La répression continue en Syrie

La résistance manifeste

Des militants syriens appellent à une nouvelle manifestation populaire en réaction à la vaste opération militaire décidée par le régime socialiste du dictateur syrien.

Cette manifestation prévue après la prière du vendredi le 29 avril 2011 a pour objet l’expression de la solidarité des manifestants avec la population de la ville de Deraa, le foyer de la révolte syrienne.

Les journalistes étrangers ont été interdits par l’État syrien et les nouvelles qui proviennent de l’intérieur du pays sont difficiles à vérifier.

Il y a des rumeurs de divisions au sein des forces de sécurité et certains soldats refuseraient de tirer sur les manifestants.

Situation critique à Deraa

La situation à Deraa est de plus en plus désespérée. Environ 120.000 personnes y sont bloquées. Depuis lundi, elles ont été isolées du reste du pays par des milliers de militaires fidèles au régime et des dizaines de chars. L’eau, l’électricité et le téléphone ont été coupés. Il n’y a ni médicaments, ni accès aux structures médicales d’urgence.

Des manifestations et des fusillades sont signalées dans d’autres parties du pays. Certains Syriens fuient vers le Liban, à pieds, pour s’éloigner des zones de conflits.

La répression impitoyable a conduit plus de 200 membres du parti Baas au pouvoir à démissionner, la plupart d’entre eux issus de la région de Deraa.

Réponse de l’UE, de l’ONU et de Hugo Chavez

Des responsables européens doivent se réunir ce vendredi à Bruxelles pour discuter de sanctions contre le régime du président Bachar al-Assad, tandis que le Conseil des Droits de l’Homme de l’ONU devrait tenir une réunion d’urgence sur la Syrie à Genève.

Selon des militants des droits de l’Homme en Syrie, au moins 500 personnes sont mortes en six semaines de manifestations contre le régime du président Assad.

Le président socialiste vénézuélien, Hugo Chavez, a quant-à lui assuré le dictateur socialiste syrien de son soutien, voyant en lui un dirigeant humaniste pris pour cible par « l’impérialisme » et « le terrorisme ».