Le franc de 1945 à 1998 : l’ère de Bretton Woods

Les accords de Bretton Woods visaient à mettre fin à l’instabilité monétaire qui avait prévalue au cours des années 1930.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Franc français

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le franc de 1945 à 1998 : l’ère de Bretton Woods

Publié le 31 mai 2013
- A +

Les accords de Bretton Woods visaient à mettre fin à l’instabilité monétaire qui avait prévalue au cours des années 1930.

Par Guillaume Nicoulaud.

Signé le 20 juillet 1944, les accords de Bretton Woods visent à mettre fin à l’instabilité monétaire qui avait prévalu au cours des années 1930 en établissant un système international de parités fixes entre les devises. Le principe en était le suivant : le dollar des États-Unis est garanti par 1/35ème d’once d’or [1] et chaque pays participant s’engageait à maintenir une parité fixe (à ±1 %) de sa monnaie nationale avec le dollar en contrepartie de quoi, les banques centrales des membres du système pouvaient convertir leurs dollars contre de l’or.

Or, le taux de change officiel du franc français, fixé arbitrairement lors de la Libération à 50 francs pour un dollar, est notoirement surévalué. Lorsque la France ratifie les accords de Bretton Woods le 26 décembre 1945 (le point a sur le graphique ci-dessous [2]), la parité officielle est dévaluée de 58 % à 119,11 francs pour un dollar ce qui entraîne une chute de la valeur du franc par rapport aux autres devises – le cours de la livre sterling, par exemple, passe de 200 francs à 480 francs.

Mais la planche à billets de la Banque de France tourne à plein régime pour financer la dépense publique et pendant les années qui vont suivre, les dévaluations vont se succéder pour tenter – sans jamais y parvenir – de rattraper l’inflation de la valeur interne du franc. Le 26 janvier 1948, le franc est dévalué de 44,40 % : le cours du dollar passe de 119,11 à 214,39 francs alors que certains analystes de l’époque estiment qu’il vaut plutôt 340 francs. Dès l’année suivante, il est de nouveau dévalué deux fois : de 3,19 % le 27 avril 1949 (1 dollar = 272,21 francs) et de 22,23 % (1dollar = 350 francs) le 20 septembre 1949. S’ensuit une période de stabilité jusqu’au 11 août 1957 où la parité du franc est dévaluée de 16,67 % (à 420 francs pour un dollar) et au 27 décembre 1958, avec une nouvelle dévaluation de 14,93 % (1 dollar = 493,71 francs).

La dévaluation de 1958 a ceci de particulier qu’elle s’insère – une fois n’est pas coutume – dans un plan d’ensemble de redressement de l’économie française : le plan Rueff-de Gaulle. Cette fois-ci, il n’est plus seulement question de rétablir l’équilibre des finances publiques mais aussi et surtout d’éradiquer l’inflation et de refaire de la France une véritable économie de marché, une économie ouverte et productive. Dans l’esprit de ses concepteurs, cette dévaluation est la der des ders symbolisée par la mise en circulation des nouveaux francs le 1er janvier 1960.

Pendant une décennie entière, les effets du plan Rueff-de Gaulle vont être spectaculaires et l’on a bien cru que le temps des dévaluations était révolu mais c’était sans compter le choc salarial de mai 1968 : malgré une opinion publique farouchement défavorable, Georges Pompidou dévalue le franc de 11,04 % à 5,55 francs pour un dollar le 10 août 1969. C’est la 7ème dévaluation du franc depuis son entrée dans le système de Bretton Woods ; au total, sa valeur s’est érodée de plus de 78 % face au billet vert américain (et donc à l’or) depuis le 26 décembre 1945.

C’est à ce moment-là que le système de Bretton-Woods va commencer à connaitre de graves difficultés. D’une part, la contrainte de convertibilité-or limite les marges de manœuvres de l’administration américaine alors que la guerre du Viet Nam se vietnamise, que la conquête de l’espace bat son plein (Apollo 11 en 1969) et que l’État-providence se développe (la Great Society de Lyndon B. Johnson). Par ailleurs, depuis son retour au pouvoir, le général de Gaulle tend à se débarrasser systématiquement des réserves de changes de la Banque de France en réclamant leur remboursement en or ; ce qui, naturellement, réduit considérablement la capacité des États-Unis à faire usage de leur planche à billets.

Le 15 août 1971, Richard Nixon ferme la gold window en rompant unilatéralement la convertibilité-or du dollar (Executive Order 11615) – C’est le Nixon Shock (point b sur le graphique). Dès lors, le dollar des États-Unis et toutes les devises qui participaient à Bretton Woods sont des fiat money.

Mais le système n’est pas encore tout à fait mort. Le 18 décembre 1971, le Groupe des Dix [3] signe les accords de Washington (accords de la Smithsonian Institution) par lesquels les États-Unis s’engagent à maintenir la valeur du dollar à 38,02 dollars l’once (soit une dévaluation de 7,9 %) – mais sans rétablir sa convertibilité – tandis que les autres participants continuent à utiliser le billet vert comme étalon monétaire avec des marges de fluctuation de ±2,25 % autour des cours fixes.

Mais la faiblesse du dollar ne va pas aller en s’arrangeant. Au fixing du matin de Londres, l’or se négocie au-delà des 50 dollars dès début-mai 1972 ; il flirte avec les 69 dollars en août, semble se stabiliser et repart de plus belle dans les premiers jours de 1973 : le 13 février 1973, lorsque les États-Unis entérinent une dévaluation de 9,9 % à 42,22 dollars l’once d’or, le métal précieux cote déjà près de 70 dollars à Londres. Un mois plus tard, le 19 mars 1973 (point c du graphique), le Groupe des Dix décide de mettre fin au régime de changes fixes par rapport au dollar : les banques centrales ne sont plus tenues de défendre la parité de leurs devises respectives contre le billet vert. Les accords de Bretton Woods ont vécu.


NB : les données du graphique (données quotidiennes) ont été compilées par votre serviteur en utilisant plusieurs sources : avant le 25 décembre 1945, j’utilise la parité officielle de 50 francs pour un dollar ; du 25 décembre 1945 au 3 mai 1953, ce sont les cours fixes de Bretton Woods ; du 4 mai 1953 au 3 janvier 1971, j’utile les cours du deutschemark par rapport au franc et au dollar (source : Deutsche Bundesbank) pour reconstituer la parité franc/dollar ; à compter du 4 janvier 1971, les données sont celles de la Federal Reserve.

La prochaine fois, nous parlerons du serpent dans le tunnel et du système monétaire européen.


Sur le web.

Notes :

  1. Once de Troyes (troy ounce, oz) soit 31,1034768 grammes d’or fin.
  2. Afin d’en simplifier la présentation, les cours du dollar d’avant le 1er janvier 1960 (courbe claire) sont présentés en nouveau franc. Il suffit donc de multiplier l’axe des ordonnées par 100 pour retrouver les valeurs de l’époque.
  3. Le G10 composé de l’Allemagne, de la Belgique, du Canada, des États-Unis, de la France, de l’Italie, des Pays-Bas, du Royaume Uni et de la Suède.
Voir les commentaires (9)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (9)
  • 1 dollar pour 35 onces d or???????????????

  • 1 dollar pour 35 onces d or???

  • Non, 1 once = 35$. Effectivement erreur dans l’article.

    Aujourd’hui 1 once = 1400$ Mais à part ça les banques centrales protègent la valeur de nos monnaies, n’est-ce pas?

  • Guillaume Nicoulaud
    31 mai 2013 at 10 h 21 min

    Oups ! Il faut vraiment que je me relise 🙂

  • www.crisemajeure.fr
    31 mai 2013 at 19 h 25 min

    En 1971 les accords loyaux de Bretton Woods sont finalement brisés

    L’origine de l’enclenchement de la crise majeure de 2008

    Pour comprendre les causes réelles de l’actuelle crise économique majeure, il faut remonter aux accords de Bretton Woods de 1944, conjointement à la création du FMI, de la Banque Mondiale, et du GATT en 1947, devenu OMC en 1995. Ce furent les principaux instruments d’appui macro-économique qui ultérieurement ont été utilisés de façon pervertie par le cartel mondialiste pour finalement conduire aux bouleversements qui ont cours depuis 2008, sous les traits d’une crise socio-économique sans précédent.

    • « le cartel mondialiste » : pas à dire, on tient là un champion !

      Philippulus, sors de ce corps !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Dans ce qui précède dans la première partie, je continue de me placer dans le cadre d'un écosystème bancaire traditionnel de nature essentiellement territoriale, avec un marché monétaire domestique rattaché à la présence d'une banque centrale nationale souveraine. Or au cours des cinq dernières décennies, cet écosystème a subi une mutation fondamentale, fruit de l'interaction entre le mouvement mondial de libéralisation économique  et les développements de l'innovation technologique financière.

Le nouvel étage du « Global Money »

Mondi... Poursuivre la lecture

Après un barrage non-stop de couverture négative des médias envers le croquemitaine orange – c’était justifié à l’occasion – le « sauveur » Joe Biden est arrivé. Un an après son inauguration, est-ce que l’enthousiasme débordant des médias à l’époque se justifie encore ?

Continuité des politiques de Trump avec Joe Biden

Non, en fait, il n’a jamais été justifiable considérant la trop grande proximité idéologique (antilibérale) des deux principaux concurrents pour la Maison Blanche en 2020.

C’est tellement évident que l’on peut dif... Poursuivre la lecture

En 2008 le monde a subrepticement changé de régime monétaire. Les médias (c'est sûr) et même les banques centrales (apparemment) n'en ont pas encore pris conscience. Ils continuent de discourir comme s'il n'en était rien. Conséquence : un déluge d'hystérie et de prévisions inflationnistes non crédibles.

Aujourd'hui, une toute petite part seulement de la création monétaire a pour origine la Banque centrale. Dans son étude de 2014 sur la création de la monnaie la Banque d'Angleterre donne le chiffre de 3 % pour le Royaume Uni (monnaie + ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles