L’immoralité de l’aide militaire occidentale à l’Ukraine

Les populations européennes n’ont évidemment jamais été consultées quant à la position de leur gouvernement vis-à-vis du conflit et de la Russie.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 10
T-72 in the field by Radek Kucharski (creative commons CC BY 2.0)

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

L’immoralité de l’aide militaire occidentale à l’Ukraine

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 12 janvier 2023
- A +

L’aide militaire des pays occidentaux à l’Ukraine depuis le début du conflit devrait être un sujet très controversé à cause des sommes énormes concernées et à l’heure où ces pays ont déjà des difficultés à gérer leurs propres finances publiques.

 

Des milliards en armes

L’aide occidentale à l’Ukraine a évidemment commencé bien avant 2022, y compris l’aide militaire. Mais depuis l’intervention militaire russe en février 2022, l’Ukraine a reçu ou recevra des aides financières, humanitaires et militaires d’une valeur de 100 milliards d’euros de 40 pays essentiellement occidentaux. De cette somme, comme le montre la Kiel Institute, la moitié soit environ 50 milliards provient des États-Unis, 30 milliards d’euros de l’Union européenne et le reste d’autres pays, essentiellement le Royaume-Uni.

Ces sommes sont colossales, surtout pour un pays comme l’Ukraine puisque équivalentes à plus de la moitié de son PIB d’avant la guerre.

L’aide militaire représente plus de la moitié de ces aides, donc autour de 50 milliards d’euros, en majorité des USA, du Royaume-Uni, de l’Allemagne et de la Pologne. Il est nécessaire de s’interroger sur une aide militaire de cette ampleur étant donné que l’Ukraine n’est pas un allié officiel de ces pays. Il faut rappeler que les pays occidentaux n’ont aucun accord de sécurité ou de défense avec l’Ukraine.

Par exemple, la France n’est pas en guerre avec la Russie, ce que le président Macron ne cesse de répéter. Néanmoins l’aide de la France à l’Ukraine a dépassé les deux milliards d’euros, dont 750 millions en aide militaire, et le système d’artillerie français CAESAr a été utilisé par l’armée ukrainienne contre des cibles russes, aussi bien militaires que civils.

De plus, l’aide militaire occidentale a progressivement changé au rythme de la destruction par les Russes du matériel soviétique qui avait été livré initialement. Les gouvernements occidentaux ont peu à peu adopté des positions qu’ils s’étaient initialement interdits en ce qui concerne l’envoi d’armes à l’Ukraine.

Dans le cas du gouvernement français, la position de principe était d’abord de livrer uniquement « des équipements défensifs et à un soutien en carburant, puis fin avril 2022, en pleine campagne présidentielle, Emmanuel Macron avait annoncé avoir livré des missiles et des canons Caesar à l’Ukraine. » Et maintenant, la France prend l’initiative au sein de l’OTAN d’envoyer des chars légers. La même évolution a été évidente aux USA, en Allemagne et chez d’autres membres de l’OTAN, qui constamment sont revenus sur des déclarations antérieures en matière d’aide militaire.

Cette dérive s’explique évidemment par l’évolution des besoins militaires de l’Ukraine. Mais comment justifier ces décisions auprès des Parlements et des populations occidentales ? Et jusqu’où les dirigeants occidentaux sont-ils prêts à aller si la situation continue à s’aggraver pour l’Ukraine ? Aucune réponse n’est fournie à ces questions, malgré leur importance.

 

Avec un fond de corruption

Fournir de l’aide militaire pratiquement sans contrepartie au pays le plus corrompu d’Europe, n’est sûrement pas une bonne idée. Comme l’admet France24, « les risques de corruption apparaissent particulièrement élevés dans un pays en guerre aux institutions publiques faibles et sur lequel se déversent des dizaines de milliards d’aide internationale. »

En effet, en 2022 dans un reportage depuis censuré la chaine américaine CBS News a conclu  qu’uniquement 30 % des armes de l’OTAN envoyées en Ukraine atteignent le front ; le reste disparaît en cours de route, le plus souvent vendu sur le marché noir. Le risque que des missiles anti-char, par exemple, apparaissent dans les rues des capitales occidentales n’est sûrement pas négligeable.

De plus, ce qui est présenté comme de l’aide militaire directe à l’Ukraine ne l’est pas en totalité : une partie significative financera le renforcement de l’OTAN en Europe et une autre partie permettra de remplir les stocks d’armes occidentales. De plus, cette aide militaire est souvent conditionnée à des achats spécifiques par l’Ukraine auprès des grandes entreprises d’armement occidentales, ce qui est une forme de corruption légalisée.

Il ne faut aussi rappeler qu’une partie de l’élite politique états-uniennes, y compris vraisemblablement le président Biden lui-même et son fils Hunter,  est soupçonnée d’être impliquée dans des affaires de corruption en Ukraine depuis 2014, comme l’a révélé l’ordinateur de ce dernier.

 

Une aide immorale

À part le problème de corruption, la Loi de la Guerre (La Haye, 1907) énonce qu’un État qui ne participe pas à un conflit ne doit pas apporter son concours à un des belligérants. En fournissant des armes à l’Ukraine, les pays occidentaux doivent alors être considérés comme des cobelligérants au conflit. Ils donnent raison aux dirigeants aussi bien russes qu’ukrainiens, quand ceux-ci considèrent que la Russie est maintenant en guerre contre l’OTAN et non uniquement contre l’Ukraine.

La conséquence de cette aide est de prolonger la guerre ; à alimenter le conflit armé contre la Russie, contre laquelle les dirigeants occidentaux disent ne pas être en guerre. Cette aide militaire aggrave le conflit, augmente le nombre de victimes ukrainiennes étant donné le désavantage en termes d’artillerie. L’aide prévue est loin d’être suffisante pour que l’Ukraine puisse gagner militairement contre la Russie, ce qu’a confirmé le commandant en chef des forces armées ukrainiennes, le général Zaluzhny dans un entretien au magazine The Economist le 15 décembre 2022.

Faut-il accepter que les gouvernements occidentaux décident unilatéralement d’apporter de l’aide militaire offensive à un régime politique engagé dans un conflit armé ? Bien sûr, cela arrive souvent mais la question vaut la peine d’être posée. Si le régime en question est un exemple d’honnêteté et de transparence, cette aide aurait pu mieux se justifier. Mais le gouvernement ukrainien est non seulement notoirement corrompu mais aussi infestée d’idéologie néo-nazie. Et en 2022, la Rada (le Parlement) a voté des lois pour museler les médias et interdire les partis politiques. Cette politique devrait évidemment disqualifier un tel gouvernement de toute aide occidentale.

L’aide militaire à l’Ukraine doit simplement être acceptée sans débat alors que ces sommes pourraient bénéficier à la société civile. Les populations européennes n’ont évidemment jamais été consultées quant à la position de leur gouvernement vis-à-vis du conflit et de la Russie. Le manque de processus démocratique est flagrant surtout au vu des conséquences économiques de cette politique étrangère pour les sociétés occidentales. Il est bien connu que les majorités gouvernées n’ont pratiquement aucune influence sur la politique étrangère de leur gouvernement.

Pour ces raisons, l’aide militaire occidentale à l’Ukraine est donc immorale. Elle n’aurait jamais dû être acceptée et devrait cesser immédiatement. Il appartient à ceux qui qui en sont convaincus de demander à leur gouvernement de prendre la voie de la paix, c’est-à-dire adopter une vraie position de non-belligérant et d’accepter des conditions réalistes pour des négociations entre les partis.

 

Voir les commentaires (140)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (140)
  • Par contre, cet article n’est pas immoral.
    Poutine n’aurait pas dit mieux, et il ne faut surtout pas le contrarier.
    Selon ce même principe revendiqué par ce poutinophile, il ne faut pas venir à l’aide de celui qui est en danger, cela pourrait énerver l’agresseur, et de plus, çela ne nous regarde pas !!!

    -4
  • C’est un point de vue, par ailleurs assez proche de celui qui est distillé par la propagande russe.

    • Oui, un troll des fermes russes. Ou un libertarien déjanté, genre Ron Paul ou Rand Paul.
      Sur Contrepoints, le grand écart, de Pascal Avot à ça…

      -2
      • Oui, Ron Paul, vous avez tout a fait raison. « Déjanté », non par contre.

        • Pourquoi les libertariens sont-ils poutinistes ? Une explication possible :
          « Le problème des libertariens américains c’est que pour eux, le diable, c’est l’Etat américain et les élites de Washington. Du coup n’importe quel salopard ennemi de Washington est préférable à Washington pour eux. »
          Ph. Fabry

          -1
  • Révisez vos bases : notre système démocratique consiste à élire des représentants qui ont une délégation du peuple pour prendre les décisions durant leur mandat : le peuple n’a pas à être consulté par référendum sur tout.
    Aider l’Ukraine c’est défendre nos valeurs occidentales et européennes face à une tyrannie sanguinaire, c’est immoral ?
    La propagande russe s’est invitée sur Contrepoints.

    -1
    • Le peuple doit cependant être consulté à travers ses représentants que sont les députés.
      Quand la France a pris part à la première guerre du golfe, il y a eu un vote à l’Assemblée nationale.
      Il est vrai que, depuis le Covid, toutes les décisions importantes sont prises en Conseil de défense.
      On peut rester insensible à la propagande russe, ce qui est mon cas, et rester attaché à nos principes démocratiques.
      Si notre gouvernement nous informait des principaux enjeux de cette guerre, nous disait en quoi il est important d’aider les Ukrainiens, nous expliquait où sont les intérêts de la France, peut-être les idiots que nous sommes serions capables de comprendre pourquoi nous envoyons des armes à l’Ukraine.
      Au lieu de cela, Macron nous dit que nous devons payer le prix de notre liberté.
      J’avoue avoir un peu de mal à comprendre et j’aurais préféré qu’on défendît notre liberté, en particulier celle d’être soigné, pendant l’épidémie de Covid.

      10
      • Pour declaration de guerre, art. 35, le parliament. Clair.
        Pour la vente d’armes… que dalle.
        Argument spécieux donc, un petit coup de Covid pour embrouiller tout le monde, et voilà encore un qui porte la soupe du jobard du Kremlin.

        -2
    • Je ferais remarquer en France ce n est pas le parlement qui décide ,mais le chef des armées c est a dire le président de la république vous pouvez rétorquer que le président à été élu démocratiquement,mais tout le monde c’est très bien que même pas 20 pour cent ont voté pour lui au premier tour le deuxième tour est une mascarade.
      Dans certaines démocraties c est le parlement qui décide (Allemagne par exemple.)
      Même si vous considérez que l article est pro Russe je ne vois pas pourquoi contrepoint ne le publierai pas au contraire c’est très bien c est ce que l on appelle la pluralité de la presse .

      • Merci pour contribution, c’est exactement. Par contre, vous allez trop loin quand vous dites que l’article est « pro-russe » , car je ne fais que qualifier l’aide militaire occidentale, en présentant des faits a cet égard. Cela devrait etre indépendent d’une position vis-a-vis de la Russie.

    • Eh bien même si c’était de la propagande russe qui s’exprime ici, cela fait tant de bien de l’entendre à son tour alors qu’on est submergé de la propagande occidentale nuit et jour! Cela s’appelle le débat, la curiosité, en fait la liberté de penser !
      La question reste : laquelle des deux propagande est la plus sincère ? laquelle des deux propagande est la plus proche de la vérité et du meilleur choix ?

      • Merci beaucoup pour ces mots. Mais attention, ici je ne fait que présenter une opinion basée sur des faits venant de sources Occidentales. Il n’y a pas de « propagande russe » dans cet article.

        • Si, typique. Voir Orwell là-dessus.

          -2
          • N’importe quel idiot comprendrait que s’opposer à l’aide militaire occidentale à l’Ukraine, c’est favoriser l’invasion russe et les desseins de Poutine. Orwell encore avait tout dit là-dessus.

            • La preuve, vous l’avez compris…
              Il est ultra-pénible de voir se multiplier les commentaires visant uniquement à l’attaque personnelle, à la qualification des personnes comme « Poutinistes » ou autres, et soutenant d’aller cogner le gang d’en face sans s’occuper le moins du monde de l’honnêteté du gang qu’on soutient ainsi, ni des dégâts aux non-impliqués.
              Si vos arguments se réduisent à lancer des épithètes, sortez donc de l’anonymat qu’on sache au moins qui vous êtes pour vous discréditer vous-même ainsi.

              • Non, c’est simplement factuel. Ne pas aider militairement l’Ukraine, c’est faciliter l’agression et le régime de Poutine. C’est l’empêcher de se défendre, autrement dit la livrer à l’annexion d’un régime dont elle ne veut pas.
                Et ce qui est pénible, c’est de voir cette propagande pour une dictature de type fasciste s’étaler ici. Comme vous le faites à longueur de posts.

              • Non, c’est simplement factuel. Ne pas aider militairement l’Ukraine, c’est faciliter l’agression et le régime de Poutine. C’est l’empêcher de se défendre, autrement dit la livrer à l’annexion d’un régime dont elle ne veut pas. C’est donc prendre parti pour l’agresseur.

                -1
                • Certainement pas. Aider militairement l’Ukraine, c’est d’abord faire durer la guerre et ses dévastations et confirmer qu’on ne veut pas de la solution de paix la plus évidente qui consisterait en l’application réelle des accords de Minsk. Ne pas aider l’Ukraine militairement, c’est forcer et hâter la tenue de négociations de paix. Les questions d’ego sur qui est jugé agresseur par qui (notamment au Donbass) ne font, elles aussi, que retarder la paix au prix de nombreuses morts et destructions quotidiennes. Les termes qui figureront immanquablement dans l’accord de paix le jour où il sera signé, notamment sur les aspects linguistiques et autonomistes des régions orientales, rendront ces questions purement anecdotiques.
                  Comment voyez-vous, vous, l’accord de paix en fin de partie ? Moscou rasée, un gouverneur nommé par l’UE, des troupes anglo-allemandes d’occupation ? Ou simplement quelque chose qui aurait pu être conclu dès mars dernier, mais où il fallait laisser le temps au temps pour satisfaire quelques gouvernants en mal de crise ?

                  -1
                  • Bien sûr que oui, sans l’aide occidentale, l’Ukraine n’aurait pas tenu longtemps devant l’armée russe. La paix se serait établie, oui, mais au prix d’une annexion par la Russie et son régime mafieux/fasciste. Avec une guerre larvée de sabotage et de résistance durant on ne sait combien de temps.
                    Le reste est grotesque, il ne s’agit pas de porter la guerre en Russie ou de ‘raser Moscou’, ni d’un protectorat de l’UE ou de troupes allemandes d’occupation. Ce sont plutôt des troupes russes d’occupation qui auraient été présentes en cas de non assistance des démocraties occidentales.

                    • Si pragmatiquement vous ne voyez que deux issues, une improbable occupation russe au-delà des régions russophiles et une grotesque occupation occidentale de Moscou, pourquoi ne pas laisser ceux qui voudraient une issue qui ressemble plutôt aux accords de Minsk faire la paix sans leur mettre en travers des livraisons d’armes qui ne font que des morts et des destructions ?

                  • « Si pragmatiquement vous ne voyez que deux issues, une improbable occupation russe au-delà des régions russophiles et une grotesque occupation occidentale de Moscou »

                    L’occupation russe n’est devenue improbable que grâce à l’aide occidentale aux Ukrainiens, l’armée russe et Poutine pensaient l’emporter rapidement en février dernier. Sans elle, sans cette aide, vous avez un pays près de fois moins peuplé et trente fois plus petit, qui ne pouvait guère résister longtemps face à la deuxième armée du monde. S’opposer à l’aide des démocraties est œuvrer pour une paix rapide, mais une paix russe, et à l’annexion de l’Ukraine. C’est prendre parti pour l’agresseur.
                    Les conditions de la paix maintenant, personne ne les connaît. La meilleure option serait d’échanger une annexion définitive de la Crimée par la Russie, et des provinces du Donbass qui veulent rester russes, contre des garanties et une paix sûre pour l’Ukraine, amputée de ces deux territoires.
                    Mais on en est loin, le régime russe actuel ne veut pas lâcher les territoires supplémentaires qu’il occupe (15 % de l’Ukraine), et la guerre continue. A moins d’un changement de pouvoir à Moscou dans un avenir incertain, et de négociations sur les bases ci-dessus.

                    • trois à quatre fois moins peuplé

                    • « L’oeuvre des démocraties pour trouver une paix rapide »
                      Vous avez fumé quoi ? A moins que vous n’ayez des sources cachées (que vous seriez bienvenu de nous révéler), parce que moi je n’ai vu nulle part la moindre proposition en ce sens.
                      Le problème, aujourd’hui, est que l’Occident a perdu toute crédibilité, en se portant garant en 2014 des accords de Minsk et en les bafouant depuis avec Zelensky (adhésion à l’OTAN, autonomie refusée au Donbass, interdiction de la langue et de la culture russes). Donc pour faire la paix, il faut ajouter à vos propositions une garantie de neutralité de l’Ukraine vis-à-vis de l’armement par l’OTAN, garantie qui seule pourra être échangée contre les territoires supplémentaires occupés par la Russie. La Crimée a choisi la Russie, la confirmation de ce choix n’est pas une monnaie d’échange. Mais surtout, il faut des garants crédibles. Fournir des armes à l’un des belligérants vous discrédite définitivement des garants possibles. Reste l’ONU, dont les prises de position anti-russes rendent la crédibilité tout aussi douteuse, et la Chine qui n’a certainement pas envie de prendre des responsabilités chez les barbares. Donc, on est renvoyés à dépendre de la force des choses, faute de garants et de volonté de l’Occident d’en faire apparaître. Par exemple, si on tordait le bras de Zelensky pour lui faire accepter certaines conditions plutôt que de le soutenir mais négocier par dessus sa tête, ce serait prendre le recul caractéristique de garants. Ce qui signifie que Poutine va hacher menu la partie russophobe de l’Ukraine pour imposer ses conditions qui au final ne différeront pas de celles qui auraient pu être négociées, sauf par la crédibilité. Des milliers de morts et des millions de miséreux, parce que nous avons préféré soutenir Zelensky plutôt que de nous poser en arbitres crédibles.

                  • Ridicule. Un « arbitre crédible » n’était pas acceptable par la Russie qui voulait simplement récupérer l’Ukraine, comme au temps de la Russie soviétique, laquelle contrôlait bien plus de territoires, territoires que Poutine s’est mis dans la tête de récupérer par grignotages successifs. L’opération militaire spéciale avait pour but de faire ça rapidement, mais ça a échoué, ça a au contraire fait de l’Ukraine un pays, une nation, qui se bat maintenant farouchement pour préserver son indépendance. Si elle y arrivera, personne ne le sait encore.

                    -4
                  • Oui, depuis maintenant presque un an, ce qui devait être une intervention rapide, une simple opération militaire spéciale, s’est transformée en guerre longue, en enlisement le long de la frontière à l’Est. Les Ukrainiens se sont défendus avec un succès relatif par rapport à l’agression de l’armée russe, laquelle n’a réussi à occuper que 15 % du territoire ukrainien.

                    -1
                    • Ca ce ne sont pas des sources, mais des interprétations personnelles gratuites. Comme d’ailleurs vos assimilations à du poutinisme de tout ce qui ne concorde pas avec ces interprétations. Vos arguments d’autorité n’en ont aucune puisque vous vous contentez de les sortir du chapeau et que vous restez anonyme. De plus, votre obstination à remplacer le débat par l’invective a plutôt tendance à renforcer les thèses qui vous sont opposées que celles que vous soutenez. Mais c’est vous qui voyez…

                  • Ne soyez pas ridicule, vous aussi vous êtes anonyme, déjà dit. Et hors sujet.
                    Quant au poutinisme et à la propagande russe, c’est ce que vous faites à chaque post ici sur l’Ukraine, les accords de Minsk non respectés par l’Ukraine, c’est faux, aucune des deux parties ne les a respectés ; la langue russe interdite en Ukraine, c’est faux, et toutes les positions systématiquement pro-russes.
                    Ce sont les accords de 1994, le mémorandum de Budapest, qui ont été bafoués par la Russie en envahissant l’Ukraine. Avec l’échec relatif qu’on a vu. Echec relatif qui s’explique très bien, par la motivation des deux armées, bien différente, comme Clausewitz l’avait expliqué pour un autre conflit.

                    -1
                  • Oui, pas très étonnant, vous relayez la propagande du régime russe.

                    -2
                • « Non, c’est simplement factuel. Ne pas aider militairement l’Ukraine, c’est faciliter l’agression et le régime de Poutine. »

                • Il n’y a rien de « factuel » dans vos propos. Ne pas aider militairement l’Ukraine n’est pas se rendre complice de Poutine. Tirer une telle conclusion, c’est adopter un raisonnement manichéen relevant du sophisme politique, pas mener un raisonnement factuel.
                  Il y a énormément de conflit mondiaux en ce moment même dont la France ne se mêle pas, ça ne la rend pas complice de quoi que ce soit.
                  Les populations des pays d’Afrique d’Equatoriale ou d’Asie du Sud-Est qui n’aident pas militairement l’Ukraine… ne facilitent pas l’agression et le régime de Poutine.

