Allocution de Macron : vers un paternalisme autoritaire de l’État français

L’absurdité du président Macron luttant contre les contaminations, prêt à sacrifier de plus en plus de libertés individuelles des Français, rappelle la folie du colonel Nicholson du Pont de la Rivière Kwaï.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Screenshot_2021-02-09 Interview du Président Emmanuel Macron sur TF1 - YouTube

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Allocution de Macron : vers un paternalisme autoritaire de l’État français

Publié le 16 juillet 2021
- A +

Par Finn Andreen.

La liberté vient de prendre encore un coup en France.

L’allocution du Président Macron ce lundi 12 juillet 2021 confirme que depuis maintenant plusieurs années, l’État français s’oriente vers un paternalisme autoritaire et insidieux. Qui pouvait penser, lors du premier confinement il y a maintenant presque un an et demi, et après six mois de vaccination, que les vis allaient se resserrer encore davantage sur les libertés individuelles des Français ?

Dans toute sa pompeuse majesté jupitérienne, Macron a énoncé ce qui fait déjà le tour du monde :

Le pass sanitaire s’appliquera dans les cafés, les restaurants, les centres commerciaux, ainsi que dans les hôpitaux, les maisons de retraite, les établissements médico-sociaux, mais aussi dans les avions, trains et cars pour les longs trajets : là encore, seuls les vaccinés et les personnes testées négatives pourront accéder à ces lieux.

Non seulement cette phrase choque par son implication liberticide pour la vie de millions de Français, mais le 28 avril dernier, Macron avait promis le contraire : le pass sanitaire « ne sera jamais un droit d’accès qui différencie les Français » et qu’il « ne saurait être obligatoire » dans les restaurants, théâtres et cinémas.

Une vaccination généralisée n’est pas recommandée

Il a aussi ajouté :

Nous devons viser la vaccination de tous les Français […] dans les collèges, les lycées, des campagnes de vaccination spécifiques seront lancées à la rentrée.

Pourquoi est-ce nécessaire ? Une vaccination générale parait inutile si les groupes à risques sont prioritairement vaccinés, à savoir les personnes âgées, souvent avec comorbidité, et celles ayant une maladie chronique ou un système immunitaire fragilisé.

De plus, il ne faut pas oublier que ces vaccins n’ont reçu encore qu’une autorisation de mise sur le marché (AMM) conditionnelle de la HAS et de ÉMA, et pourraient encore présenter des effets secondaires sérieux encore inconnus, comme indique une récente étude israélienne.

Le fameux variant Delta est maintenant la raison, ou l’excuse, pour cette nouvelle panoplie de mesures. Mais il n’est pas plus létal que les variants précédents, au contraire. Selon les autorités sanitaires anglaises, il a « une létalité près de 10 fois moins importante que le virus souche (1,9% pour le variant alpha versus 0,2 % pour le delta) ».

Quand s’atténuera la réaction politique aux variants ? Il faut se rappeler que la durée moyenne d’une pandémie est de 4 ans. Et si cette pandémie SARS-CoV-2 durait 5 ans ou 10 ans ?

Un paternalisme aux dérives autoritaires

Macron est allé plus loin en n’excluant pas une éventuelle obligation vaccinale future. Venant de l’homme le plus puissant du pays, cela ne peut être interprété que comme une menace.

Certes, il est vrai que la vaccination contre la Covid-19 n’est pas encore obligatoire pour la plupart des Français. Le paternalisme consiste ici à ne pas contraindre à la vaccination, mais à créer une incitation suffisante pour que le résultat soit le même. Réaction prévisible : moins d’une journée après l’allocution, presque deux millions de Français ont suivi l’ordre implicite du Président. Il est sous-entendu que l’État, et non les Français eux-mêmes, sait ce qui est dans leur intérêt.

Qu’il s’agisse d’une approche paternaliste ou d’une obligation ne change donc rien sur le fond : dans les deux cas, l’État interventionniste influence fortement les choix individuels.

La philosophie libérale considère que l’État n’a aucune légitimité en la matière. L’individu est constamment influencé par une multitude de sources externes, mais en tant que monopole coercitif pouvant punir ou menacer de le faire pour certains comportements, l’État doit être vu comme un cas particulier.

La volonté de lier le paternalisme étatique au libéralisme via le concept de nudge, produit facilement des dérives autoritaires, comme les actions de l’État français ne le prouvent que trop bien.

L’exception française d’autoritarisme sanitaire

En France, le Conseil d’État et le Conseil constitutionnel devront juger de la légalité et constitutionnalité de ces initiatives de l’exécutif. Déjà le Conseil de l’Europe, pourtant pas grand défenseur des libertés individuelles européennes, avait défendu en janvier le droit des citoyens face aux plans de vaccination obligatoire des États membres, en ajoutant que :

Le point 7.3 de la résolution oblige tous les États-membres à veiller à ce que les citoyens soient informés que les vaccinations Covid ne sont PAS obligatoire et que personne ne subit des pressions politiques, sociales ou autres pour se faire vacciner.

L’exécutif français a donc décidé de complètement faire abstraction de ces recommandations, provoquant naturellement de vives réactions dans le monde entier (exemple en Espagne et en Russie).

Le New York Times a bien résumé la situation :

S’il y a toujours une tension en France entre ses instincts jacobins et étatiques et son incarnation des Lumières de la liberté individuelle, il s’agit ici du Président faisant la loi et disant aux citoyens de se mettre en rang.

Même si l’État français n’est pas le seul à proposer ce genre de mesures liberticides, la vie a déjà repris de manière plus ou moins normale dans beaucoup de pays. La volonté d’étendre l’usage d’un pass sanitaire dans le quotidien des Français est pratiquement unique au monde.

L’exécutif perd les pédales

Les tendances autoritaires de l’État français, représenté en premier lieu par le président de la République, sont la conséquence de « mission creep », selon l’expression américaine d’origine militaire. C’est l’inertie qui apparait dans un projet quand les moyens deviennent plus importants que la fin elle-même, car celle-ci a perdu sa raison d’être.

Le but original qui soi-disant « justifiait » les confinements était d’aplatir la courbe des hospitalisations, de limiter le nombre de personnes en réanimation. Ce but n’est plus d’actualité et vient d’ailleurs d’être considéré anticonstitutionnel en Espagne. L’exécutif français souhaite maintenant limiter coûte que coûte les contaminations, pour des raisons incompréhensibles, car même si elles augmentent, les hospitalisations diminuent

L’absurdité du président Macron luttant contre les contaminations, prêt à sacrifier de plus en plus les libertés individuelles des Français, rappelle la folie du colonel Nicholson qui protégeait coûte que coûte Le Pont de la Rivière Kwaï, dans le fameux film de David Lean.

Le colonel, brillamment interprété par Alec Guinness, ne se rend pas compte que le zèle avec lequel il veut mener à terme son projet aberrant est en complète contradiction avec tout ce pour quoi il a prêté allégeance. Il finit par réaliser son erreur, juste avant sa fin tragique ; Macron le fera-t-il aussi ?

La peste ou le choléra

L’État, incarné par son Président, demande maintenant aux Français de choisir : soit une vaccination de tous et une application du pass sanitaire généralisé, soit une dystopie de menaces permanentes de confinements, déconfinements et reconfinements, selon les variants et les saisons.

Ce choix entre la peste et le choléra est un faux choix qui doit être rejeté. Cette politique sanitaire insensée et liberticide doit être combattue par tous les moyens, afin de retrouver le monde d’avant. C’est aux Français de montrer que l’exception française est la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen et non pas cette déclaration de Macron. Une occasion en or se présentera évidemment le 10 et le 24 avril 2022.

Espérons que la fable de la grenouille ne s’appliquera pas à la situation des Français lentement asservis par l’État au rythme d’une progressive augmentation de la température coercitive. Les réactions très vives et répandues à l’allocution du Président sembleraient démontrer que le peuple français commence à prendre conscience de la situation.

[Mise à jour 16/07/2021 environ 20 % des groupes à risques ne sont pas encore vaccinés contrairement à ce qu’une affirmation laissait entendre dans une première version du texte.]

Voir les commentaires (62)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (62)
  • la question du vaccin est politisée..
    les masques furent politisés..

    quand un gouvernement veut se mêler de tout, tout devient affaire d’idéologie, et c’est lassant..

    quant à macron…l’étatisme n’a pas commencé avec lui il ne finira pas avec lui.
    l’étatisme est enseigné à l’école..et on va le répéter les chercheurs du secteur public qui épaule les décisions du gouvernement, est un concept dangereux..
    par définition un chercheur du secteur du public a un biais favorable au secteur public..

    une politique contre une épidémie exige de faire des prévisions, les prévisions sont en fait impossibles à faire sans hypothèses.. donc on peut se gourrer et dans les grandes largeurs..
    il ne faut pas cacher aux gens que il y a des hypothèses et donc des risques…et non ils ne sont pas « bornés »…

    la science ne doit pas se mêler de politique point barre. les chercheurs qui le font n’accpeteront pas de porter la responsabilité d’un foirage… et les gens ne comprendront pas alors que  » on ne pouvait pas savoir nous avons fait les hypothèses les plus simples et plausibles ».. nous avons suivi les procédures.. ça ne passera pas…

    on sait pas…on sait des trucs..on prend des précautions non pas suffisante pour exclure la couille, mais pour échapper à la « culpabilité »…

    mais on vit en ne sachant pas..on vit en prenant des décisions non optimales..on a pas le choix…

    je persiste à penser que ce mécanisme de refus de dire aux gens je ne sais pas , est lié avec le mensonge que la science sert l’interet public .. la science a pour but la vérité… ça sert davantage la justice que l’interet général qui est un concept bancal..et qui tourne souvent sinon en interet de la masse.. et en sacrifier les queues de distribution..

    l’inepte declaration de conflit d’interet, devrait inclure…je suis payé par une organisation politique!!!!

    • bientôt, si ce n’ets déjà le cas en matière de cliamt et d’environnement, on verra ce qu »‘on voir avec l’ed nat…

      des chercheurs affirmeront qu’un gouvernement est illégitime car anti science.

      désolé de digresser avec tant d’insistance là dessus mais c’est inévitable…

      la science ne peut pas vous dire de ne e pas fumer… elle vous dit que le tabagisme est associé à une augmentation de l’incidence du cancer des poumons dans tous les groupes étudiés.et une diminution de l’espérance de vie..

      elle commence à vous dire quoi manger…

      elle ne doit pas vous dire de vous vacciner mais expliquer ce qu’on sait sur les vaccins…

      et non contaminer une personne non intentionnellement n’est pas un crime.

  • J’ exerce deux métiers à temps partiels. L’ un d’ eux va me contraindre à la vaccination. Pour l’ instant je laisse le fil se tendre, je réfléchis à ma démission et à comment rebondir, j’ anticipe, je lis également et intègre toutes les bonnes raisons pour me faire vacciner, comme MichelO je considère qu’ il est avant tout question de responsabilité, j’ ajouterai de civisme, même si le rationalisme d’ état ou scientifique me broute menu. Je n’ ai aucune formation scientifique pour faire la part des choses dans tout ce qui se dit autour de ce virus et des vaccins. Nous avons été projetés dans une guerre dénaturée et je m’ interroge sur le sens à donner à « entrer en résistance ». L’ ennemi s’ est déplacé, il ne serait plus le virus mais l’ état français. Quel est le pire des maux?

    • Dans l’ état actuel des choses, décider d’ être vacciné ou pas est un acte libre.

      • Pendant l’Occupation, collaborer ou pas était un acte libre. La Résistance a commencé avec le STO (Service du Travail Obligatoire). La résistance à l’oppression macronienne commencera vraiment avec l’absence de travail, suite à une économie dévastée par ses lubies.

        • « Il finit par réaliser son erreur, juste avant sa fin tragique ; Macron le fera-t-il aussi ? »
          Fin tragique de Macron? Qu’est-ce que c’est que ce teasing d’enfer?

    • idem pour l’instant je laisse couler j’ai encore le choix, même si je suis contre ce vaccin pour des raisons de flou sur la durée et ses effets secondaires je commence a me demander comment je vais vivre dans quelques semaines si je n’aurais plus accès aux commerces en habitant à la campagne…j’espère juste que le conseil d’Etat va faire son taf et renvoyer macron à sa tétine.

      • Il importe surtout de clarifier les choses. Les commerces alimentaires style supermarché ne sont semble-t-il pas concernés.

    • l’état est le pire des maux, car cette « pandémie » a basculée vers une « pandémie politique » ce qui est plus grave car celle ci peut être manipulée facilement à la convenance des politiciens en place. Macron se fout de la pandémie, ce qu’il veut obtenir c’est le contrôle total de toutes les libertés des français. Cela s’appelle une dictature.

  • Un pervers narcissique ne se trompe jamais. S’il détruit votre vie, c’est votre faute, pas la sienne.

    Macron est un grand malade. Il se venge des deux bouffes prises en juin aux élections et dans la rue.

  • Oui, le remède est bien pire que le mal, vieille tradition française…

  • le paternalisme n’est qu’un déguisement de cet autoritarisme libertaire.
    Macron doit être déposé !

    • Autoritarisme libertaire ? Je vous rappelle que le cannabis est illégal en France, à la fois à titre d’argument que de conseil personnel.

      • C’est pourtant un terme bien adapté. Autoritarisme forçant tout et se mélant de tout (on pourrait donc parler de totalitarisme) et apportant sans cesse des « libertés » (opposables et imposant le viol de la liberté d’autrui pour exister) pour se dédouaner (cf les lois autour des PMA/GPA/féminisme/trans/racialisme… ) libertaire, pas libéral ou libertarien, loin, très très loin de là, hélas.

  • Et si c’était du bluff pour éviter les bouchons de vaccination à la rentrée ?
    Les affaires d’écoles sont déjà en vente , faut prévoir avant d’être pris au dépourvu…… Optimiste sans doute mais si ce n’est pas le cas des millions de français vont poser d’énormes problèmes à la France. Vont ils tous mourir de faim de soif et d’absence de soins ?

  • Dans le domaine du vaccin il n’y a pas matière à être manichéen et outrancier dans ces opinions et donc à être intolérant, dans les deux sens.

    Ce vaccin n’est pas la panacée, il sera peu à peu dépassé par les mutations du virus (obligatoires) et à remettre aux goûts du jour périodiquement comme tout vaccin anti-viral (grippe). Troisième injection déjà annoncée…

    En conséquence, Mr Blachier, par exemple, parlait jusqu’à très récemment, à juste titre, d’impossibilité d’atteindre une immunité collective…évidemment diverses pressions l’ont fait taire cet avis récemment. Avez-vous déjà vu une immunité collective pour la grippe ?

    Il n’y a, quoi qu’on en dise, pas de recul le concernant, pour une simple raison d’ailleurs, ce vaccin n’est utile, ou pas, selon les personnes, leur âge, leur groupe sanguin, leur sexe, la prise des transports en commun (parisien++) ou non, le travail en groupe, ou non, leur habitat QUE maintenant, pas dans trois ans car le virus aura muté quelques milliers de fois de plus d’ici là. Donc c’est bien maintenant ou jamais.

    Immunité collective illusoire et risque individuel très variable : tout plaide pour l’absence d’obligation.

    Les mesures du sieur macron sont liberticides, c’est indéniable et la situation économique du pays est surtout le fait de la gestion gouvernementale (rappel, avant le COVID le budget 2020 était déjà prévu déficitaire de 95 milliards : une paille !).

    Le risque du COVID, bien que supérieur à la grippe normale, est tout de même très modéré. Au pire, sauf comorbidités multiples et/ou majeures, même au delà de 80 ans : 17% (c’est le pire). Ce qui est beaucoup, beaucoup plus faible que le Tétanos, la polio etc…et toute comparaison avec ces vaccinations est perverse (d’autant qu’un délai de plus de 10 ans a été respecté avant de les rendre obligatoires)

    En conséquence, vaccin sans recul (mais avec un risque minime car la probabilité d’être porteur d’une transcryptase inverse…), pour une maladie à mortalité très modérée, possibilité de gestes barrières, possibilité aussi d’arrêter de penser que ce virus (celui là en tout cas) c’est la fin du monde…
    donc il y a légitimement pas de réponse univoque pour se vacciner ou pas.

    Les vaccinés (dont je suis pour bénéfice/risque individuel) n’ont pas à stigmatiser les non vaccinés à mon avis, quitte à se protéger (ce que je fais encore en portant un masque en faisant mes courses dans les supermarchés etc…). S’ils croient à l’efficacité du vaccin (ce qui est le minimum avant de se faire vacciner),il doivent ne pas craindre les autres et ne pas les stigmatiser.
    Il n’y a pas matière à se déchirer…

    Quand à macron il devient de plus en plus insupportable pour de plus en plus de gens, hélas pour de bonnes raisons.
    En médecine il existe un adage « Primum non nocere…deinde curare » porteur de sagesse (En premier ne pas nuire, ensuite soigner).
    Cet adage devrait être appliqué en politique parfois il est urgent de ne rien faire, de ne pas se mêler de choses où l’on peut nuire…

    • Le problème du variant Blachier, c’est qu’il a dit ça puis le contraire 3 jours après, le plus simple serait de résumer ce qu’il n’a pas dit.
      Il me fait penser au personnage interprété par le regretté Bernard Giraudeau dans le fil « ridicule »
      Il fait une brillante démonstration de l’existence de Dieu puis termine en disant « J’aurais pu tout aussi bien vous démontrer le contraire »
      Comme je ne veux aucun mal à Martin Blachier, je ne lui souhaite pas le destin du personnage du film.

      • Blachier c’est pas le type qui pronostiquait, en mai 2020, 80000 morts au mois d’aout à la sortie du confinement ? Ne voyait pas plus tard, en septembre, de 2ème vague arriver ? Avant se reconnaître piteusement qu’il avait oublié le facteur météo ?…

    • Sauf que si vous allez chez un commerçant, combien d’entre eux utilisent correctement le masque ? 1 ou 2%. De sacrés professionnels !
      Donc la protection avec les EPI est totalement illusoire.
      Le vaccin protège correctement, bien plus que l’usage généralisé des EPI que les gens vont sciemment ne pas utiliser selon les prescriptions car trop chiant.
      Il faudrai doser les anticorps pour les rappels, c’est le gros trou dans la raquette de l’actuel système.
      Le rappel est fonction de paramètres exogènes certains inconnu à cette heure : virulence du variant, échappement de ce variant… Donc pas de planification du type vous revenez me voir dans 200 jours…
      Avancer en marchant pose a certain de gros problème, semble-t-il !
      La vie n’est ni blanche, ni noire, c’est gris sans pouvoir le qualifier car changeant.
      Le problème des littéraires, c’est qu’ils ont l’habitude des règles grammaticales immuables, non le monde n’est pas immuables mais totalement imprévisible.

      • Avancer les yeux bandés, et poussé dans le dos par un malade mental, n’a pas l’air de vous en poser, des problèmes. Continuez ! Cela fera un collabo de moins.

      • « Le vaccin protège correctement »

        Le vaccin protège. Oui, c’est certain. « Correctement » est plus subjectif.

        D’un point de vue individuel on peut s’arrêter à « protège ». Ainsi que du point de vue de sa responsabilité envers les autres (sous respect de libre-choix et d’information sur les risques).

        Sur le plan pandémique c’est beaucoup moins clair (et « correctement » ne veut rien dire). Il semble pratiquement admis qu’il faudra revacciner régulièrement avec des vaccins mis à jour. Et on passe sous silence la possibilité que soit la vaccination ne soit pas une meilleure solution que pour la grippe, soit le virus « disparaisse » tout seul.

      • « Le problème des littéraires, c’est qu’ils ont l’habitude des règles grammaticales immuables… »
        Votre problème, c’est que nous n’avez pas l’habitude des règles orthographiques immuables, et dès le départ de votre commentaire, c’était parfaitement prévisible…

  • Ce que je reproche le plus à Macron, ce n’est pas son ton paternaliste insincère, mais qu’il favorise une guerre civile larvée entre vaccinés et non-vaccinés.
    Je constate dans mon entourage une tension malsaine qui ne fait que croître entre les 2 groupes.
    Objectivement, aucun des 2 groupes ne peut démontrer qu’il a raison et le rôle du chef de l’Etat est d’assurer un minimum d’unité nationale.
    Macron confond autorité et autoritarisme qui sont en réalité deux termes contradictoires.
    L’autorité se mérite par sa compétence, son charisme, son expertise…
    L’autoritarisme se décrète par la menace, la sanction et par la mise au pas.
    Macron n’est pas autoritaire mais autoritariste.
    C’est pour cela qu’il est dangereux.

  • « Vers » un paternalisme, non je crois qu’il appeler un chat un chat.

    Nous ne sommes pas sur la pente de l’autoritarisme, ou dans un glissement vers la tyrannie, elle est déjà là.

  • Il est hors de question d’attendre avril prochain pour résister par tous les moyens – je dis bien: TOUS – à cette dérive insensée.

    • Oui car il sera trop tard…
      Et je fini par me demander si ces élections auront bien lieu…
      Après tout, au vu de ce qu’il nous fait subir depuis 18 mois, je ne serais surpris par rien

      • S’il n’est pas au second tour, les élections seront annulées. Garanti sur facture.

      • Il ne faut pas oublier qu’en tant que virus saisonnier, il y a de fortes chances qu’en avril, période des élections, l’épidémie soit à un pic… A moins que ses variants d’automne ne soient moins contagieux et/ou moins actifs… Les analyses vont être marrantes en effet !

    • Bonne remarque, je suis d’accord avec vous. C’est juste que cela ne donne pas si souvent le changement politique nécessaire. Mais peut-etre qu’en effet beaucoup de manifestations pourraient faire bouger le gouvernement et annuller les plans de pass sanitaire. Pas si facile maintenant apres le 12 juillet pour Macron de perdre la face…

  • Il y a quelques années, début 2018 très exactement, j’avais pris la décision de ne plus aller voter.
    Je faisais mienne la citation de Coluche : si voter servait à quelque chose, il y a longtemps que ce serait interdit.
    Mais je me ferais peut-être violence en 2022. Je songe de plus en plus à revenir sur ma promesse pour aller voter contre Macron !

  • Et comme d’habitude l’intendance gouvernementale ne suit pas…
    La bureaucratie hors de prix n’est pas prête. Elle n’a pas de plan et surtout pas prévu ce que les annonces de M Macron doivent entraîner comme organisation.
    Comment un Président peut-il annoncer sans avoir vérifier qu un plan d’action était possible et dans quel délai ?
    Les moutons qui se précipitent pour se faire vacciner parce qu’ils ont peur d’être privés de restaurant ou de cinéma n’ont pas compris qu’il sera impossible au gouvernement de faire vacciner tous les nouveaux volontaires avant la fin de l’année et peut être même pas de cette année.
    Si je comprends que nos politiques, poussés par des scientifiques et par leur besoin de se faire réélire, puissent essayer de convaincre un peuple qui ne les croit plus je suis dévasté par leur manque de compétence.
    Il n’est pourtant pas si compliqué, comme le font tous les jours tous les chefs d’entreprise, de réfléchir et d’établir des plans d’action avant de faire les annonces qui correspondront à ce qu’il est possible de mettre en place.

  • Le gens responsables sont vaccinés.
    Ceux qui restent, on simplement besoin d’un coup de pied au cul pour bouger car leur cerveau est très étriqué.
    Ils ont du mal à aller chercher une information fiable, ce n’est pas leurs fautes c’est celle du système éducatif global (pas uniquement l’école). Un comble quand on se gargarise de 95% de réussite au baccalauréat. L’école des fans, peut-être…

    • Vous êtes très BFM-compatible. Bravo!

    • Je suis à la montagne, j’ en ai vu depuis lundi des troupeaux de responsables! Les gens responsables réfléchissent à la portée de leurs actions. Je murissais l’ idée de me faire vacciner avant que votre président nous annonce sa manière de voir les choses. Maintenant l’ idée de me faire vacciner implique d’ accepter un état qui nous divise. Je vous retourne votre coup de pied au cul trois fois plus fort.

    • Si j’avais l’honneur de vous connaître, je serais ravi de comparer nos QI respectifs et de confronter nos connaissances scientifiques.

    • « besoin d’un coup de pied au cul »

      « Ils ont du mal à aller chercher une information fiable »

      Il y a souvent des commentaires excessifs, parce que la peur est plus forte que la raison quand on est dans l’inconnu. Mais des commentaires excessifs prétendument « éclairés » par une information excessive ou de la propagande dénotent autre chose.

      • Et combien se sont faits vacciner dès que possible non pas par altruisme ou civisme mais par intérêt égoïste et trouille pour ses propres fesses?

    • Les gens responsables voulaient des masques dès le début de l’épidémie. Et des tests.
      Ils voulaient une surveillance aux frontières. Ils voulaient une étude sur des traitements archi connus et réputés sans grand risque pour vérifier si on pouvait soigner les malades.
      Ils voulaient une anticipation sur la capacité hospitalière.
      Ils voulaient a l’arrivée des vaccins une accélération de la vaccination pour protéger rapidement les plus vulnérables et rassurer les plus inquiets.
      Ils voulaient une meilleure prévention par le sport, la distribution de vit. D dans les EHPAD, une communication sur l’intérêt de supplément en zinc pour booster les défenses immunitaires.
      Ils voulaient des informations sur l’origine du virus pour que la science ait des armes pour le combattre.
      Seulement, les gens responsables n’ont pas été écoutés. Ils ont seulement été traités de complotistes, quand bien même ils finissaient par avoir raison.
      Il conviendrait de se rappeler des faits et de l’évolution des connaissances pendant cette crise avant de les juger.
      Ils ne sont ni irresponsables, ni égoïstes. Seulement prudents. Et la prudence est une vertu.

    • c’est bien vous êtes déjà responsable de votre bêtise..c’est déjà ça.

    • J’espère que tous vos rappels sont à jours hein 😉
      Sinon d’après votre commentaire, on se demande qui a du mal à aller chercher une information… Ou n’a pas bien du retenir ses cours niveau lycée qui donne une idée du principe du système immunitaire, des virus et des vaccins… Ou alors qui n’a pas suivi les cours de logiques en math et philosophie… 😉

  • Dans ses « Mémoires d’Outre-Tombe », Chateaubriand cite Malesherbes (à propos de l’émigration, suite aux excès de la Révolution) : « Tout gouvernement qui au lieu d’offrir des garanties aux lois fondamentales de la société, transgresse lui-même les lois de l’équité, les règles de la justice, n’existe plus et rend l’homme à l’état de nature. Il est licite alors de se défendre comme on peut, de recourir aux moyens qui semblent les plus propres à renverser la tyrannie, à rétablir les droits de chacun et de tous. » (Pléiade 1, p. 303)
    Plus que jamais, nous sommes en état de « Légitimes Défenses » face à un Pouvoir qui nie les libertés fondamentales.
    Le Parlement constitué en Haute Cour doit se prononcer sur la destitution du Président. S’il ne le fait, c’est une révolution qui est en route.

  • Il y a longtemps que les étatistes ont fait de la France une sous-France, une souffrance, avec leurs abus de prélèvements obligatoires et de réglementations qui ruinent les gens pour financer des corporations mafieuses ; tout en accumulant de la dette pour ruiner par avance la population.

    Ce fut longtemps une guerre larvée qui ne disait pas son nom. Depuis Sarkozy, avec le racket automatisé sur les routes, c’est devenu une guerre ouverte. L’Etat allié au capitalisme de connivence défend désormais ouvertement des intérêts ennemis qui pillent le pays. Le PR actuel et ses comparses poursuivent ce sale boulot avec le cynisme d’une puissance occupante qui ne cherche pas à plaire mais seulement à soumettre. Tout est bon pour servir de prétexte à casser les reins de la population. L’histoire leur a appris qu’ils peuvent compter sur une part importante de la gente gentille toujours prête à collaborer pour connaître le frisson du pouvoir exercé sur autrui à peu de frais et pour avoir sa part du butin (sur certains médias bien financés, ceux qui chassent en meute à cet effet en salivent d’avance à longueur de journée).

    Vu qu’avec le discours du 12 juillet 2021, ils sont allés trop loin, nous attendons que le Conseil d’État et le Conseil Constitutionnel fassent leur travail pour rétablir l’État de droit.

    Dans le cas contraire, les résistants défendront les intérêts du pays en innovant dans l’art et la manière de se libérer d’un occupant ennemi sans lui donner la satisfaction de faire un carnage avec force mains arrachées, yeux crevés, et autres exactions commises par les chiens que cet ennemi déclaré sait très bien lâcher.

    Comme dans une guerre médiévale, les deux camps sont face à face. Entre les deux se tiennent quelques institutions, et chaque camp attend momentanément de savoir ce qu’elles vont faire avant qu’elles soient, soit balayées, soit renforcées. Dans la provocation à laquelle se livre un pouvoir tellement décrédibilisé qu’il n’a plus rien à perdre, ce sont autant les institutions que la population qui sont provoquées. Pour l’instant la population respecte les institutions. Les institutions seront-elles assez fortes pour imposer le respect de la population?

  • « J’aime bien le cordon bleu »
    « C’est avec le menu enfant.

  • Modération : commentaire modéré pour insultes

  • Je ne suis pas contre les vaccins, ni même ceux anti-Covid. Je me suis fait vacciner (et eu quand même un lourd effet secondaire avec paralysie faciale durant 3 semaines traitée à la cortisone). Mais je suis totlament hostile à cette abomination qu’est le pass sanitaire qui est plus inspiré des preceptes de Xi Jin Ping que de la Déclaration des Droits de l’Homme. Le gros problème de la France est Emmanuel Macron, un Président immature, inaccompli, versatile, brouillon, autocratique et passablement pervers. Il faut rétablir la démocratie et interdire à un individu aussi dangereux de continuer à « régner » sans partage et décider seul, entouré d’un seul comité de défense d’une invraisemblable opacité et d’un Conseil Scientifique inamovible dont bien des membres sont perclus de liens d’intérêts avec la grande industrie pharmaceutique. Il faut d’urgence demander la démission du gouvernement qui n’a plus guère de légitimité dans le pays après son désastre électoral sans précédent et la tenue d’élections législatives anticipées. Sinon, le dégoût, la colère et en grande partie aussi la haine qui monte dans le pays contre ce Président visiblement inapte à la fonction, qui ne connaît pas la France et méprise les Français risque d’entraîner le pays dans le chaos.

    • Il faut surtout d’urgence préparer une alternative sensée à ce gouvernement-ci. Renverser soulage peut-être, mais ne résout rien.

  • Entre le paternalisme de Macron et le maternalisme de Merkel (n’en déplaise au féministes et genristes) on n’est pas sorti de l’auberge.

    • Les 2 n’ayant pas eu d’enfants, on peut compter sur leur compétence.

    • Perso, j’aurai préféré Merkel que Macron… Au moins, ils ont un pays qui s’est redressé et est désormais en excédentaire budgétaire qui leur permet d’affronter de manière sereine ce genre de crise.

  • Le vaccin permet de limiter efficacement les dégâts : non seulement les décès des plus exposés, mais aussi les covids longs, les arrêts-maladies, les fermetures et faillites d’entreprises, le confinement, les couvre-feu, le chômage, les dépressions,…
    Sans vaccin, il aurait été intéressant de voir les commentaires de tous ceux qui sont notés si positivement !!!! J’espère récolter quelques + sur mon commentaire, ironie, ironie,….

    • Personne n’est contre le vaccin. Mais les choix de Macron sont dangereux. Chantage au pass. Citoyens de seconde zone. Recul des libertés.
      Choix sanitaires délirants : pourquoi se focaliser sur la vaccination des ados et jeunes adultes quand 20 % des vieux ne sont pas vaccinés ? Pourquoi les pays développés veulent vacciner tout le monde quand les PVD n’ont presque rien reçu pour leurs personnes vulnérables ?

      • Erreur, un certain nombre est contre le vaccin. Et le pass sanitaire, que çà déplaise ou non, est une mesure indispensable et efficace : le nombre de rdv a explosé. Il y a aussi les récalcitrants du masque. Ce n’est pas une focalisation sur les 20/40 ans. Plus on arrose, moins ce sera contagieux

    • Je ne suis pas contre les vaccins en général.
      Pas même contre ceux contre le COVID.
      Simplement ce sont des traitement expérimentaux agissant sur le fonctionnement des cellules du corps humain et leur faisant produire des toxines. Donc pas bénin a priori.
      Qu’on autorise les plus à risque à se faire « vacciner » avec ces produits (ce ne sont pas des vaccins au sens usuel du terme… ) avant qu’on ait pu évaluer les effets à long terme n’est pas délirant, d’autant que pour ces « plus à risque » le long terme n’est pas vraiment un problème (s’ils doivent peut-être développer un cancer dans 10 ans, les nonagénaire se gaussent).
      Mais pour les gens « moins à risque » (et même ceux « à risque ») le calcul cout-bénéfice est à faire à titre personnel : les chances d’avoir des effets secondaires à long terme nocifs (et des effets à court terme pas forcément très rigolos non plus) versus les chances d’attraper le COVID, d’en faire une forme grave et finalement d’en mourir. C’est un choix individuel.

      Au niveau « collectif » ou « santé publique » le choix du « tout vaccin » est un non-sens absolu. Même si on vaccinait 100% de la population, vue l’efficacité qui sur les variants initiaux était autour de 60% on n’atteindra pas « l’immunité collective » (prévue arbitrairement, ou du moins du fait des modèles ultra simplistes d’épidémiologie standard, à 80 ou 90%) sans qu’une large contribution vienne des contaminés rétablis ce qui est plus difficile justement si on vaccine beaucoup…
      De plus, vacciner en temps d’épidémie est considéré comme une hérésie par la médecine et l’épidémiologie classique puisque 1° quand on est « en cours de vaccination » on est plus fragile face au pathogène… et qu’il circule activement : vacciner augmente les contaminations dans un premier temps. Et 2° vacciner crée une pressions sélective sur les virus et pousse à l’émergence de variants/mutants ayant un certain niveau d’échappement immunitaire. Pas bon non plus pour la « gestion santé publique ».

      Bref, autoriser temporairement les vaccins expérimentaux pour les gens vraiment à risque (et on ne parle pas des « 40% de français obèses » qui sont pour 90% au moins d’entre eux pas à risque du tout mais bien des octogénaire et plus et personnes à la santé tellement fragile qu’on peut estimer leur espérance de vie sous les 5 ans), très bien.
      Permettre que les « flippés du virus » qui regardent trop la télé puissent se faire vacciner s’ils le veulent, OK. Et même gratuitement, soyons fous.
      Encourager les autres à faire attention, pousser à la recherche de protocoles de prise en charge qui réduisent la charge viral, améliorent le prognostic, etc. c’est la voie logique pour les autres, en attendant qu’on ait du recul sur ces « vaccins » nouvelle mode.

      Le « scandale du médiator » n’est pas encore froid qu’on se prépare à potentiellement bien pire, en culpabilisant, faisant du chantage à la liberté et insultant les méfiants. Ils (vous) n’apprenez donc jamais rien ?

  • Très bonne photo d’illustration au demeurant !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’âge de la retraite semble avoir beaucoup d’intérêt pour les candidats, il n’en a pratiquement pas pour les retraités actuels et futurs.

Certes l’âge de la retraite est désormais au cœur de la campagne électorale. Dans son allocution de lundi soir le Premier ministre a annoncé non seulement son soutien inconditionnel au candidat Macron (ce qui était surprenant et courageux) mais aussi sa certitude que les tout premiers jours du nouveau président (« reconduit » a-t-il dit avant de corriger pour « réélu ») seraient consacrés à la réform... Poursuivre la lecture

Par Jon Miltimore.

L'Agence britannique de sécurité sanitaire (UKHSA) a annoncé la semaine dernière que les enfants de moins de 12 ans ne se verront plus proposer les vaccins Covid-19, à moins d'être estimés à haut risque.

La décision semble avoir irrité The Guardian, qui a cité plusieurs médecins l'ayant critiqué.

Tout en soulignant que les décès dus aux injections de vaccin covid sont rares, le professeur Christina Pagel, de l'University College London a déclaré au journal :

"Quand on sait qu'il existe un... Poursuivre la lecture

Les propos tenus par Joe Biden lors de l’émission 60 minutes sur CBS dimanche dernier ont provoqué quelques remous au sein du monde des médias comme de la santé.

 

“The pandemic is over. We still have a problem with COVID. We’re still doing a lot of work on it. But the pandemic is over,” President Biden tells 60 Minutes in an interview in Detroit. https://t.co/7SixTE3OMT pic.twitter.com/s5fyjRpYuX

— 60 Minutes (@60Minutes) September 19, 2022

« La pandémie est terminée. Nous avons t... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles