Tango libyen

Un pas en avant, deux pas en arrière

La France s’invite au bal libyen : je fais 100 km, je conquiers une ville, je perds la ville et je fais 200 km en arrière. Depuis l’hôtel, les journalistes confirment que la ville a été prise, sans savoir par qui. Il faut espérer que notre président, chef des armées, a des notions de tango pour envoyer des troupes au sol, comme il a promis de ne pas le faire.