                  • C’est simplement faciliter l’agression russe. Les pays du tiers monde, d’Afrique ou d’Asie, souvent des dictatures, avec pour les premiers un ressentiment contre la France du fait du colonialisme, font ce qu’ils veulent, et d’ailleurs n’ont pas les moyens militaires d’aider l’Ukraine. Mais des pays asiatiques comme l’Iran et la Corée du Nord, d’autres dictatures, aident la Russie en fournissant des armes, tandis que la Chine donne simplement un appui en paroles.
                    Mais les démocraties ont une responsabilité différente, d’abord parce qu’elles en ont les moyens, ensuite parce qu’elles ne veulent pas entériner une agression qui se passe à ses portes. Agression d’un régime de type fasciste et impérialiste contre pays européen souhaitant son indépendance.

                    -4
              • « sortez donc de l’anonymat qu’on sache au moins qui vous êtes pour vous discréditer vous-même ainsi. »

                Amusant, venant de la part d’un intervenant tout aussi anonyme.
                Qui se discrédite à longueur de posts.

                -1
        • La propagande la plus efficace est celle dont on ne se rend pas compte.

          • Insinuez-vous que tous (sauf vous, je ne voudrais pas vous accuser) seraient incapables de faire la part des choses dans ce qu’ils lisent, et choisissent de soutenir ?

        • Si toutes les sources occidentales étaient anti-Poutine, ça se saurait. Il n’existe pas de différence de fond entre la propagande russe et votre thèse ce sont les mêmes éléments de langage.

          -5
          • @Blook, je n’ai pas entendu le Kremlin dire que les aides militaires occidentales vers l’Ukraine sont « immorales », mais si vous avez des sources, n’hesitez pas a partager.

            • « @Blook, je n’ai pas entendu le Kremlin dire que les aides militaires occidentales vers l’Ukraine sont « immorales », mais si vous avez des sources, n’hesitez pas a partager. » Grotesque. Totalement grotesque.

              Vous trouvez ça moral, vous, de travailler pour Uhawei, quand on est libéral ?.

              -1
          • « Si toutes les sources occidentales étaient anti-Poutine, ça se saurait. »
            Excellent, vous en avez d’autres comme ça ?
            Je vous rappelle que l’UE a INTERDIT les médias pro-Poutine dès le premier mois du conflit.

        • Ces Americans, le monde libre, quel bande de c…
          Si seulement ces deniers avaient laissé Hitler faire sa cuisine en paix. La WWII aurait été plus courte et aurait fait beaucoup moins de victimes.
          Le sommet de l’idiotie : le 6 Jun 44 et le débarquement en Normandie.
          Cet article me fait vomir, répéter les âneries des voisins n’est pas une excuse recevable. Quant-à l’article de CBS, il a été retiré parce-qu’ils se sont rendus compte qu’ils avaient publié de la m…
          Faudrait peut-être en fire de même avec l’article ici présent.

    • Je pense aussi que les élections servent à transférer le pouvoir du peuple vers des dirigeants sensés le représenter. De ce point de vue, sauf cas exceptionnel, le référendum ne parait absolument pas nécessaire et de toute façon, suivant la façon dont la question posée est tournée, le résultat est souvent prévisible. Le vrai problème est que dans nos démocraties actuelles, les élections ont de moins en moins de sens, compte tenu de la faible valeur des candidats en présence.
      Par contre quand vous dites que défendre l’Ukraine, c’est défendre nos valeurs occidentales, mérite une analyse un peu plus objective de la situation. Sur ce que je vois de plus en plus aujourd’hui, nos fameuses valeurs occidentales semblent de plus en plus battues en brèche au profit de valeur définie par un camp du bien autoproclamé. Elles conduisent peu à peu à une ruine de l’Europe dirigé par des gens médiocres, parfois corrompus, non élus pour les plus influents, et qui se reproduisent via un système de cooptation des plus méprisables. On s’éloigne de plus en plus d’un système démocratique ; si les résultats étaient brillants et favorables au plus grand nombre, ce ne serait que moindre mal, mais ce n’est absolument pas le cas.
      Dans le cas de la guerre en Ukraine, pour moi désastreuse pour l’Europe, la Russie et bien entendu le peuple Ukrainien qui fait les frais d’une guerre par procuration savamment préparée depuis de nombreuses années avec toute la saveur des valeurs occidentales.
      Il y a quelques années, lors d’une enquête policière, on se demandait en premier lieu à qui profite le crime, dans le cas du conflit ukrainien, la réponse est d’une évidence rare : la seule question en suspens est de savoir si l’Europe est, dans cette affaire, un simple complice obéissant et malveillant ou un idiot utile : il y a sans doute les deux mais les rôles semblent bien partagés mais restent difficiles à appréhender avec certitudes tant les principaux médias jouent, dans cette affaire, un rôle très éloigné de leur vocation première au profit d’une propagande tellement outrancière qu’elle en devient gênante.
      Visiblement, de nombreux lecteurs de Contrepoint, journal dont j’apprécie beaucoup certains articles de bon sens et de bonne facture, se laisse berner et laisse derrière eux tout sens critique au point de ne pas voir la triste réalité de cette guerre pour l’instant sans issue qui ne laissera que des ruines et des rancœurs difficiles à effacer.

      • @jardinier
        Bonjour,
        « les élections servent à transférer le pouvoir du peuple vers des dirigeants sensés le représenter »
        Quand on transfère quelque chose, on ne l’a plus. Si les citoyens transfèrent leur pouvoir, les ils le perdent. Et que peuvent-ils transférer à l’élection suivante ? Rien du coup, ils n’ont plus de pouvoir et ceux qu’ils ‘élisent » ne valent rien.

        • Certes et c’est bien le principe des élections mais dans les pays dit démocratiques les citoyens ne devraient pas perdre leur pouvoir et le but est bien de le montrer dans l’approbation qu’il vont ou non donner au pouvoir qu’ils ont momentanément transféré, lors de l’élection suivante. C’est normalement la règle du jeu.
          Malheureusement, les dérives diverses que nous voyons de plus en plus flagrantes aujourd’hui font que cette délégation, à priori incontournable, n’a plus de sens du fait de la médiocrité et du manque des véritables qualités requises des personnes qui se présentent.

  • Il va tout de même que « Roven » explique en quoi « Aider l’Ukraine c’est défendre nos valeurs occidentales et européennes face à une tyrannie sanguinaire »…
    Avant le déclenchement du conflit qui lui manifestement procuré une pureté virginale, l’Ukraine était considéré comme un des pays les plus corrompus du monde avec des groupes néo-nazis dont l’influence gangrénaient la société.
    Je ne me prétends pas spécialiste de la Russie mais j’y suis allé pour les affaires et je connais des gens là-bas. Les Russes sont très patriotes et souverainistes mais le côté tyrannie sanguinaire, je n’ai pas remarqué…
    On a éventuellement le droit de détester les Russes, Poutine et le reste, mais faut-il pour autant soutenir un régime que cela ne gène pas d’avoir des régiments qui affichent en particulier comme symbole celui de la division Das Reich, responsable du massacre d’Oradour sur Glane.
    Pour tous ceux qui ne connaissent ni ce pays, ni ses habitants, ni ses dirigeant, au-delà des chaines d’informations en continu, sachez que la Russie actuelle n’est pas plus identique à l’URSS de Staline que de l’Allemagne d’aujourd’hui n’est identique à l’Allemagne nazi d’Hitler.
    Donc je nie totalement à l’Ukraine le fait de représenter le moindre commencement de début de « valeurs occidentales »

  • Il semble que notre Constitution soit naïvement obsolète. Un vote du parlement y est nécessaire pour déclarer la guerre (Art. 35), mais évidemment il suffit de ne pas déclarer officiellement la guerre pour que le gouvernement puisse faire n’importe quoi qui lui passe par la tête…

    • C’est juste une opération spéciale ♬

    • L article 35 n est t il pas détourné par les opex qui sont décidés par le président et qu il tient des prérogatives de l article 15 de la constitution et de l article 5 alinéa 2 qui fait de lui le garant de l indépendance nationale ,de l intégrité du territoire ,et du respect des traités
      Bien sur il doit en aviser,le gouvernement qui lui même en avise le parlement dans les trois jours si je ne trompe pas
      Mais si le gouvernement et le parlement lui sont acquis pas de problème pour lui sa décision sera accepté .Non?

  • Deux points.
    -L’aide militaire à l’Ukraine ne nous coute rien, ou plus précisément pas de l’argent par milliards. On leur donne des armes que l’on a déjà construites, et qui actuellement ne servent pas. Cela n’affecte pas les fonds publics pour le moment.
    -Evidemment les stocks se vident, et il faudra les remplir. Mais on peut aussi voir (cyniquement), que ces engins ont atteint leur but. Tuer du russe, sans tuer le moindre soldat de l’OTAN. C’est ce qu’on appelle la guerre zéro mort… En effet, on n’est pas en guerre, Poutine non plus d’ailleurs je vous rappelle…
    Bref, on est en plein real politik: on se sert des ukrainiens comme chair à canon, tout en disant qu’on les aide. La question de savoir si cette guerre est « juste » est tout autre, une guerre n’est jamais juste. On ne fait que satisfaire un besoin (d’armes), et ce contre une rémunération (vassalisation), ce qui est tout à fait capitaliste…

    -2
    • Contradiction : si les armes ne nous servaient à rien, il serait inutile de les remplacer !
      En fait, nos armes étaient censées garantir notre crédibilité et notre indépendance. Les mettre à la disposition d’autrui signifie abandonner à son profit une part de cette crédibilité et de cette indépendance. Ce qui coûte un fric fou, bien que cela soit difficile à chiffrer en détail précisément.
      Pour le reste, vous avez raison. Simplement, quelle est la rémunération ? Vassalisation, dites-vous. Il me semble qu’on peut envisager plusieurs types, valises de billets, soutien politique, contrats juteux, travail de mercenaire, mais que « vassalisation » signifie une sorte d’engagement à long terme qu’il est devenu d’usage d’utiliser pour s’essuyer les pieds, voire une autre partie de l’anatomie…

    • Et cela permet de tester nos armes en vraie grandeur et de les vendre ailleurs si elles font leurs preuves.
      Plus efficace et moins cher que les bakchich finalement.

  • L’article donne pour source The Grayzone, notoirement d’extrême-gauche, qui soutient ouvertement Poutine et Xi Jinping, entre autres dictateurs anti-occidentaux. Ses liens avec l’information d’État russes sont notoires. Il a été décoré par Bachar al-Assad. Voilà l’auteur disqualifié.

    • Sur Contrepoints… Lamentable. Ce site se déconsidère, incapable de se décider entre des positions contradictoires. Allez sur l’IREF, au moins ils ont une colonne vertébrale.

      -4
    • « Extreme-gauche »? Mais pas du tout. Mais oui, ils sont de gauche, et je n’ai aucun probleme avec cela si leur journalisme est bon. Je vous signale que Max Blumenthal et Aaron Maté ont recu de nombreux prix de journalisme d’investigation aux Etats-Unis pour leurs excellents reportage si un nombre de sujets différents. C’est un site qui monte et c’est normal.

      • En effet, c’est au lecteur qu’il convient d’analyser les informations et de les évaluer en pleine connaissance des éventuelles opinions des auteurs. Coller des étiquettes et refuser de lire ce qui n’a pas le nutricode de la bonne couleur, voilà ce que doivent refuser les libéraux dignes de ce nom.

      • Arrêtez ce cirque. Le fait que vous le défendiez vous enfonce. The Gray Zone est Pro-Poutine, pro-Jinping, pro-Assad (qui les a décorés), et j’en passe. Point final. Quand un média est vendu aux pires tyrannies, il l’est, peu importe que s’y trouvent parfois des articles corrects.

        -4
  • Bravo ! Enfin un article qui met le doigt là où ça devrait faire mal ; l’entraînement de l’Europe dans une spirale dont nous ne sortiront pas indemnes.
    Pourquoi certaines personnes mêmes « élues «  s’arrogent le droit de nous amener ainsi que nos économies dans une situation dont nous payerons bien sûr l’addition ?
    Quand aux belles âmes qu’elles se préoccupent aussi des morts par centaines de milliers que nous avons fait ailleurs dans le monde .

    • Je suis d’accord.
      Les USA font une guerre économique contre l’Europe depuis des années. Ce conflit diminue la force de l’Europe, devenue otage de la NATO. !

  • ce qui pose problème c’est que finn andreen est un cadre dirigeant de huawei, et à l’occasion prend des positions prochinoises comme c’est le cas ici…

    -4
    • « finn andreen est un cadre dirigeant de huawei »

      Wow, wow, WOW. Dingue. Tout est dit. Headshot of the year. Bravo et merci, Philippe. La vérité reconnaissante.

      Finn, vous pouvez arrêter d’argumenter, vous êtes game over.

      -8
      • Oui ça ne vient pas de moi Ceci dit mais d’une analyse dans un article de contrepoint qui recensait les différents articles qu’il a écrit sur Hong Kong par exemple et son implication dans une entreprise chinoise
        pour autant je lis avec plaisir certains de ces articles dès lors qu’ils ne traitent pas du sujet chinois car ils sont intéressants et non sujets à un « biais conceptuel »

    • Ne pas trouver moral et légitime le don d’armes à l’Ukraine serait une position pro-chinoise ? Vous pouvez détailler votre raisonnement ?

  • « Propagande russe », il faut déployer beaucoup d’effort pour la trouver sur la toile…bizarre tout de même !
    En revanche, trouver cette guerre immorale et même absurde déclenche automatiquement l’admonestation de « pro-Poutine », « pro-russe » etc…
    La censure est donc parfaitement active !
    Cette guerre est économiquement et géopolitiquement absurde, l’aboutissement du suicide européen.
    Que penseront nos miséreux descendants dans 20 ou 50 ans ?

    12
    • C’est qui déjà qui a déclenché « Cette guerre économiquement et géopolitiquement absurde, l’aboutissement du suicide européen. »?

      • Ceux qui sont responsables des événements de Maidan, quels qu’ils soient, et François Hollande et Angela Merkel qui ont trahi leur promesse de garantir les accords de Minsk.
        A chaque fois qu’on dit ça, on se ramasse des flopées de -1, mais on attend toujours les plaidoiries argumentées des avocats de Hollande. Trop occupés, sans doute, à le défendre pour le nucléaire…

        • Zut alors! J’avais oublié que les gamins, les étudiants, qui se faisaient dézinguer par les snipers russes s’étaient fait manipuler par Hollande, Obama, Merkel… MDR. Et en plus de details, elle consistait en quoi cette super manipulation machiavélique qui poussait ces jeunes à rester sur cette place sous les balles?

          -1
      • Tiens, j’ai demandé à ChatGPT, sa réponse est politiquement correcte puisqu’il refusera même de vous faire une blague sur les blondes.
        La responsabilité de la guerre en Ukraine est largement controversée et sujette à des opinions divergentes. Les opinions varient selon les sources et le point de vue. Certains accusent l’Ukraine d’avoir provoqué la guerre en cherchant à s’éloigner de la sphère d’influence russe, tandis que d’autres accusent la Russie d’avoir envahi l’Ukraine et de soutenir les séparatistes pro-russes. D’autres encore mettent en avant les erreurs politiques des deux parties, ou d’autres acteurs régionaux ou internationaux, comme ayant contribué à déclencher ou nourrir la guerre. Il est également important de noter que la situation en Ukraine est complexe et qu’il y a de nombreux facteurs qui ont contribué à la crise, donc il est difficile de mettre la responsabilité sur une seule personne ou groupe de personnes.
        A noter qu’il dit aussi, dans son accumulation de poncifs :
        The war in Ukraine began in 2014 as a result of a political and economic crisis in the country.

        • Des qu un argument vous dérange, vous noyez le poisson avec un art consommé
          Le délire paranoïaque des populistes poutiniens est sans limite
          Ils se prennent même pour des libéraux…….🤣🤣🤣🤣🤣🤣

          -2
  • immorale, cela dépend du jugement de chacun.
    inutile et destructrice pour l’Europe, oui !!!
    toute prolongation du conflit ne fait que détruire d’avantage l’Ukraine…
    par ailleurs, les aides fournies disparaissent dans la corruption, et pour les armes, sont globalement inutiles à l’Ukraine : obsolètes, échantillonnesques, trop complexes à maîtriser, maintenir pour les ukrainiens mobilisés à l’arrache par un pouvoir politique ukrainien aux abois.
    Mais cette situation gêne moins certains que d’admettre la corruption et les mensonges de l’Occident.

    • Servir la soupe aigre et rance de la Russie avec un grand zéle uniquement par anti americanisme primaire révèle le dogmatisme qui règne en France…….🥳🥳🥳🥳

      -1
  • Il y a un moment ou ces gens se rappellent-t-ils que l’Ukraine, en dépit de sa corruption endémique, de ses problèmes de milices d’extrèmes droite/fascisantes qui sévissaient dans le Donbas, est, au dernières nouvelles, ENVAHIE est agressée ?
    Ca justifie pour moi une bonne partie de l’aide que l’on peut leur fournir, qui est malgré ce que l’on peut en penser, assez limitée pour l’instant (même si la température commence à monter dans la marmite).
    Et la corruption face au danger de la guerre, parfois, s’efface, dans une certaine limite, comme on a pu le voir avec les salariés du rail Ukrainiens. Le milieu du Ferroviaire Ukrainien est lui-même historiquement corrompu depuis le départ. Mais la guerre change certaines habitudes. https://www.nytimes.com/2022/11/15/magazine/ukraine-trains.html
    Rien n’est blanc ou noir. Et notre aide militaire non plus, sauf dans les discours d’anti impérialistes qui se sont un peu trop égarés. Notre aide militaire est graduée par rapport à la résistance de l’armée Ukrainienne, à l’effritement du pouvoir politique Russe et à ses égarements, et aussi, de loin et en silence, au regard attentif du dragon Chinois.
    Je n’ai personnellement aucun regret quand au fait que mes « impots » aient achetés des armes qui finiront dans les mains de l’armée Ukrainienne. La connerie de déclencher cette guerre, c’est la Russie qui la porte, elle aurait parfaitement pu se contenter de n’envahir QUE les 2 oblasts sécessionnistes pour les annexer ensuite, et peut-être qu’on en serait pas là aujourd’hui (et encore, là c’est ENCORE une fois abonder dans le sens de l’agresseur).

    -2
    • Il n’y a pas que les oblast de Donesk et de Lougansk qui sont russophones…

    • Non, se sont les populations Russophones d’ Ukraine qui ont été agressées par le coup d’ état du maïdan, organisé par l’ administration Obama (prix Nobel de la paix (mieux vaut en rire)) et leur sbire Victoria Nuland (« j’ emmerde l’ Europe » avait-elle dit à cette occasion), et certains pays otaniens tels les Baltes, la Pologne, et les Anglais notamment . Ces populations Russophones n’ ont fait que prendre les armes pour se défendre ! Slaviansk (fin mai – début juillet 2014) à été la première grande bataille des russophones contre les sbires otaniens.

      Juste pour infos : dès 2015, le centre Simon WIENSENTHAL alertait sur l’ idéologie kievienne – et quand on voit que Kiev est prêt à faire péter une centrale nucléaire, on comprend de suite qu’ on a mal choisi notre « ami » . Et le site Foward à tout récemment fait un décompte des sites fachistes en Europe ; et, bien, l’ Ukraine à elle seule bat les 27 en nombres de sites ! Toutes mes « félicitations » aux otaniens !

      • En quoi cela justifie cette invasion militaire générale du 24 Février 2022 de la part des Russes, si ce n’est par impérialisme, myopisme et stupidité pure et dure… La situation était gelée et convenait parfaitement à la Russie.
        Du délire. Au moins les dents de l’armée Russe sont cassées pour quelques décennies, à moindre cout pour l’occident. Les USA n’auraient pas rêvé mieux…

  • Un article réaliste sur la nature du régime kiévin, c’ est rare ! Oui, notre soutien à ce régime est une insulte à mes grand-pères qui ont fait la seconde guerre mondiale contre ce type d’ idéologie – bataille de la Horgne pour l’ un (15 mai 1940) pour l’ un, la remontée du Rhône (fin août puis début septembre 1944) puis Belfort (fin novembre) et Jebsheim/poche de Colmar (fin janvier et fin le 2 février 1945) . Mon pays, et certain forumers d’ ici, sont vraiment tombés bien bas – il est vrai que certains médias (pas Contrepoints semble t’ il) font tout pour !

    • Avatar
      LasciatemiCantare
      12 janvier 2023 at 16 h 27 min

      Oui oui, soutenir l’agressé et sa population dans une guerre d’agression est une insulte à vos grands-pères. Ca m’étonnerait qu’ils aient soutenu le principe de raser un pays et massacrer sa population civile pour faire tomber un régime…

  • Immoral ? M’en fout ! Pour écraser la Russie de Poutine, je n’hésiterais pas à confier la moitié de ma fortune à n’importe qui !
    Je garderais l’autre moitié pour finir le boulot avec la Chine, l’Iran, la Turquie… Qui ne demandent non plus rien à personne pour squatter leurs voisins.
    On va quand même pas se faire des noeuds démocratiques au cerveau pour contrer de tels régimes autocratiques.

    -2
    • Pourtant, il ne doit pas manquer de gens prêts à prendre votre fortune pour mettre encore pire à la place de Poutine ou de Xi !

      • Pire que Xi ? C’est quoi ?

        • Mao était pire que Xi. Comptez les morts de faim.

          • Exact, et Staline pire que Poutine.
            Mais si on parle de notre époque, par exemple en Chine depuis Deng Xiaoping, Xi est certainement le pire des dirigeants qui se sont succédé.

            • Je parlais évidemment de pire que Xi aujourd’hui. Et là, je ne vois pas, à part Kim, qui est soutenu par Xi. Quant à Mao, c’est l’idole de Xi. La boucle est bouclée. Merci, Olivier, pour cette réponse qui vous définir parfaitement.

  • La guerre en Ukraine a été déclenchée par poutine ,c’est un fait . Mais on oublie ce qui s’est passé en coulissse , .Cette guerre a été voulue et provoquée par les dirigeants Américains qui ont ont poussé Zelensky à réfuser la négociation . Rappelez vous de la position de A. Blinken concerne l’ Otan en Ukraine . A qui profite le Crime ?en premier aux USA , en second à Zelensky l’Ukraine n’ayant jamais reçu autant d’argent .Le grand perdant sera l’Europe qui sera un peu plus vassalisée aux USA et deviendra bientot une colonie de l’Americaine . L ‘Allemagne et la Pologne peuvent déjaàconsidéeres comme deux états americains , je précise que je ne suis pas anti-americain je ne confond pas les dirigeants et le peuple . Chez nous Macron ne représente pas le peuple .
    Fournir des armes c’est prolonger la guerre et les souffrances du puple Ukrainien pendant que ses dirigeants vivent grassement à l’ abri et dans des palais .

  • Poutine et ses acolytes sont anti démocratiques, anti libéraux au possible. Ils n’hésitent pas à sacrifier des milliers de personnes pour sacrifier leurs rêves de grandeur.
    Il faut tout faire pour contrer ce genre de personnes car ils sont un danger pour nos pays et pour leur peuple.
    Donc oui l’aide militaire à l’ukraine est moralement et géopolitiquement indispensable.
    A moins qu’on veuille vivre dans une dictature à la russe où à la chinoise où la moindre personne qui propose une idée un peu divergente de l’état est assassinée. Et au passage ce n’est pas le cas en Ukraine

  • Voilà le 1er article sur Contrepoint à ne pas être de la propagande sur le sujet.

    • Avatar
      LasciatemiCantare
      12 janvier 2023 at 16 h 14 min

      La propagande pour vous, c’est tout ce qui ne correspond pas à votre point de vue pro-russe sur la guerre en Ukraine ?

      -1
      • Etre contre la guerre, pour vous, c’est être pro-russe et ne pas mériter de réponse argumentée ?

        • Arrêtez de faire le prof de philo avec vos « J’exige des réponses argumentées ». Vous n’êtes ni plus intelligent, ni plus rationnel que vos contradicteurs. Et surtout pas plus subtil.

          -3
          • J’ai toujours été nul en philo. Heureusement qu’elle n’était pas éliminatoire aux concours d’entrée aux grandes écoles ! C’est mon éducation scientifique qui me fait demander des réponses argumentées. Mais si vous ne voulez pas en fournir, c’est votre liberté. Simplement, j’attire l’attention du lecteur sur le contraste entre le petit groupe qui se contente de crier au poutinisme et les efforts que je fais pour argumenter mes propres interventions.

  • Les « Munichois » sont de retour.
    c’est vrai que ces « salauds d’Américains » auraient du nous laisser aux mains d’Hitler, nous serions actuellement tous « heureux » en dictature.
    vous avez « la trouille », dites le franchement et ne cherchez pas d’échappatoire à votre absence de compassion.
    D’après vous mieux vaut le déshonneur…et la guerre.
    Nos ancêtres qui se sont battu pour la liberté doivent se retourner dans leur tombe.

    -2
    • C’est vrai qu’après avoir défait Hitler sans aide, les Américains auraient dû pousser jusqu’à Moscou.

      • Désolé, je n’avais pas compris que votre intervention, vantant la guerre et prônant la compassion, était du second degré.

  • Avatar
    LasciatemiCantare
    12 janvier 2023 at 16 h 23 min

    « la Loi de la Guerre (La Haye, 1907) énonce qu’un État qui ne participe pas à un conflit ne doit pas apporter son concours à un des belligérants. »
    Eh bien heureusement qu’avant l’entrée en guerre des USA en 1941, cette fameuse « loi » n’a pas prévalu ! Au passage, elle interdit aussi la destruction des infrastructures civiles sans justification : vous prenez dans cette fameuse « loi » ce qui vous arrange !

    • Donc selon vous, cette « loi » doit prevaloir uniquement quand cela vous arrange ou quand cela arrange certains etats? C’est le cas aujourd’hui, malheureusement et meme avant comme vous le notez. Mais c’est la ou notre position diverge.

      • Ha! La jolie manipulation poutiniste. Le traité de La Haye, n’énonce nullement « qu’un État qui ne participe pas à un conflit ne doit pas apporter son concours à un des belligérants. » en revanche, il énonce quelques règles à respecter par les Etats NEUTRES. Ceux universellement reconnus comme neutres (Suisse, Autriche, Irlande…) ou ceux qui se déclarent comme étant neutres pour un conflit particuliers. Donc, encore un argument spécieux et ‘manipulatif’ qui se base sur … pchitttt!

        En revanche les conventions de Genève idoines et plus récentes autorisent aides, assistances et livraisons d’armes par des états non neutres et non belligérants.

        Et puisque qu’on parle des conventions. de Genève, devinez qui ne respecte pas les articles suivants:

        Règlement: Art. 47
        Le pillage est formellement interdit.

        Règlement: Art. 23
        Outre les prohibitions établies par des conventions spéciales, il est notamment interdit :
        g. de détruire ou de saisir des propriétés ennemies, sauf les cas où ces destructions ou ces saisies seraient impérieusement commandées par les nécessités de la guerre;
        h. de déclarer éteints, suspendus ou non recevables en justice, les droits et actions des nationaux de la Partie adverse.
        Il est également interdit à un belligérant de forcer les nationaux de la Partie adverse à prendre part aux opérations de guerre dirigées contre leur pays, même dans le cas où ils auraient été à son service avant le commencement de la guerre.

        Règlement: Art. 25
        Il est interdit d’attaquer ou de bombarder, par quelque moyen que ce soit, des villes, villages, habitations ou bâtiments qui ne sont pas défendus.

        Règlement: Art. 27
        Dans les sièges et bombardements, toutes les mesures nécessaires doivent être prises pour épargner, autant que possible, les édifices consacrés aux cultes, aux arts, aux sciences et à la bienfaisance, les monuments historiques, les hôpitaux et les lieux de rassemblement de malades et de blessés, à condition qu’ils ne soient pas employés en même temps à un but militaire.
        Le devoir des assiégés est de désigner ces édifices ou lieux de rassemblement par des signes visibles spéciaux qui seront notifiés d’avance à l’assiégeant.

        Règlement: Art. 28
        Il est interdit de livrer au pillage une ville ou localité même prise d’assaut.

        Règlement: Art. 45
        Il est interdit de contraindre la population d’un territoire occupé à prêter serment à la Puissance ennemie.

        • Il est interdit à un état de se déclarer neutre s’il fournit ses armes à un état en guerre.
          Pas besoin d’une convention entre politiciens pour décider de ça, c’est du simple bon sens.

          • Oui. Bon. C’est incroyable ça! Qui l’eut cru?
            Quelqu’un avait dit le contraire?

            • Si vous êtes d’accord, tout va bien et nous pouvons être rassurés du fait que vous faites primer le bon sens sur les arguties politico-juridiques.

              • D’accord? Avec les poutinistes? MDR
                On est d’accord sur:
                1. Le traité de La Haye, n’énonce nullement « qu’un État qui ne participe pas à un conflit ne doit pas apporter son concours à un des belligérants. » contrairement à ce que pretend l’auteur pro-russe manipulateur de cet article torchon. Il ne fournit d’ailleurs pas le texte idoine de ce traité. Tiens donc!
                2. Les états neutres ne devraient pas livrer d’armes si ils veulent garder leur status defats neutres. En fin de compte, leur décision,
                3. Les pays de l’OTAN (ou pas) qui livrent des armes à l’Ukraine ne se sont jamais déclarés comme étant neutres, donc je ne vois pas le problème ou le mérite de votre commentaire initial,
                4. D’après les conventions de Genève un pays non neutre, qui livre des armes ne devient pas de facto un co-belligérant et n’enfreint pas le droit international,
                5. La liste, non-exhaustive, des articles non respectés des conventions ne concerne qu’un seul pays… la Russie,
                6. Si le simplet du Kremlin nous considère comme co-belligerent, qu’il envoie ses Orcs en Pologne… on va rire, lui moins et pour pas longtemps.

                Slawa Ukrajini
                Herojam Slawa

  • Toute « aide », qu’elle soit militaire ou autre payée avec l’argent (et donc le fruit du travail) des autres prélevé par la force est immorale. Les seules « aides » légitimes sont celles que les donateurs prélèvent sur leur propre travail et leur propres vies. Si Macron et ses soutiens veulent personnellement aller combattre en Ukraine, sans se servir de ce qu’ils prélèvent sur le peuple francais, libre à eux.

  • L’auteur est un homme courageux, d’une part en déroulant un argumentaire anti-Ukrainien dans une ambiance totalement inverse et d’autre part en se posant sur un plan moral pour défendre un régime -légitime ou pas – qui ne repose pas sur un postulat libertarien, loin de là.
    Mais il a raison.

    -1
    • C’est surtout un libéral de bazar, qui soutient un régime étatiste et belliqueux.
      Avec un assentiment franchouille assez répandu, comme on le voit ici.
      Mais pas très étonnant, J.-F. Revel, un vrai libéral, nous avait prévenu :
      « Les adorateurs de dictatures, premier parti de France. »

      -3
    • M. Couvert, merci, mais ma position est entierement en ligne avec le liberalisme en tant que philosophie politique de non aggression entre individu et de non intervention quand il s’agit de relations entre Etats (voir Ron Paul typiquement).

  • Un commentaire pro russe qui est un pays de dictature digne de nazi.
    Corruption en Russie
    L’indice de perception de la corruption dans le secteur public était de 71 points en 2021 aux en Russie. L’échelle va de 0 à 100, et plus le score est élevé, plus la corruption est massive. Russie occupe ainsi la 138e place. Le résultat est donc considérablement inférieur à la moyenne à la moyenne par rapport à d’autres pays.

    Par rapport à l’année précédente, une légère augmentation de la corruption a été enregistrée en 2021. Sur le long terme, elle a baissé modérément ces dernières années.

    La France se situe à la 22e place avec un score de 29. Avec un score de 12, Nouvelle-Zélande est d’ailleurs en tête du classement. La triste dernière place est occupée par le Soudan du Sud (89 points).

    -1
  • Plus les trolls / Propagandistes de Moscou râlent contre quelque chose et affirment qu’il ne sert à rien (sauf à prolonger les souffrances des ukrainiens, évidemment leur principale préoccupation), plus je suis convaincu que cela leur fait très mal.

    Le plus drôle, c’est que les mecs affirment haut et fort que « cela risque de prolonger la souffrance des ukrainiens ». C’est clair que la Russie, par ses bombardements répétés depuis un an, montre que « la souffrance des ukrainiens » est une de ses priorités…
    Comment vous pouvez penser un seul instant être crédibles ? Franchement, faites un effort, même sous Staline la propagande était plus subtile que ca…

    -1
  • Merci pour cette courageuse intervention. Quelle tristesse que ces commentaires acerbes, sur un article qui ne fait que citer des faits, c’est une certitude le gouvernement de Kiev est corrompu son dirigeant en tête, une grande partie des armes légères vont servir à alimenter les marchés parallèles et pourraient finir par être utilisées contre nos populations, pourquoi dès le début les gouvernements occidentaux ont fermé la porte à toute négociation au profit des marchands d’armes? Les américains avaient besoin de relancer le « machin » comme disait de Gaulle afin d’alimenter leur industries d’armement et l’Allemagne à répondu pésent avec des commandes massives. Les médias mainstream réussisse à étouffer dans l’œuf toute tentative d’objectivité si vous n’êtes pas un soutien inconditionnel de l’Ukraine et des Américains vous êtes victime de la propagande Russe, qu’elle tristesse ou est passé le peuple des lumières, il se bat dans les supermachés pour un pot de chocolat à tartiner.

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Par Dominique Colas.

Au moment de son démantèlement en 1991, l’Union soviétique comptait des milliers de statues représentant son fondateur, Vladimir Lénine (1870-1924). Les quinze républiques constitutives de l’Union, devenues autant d’États indépendants, ont adopté à l’égard de ces monuments des politiques très différentes, qui en disent long sur leur vision politique et historique – ou, du moins, sur celle de leurs dirigeants. On le constate tout particulièrement en examinant les cas, opposés ici comme sur bien d’autres points, de l... Poursuivre la lecture

Rassemblement national Russie présidentielle pro-russe
6
Sauvegarder cet article

Parmi les nombreuses étrangetés qui signalent le conflit en cours, une des premières à avoir frappé l’opinion mondiale a été l’interdiction faite aux Russes de le qualifier de « guerre ». C’était, annonçait le Kremlin, une « opération spéciale », terme qui ne signifiait rien de précis et auquel personne en Occident n’accorda de crédit, mais dont l’usage fut rendu obligatoire en Russie, au point que ceux qui l’ont dénoncé ont fini en prison pour longtemps. L’armée russe déferlait sur le sol ukrainien, elle tuait, détruisait, occupait, son inte... Poursuivre la lecture

défense européenne
1
Sauvegarder cet article

Il est difficile de trouver quelqu'un qui a quelque chose de positif à dire sur 2022 : les réussites économiques, sociales, éthiques, politiques, géopolitiques ont été rares ; les souffrances et les revers ont été monnaie courante. Où était le leadership pour revendiquer le succès, pour inspirer et pour dépeindre le meilleur de l'humanité ?

Nos perspectives d'avenir se sont assombries et les attentes ont été tempérées à plusieurs reprises par l'affirmation que « ce n'était pas aussi grave que nous le craignions ». Le principal thème ré... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles