nos élites ?

Pourtant ces tickets resto font vivre les restaurants et leur personnel. Pourtant ces tickets resto font vivre bon nombre de boulangeries et leur personnel. Pourtant ces tickets resto permettent à des millions de salariés sans cantine de manger chaque jour. Pourtant ces tickets resto permettent à des salauds de délinquants, comme moi qui le fait depuis des années, de préparer ma gamelle tous les jours, de mettre de côté mon carnet et de payer une fois par semaine le resto à toute ma petite famille, ce qui est un moment que les enfants adorent ! Mais je le confesse Mesdames et Messieurs du gouvernement, mon restaurateur complaisant accepte que je lui refile 4 ou 5 tickets d’un coup… Vu qu’il me voit toutes les semaines et que ma marmaille est assez inoubliable au niveau sonore… Et vous savez quoi ? Cela fonctionne. Cela marche. Tout simplement.

L’idée de laisser simplement faire les gens ne peut pas venir à l’esprit de nos élites car cela voudrait dire que les gens se prennent en main, qu’ils sont autonomes, indépendants, bref… en un mot : libres !

Cette liberté est insupportable aux socialistes. Elle l’est également pour bon nombre de dirigeants de la droite puisque l’idée d’un État omnipotent et d’un peuple dont il faut se méfier par-dessus tout dépasse tous les clivages gauche-droite, avec tout de même une mention spéciale pour nos forces du progrès de gauche.

La définition du choc de simplification

Novlangue : Choc de simplification : technique gouvernementale visant le Progrès et le Modernisme socialiste afin de permettre à la population une gestion en temps réel grâce à la mise en place d’outils Internet dans le cadre de procédures normalisées et standardisées par des groupes de travail ad-hoc réunis au sein de commissions ministérielles qui permettront de lutter efficacement contre toute tentative de détournement de l’esprit des lois par une population indécrottable et à la créativité malsaine infinie.

Ancilangue : Le choc de simplification se transforme invariablement en choc de complexification. L’objectif est de contrôler de façon encore plus étroite la façon de vivre et de se comporter de la population. Évidemment, le site Internet tickets resto sera en panne un jour sur deux (mais il n’a jamais été conçu pour fonctionner mais pour vous empêcher de vous servir de vos tickets resto). Évidemment, les cartes auront des problèmes, le déploiement prendra du temps, ce sera infernal et vous finirez par demander vous-même de ne plus avoir de tickets resto à votre employeur puisque tout cela finira par ne plus vous servir à rien alors que vous en payez tout de même une grosse partie.

En d’autres termes, un choc de simplification sert à supprimer quelque chose qui fonctionnait très bien auparavant.

—-
Sur le web.

Salaires : ce que le capitalisme vous offre, ce que le socialisme vous laisse

Voir les commentaires (52)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (52)
  • D »ja, le ticket resto est une c******e à la base. Pourquoi ne pas donner de vrais €€ directement? Tout cela ne contribue qu’à enrichir des intermédiaires dont on se passerait bien. C’est quoi toutes ses monnaies dont on ne peut pas faire ce qu’on veut ? : ticket resto, chèque vacance, chèques kadeo etc… Si j’ai envie de claquer mes thunes en p*tes, coke champagne, ça me regarde 🙂

    • Tout à fait d’accord avec ça.
      Je ne vois pas au nom de quoi l’employeur devrait s’occuper des repas, ou des vacances, ou des cadeaux de ses employés, et au nom de quoi l’état devrait octroyer des niches fiscales sur des salaires déguisés, mais non utilisables librement.
      Si cette mesure signe la fin des tickets resto, c’est donc une bonne mesure.

    • Non guillaume, c’est pas pareil… pas de charges sociales et pas d’impôts sur ces sommes. Ce qui m’ecoeure en plus, c’est. Qu’au format papier un bout de la commission payée servait à financer des salaires, parce qu’il y a beaucoup de maniplation. Là, ça va jus te servir à en graisser le système bancaire.

    • Ca permet par exemple a des organismes de financement d’entreprise, qui ont des piles de 50 cm de cheques-conso-a-15-euros-pour grandes-enseignes, de graisser la patte hors compta a leurs apporteurs d’affaire, dont j’ai fait partie. Je recevais de belles enveloppes, qui ont financé mon frigo ma hifi tv informatique appareil photo etc etc etc.

  • Charles, merci pour ce billet…

    Si c’est vrai (ce que je crains), c’est vraiment un comble !!

    Ce que vous ne mentionnez pas (c’est anecdotique, je vous l’accorde) c’est que j’imagine qu’on va payer des sommes colossales (et les pots de vin qui vont avec) pour faire développer ce système, faire payer les restaurateurs pour installer le système de lecture de carte à puce ainsi que les entreprises qui distribuent les tickets restaurant (pour faire fabriquer ces cartes…).

    Pourriez-vous, s’il vous plaît arrêter de nous raconter la vérité à tout bout de champ, parce que ça donne envie de pleurer ?

  • ah, parce qu’il y avait des gens pour penser que c’était pour de vrai, la simplification ? non, je ne peux pas y croire…simplification…. ça fait bien rigoler… déjà que ça a du être très compliqué à trouver, comme concept…

  • Moi je suis pour les cantines populaires, obligatoires pour chaque travailleur. Ces cantines gérées par les municipalité et payées par les profiteurs capitalistiques. Elles seraient aussi obligatoires pour les retraités, après l’heure des travailleurs et aux SDFs s’il reste quelque chose. Le menu sera parfaitement diététicien évitant tout sucre et matière grasse pour la santé de la population. Yvette Horner y passera en boucle pour la joie des oreilles mélomanes des travailleurs.
    Bonne santé joie de vivre et économie, voila le slogan de ces cantines.

  • Merci pour ce billet très intéressant. Je suis d’accord avec vos propos.
    Cependant cela ne permettrait il pas de réduire les revenus non déclarés dans les restaurants ?

    • évidemment non. le ticket est obligatoirement dans la comptabilité du restaurateur.

      • « Evidemment non » vous voyez souvent des kebabs, créperies… prenant vous sortant spontanément une facture?
        J’ai un ami dont les parents tiennent un traiteur chinois, qui revend les tickets restaurants… Ce système la permettrait une traçabilité du TR par les restaurateurs selon moi

        • « Evidemment non » vous voyez souvent des kebabs, créperies… vous sortant spontanément une facture?
          J’ai un ami dont les parents tiennent un traiteur chinois, qui revend les tickets restaurants… Ce système la permettrait une traçabilité du TR par les restaurateurs selon moi

        • le ticket n’entre pas est dans la compta quand le restaurateur le reçoit mais quand il se fait payer par la « banque » émettrice du « cheque-retaurant ».
          Évidemment, si le restaurateur revend les tickets … 🙂

          • Mauvaise compréhension de ma part pour « ticket ».
            Le restaurateur en question n’est à mon avis pas un cas isolé ce système empêcherait l’ultra liquidité des tickets dans ce genre de situation.

  • merci pour ce billet

  • merci d’avoir attirer mon attention sur l’excellent article de Challenges.
    De toute façon les paiement par smartphone vont se multiplier. Ça va bouleverser bien des choses : émettre une monnaie privée va devenir un jeu d’enfant, faire de la compensation aussi (par exemple : je suis à la fois locataire ici et bailleur ailleurs ; le montant des loyers perçus et à la fois dans mon revenu et dans celui de mon bailleur, l’état touche deux fois de IR sur ces sommes ; mais si on compense entre nous … )

    Les banques vivent de leur monopole de facto (et de jure ?) sur la « compensation », la circulation monétaire

    ont

    • Il faut mettre fin aux abus d’utilisation des tickets restaurants (revente, repas familiaux du weeek-end etc).
      Le ticket restaurant doit servir exclusivement à payer 1 seul repas journalier (pendant les jours ouvrables) aux salariés qui ne disposent pas d’une restauration en entreprise.
      le ticket restaurant n’est pas une monnaie c’est juste un « bon pour un repas »
      La carte à puce individuelle permettra de controler que le système ne derive pas et c’est pour cela que les tricheurs s’en inquiètent.

      • Vous voulez mettre un gendarme derrière chaque Français ? D’où vous vient cette curieuse pulsion de contrôler les autres ?

        « de les refiler à un SDF pour qu’il aille manger, voire même aux Restos du cœur »

        C’est l’un des usages principaux que j’en fais, « mes habitués » vont y perdre beaucoup si ce projet se concrétise 🙁

        Enfin, peut-être que ça hâtera la mort de ce système inepte.

        • « D’où vous vient cette curieuse pulsion de contrôler les autres ? »
          –> C’est ainsi, il y a des gens pour qui le flicage procure de belles érections.
          Je plains sincèrement ce genre de pauv’type dépourvu d’humanité.

      • La majorite des utilisations de cheques-resto sont parfaitement legales.

        L’auteur de l’article dit seulement qu’une tolerance sur les dons de cheques rendaient le quotidien des classes moyennes plus agreables. Quitte a rigidifier le systeme des CR autant le supprimer, baisser les charges salariales et donner tout le pognon aux salaries !

        • Il ne s’agit pas de rigidifier le système des tickets restaurant mais grace aux progrès techniques (carte à puce et terminaux) de remettre ce système sur de bons rails
          Grace au TR, le salarié qui n’a pas de restaurant d’entreprise peut payer un repas dans n’importe quel restaurant proche de son lieu de travail avec une réduction de 40 à 50%
          Toute autre combine spéculative doit être écartée y compris le pretexte des dons de charité totalement hors-sujet au niveau des arguments pour discuter du système..
          La restauration subventionné des travailleurs est un acquis et si le système avait tendance à se pervertir il faut l’assainir.

          • « Toute autre combine spéculative doit être écartée »

            encore un coup des banksters, je parie! ils sont vraiment partout ces filous!

          • « le pretexte des dons de charité »

            Tu as raison, il faut faire comme le camarade Lénine lors de la famine en Russie en 1891 : refuser systématiquement d’aider les pauvres qui meurent de faim pour mettre plus vite en branle la révolution et en faire des martyrs pour les proxénètes pornocrates socialistes.

      • Dic donc Trabuc !
        Combien de fois tu as te trimabler ton carnet, te faire refuser ce moyen de paiemnt , refuser qu’on te rende la monnaie, devoir consommer en décembre pour solder les tickets de l’année en cours. Sais tu de quoi tu parles ? Moi OUI, les Tickets restau c’est une vrai co….ie. Le futur systeme ne pourra pas etre pire

      • Si vous dites ça c’est que vous devez être grassement payé, ou nourri quasi-gratuitement ? Ah, la super cantoche à 3euros 50 des fonctionnaires, avec ses animations de saison, ses journées créole, Italienne, couscous ou autre… Si nous avions tous ce genre d’avantage évidemment les tickets ne seraient pas utiles.

        En attendant, les non-fonctionnaires ne gagnant pas 2000 euros par mois (ou à peine), sont bien contents de pouvoir économiser 15 ou 20 euros sur leurs courses de la semaine, et de pouvoir faire assez régulièrement un petit resto en couple ou avec des potes. Ce n’est pas à proprement parler du grand luxe, si ? Juste un petit confort qui fait du bien en ces temps de crise économique.

        Chose inconcevable avec ce système de carte à puce.
        Etes-vous au courant que la question du pouvoir d’achat est au coeur des préoccupations de la plupart des Français-e-s (et autres d’ailleurs) ?

        Si non, vous n’avez rien compris.

        Une fois ce pouvoir d’achat largement supprimé, ce sont les restaurateurs et les vendeurs de nourriture en tout genre qui vont voir leur chiffre d’affaire baisser (et leurs contributions aux impôts et à la TVA baisseront avec, qui manqueront donc aux recettes de l’Etat).

        Donc c’est une mesure antisociale, puisqu’elle vise à faire baisser à la fois le pouvoir d’achat et la consommation. Elle va également fragiliser les commerçants indépendants (sandwicheries, épiceries de quartier) et les lieux touristiques (pour l’instant les bénéficiaires peu fortunés peuvent « économiser » leurs tickets pour se payer un resto à l’occasion d’un week-end à la plage, demain non, ils mangeront un sandwich fait maison et rentreront plus tôt chez eux).

        Et n’oublions pas les produits bio ! plus chers à l’achat car plus qualitatifs, leur prix passe évidemment mieux quand on paye en tickets ! Sans ça…

        Et bien sûr, cette mesure coûtera très cher à mettre en place ! Tout le monde, absolument tout le monde, est perdant. Car qu’espère-t-on come retombées positives ? absolument rien !!!

        A moins d’avoir la naïveté de croire que les gens vont dépenser autant si ça leur coûte 50% plus cher !

        • Igordosgor : Ca y est, même ici, et même si c’est du hors sujet, il faut parler les fonctionnaires.
          Sachez que beaucoup d’entre eux ont aussi des tickets restaurants. Ils ont la même problématique que les salariés du privés. Certains d’entre sont proches du smic.

          Alors on va prendre le problème à l’envers.

          Ah, la super cantoche à 3euros 50 des salaries du privé d’une grande entreprise avec ses animations de saison, ses journées créole, Italienne, couscous ou autre… Si nous avions tous ce genre d’avantage évidemment les tickets ne seraient pas utiles etc… et on peut ainsi transposer votre développement

          N’oubliez pas une chose. Dans le privé, comme dans le public, il y des chanceux et des moins chanceux, avec une différence de traitement : on culpabiliser les chanceux du public, mais pas ceux du privé, et on plaint les mal-chanceux du privé mais on s’en fou de ceux du public… pourtant le combat est le même.

          Il y a des pauvres et des riches des 2 cotés. Il y a même des ultra riches (sans doute plus coté privé)

          Vous n’avez visiblement pas compris que pour tout détruire, il fallait mieux monter une catégorie contre une autre pour mieux les enfoncer vers le bas afin d’enrichir un peu plus une 3eme catégorie.
          Ne croyez-vous qu’il serait peut-être plus judicieux de s’entendre pour aller vers ce qui a de meilleur ?

          Bref, une certitude: dans les 2 cas, les non chanceux trinqueront.

      • Donc parce que j’utilise mes tickets restaurant pour acheter de la viande, des laitages, des fruits pour me faire la cuisine tous les jours
        Car autours de mon lieu de travail il n’y a pas de restaurant sauf un kebbab et que de toute façon manger à l’exterieur pour 3/4 d’heure c’est impossible
        Parce que vu mon salaire les tickets me permettre de payer (par 2 tickets) un repas au restaurant de temps en temps le week end.
        Parce que je donne des tickets resto à mes parents pour leur permettre de faire leur courses et ainsi éviter d’être à recouvert
        Parce que j’en donne de temps en temps au SDF qui est dans ma rue pour leur permettre d’avoir de quoi s’acheter un casse croute
        ALORS OUI JE SUIS UNE TRICHEUSE!!!!!!! et j’en suis fière

      • Dand ce cas , tout le monde triche , sauf ceux qui en ont pas

      • Abus ? Tricheurs ?
        Je fais mes courses avec mes tiquets restaurants UNIQUEMENT POUR manger le midi au bureau…
        Parce-que les restaurateur du coins sont des voleurs qui te vendent un pauvre jambon beurre 3€50 !!!
        Au moins en faisant les courses je peut me faire un bon repas… Avec viandes légumes et compagnie…
        Il est ou l’abus là ?
        Maintenant je suis OBLIGé de manger des trucs pas bons, pas équilibrés et cher…
        Bravo merci !

  • Demonstration evidente que lorsque un système est bon marche, versatile et facile à utiliser, il est appliqué à un tas de choses voire détourne, mais qu’il améliore la qualité de la vie de tous les utilisateurs.
    On comprend que cette liberté donne de l’urticaire aux psychopathes qui gouvernent ce pays.

  • Après le choc de simplification, le grand bond en avant!

  • La simplification ne consisterait t’elle pas a supprimer clairement et simplement ce « pseudo » avantage en nature et verser l’équivalent en argent avec le salaire ?

    •  » verser l’équivalent en argent avec le salaire  »
      C’est ça
      le beurre et l’argent du beurre !
      j’ai connu pas mal de salariés comme toi, qui raisonnaient de la sorte et portaient préjudice aux autres.
      Lors de déplacements pros en régions ou à l’étranger , au lieu d’avoir leur chambre d’hotel réservée et payée par l’entreprise, ils demandaient à avoir l’équivalent en cash et se débrouillaient pour se loger eux-mêmes, dans des hôtels minables de manière à récupérer une partie du cash et à le dépenser à leur convenance personnelle.
      Cette façon de faire est illégale car c’est assimilé par le fisc à des salaires déguisés.

      • Trabuc, tu es tellement bouché et caricatural que ça en devient comique.
        Mais bougre de ***, tu vois pas que justement on te parle de légaliser ça, pour un montant équivalent à ce que le fisc autorise dans le cadre du système de chèque déjeuner ?
        Pas de paperasse, pas de dépense (défiscalisation) de plus, pas d’abus possible.
        à qui ça peut bien porter préjudice ??? Ah oui, je sais. Aux cons planificateurs qui veulent contrôler tous les aspects de la vie des humains.

    • Oui c’est la solution de bon sens.
      D’autant qu’à l’heure de la DADS, ce type de gratification mentionnée sur le bulletin de salaire est parfaitement contrôlable, ce qui n’était pas le cas à l’époque de la création du TR.

      Mais toute une « économie » gravite maintenant autour du TR et sa suppression poserait problème.

  • Pouf, pouf, pouf… Au-delà des petites combines irrégulières qui consistent à payer avec plus de tickets-restaurants qu’autorisé, des restaurateurs se livrent, en coulisses, à des trafics beaucoup plus importants et moins visibles…

    Le fond de l’affaire est que le ticket-restaurant ne devrait pas exister. Ni sur papier, ni sous forme électronique. Que l’Etat baisse radicalement ses dépenses, ses impôts, ses taxes et ses cotisations sociales, et alors les entreprises auront de quoi payer des salaires suffisants pour que leurs employés puissent déjeuner au bistrot… voire auront les moyens de les inviter dans un restaurant étoilé pour les récompenser de leurs efforts… voire auront les moyens de leur offrir une cantine de luxe gratuite dans les locaux de l’entreprise…

    Mais pour ça, il faudrait que « profit » cesse d’être un gros mot en France.

  • entre Antilib et Trabuc, beaucoup de trolls depuis quelques semaines… la rancon de la gloire, sans doute !

  • Le vrai choc de simplification consisterait à virer quelques ministres, les pique-assiettes qui les entourent, à supprimer le cabinet de l’inutile Maîtresse officielle, et à foutre la paix aux français qui veulent bosser.
    Puis, tant qu’à faire, à virer Clown 1er, roi de notre grand parc d’attraction que le monde nous envie.

  • Vous voulez vous faire une idée de la manière dont nous avons évolué d’une société libre à cet enfermement toujours plus grand?
    Dans un article de Boursorama sur l’activité Tracfin en 2013, voici un extrait:
    « En 2012, Tracfin a vu s’amplifier plus particulièrement l’utilisation de substituts à l?argent liquide (monnaie électronique, or, titres-restaurants) et a constaté une vulnérabilité accrue des entreprises en difficulté aux pratiques frauduleuses et au risque d?ingérence de capitaux criminels »… non non, vous ne rêvez pas. Les titres-restaurants sont un des sujets d’étude primordial pour ceux qui s’intéressent au financement du terrorisme, au blanchiment de la drogue, le trafic d’armes et l’évasion fiscale.
    Quand la bonne parole de circonstance trouve ainsi relai au sein d’institutions aussi sérieuses a priori, il y a de quoi s’inquiéter.

    source: http://www.boursorama.com/actualites/tracfin-constate-une-hausse-des-cas-de-fraudes-en-2012-61857a42a7cc870a7746264885f6b2b3

  • Depuis MIF, Tracfin, qui ne s’interessait qu’au,blanchiment, assimile toute fraude impliquant une peine de prison d’1 an au moins a du blanchiment.
    ca reste une vaste blague pour emmerder le citoyen qui ne cherche qu’a s’en sortir, les vrais mechants sont plus malins que ca.
    vivement que l’etat creve sous le poids de ses depenses

  • Tiens, je remarque que le même texte ou presque, est paru un jour plus tôt sur un autre site au moins, en version longue et non-censurée, voire carrément grossière (un terme comme « connards » ça ne fait pas très pro dans un texte d’économie…) :
    http://www.economiematin.fr/les-experts/item/5740-ticket-restaurant-choc-simplification

    • l’article de Challenges, ne donne pas autant de détails sur les restrictions mais explique que ces mesures seraient d’abord dûes à la concurrence entre structures émettrices de titres restaurants (la dématérialisation complète étant un avantage concurrentiel sur les structures « historiques »), et non aux décisions gouvernementales, même si elles ont été ensuite incluses dans l’arsenal du soi-disant « choc de simplification »

      C’est une interprétation très différente de celle de Contrepoints qui dit pourtant partir de la même source.

      La question qui se pose est de savoir, aujourd’hui, si ce n’est qu’un projet, ou bien un décret, une proposition de loi ?

      Car si ce n’est qu’un projet, il doit y avoir moyen de s’y opposer, par pétition auprès du gouvernement, des députés, des organismes concernés, par lettre ouverte, pression sur nos CE, ou tout simplement en descendant dans la rue si ça ne suffit pas.

  • J’utilise principalement les tickets restos le dimanche! C’est pas de bol! Du coup je vais voir mon patron pour arrêter ce système. ça me fera 50 euros en en plus et en cash sur mon bulletin de paie. Finalement c’est plus intéressant.

    • Bah nan tu perdras au passage la participation de l’entreprise Jeff.

      Ce changement en carte a puce dans le but de fliquer l’utilisation qui est faite des tickets restaurants c’est juste une honte.
      Concrètement c’est encore les pauvres et classes moyennes qui vont en souffrir, bravo pour un gouvernement soit disant socialiste.

      Personnellement Je suis technicien réseau je suis a peine au dessus du smic et je m’en sors justement grâce notamment aux tickets resto qui me permettent de faire mes courses en super marché deux fois par semaines. Le midi je me fais ma gamelle.
      Si je ne peux plus fonctionner de cette façon parceque je dois les utiliser tout les midis je n’ai plus qu’a les refuser et du même coup je perds 120 euros de pouvoir d’achat et je fini mes mois en négatif.
      Heureusement que j’ai fais des études… J’ai pu qu’a essayer de me trouver un autre boulot qui me permettra de finir correctement mes mois.
      Merci Hollande.

  • Papier ou par carte, la règle d’utilisation du tiket resto est la même.

    Donc en fait, ce que vous trouvez scandaleux, c’est de ne plus pouvoir… détourner la loi ?!

    • Detourner est un bien grand mot , c était surtout la possibilité a une famille modeste d epargner les TR , pour offrir le resto a toute sa petite famille

  • Ce que ne dis pas votre article c’est que le cout de ce nouvel investissement va être supporté par qui ?? nous les commerçants qui verront la commission des remboursements de titres passer de 2% en moyenne à 4%, parce que OUI le fait d’accepter les tickets resto nous coutent de l’argent, et cela encore plus avec ce nouveau système. alors on fait quoi ? on augmente nos prix pour absorber la perte ? on rogne sur notre marge qui n’est pas folichonne en ces temps d’inflation… ras le bol d’être les vaches à lait de ce système géré par les banques

  • je ne trouve pas normal , que la part salarial soit concerné par cette réforme ………….La partie que le salarié paye doit etre libre d utilisation
    l employeur vous déduit une somme de votre fiche de paye pour la placer sur cette carte dont l utilisation est limité ………………..Ca en devient pitoyable
    autant céditer cette nouvelle carte que de la part patronale…………………

  • J’ai cette fameuse carte ticketresto qui est une petite révolution. Elle va vers la modernisation et la fin de trafic en tout genre.

    Il y a beaucoup de restaurants qui ne veulent pas d’un montant maximum. Mais pour moi, il faut le voir comme un forfait journalier permettant de maîtriser sa consommation.

    Rien n’empêche d’aller plusieurs fois dans un restaurant mais c’est vrai que cette limite à 19euro est un frein.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Alors que les comptes des deux campagnes du président de la République font l’objet de l’attention médiatique, les accusations d’enjambement des conseillers habituels au profit du cabinet américain sonnent d’une façon particulière dans un contexte où le gouvernement entame le deuxième volet de sa réforme de la haute fonction publique.

Une réforme qui pourrait bien être la plus importante des deux quinquennats Macron. Après les cahiers de doléances et le Grand débat national, la réforme de la haute fonction publique s’apparente à un nou... Poursuivre la lecture

Le meurtre de Lola, par son caractère abominable, a provoqué la colère et l’effroi dans l’opinion publique. Comment un crime aussi terrifiant a-t-il pu être commis ? Quel esprit malade a pu s’en prendre à une petite fille innocente de manière aussi barbare ?

Je n’ai pas les mots, pour Lola. Mais j’ai mon crayon, alors voilà un minuscule hommage à cette petite. 💔 Personne ne peut imaginer ce que ressent sa famille. Des vies détruites. Au passage j’aimerais savoir pourquoi ça ne fait pas la une de tous les journaux.#... Poursuivre la lecture

santé
4
Sauvegarder cet article

Jusqu’à l’arrivée du covid, une majorité de Français pensaient disposer du meilleur système de santé au monde. Si un jour ça a été le cas, cela remonte à de nombreuses années. S’il fallait un exemple de dysfonctionnement du système de santé français, c’est bien la gestion de l’arrivée du covid.

En effet, cette crise a démontré combien l’administration était incompétente aussi bien dans la gestion des masques et du matériel de réanimation que dans l'organisation de la campagne vaccinale qui a fait perdre plusieurs mois de protection aux... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles