G7 : la sécurité alimentaire mondiale de nos dirigeants

Le G7 se réunit du 26 au 28 juin 2022 sous la présidence allemande. Le message qu’a implicitement envoyé le gouvernement allemand sur la sécurité alimentaire pour le G7 est tout simplement calamiteux.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 3
Tractor Fertilize Field Pesticide And Insecticide By: Aqua Mechanical - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

G7 : la sécurité alimentaire mondiale de nos dirigeants

Publié le 28 juin 2022
- A +

Le G7 se réunit du 26 au 28 juin 2022 pour son sommet annuel au château Elmau, dans les Alpes bavaroises, sous la présidence allemande.

Parmi les sujets qui seront abordés, on s’en doute, la sécurité alimentaire mondiale ou, pour le poser selon les mots du Secrétaire Général des Nations Unies Antonio Guterres, la menace d’un « ouragan de famines ».

Le 24 juin 2022  s’est tenue une conférence ministérielle sur le thème : « Uniting for Global Food Security », s’unir pour la sécurité alimentaire mondiale.

G7 sécurité alimentaire

Le début du programme

Il est difficile de savoir ce qui pourra être accompli dans un jamborée de 3 heures avec, si nous avons bien compté… quelque 70 orateurs, sans compter les présidents de sessions appelés à tirer les conclusions de l’événement.

On y parlera :

  1. Des efforts diplomatiques et de l’action humanitaire immédiate (en d’autres temps et lieux, j’aurais traduit l’anglais action par un actions français au pluriel).
  2. De la coordination des actions dans une alliance globale pour la sécurité alimentaire.
  3. De l’action pour des systèmes alimentaires et une agriculture durables (sustainable).

 

Les orateurs sont très majoritairement des very important persons, ministres, chefs d’agences internationales, etc.

Pour le thème 2, il y a en fin de liste deux personnages de la Rockefeller Foundation et de la Bill and Melinda Gates Foundation… Et avant eux le président du conseil d’administration de VENRO, Bundesverband entwicklungspolitischer und humanitärer Nichtregierungsorganisationen (NRO) – l’organisation faîtière des organisations non gouvernementales de développement en Allemagne – et de Food First Information and Action Network (FIAN) International (dont le siège est à Heidelberg).

 

Vous pouvez avoir une idée de la contribution possible de FIAN sur la base de l’image ci-dessous : le « réseau » s’est associé à un réseau qui a fait du tapage – sans succès – pour que le Conseil de la FAO annule l’accord de coopération entre la FAO et CropLife International et plus généralement les partenariats avec le secteur privé

 

Notez incidemment que, dans le dessin, la FAO est représentée par le bâtiment de l’ONU de New York… Ci-dessous, le dessin complet (source).

 

Et pour le thème 3 ?

Trois organisations caritatives allemandes et… : Brot für die Welt, Misereor, WWF International, INKOTA

G7 sécurité alimentaire

 

Visiblement, il n’y avait pas de places pour les acteurs de l’agriculture et de l’alimentation qui assurent l’essentiel de la mission : produire, conserver, transformer, distribuer pour huit milliards de terriens.

Le message que leur a implicitement envoyé le gouvernement allemand est tout simplement calamiteux.

La sécurité alimentaire mondiale est entre de bonnes mains (ironie…).

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • Il y a les politiciens qui brassent du vent et les ONG qui font du lobbying. Pendant ce temps les agriculteurs sont au boulot dans les champs. Où sont les syndicats agricoles?

    • Avatar
      jacques lemiere
      30 juin 2022 at 7 h 49 min

      alors là…

      l’interdiction des pesticides n’est pas un problème stratégique pour les agriculteurs qui savent bien qu’ils pourront obtenir des mesures protectionnistes!! et donc..être les rois du pétrole!!!

      mais la transition est dure à gérer.. ils sont légitimes et vont obtenir des indemnités..

      leur but n’est pas de nourrir les gens!!!! mais de s’assurer un revenu!!!

      -1
      • Avatar
        jacques lemiere
        30 juin 2022 at 17 h 58 min

        désolé, l’arret des pesticides et des engrais c’est mauvais pour les consommateurs..pas les producteurs tant que la réglementation s’applique à tous..

        les pénuries c’est bon pour les vendeurs!!! les prix vont flamber..

        le problème par contre est que les fermes sont faites en somme pour des pesticides et des engrais.. et ça c’est emmerdant…ce sont des investissement souvent lourds…

        mais ce n’est pas aux agriculteurs de se plaindre.. peut être les bio qui vont voir leur marché de niche diminuer.. ..

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Depuis juin dernier, les Pays-Bas sont le théâtre de blocages et manifestations. Agriculteurs et éleveurs s’opposent à un plan de réduction drastique des rejets d'azote, annoncé par le gouvernement. Pour atteindre l’objectif ambitieux de réduction des émissions - 70 % d’ici 2030 -, ce dernier prévoit de réduire l’utilisation des pesticides, ainsi que le nombre de têtes de bétail.

En effet, l’élevage contribue aux émissions d’azote par le biais de l’engrais, des effluents d’élevage ou encore des déjections animales. Selon le gouvernemen... Poursuivre la lecture

Allons-nous vers une Europe fédérale resserrée autour de l’Allemagne ? Dans un article pour le Frankfurter Allgemeine Zeitung, le chancelier social-démocrate allemand Olaf Scholz vient de décrire sa vision de l’Europe. Il y défend une approche centralisatrice de l’Union européenne et appelle à la fin des veto nationaux afin d’assurer un plus grand poids sur la scène internationale. Mais les politiques écologiques et de défense allemandes passées et présentes montrent que la méfiance doit être de mise.

 

Fin des veto nationaux ... Poursuivre la lecture

Un article de Conflits

To be, or not to be, that is the question : en quelques mots, Shakespeare a fait dire à son prince Hamlet la question existentielle d’être, quitte à souffrir, ou de ne plus être en se rebellant et en risquant la mort. Les Allemands vivent ces jours-ci ce refrain universel du doute : vivre avec le gaz russe ou mourir économiquement sans le gaz russe, telle est la question.

 

Les centrales électriques ne peuvent pas grand-chose

Un vent de panique semble désormais souffler sur l’Allemagne. Alors q... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles