« Le Livre des Livres » de Marc-Antoine Mathieu

Marc-Antoine Mathieu, anthologie de l’œuvre d’un dessinateur fascinant et hors norme (5)

 

Par Johan Rivalland

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

« Le Livre des Livres » de Marc-Antoine Mathieu

Publié le 30 décembre 2017
- A +

Par Johan Rivalland.

Noël est passé mais c’est toujours le moment de trouver des idées de cadeaux. Présentation de quelques-unes des créations d’un auteur bien singulier et hors norme dans l’univers de la Bande dessinée. D’une originalité incroyable et une imagination sans pareil.

Le Livre des Livres

Encore une création originale de Marc-Antoine Mathieu. Si le titre m’attirait et que j’étais curieux de voir ce qu’il allait de nouveau proposer, j’ai été surpris en le recevant, à la fois par le format de ce livre, son type de matériau et son contenu.

Un peu déçu, je dois bien l’avouer, car j’espérais autre chose, mais je ne puis que reconnaître dans le même temps l’étendue du talent de l’auteur, sa capacité à se renouveler et à trouver sans cesse de nouvelles idées.

Le livre est de la taille d’un gros annuaire ou, pour une meilleure comparaison, d’un « Beau livre ». Mais surtout, au lieu de pages papier, il est exclusivement conçu en pages cartonnées épaisses (et pèse aussi un certain poids). Il se singularise ensuite par son contenu inhabituel : pas une histoire, comme je l’espérais, mais un procédé original, qui part d’une idée relativement incongrue que la Quatrième de couverture présente ainsi :

 

Le Grand Entrepôt des albums imaginaires renfermait toutes les couvertures des livres en attente de leur récit.

Un jour, l’entrepôt  brûla. Toutes les couvertures – fictions de fictions – disparurent dans les flammes. Une formidable fumée blanche obscurcit le ciel, de Babel à Alexandrie.

Certains poètes avaient prédit cette non-catastrophe : elle n’était à leurs yeux que le juste retour du vain aux cendres.

Des couvertures échappèrent miraculeusement à la destruction. Le Livre des Livres en réunit quelques-unes.

Dès lors, le lecteur contemplatif (car il s’agit du lecteur que cela intéressera) peut retrouver et admirer tout le talent créatif de Marc-Antoine Mathieu et ses thèmes de prédilection. Au sein d’un univers fait d’étrange, de dimensions différentes, de réflexion philosophique et de jeux de mots subtils ou de miroirs, mêlant sciences physiques et abstraction, détails infimes et couvertures flamboyantes, aux confins du fini et de l’infini. Le tout en noir et blanc.

Une œuvre artistique à part entière. Un livre peu commun. Et une réalisation étonnante.

 

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don
0
Sauvegarder cet article
La Plus Précieuse des marchandises : Un conte, de Jean-Claude Grumberg

Je n'avais encore jamais lu Jean-Claude Grumberg. Il était temps, quelle découverte ! Et quelle écriture ! Je ne manquerai pas de m'intéresser à ses autres écrits.

L'entrée en matière est originale. Sous forme d'humour léger... Mais on tombe vite dans la terrible réalité.

Le choix du conte permet d'évoquer l'horreur avec délicatesse, tout en naïveté apparente. Celle de l'univers de l'enfance, en s'adressant bien sûr à des adultes.

À l'origine, le conte... Poursuivre la lecture

Art, de Yasmina Reza

Pièce très agréable à lire, qu'on imagine très bien jouée et que j'aurais d'ailleurs aimé voir jouée, car je sais qu'elle l'a été par des acteurs aussi fabuleux que Fabrice Lucchini, Pierre Arditi et Pierre Vaneck.

Le thème est désormais classique et fait penser à Pour un oui ou pour un non de Nathalie Sarraute, dont j'avais vu la version filmée jouée par André Dussolier et Jean-Louis Trintignant, ou encore à des films plus récents, comme Nos femmes, de Richard Berry, dont le thème est également approchant.

... Poursuivre la lecture

La Biennale de Venise de cette année se tient largement à l’écart des soubresauts géopolitiques mondiaux et du climat politique enflammé de la Botte. Fait marquant : avec doue pays, l’Afrique est particulièrement bien représentée lors de cette édition. Parmi eux, le Bénin, pays pour lequel cet événement est l’occasion de célébrer une création artistique dynamique et un modèle sociétal original dans la région.

Par Charles de Blondin

Événement majeur de l’art contemporain, cette année, la Biennale a pour cadre la Cité des Doges, à... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles