Complotisme et Trusted News Initiative : les médias n’ont plus aucune crédibilité

En s’uniformisant, la presse est devenue lisse mais, plus grave, elle est devenue manipulable et se transforme en propagande.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 8

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Complotisme et Trusted News Initiative : les médias n’ont plus aucune crédibilité

Publié le 23 février 2022
- A +

Dans un précédent billet d’octobre, je notais l’apparition d’internet et de la décentralisation massive de la diffusion d’information qui ont conduit à une désaffection grandissante des médias d’information traditionnels.

Cette désaffection, en retirant progressivement aux États le pouvoir de manipulation des foules par la propagande, commence à se voir.

D’un côté, les gouvernements multiplient les lois de plus en plus restrictives sur ce qu’on peut publier, ce qu’on peut dire et ce qu’on peut diffuser. La liberté d’expression n’est plus qu’une approximation de ce qu’elle fut il y a seulement deux décennies. De l’autre côté, ces médias essayent de mettre en place des moyens plus ou moins habiles de forcer les individus à passer par eux et tentent par tous les moyens (comportementaux notamment) de discréditer toute source d’information alternative.

C’est dans ce contexte qu’apparaît un accord aussi intéressant que discret qui fut signé entre différents groupes de médias mondiaux : lancée en 2019, la Trusted News Initiative (TNI) n’a très habilement pas fait beaucoup parler d’elle même si on en voit maintenant les effets directs sur les informations qui sont distribuées partout dans les journaux traditionnels. Cette initiative vise à repérer les « fausses informations » et autres rumeurs qui trottinent un peu partout sur les intertubes et autres réseaux sociaux, et à les dénoncer. Mieux encore : en 2020, il a été décidé, toujours dans le cadre de cette TNI, de renforcer le combat contre les fake news liées au coronavirus et tout ce qui tourne autour de cette question.

En somme et depuis deux ans, cette initiative permet à tous les réseaux médiatiques participants de ne parler que d’une seule voix, pour apporter les vraies bonnes informations estampillées correctes au public demandeur, et dénoncer et démystifier les intox et autres rumeurs sordides qui grouillent dans les milieux interlopes (que certains n’hésiteront pas bien sûr à qualifier d’extrême droite, de suprémacistes, de racistes, de sexistes et d’homophobes).

Même si elle n’est qu’assez peu connue, cette initiative regroupe malgré sa discrétion plus de 2000 chaines de télévision dans 56 pays, qui diffusent en 160 langues des informations minutieusement fact-checkées pour un public évalué à un bon gros milliard de personnes. Pas étonnant, devant une telle représentation, que les nouvelles alternatives aient tant de mal à se frayer un chemin dans la déferlante de justesse, de droiture et d’honnêteté que ces réseaux et cette initiative représentent fièrement !

Et ça marche : moyennant un pilonnage massif une diffusion ciblée de propagande d’informations choisies, le complotisme a rapidement reculé !

Comme le note Ohana dans une série de tweets particulièrement pertinents, ce terme de complotiste a été employé à toutes les sauces.

Ainsi, imaginer que le vilain virus pandémique pouvait sortir du laboratoire P4 de Wuhan fut longtemps complotiste. Bon, ce n’est plus le cas maintenant, mais au moins, la TNI a bien fait son travail à ce moment.

Ainsi, les masques sont passés d’inutiles à indispensables puis obligatoires, pour redevenir à présent inutiles selon l’OMS. Entretemps, ceux qui ont bêtement conservé à l’esprit, comme en 2019 et avant, que ces masques ne servaient à rien à l’extérieur et n’étaient utiles que pour les malades dans des lieux fermés, ont été copieusement appelés complotistes tout au long du périple étonnant de cette information depuis deux ans.

Ainsi, les médias participant à cette TNI n’eurent aucun mal à qualifier de complotistes ceux qui expliquaient que les vaccins provoquaient des myocardites. Bon certes, un papier de Nature montre à présent que, pour les hommes de moins de 40 ans, le taux de myocardites provoquées par les vaccins est supérieur à celui de la Covid-19 pour tous vaccins (on pourra lire à profit ceci ou cela), mais oubliez ça : seuls les complotistes persistent dans cette idée. Notez que les analyses montrant cela ne sont pas dans la presse estampillée TNI. Coïncidence ?

Ainsi furent aussi taxés de complotistes et de pourvoyeurs de fake news ceux qui mettaient en doute la bonne sécurité des vaccins. Les médias ayant signé cette TNI furent les plus nombreux et les plus virulents à démystifier à tour de bras cette abominable rumeur, pendant que trois des quatre vaccins sur le marché en étaient progressivement retirés ou limités à des classes d’âges spécifiques.

Ainsi furent aussi copieusement parqués dans le camp des vilains et des méchants ceux qui osèrent, dès le début des vaccinations, remettre en cause l’efficacité et la durée des injections. Est-il besoin de revenir sur ce fiasco, alors qu’on envisage des quatrièmes doses et qu’on observe une protection nulle (voire négative) après quelques mois seulement ? Il en est allé de même pour tous ceux qui osaient prétendre que ces technologies n’empêchaient pas la propagation du virus. Les courbes d’infection dans les pays les plus vaccinés permirent cependant de calmer un peu le déferlement de mauvaise foi des participants au TNI (qui n’ont cependant présenté ni excuse ni rétractation pour le Niagara d’articles faux qu’ils ont pourtant sortis).

Bref, on peut multiplier les exemples mais la conclusion est sans appel : les médias ne font plus leur travail de base. Ils ont remplacé le journalisme par le psittacisme, la répétition plus ou moins mécanique d’un nombre limité de mantras destinés à formatter et à former l’opinion et non l’informer.

De ce point de vue, ces médias dont la crédibilité s’effondre chaque jour plus vite n’ont fait que reproduire une technique bien connue des politiciens et notamment de ceux qui sont au pouvoir : disqualifier leurs adversaires en les étiquetant de façon infâmante.

Ces vingt dernières années, les politiciens ont distribué de l’anathème à qui mieux mieux, en qualifiant les opposants à leurs mesures liberticides d’extrémistes antidémocratiques, de suprémacistes, de racistes ou, surtout et partout, de fascistes. Sans surprise, leur crédibilité et l’adhésion du peuple se sont rapidement érodées pour arriver aux abysses actuels.

Avec la même inventivité, les médias suivent actuellement le même chemin. La presse officielle, les chaînes de télévision et autres radios subventionnées ont simplement ajouté le complotisme à leur panoplie.


—-
Sur le web

Voir les commentaires (11)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (11)
  • Ça va mieux en le disant mais, cela ne change rien, tout est verrouillé, la plus part des gens sont sous perfusion de l’état, et l’état peut débrancher à tout moment… Deux petits grains de sable à leurs (davos ?) projets, la Russie et la Chine…. En cours de résolution…. qu’ils pensent.. Comme si ces gens avaient un cerveau !

  • Comme Pierre Falardeau le disait si bien, les nouvelles ce n’est pas de l’information, c’est de la formation.

  • Je me pose toujours la question de pourquoi les comptes FB ou Twitter des platistes n’ont jamais été bannis, contrairement à quasiment tous les comptes « complotistes » ou « antivax »… Y aurait-il une part de vrai dans le fait que la terre est plate ? Encore une invention de BigPharma ? 🙂
    D’ailleurs il est intéressant de voir que les medias n’ont pas osé censuré le Dr Raoult sur Youtube… On peut en effet se poser de réelles questions concernant le bon deux poids de mesures d’un « fake news »…

    • le bannissement de twitter ou facebook est l’affaire de facebook ou twitter;..

      la saisie du pognon est une tout autre affaire!!!

  • à mon p’tit niveau je rappelle régulièrement le definition de féminicide aux journalistes qui l’emploient….

    quant au terme de complotisme..

    complotiste
    Apprenez à prononcer
    nom et adjectif
    Défenseur d’une théorie du complot.

    complotisme
    nom masculin
    Idéologie des complotistes.

    et c’est curieux car défendre une théorie de complot exige désormais d’etre idéologue..

    curieux. ou pas..

    • un peu léger car je me suis arrêté aux definitions données par google mais ce qui frappe..

      c’est qu’a priori croire à l’existence complot n’est pas du « complotisme » ou alors…

  • Les médias font de plus en plus de propagande – et pas seulement pour le gouvernement.

    Or soyons lucides : une information est souvent fausse (erreurs, approximations, mauvaises sources, déformation volontaire ou involontaire des propos …)

    En revanche la propagande est toujours de la fausse information par définition. Et peu importe que les auteurs s’imaginent le faire pour le « bien ».

    Au final on ne sait pas quel est le pourcentage de feiqueniouze, mais le taux de crédibilité avoisine clairement le zéro.

  • Avatar
    Laurent Lenormand
    24 février 2022 at 8 h 01 min

    Imposer un récit qui les arrange est devenu une nécessité pour des régimes politiques en mal de légitimité populaire.
    L’avènement d’un pouvoir mondialiste coordonné n’était concevable que si l’info officielle passait également sous la botte d’un organisme de contrôle supranational. C’est le rôle de la TNI.
    H16 a raison: les médias mainstream ne sont qu’une machine de propagande au service de ceux qui les financent.

  • N’oubliez jamais que c’est vous qui décidez de voter pour ces C . . . !

  • bon…

    quand on a besoin d’une info on va la chercher, ça demande du boulot qu’on accepte de faire car on y voit un interet.., on nous a habitués sinon convaincus que les infos nous seraient livrées nettoyées triées et lavées.. sans efforts.. et plus étonnant gratuitement..

    la vrai question est de savoir pourquoi on veut être informé..
    en général pour decider quoi faire..
    mais de plus en plus pour nous convaincre ou nous faire obéir..

    une information fiable DOIT être vérifiable.. et réfutable, le scepticisme est de rigueur.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Psycho (Copie d'écran, tous droits réservés)
7
Sauvegarder cet article

L'actualité est difficile à suivre en ce moment et la presse, ayant sombré dans un mode de propagande aussi totale que grotesque qui en devient particulièrement visible, n'aide pas à donner une image claire des directions prises par les uns et les autres.

Ainsi du côté du gouvernement, on ne peut que noter l'embarras dans lequel il se trouve de quelque côté qu'on le prenne.

Sur le plan politique, l'absence de majorité absolue pour la Renuisance du Président ou pour le groupe Ensemble à l'Assemblée provoque des difficultés manife... Poursuivre la lecture

l'histoire
0
Sauvegarder cet article

Harold Innis est sans doute le principal théoricien canadien de la communication même si son nom est moins connu de nos jours que celui de son compatriote Marshall McLuhan. La profondeur de ses analyses fait que sa réflexion sur les médias a traversé le temps pour garder toute son actualité.

Pouvoir et connaissance au cœur de la communication

Si McLuhan et Innis assument tous deux la centralité de la technologie de communication, ils en déduisent des implications différentes.

Alors que McLuhan considère que les technologies de l... Poursuivre la lecture

Nous avions déjà constaté lors d’un précédent billet que les reportages de Cash Investigation souffraient de biais idéologiques. Il s’agissait d’égalitarisme dans l’épisode concernant les inégalités salariales entre les hommes et les femmes. Ce nouvel épisode, consacré à l’entreprise McDonald's, baigne quant à lui dans un anticapitalisme primaire.

Valeurs nutritionnelles d’un Happy Meal

Cash Investigation s’attaque dans un premier temps à la valeur nutritionnelle d’un menu Happy Meal. Le reportage enfonce des portes ouvertes. Il est à ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles