Politique vaccinale : l’Espagne devient raisonnable, la France s’obstine 

L’Espagne veut considérer le coronavirus comme une grippe normale, non plus comme une pandémie mais comme une maladie endémique. La France, elle, veut pousser l’adoption d’un Pass Digital en Europe.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 2
Photo by Jeremy Bezanger on Unsplash - https://unsplash.com/photos/IXNxOzOgawQ

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Politique vaccinale : l’Espagne devient raisonnable, la France s’obstine 

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 18 janvier 2022
- A +

Combien de temps va encore durer cette crise sanitaire subie par la population française ? Cela ne dépend que du gouvernement, et donc du président lui-même. Car il faut être parfaitement lucide : c’est le gouvernement qui est responsable de la crise sanitaire, et pas le virus Sars-CoV-2.

Depuis le début, cette crise a été plus politique que médicale, ce qui est confirmé par la politique sanitaire d’autres pays. L’Autriche semble revenir sur son plan de vaccination obligatoire, Israël abandonne la quatrième dose de vaccin, et la Suède maitrise la pandémie sans jamais avoir eu ni de confinement ni de pass sanitaire généralisé. De grands journaux danois et allemand demandent pardon aux lecteurs pour avoir été « absorbés de façon presque hypnotique » par les discours des autorités. Mieux vaut tard que jamais…

Et maintenant l’Espagne

En maintenant, c’est au tour de l’Espagne.

Le gouvernement espagnol avait réagi en mode panique au début de la pandémie, mais sa position et celle de la communauté de Madrid est maintenant de laisser le virus se propager. C’est donc un pays de plus où les autorités semblent revenir à la raison et à la modération.

Selon le Premier ministre Pedro Sanchez :

« L’Espagne veut considérer le coronavirus comme une grippe normale, non plus comme une pandémie mais comme une maladie endémique. »

Il s’agit de ne « plus comptabiliser chaque cas et en n’ayant plus recours au test au moindre symptôme.» 

Cette position est d’autant plus justifiée que l’Agence européenne du médicament estime maintenant que vacciner régulièrement contre le covid peut à terme fragiliser le système immunitaire.

Selon Marco Cavaleri, responsable de la stratégie des menaces biologiques pour la santé et des vaccins auprès de l’Agence :

« Les booster peuvent être effectués une fois, voire deux, mais ce n’est pas quelque chose que nous pensons doit être répété constamment […] Nous devons réfléchir à la manière dont nous pouvons passer du contexte pandémique actuel à un contexte plus endémique. »

Pedro Sanchez élabore la nouvelle position espagnole avec transparence ; il donne les chiffres qu’on n’entendrait jamais de tous ceux qui sèment la peur en France :

« Une létalité de 13 % au début de la pandémie, contre une létalité de 1 % avec le variant Omicron. »

Le gouvernement français continue à s’obstiner

Les autorités françaises sont donc de plus en plus isolées dans leur volonté de rendre la vaccination de facto obligatoire avec un pass vaccinal tout juste adopté. La position du gouvernement français dans cette crise sanitaire devrait être rendue politiquement intenable par un variant Omicron qui déferle partout, que la population soit vaccinée ou pas. Avec des centaines de milliers de nouveaux cas par jour, dans seulement quelques semaines la majorité des Français pourrait été contaminée.

L’expression exception française a d’habitude une connotation positive, mais celle-ci devient inacceptable quand elle est le signe d’un gouvernement à tendance autoritaire qui s’obstine à surenchérir avec un pass vaccinal qui ne sert à rien face au variant Omicron. Ce gouvernement français campe sur une position vaccinale qui, non seulement, a été depuis longtemps critiquée par les libéraux pour des raisons morales, et que des gouvernements européens commencent maintenant peu à peu à abandonner pour des raisons pratiques.

Il faut rappeler que Macron, dans sa choquante adresse aux Français de juillet 2021, annonçait :

« Pour lutter, une seule solution : le vaccin. »

La réalité des vaccins anti-covid n’a évidemment rien à voir avec ce qui avait été vendu par les dirigeants politiques et par le secteur pharmaceutique. Un changement de langage politique et de direction politique réelle sont donc probablement inévitables de la part de l’Élysée et du gouvernement. En effet, il y a des signes qu’en France également, le vent médiatique soit en train de tourner. Pour Macron il s’agirait alors de tenir le cap, si possible jusqu’aux législatives de juin 2022.

La France veut contaminer l’Union européenne de sa politique

En outre, Pedro Sanchez a dit vouloir « mener ce débat au niveau européen », ce qui est évidemment une bonne idée compte tenu de sa nouvelle position réaliste et pragmatique au sujet du coronavirus. Mais la France vient de prendre la présidence du Conseil Européen au 1er janvier 2022 – cette France qui s’obstine à vouloir éradiquer la Covid-19 par une politique vaccinale aberrante et injuste, alors que cela est devenu impossible.

C’est dans ces conditions que la France, un pays qui a tellement d’atouts mais qui ne peut être considéré aujourd’hui que comme un échec politique majeure en Europe, a pris la présidence de l’Union européenne. Il est déplorable que pendant les prochains six mois les dirigeants français pourront pousser encore davantage l’argument d’une dette commune et divulguer leurs projets anti-entrepreneuriat en Europe.

Il faut espérer que cette présidence française soit aussi inefficace que les initiatives nationales de ce gouvernement,

En effet, pour Macron, il s’agit d’« un moment de vérité pour la régulation et la responsabilisation des plateformes numériques »

L’État français veut pousser l’adoption d’un Pass Digital en Europe avec l’aide de « son » commissaire Thierry Breton. Il s’agit d’un plan déjà bien avancé de renforcement du contrôle supra-étatique des citoyens européens, avec la solution Digital Identity Wallet de, ni plus ni moins, Thalès/Gemalto… Étant donné la taille et les intérêts de l’État français, ce capitalisme de connivence ne devrait plus surprendre personne.

Un vice des politiciens français

Les Français ont souvent dénigré la capacité de jugement des Espagnols, à l’exemple de Pascal qui disai : « Vérité en-deçà des Pyrénées, erreur au-delà. »

Même s’il y a parfois du vrai dans cette expression, il est également vrai que les politiques français n’ont pas du tout la même capacité que leurs confrères espagnols à admettre leurs erreurs et en tirer les conséquences en adoptant publiquement une nouvelle direction. Le peuple français aura prochainement la possibilité de décider si ce vice est acceptable ou non chez leurs dirigeants.

Voir les commentaires (28)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (28)
  • Ce passe vaccinal est tout simplement une ignominie. Il ne sert médicalement absolument à rien. Je ne comprends pas comment un nombre important de députés aient pu le voter. J’espère qu’ils auront du mal à dormir et à se regarder dans une glace. C’est absolument abject.

    12
    • Là, vous en demandez beaucoup trop! Ce n’est pas demain la veille qu’un dirigeant Français aura du mal à se regarder dans la glace après avoir pris des décisions aberrantes.

      Plus sérieusement, j’irai dans le même sens que vous en disant que le passe vaccinal est au mieux inutile, mais peut être même dangereux et contreproductif. On sait en effet depuis un bon moment que le vaccin réduit la probabilité qu’a un vacciné de développer une maladie grave, mais qu’il ne réduit en rien la possibilité qu’a ce même vacciné de contaminer les autres. Si des personnes en bonne santé, à faible risque, et ayant leur passe en bonne et dûe forme, sont incitées à faire moins attention au contact de personnes fragiles, alors la mesure est dangereuse et contreproductive.

      • J’aimerais bien avoir la liste nominative de tous les députés qui ont voté cette ignominie. Je pense que c’est un peu trop facile de compter sur l’anonymat de masse du parti. Mon caractère optimiste me laisse à penser qu’il y en a pas mal qui n’étaient pas d’accord et qui ont voté par obéissance partisane. Si la liste était publié, même si on peut se la procurer difficilement, ils réfléchiraient peut-être à deux fois.

      • Ils ont tout prévu : une étude vient de sortir qui prétend que le pass sanitaire aurait permis de sauver 4000 vies.
        Forcément, comme cet outil est conçu pour pousser les gens à se faire vacciner, et que le vaccin protège des formes graves (donc de la mort), alors globalement le pass sanitaire a sauvé des vies, le raisonnement est imparable.
        C’est juste que philosophiquement, cela signifie que le gouvernement pense avoir le droit de faire notre bonheur malgré nous, une pratique très en vogue dans tous les régimes autoritaires voire totalitaires.
        Et demain, au nom de ce principe, ils interdiront aux gens de fumer, de boire, de manger comme ci ou comme ça, de faire tel sport, telle activité de loisir, etc etc. bref nous serons devenus le bétail de ces messieurs-dames du gouvernement, tout juste bons à travailler, à payer des impôts et à obéir, contrôlés à tout bout de champ pour tout et n’importe quoi (y compris les émissions de CO2) via un « pass du bon citoyen »…
        Le plus déprimant étant que la plupart des Français n’y voient que du feu.

        -1
        • « une étude vient de sortir qui prétend que … »

          Oui, les médias aiment les études qui viennent de sortir et qui vont dans leur sens. Malheureusement ils sont peu compétents pour en apprécier le sérieux, les limites et la portée.

          Cela ne les empêche pas de nous donner des leçons pour dénoncer ceux qui pensent mal, genre : « aucune étude ne prouve que … ». Notez bien la différence entre « des études montrent que non » et « aucune étude montre que oui ». Car si on n’étudie pas, on arrivera automatiquement à la seconde alternative.

          Maintenant, sans avancer de réponse à ma question, je demanderai : toutes les études faites jusqu’ici sur les alpha, béta, delta ou autres sont-elles encore valable pour omicron ? (vaccins, bénéfice/risque, anticorps facilitant, miocardies, traitements, seuil d’immunité, méthodes de transmission …)

      • « On sait en effet depuis un bon moment que le vaccin réduit la probabilité qu’a un vacciné de développer une maladie grave »

        On le dit partout… mais en regardant de plus près, à part réduire (significativement avec « Wuhan », moyennement avec le variant Anglais et Delta, pratiquement pas avec Omicron) les chances d’être infecté, la « protection contre les formes graves » n’est pas une caractéristiques très significative au plan statistique. Il y a juste un effet amplificateur sur les cas et cas hospitalisés puis cas en réa, simplement parce qu’à chaque étape la proba n’est pas de 1 mais de beaucoup moins.
        En prenant les données (bidouillées à mort) distribuées par santé publique France, on peut au mieux estimer à 20 ou 30% grand maximum, le fameux « effet protecteur contre les formes graves »… Le problème c’est que la plupart des médecins, y compris épidémiologistes et la totalité des politiciens et journalistes sont des analphabètes statistiques pour être TRÈS gentil ! Ils racontent donc n’importe quoi pourvu qu’on le leur ait dit préalablement (ici les labos).

  • la crise sanitaire c’est l’épidémie..la folie liberticide pour des motifs sanitaires..

  • Avatar
    Laurent Lenormand
    18 janvier 2022 at 8 h 47 min

    « C’est le gouvernement qui est responsable de la crise sanitaire, pas le virus. »
    Tout est dit. Difficile dans cette affaire de démêler l’incompétence de la crapulerie, ou de faire la différence entre les petits calculs politiciens et la franche trahison des intérêts de la population. Toujours est-il que la solution du problème passe par un pré requis : dégager ceux qui ont accaparé le pouvoir à la faveur de cette épidémie. Et faire un inventaire complet de ce qui a dysfonctionné: presse aux ordres, contrepouvoirs inexistants, etc.
    La France est coutumière de ces désastres collectifs (Knysna, par exemple). Elle a montré aussi qu’elle pouvait se redresser et faire d’excellentes choses quand elle tire les conséquences de ces catastrophes et qu’elle met les bonnes personnes aux bons endroits.

  • il n’y a que les imbéciles qui ne reconnaissent pas leurs erreurs ; à croire qu’ils sont en majorité au pouvoir ;

  • L’Espagne est une monarchie, pas une république dont le président doit se faire élire ou en l’espèce réélire et pour se faire mettre les français en coupe réglée. « Dieu parmi nous » est infaillible. Qu’on se le dise!

    • Vous avez écrit, au lieu de «  … et, pour ce faire, mettre… » : « … et pour se faire mettre… » dont le sens littéral est, disons, un peu différent.
      Mais, parlant de celui qui rêve actuellement de réélection au prix de nos libertés, je trouve votre formule intéressante.

  • Le changement de discours des médias correspond sans aucun doute à un retournement d’opinion des lecteurs.

    Pour ma part, je dirais qu’après avoir débattu dans tous les sens sur la base d’informations partielles et partiales, beaucoup se réveille maintenant avec la gueule de bois – pour en avoir trop exercé la langue.

    Reste l’emm… en chef, qui depuis le début de son mandat a toujours un mois de retard dans ses prises de décisions. (Sans même préjuger de leur bien-fondé).

    • Il y a un mois et demi, on s’est pris la « vague de delta » dans la g… Chose non seulement prévisible mais plus ou moins prévue dès l’été. Cette vague a clairement montré que la vaccination ne servait à rien pour contenir l’épidémie.
      Fidèle à son habitude, M l’emM a réagi avec un mois de retard pour imposer la vaccination pour tous au moment ou l’omicron à largement remplacé le delta, de sorte qu’on vaccine à tour de bras en pleine épidémie, avec un vaccin qui n’est efficace qu’à J+15 (au mieux) mais pourrait aider la contamination par la fréquentation des centres ou anticorps facilitants.

  • C’est plus de la folie que de l’obstination surtout que les vaccins actuels sont inopérant sur les virus omicron et suivants.. Attal vient même d’annoncer que c’était fini… Mais pas le pass ni ces vaccins inutiles.

  • C’est surtout le bal du siècle pour les VRP en Vaccin.
    Les Macarons Véreux et leur cour de médico bureaucrates s’empiffrent le plus possible avant la dernière danse.

  • En effet depuis quelques jours les médias, même français, se font porteurs d’une idée que le vaccin (et donc le pass vaccinal par extension) ne marche pas du feu de Dieu avec Omicron.
    Bien sûr les idiots utiles du système continuent leurs ubuesques « débunkages », en explicant doctement qu’il y a plus de chances de chopper le virus en étant vacciné que non vacciné mais que c’est la preuve que le vaccin marche, que si la létalité s’est effondrée c’est « parce que les gens sont vaccinés » (les non vaccinés choppant Omicron mourant tous, c’est bien connu).

    M’enfin, il y a (hélas pour le pouvoir) de plus en plus de gens dans mon cas : je suis vacciné, ma femme et mes enfants non. Nous avons tous choppé le méchant virus. J’ai eu les symptômes les plus marqués et longs (mais quand même moins qu’une grosse grippe, et en vrai légèrement moins que quand j’ai choppé le OG-Covid en 2020 mais pas si différent). Ma femme a eu les mêmes symptômes que moi mais avec moins de toux et de maux de gorge (OK, j’ai joué au golf par 1° la veille de l’apparition des symptômes, ça à peut-être joué), les enfants un jour de légère fièvre et un peu le nez qui coule, et c’est tout.

    Après ça, plus des tas de copains, cousins, etc. même âgés de 60+ ans, même en surpoids marqué, même hypertendus, qui ont choppé le bousin tout en étant vaccinés ou pas, et pas un seul hospitalisé, je suis peut-être chanceux mais plus vraiment convaincu que le virus est « très méchant » et les discours des médias et des politiciens, si je n’en n’avais pas été déjà convaincu, sonnent de plus en plus faux ! Vaccinez vous ? Mais pourquoi donc puisque ça ne change désormais plus rien ? Alors qu’on voit dans le même temps déjà 4 joueurs ou joueuses a l’Open d’Australie (qui a viré le méchant Nole non vacciné) avoir des « douleurs à la poitrine, cardiaques », un attaquant de l’équipe de France de foot devoir se faire opérer au cœur… Toutes choses qui n’arrivaient jamais avant.

    C’est pas des statistiques (on peut en faire aussi, elles montrent des choses similaires) mais beaucoup commencent à voir, et à ne plus croire. Et ça même chez les journalistes. Et quand le premier enfant crie « le roi est nu », ça va très vite !

  • « Une létalité de 13 % au début de la pandémie, contre une létalité de 1 % avec le variant Omicron »
    Il est nécessaire de préciser que ces ratios concernent uniquement les personnes à risque, en gros les personnes âgées ou comorbides.
    En population globale, on n’a jamais dépassé le 1 % de létalité (taux de mortalité pour les gens infectés).

    • Vous connaissez « Un jour sans fin » / « Groundhog day ». Phil Connors / Bill murray essaie jour après jour de sauver le « viel homme », bien que l’infirmière lui dise que son dernier jour est arrivé.
      Cette année le « viel homme » n’est pas mort de la grippe…

  • « Une létalité de 13 % au début de la pandémie, contre une létalité de 1 % avec le variant Omicron »
    Il est nécessaire de préciser que ces ratios concernent uniquement les personnes à risque, en gros les personnes âgées ou comorbides.
    En population globale, on n’a jamais dépassé le 1 % de létalité (taux de mortalité pour les gens infectés).

  • 100% d’accord avec l’article, juste un petit bémol : la phrase de Pascal « Vérité en-deçà des Pyrénées, erreur au-delà » n’est un rien un dénigrement de la capacité de jugement des Espagnols, juste un magnifique raccourci pour illustrer la relativité de certaines « vérités » (lois, moeurs, etc.) qui changent selon les pays.

    • Merci pour ce commentaire sur l’expression de Pascal, je prends note, meme si je pense qu’il y avait peut etre un peu des deux sens.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
1
Sauvegarder cet article

Textes présentés par Damien Theillier.

« La Communauté européenne est une manifestation de l’identité européenne. Ce n’est pas la seule. » — Margaret Thatcher.

Deux conceptions de l’Europe s’affrontent.

La première pense qu’une zone de marché unique ne peut pas fonctionner si une autorité centrale ne se préoccupe pas d’organiser pour chaque activité un ensemble préalable de règles et de normes communes. C’est la position de la Commission de Bruxelles, celle de son Président, mais aussi celle du gouvernement français.

... Poursuivre la lecture

Mesdames et messieurs les Français, vous avez les félicitations de Antonio Luis Santos da Costa, de Pedro Sánchez Pérez-Castejón et d’Olaf Scholz, et vous ne serez donc pas sanctionnés par Ursula von der Leyen comme de simples pays africains.

Dans un mouvement tout à fait inédit sur le plan diplomatique, les chefs des gouvernements socialistes du Portugal, de l’Espagne et de l’Allemagne ont exercé leur « devoir d’ingérence » en intervenant dans les élections démocratiques d’un autre pays de l’Union Européenne (UE), et pas des moindres,... Poursuivre la lecture

article 24 France libéral
3
Sauvegarder cet article

100 % anti libérale. C’est une présidentielle désastreuse pour les partisans des libertés qui s’achèvera le 24 avril.

L'intégralité des douze candidats a défendu des plateformes suprêmement indifférentes au premier terme de notre devise nationale. On peinait à y déceler des mesures qui auraient été, même vaguement, d'inspiration à rebours de l'État-nounou/État-père fouettard, ou même un seul discours éloquent sur les libertés publiques.

Le libéralisme absent du programme des candidats

Les douze pétochards se sont plutôt livrés à... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles