Révolution pour la liberté d’entreprendre

Ne pas oublier le sens profond du point de départ de la révolution tunisienne

Habib Sayah (*)

Les voix particulièrement audibles de la gauche tunisienne, sous les slogans en faveur de la redistribution des richesses, ne pourraient-elles nous faire oublier le sens profond du point de départ de la révolution tunisienne ?

« Laissez faire, laissez passer »

Mohamed Bouazizi, jeune de 26 ans dans une région dévastée par le chômage n’avait trouvé d’autre solution pour survivre et nourrir les siens que de créer sa propre petite entreprise : un stand ambulant de fruits et légumes. Maltraité et insulté par la Police et les agents de l’Etat qui ont confisqué sa marchandise sous prétexte qu’il n’avait pas acheté de licence pour vendre sur la voie publique, Bouazizi s’est immolé par le feu le 17 décembre 2010. Son acte a été récupéré par la gauche et les syndicats qui ont voulu en faire un Che Guevara tunisien. Mais ce jeune n’avait demandé ni allocation ni emploi subventionné. Il ne croyait pas en l’État-providence, simplement en lui-même, et, muni de son chariot de légumes, il avait tenté de s’en sortir par ses propres moyens sans rien demander à personne : Bouazizi était un entrepreneur. Son immolation est un symbole de la bataille du « laissez faire, laissez passer ».

Une confusion entre l’entreprise et le big business

La gauche tunisienne véhicule un stéréotype de l’entreprise fondé sur l’image arrogante d’un patron d’usine ou d’hôtel, réel ou fantasmé. Certes, des pratiques odieuses ont été mises en œuvre dans le silence de Ben Ali par une frange du patronat, mais on semble oublier que l’essence de l’entreprise tunisienne se trouve dans la petite entreprise, familiale ou individuelle : pizzerias de quartier, cybercafés, taxis, épiciers, plombiers etc. Sur les 525 960 entreprises répertoriées en Tunisie 503 636 employaient moins de 6 personnes en 2007 (1). La micro-entreprise représente donc plus de 95% des entreprises formant le tissu économique tunisien. On est loin du cliché de l’exploitation, avec cette multitude de petites entreprises dont 50% sont formées d’entrepreneurs indépendants, libérés du salariat et n’exploitant pas de main-d’œuvre.

Pour lire la suite de l’article : « Tunisie : Une révolution sociale pour la liberté… d’entreprendre« .

Note :

(*) Habib Sayah est étudiant en droit, analyste sur www.ElMouwaten.com.