Jordan Peterson : les marchés libres sont « équitables »

Il est clair que Peterson a absorbé une grande partie de la pensée autrichienne à laquelle il a été exposé l’année dernière.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Jordan Peterson by Gage Skidmore (CC BY-SA 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Jordan Peterson : les marchés libres sont « équitables »

Publié le 25 avril 2022
- A +

 

Jordan Peterson est un psychologue, conférencier et intellectuel canadien qui a l’avantage de faire enrager les élites de la gauche et de l’establishment. C’est un trait de caractère précieux en soi, mais les contributions plus sérieuses de Peterson à la vie culturelle et intellectuelle des années 2010 et 2020 résident dans ses conférences sur YouTube, ses livres (principalement 12 règles pour une vie et le récent Beyond Order) et ses conférences publiques qui ont attiré des millions de personnes pour des conversations approfondies sur des histoires bibliques.

On peut affirmer sans risque de se tromper qu’il a influencé et inspiré d’innombrables personnes, améliorant la vie de l’une des catégories démographiques les plus négligées et les plus ridiculisées de l’Occident aujourd’hui : les hommes de la classe ouvrière, jeunes, et blancs.

Le lien avec l’économie autrichienne et les régimes monétaires n’est pas évident, mais il est là. Il y a quelques années, Jonathan Newman faisait remarquer que la série de conférences de Peterson, Maps of Meaning, « présente un cadre pour l’action humaine ayant de nombreuses similitudes avec celui de Mises et Rothbard ». En juxtaposant des extraits des travaux de Jordan Peterson, Ludwig von Mises et Murray N. Rothbard, nous constatons une ressemblance dans la façon dont ces intellectuels considèrent des thèmes comme l’évaluation subjective, l’incertitude de l’avenir et le rôle de l’action comme démonstration de la préférence.

L’année dernière, Peterson a interviewé Bob Murphy et Saifedean Ammous dans le but explicite d’en savoir davantage sur l’école autrichienne et sur le bitcoin. Avant cela, il avait eu une conversation de quatre-vingt-dix minutes avec quatre grandes personnalités du bitcoin afin d’apprendre sur la monnaie saine et le système monétaire actuel. Après la conversation avec Ammous, Peterson a annoncé qu’il avait acquis des bitcoins pour lui-même.

Au début du mois d’avril, lors de la première conférence sur le bitcoin organisée par la société mère de Bitcoin Magazine, BTC Media, Peterson a été interviewé par Tuur Demeester pendant près d’une heure et a livré une défense retentissante du capitalisme. Il est clair que Peterson a absorbé une grande partie de la pensée autrichienne à laquelle il a été exposé l’année dernière.

 

Marchés, calcul et nécessités existentielles

Peterson se décrit lui-même « comme quelqu’un qui considère le marché libre comme une nécessité existentielle ».

Les marchés sont le mécanisme de calcul qui agrège les valeurs des individus en un tout décentralisé. Personne n’est en charge de la production de pain à Londres, et pourtant, quiconque dans cette ville ayant envie d’un sandwich peut facilement s’en procurer un. C’est la fonction entrepreneuriale qui rend cela possible. Guidés par les prix des intrants, une estimation de ce que les consommateurs paieraient pour le produit, et l’attrait du profit qui pourrait suivre, les entrepreneurs mettent leur richesse en jeu. Avec leur peau en jeu, les hommes d’affaires fournissent de la valeur aux autres. Si ces derniers ne voient pas la valeur de ce qu’une entreprise a produit ou s’ils ne soutiennent pas leurs paroles par des actions monétaires, cette entreprise sera rejetée par le marché libre.

« La meilleure façon de comprendre quelque chose est de l’essayer », a déclaré M. Peterson, et c’est ce qu’est l’entrepreneuriat. Il a longuement discuté des difficultés d’un entrepreneur à mettre un produit sur le marché, de la façon de penser à la tarification et du profit comme guide pour valider la valeur apportée aux consommateurs.

Suit l’éthique fondamentale du capitalisme :

« Dans un système de marché libre, vous devez offrir aux gens qui pourraient choisir autrement – gratuitement – quelque chose qu’ils apprécient – gratuitement – puis vous devez le fournir, et il doit fonctionner de manière fiable. Tout cela est éthique…. Si je ne le fais pas, je vais avoir une très mauvaise réputation très, très rapidement. »

Le conseil qu’il donne à ceux qui se lancent dans l’aventure entrepreneuriale est de ne pas être sur la défensive au sujet de l’éthique de leur entreprise capitaliste :

« Vous devriez être sur l’offensive, en affirmant sans détour que ce que vous faites est profondément éthique – que vous offrez à des personnes libres, à des clients libres, la possibilité de faire des choix libres sur ce qu’ils apprécient. C’est comme : qu’y a-t-il de mal à cela ? »

Le public a applaudi bruyamment en signe d’approbation. La gestion d’une entreprise est éthique ; le capitalisme vise à fournir de la valeur à son prochain. Qu’y a-t-il de mal à cela ?

 

L’inclinaison vers le totalitarisme

Les tiers ne peuvent pas porter de jugements de valeur au nom des autres. L’économie autrichienne accorde une telle importance à l’évaluation individuelle subjective des moyens et des fins qu’elle est considérée comme un axiome fondamental de l’édifice praxéologique.

Peterson semble avoir fait sienne cette intuition autrichienne, en critiquant les propositions politiques interventionnistes et de type nudge visant à faire agir les consommateurs (davantage) en fonction des intérêts d’une entité dirigeante. Peterson admet qu’il serait bon que les agences gouvernementales ou les grandes entreprises guident notre comportement de cette manière si elles pouvaient avoir raison dans leurs évaluations – ce qu’il objecte rapidement qu’elles ne pourront jamais faire. Vous ne pouvez pas porter des jugements de valeur pour les autres :

« L’un des axiomes fondamentaux, dans un certain sens, d’un système de marché libre est que la seule façon de calculer correctement la valeur de l’horizon émergent de l’avenir est d’échantillonner – et peut-être d’additionner – le libre choix d’une multitude d’agents libres. Il n’existe aucune méthode de planification centrale qui, même en principe, puisse se substituer à cela. »

Au lieu de cela, ce que le système économique de marché entier fait est d’utiliser :

« l’éventail de choix que chacun fait comme le mécanisme qui valorise les nouvelles choses au fur et à mesure qu’elles émergent. Les partisans de planification centrale pensent qu’ils peuvent simplement sauter par-dessus et sauver la planète….. Ils pensent pouvoir subordonner ce mécanisme informatique à une sorte d’algorithme éthique ou procédural. »

 

… il n’existe aucune méthode de planification centrale, même en principe, qui puisse se substituer au système de marché libre.

Plus néfaste encore, chaque fois que nous avons essayé, comme nous l’avons fait largement au cours du XXe siècle, de mettre en place un État fort, le résultat a été horrible.

Peterson affirme :

« Dès que vous subordonnez les mécanismes du libre marché à des dogmes éthiques de planification centrale, vous affectez le système économique de manière catastrophique, et vous déstabilisez toute la société et la faites basculer vers le totalitarisme. Nous ne l’avons pas encore appris, car il y a toujours une nouvelle génération de personnes qui se croient assez intelligentes pour planifier le monde. »

À tous les planificateurs centraux en herbe : malgré vos références, vous n’êtes pas assez intelligents pour planifier le monde. Alors, s’il vous plaît, arrêtez d’essayer.

Selon Peterson, ce qui sépare les économistes autrichiens des non-autrichiens c’est l’humilité d’accepter que le contrôle d’un système chaotique et complexe n’est pas une option. Tout processus complexe va connaître des corrections – des conséquences involontaires. Faisant explicitement référence à des domaines aussi divers que les sauvetages bancaires, le cycle économique et les feux de forêt, il souligne une vérité plus grande : les non-autrichiens « pensent qu’ils peuvent atténuer ces corrections et les Autrichiens pensent qu’il faut laisser les corrections se produire aussi localement que possible ».

Plus important encore : laissez-les tranquilles. Non pas que ceux qui souffrent à cause des faillites ou des crises financières ne méritent pas d’être aidés, mais parce que « vos tentatives de lisser les corrections vont en fait les amplifier et les aggraver ».

Jordan Peterson a fait un long chemin sur son parcours autrichien.

 

Traduction Contrepoints

Sur le web

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Avatar
    jacques lemiere
    25 avril 2022 at 6 h 44 min

    les rêveurs haïssent le profit!!!!
    ils ne comprennent pas que le profit est mutuel dans tout échange librement consenti..

    ils ne comprennent pas que des profits importants réalisés par une entreprise signifient que des services importants ont été rendus!!!

  • La situation de ces derniers mois au Canada l’a certainement renforcé dans ses positions…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’Occident semble avoir accéléré son déclin dans une espèce de folie autodestructrice rarement égalée.

Les sociétés occidentales subissent les conséquences de la scandaleuse gestion de la pandémie de covid de leurs dirigeants politiques et souffrent d’une inflation des prix, auto-infligée par leurs propres sanctions contre la Russie.

C’est dans ce contexte qu’il faut lire le dernier livre de Olivier Piacentini, La Chute Finale : l’Occident survivra t-il ?.

 

Ce déclin ne date pas d'hier

Comme l’explique avec b... Poursuivre la lecture

Trois bonhommes Monopoly, l'un se couvrant les yeux avec ses mais, le deuxième les oreilles et le dernier la bouche
2
Sauvegarder cet article

Un article de La Nouvelle Lettre

 

Pas enseigné, pas pratiqué, le libéralisme est caricaturé : loi de la jungle, vol organisé, égoïsme débridé, inégalités croissantes, victoire de l’avoir sur l’être, société de consommation, concurrence sauvage, obsession de la rentabilité, etc. Il est facile de réfuter ces attaques : la réalité est autre.

Il y a mieux à faire : il est temps d’appliquer les vrais principes libéraux. Pourquoi préciser les « vrais » principes ? Parce qu’il est dit beaucoup de choses ridicules et menson... Poursuivre la lecture

couverture de Red Mirror  L'avenir s'écrit en Chine
1
Sauvegarder cet article

Lors de la parution française en avril 2021 de Red Mirror, essai assorti d'un reportage photographique original sur les rues chinoises, j'avais déjà souligné le sens profond de cet ouvrage d'un journaliste italien, Simone Pieranni, illustré par Gilles Sabrié, un photographe qui vit à Pékin.

Ces deux auteurs décrivent par le récit et par l'image la vie des gens ordinaires qui peuplent les mégalopoles chinoises. Ce sont les mêmes qui manifestent aujourd'hui en Chine contre le fol maintien d'un confinement assassin pour les malheureux hab... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles