Pourquoi il faut s’opposer à un Pass sanitaire

La lutte pour la préservation de ce qui reste de liberté en Occident doit continuer. Nous devons rejeter les tendances liberticides de l’État, notamment avec le pass sanitaire.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Photo by Lukas on Unsplash - https://unsplash.com/photos/qS7fr07bljM

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pourquoi il faut s’opposer à un Pass sanitaire

Publié le 9 mars 2021
- A +

Par Finn Andreen.

Les rumeurs à propos de l’arrivée d’un pass sanitaire pour la Covid-19 deviennent de plus en plus concrètes. De nombreux signes rendent probable son introduction en France et ailleurs. Il s’agirait d’une sorte de laissez-passer qui permettrait uniquement à ceux qui le détiendraient d’accéder à des lieux tels que les restaurants, les cafés, les musées, les expositions, etc.

Le pass sanitaire sur le plan pratique

La première critique d’un pass sanitaire doit se faire sur le plan pratique. Pour qu’il fonctionne, il doit garantir qu’une personne ne soit pas en mesure de contaminer autrui. Mais si une vaccination est suffisante pour obtenir un pass sanitaire, qu’en est-il de cette personne sur dix environ pour laquelle le vaccin est inefficace ? Qu’en est-il de la possibilité que des personnes vaccinées puissent encore transmettre la maladie ?

Si un test PCR négatif permet également d’obtenir un pass sanitaire, alors avec quelle fréquence faudrait-il devoir se faire insérer une tige dans le nez pour continuer à avoir le droit d’aller au restaurant ? De telles questions, et bien d’autres, suggèrent les difficultés à en faire une barrière efficace à la propagation du virus.

Et que dire de tous ces jeunes qui seront les derniers à recevoir le vaccin ou qui tout simplement le refuseront ? On voit bien qu’un pass sanitaire obligatoire pourrait entrainer une inégalité de traitement et un manque de respect de la vie privée (données médicales).

De plus, l’inefficacité et l’incompétence avec lesquelles le gouvernement français a géré la pandémie ont été tout simplement scandaleuses. Il ne serait donc pas impensable qu’il rate aussi l’introduction de ce pass, initiative aussi complexe sur le plan logistique que controversée sur le plan éthique. Mais l’orgueil du pouvoir politique ne connaît pas de limites, de sorte que les échecs passés n’empêcheront pas les échecs futurs.

Le danger sur le plan des libertés

Hormis ces obstacles pratiques, il ne faut pas sous-estimer l’atteinte à la liberté personnelle que constituerait un tel pass sanitaire.

Cependant, ce serait une erreur de considérer un pass sanitaire comme une mesure sans précédent qui détruira la liberté dans une société par ailleurs libre. Au contraire, cette mesure ne serait qu’un petit pas de plus sur le long chemin d’expansion de l’État qui a commencé avec la Première Guerre mondiale.

Comme le rappelle si brillamment Stefan Zweig, avant 1914 en Europe on voyageait habituellement sans passeport. Il était soi-disant nécessaire de généraliser (temporairement, bien sûr) l’usage des passeports, afin de contrôler l’identité des voyageurs en temps de guerre. Comme chacun sait, les passeports n’ont jamais été supprimés. Ce rappel historique est pertinent dans le contexte actuel, car on préconise maintenant un passeport Covid-19 basé sur des données biométriques.

D’une manière générale, les périodes de crise ont toujours offert à l’État des opportunités supplémentaires d’interventions, qu’il s’agisse de guerres, de dépressions, de pandémies ou autres types de crise. Alors que les dernières décennies ont vu des libéralisations économiques dans plusieurs secteurs, en même temps, cette période a aussi connu le développement de l’État-providence.

Celui-ci a justifié des restrictions de la liberté individuelle, sous forme d’une augmentation constante des niveaux d’imposition, une dépendance accrue envers l’État, et une réduction du choix dans des domaines clés, tels que la santé et l’éducation.

Les discussions autour d’un pass sanitaire s’inscrivent parfaitement dans ces deux tendances : une crise sanitaire d’une part, et un État providence omniprésent de l’autre.

Malheureusement, cette lente évolution étatiste n’est pas évidente si l’on ne s’y intéresse pas. La distinction entre le rôle de l’État et celui du propriétaire privé est claire en théorie mais reste floue dans la pratique. Le droit du propriétaire de décider qui peut accéder à sa propriété est généralement reconnu comme une liberté individuelle fondamentale.

Pourtant, on s’oppose peu aux innombrables réglementations qui entravent le quotidien des restaurateurs par exemple, et les empêchent de discriminer leur clientèle. Maintenant, avec l’introduction d’un pass sanitaire, l’État pourra se mêler aussi de qui pourra faire partie de cette clientèle.

Les raisons d’une mise en place probable d’un pass sanitaire ne sont certainement pas liées à la santé. Rappelons que l’âge moyen de décès par Covid-19 est de 82 ans, l’âge médian étant de 85 ans. La surmortalité due à la Covid-19 est négligeable pour les personnes de moins de 65 ans.

Depuis le début de la pandémie, des recommandations ciblées vers les personnes à risque, plutôt que des décrets généralisés concernant toute la population, auraient dû constituer la seule approche des gouvernements, non seulement d’un point de vue libéral mais aussi d’un point de vue sanitaire.

L’introduction d’une identité numérique universelle a été discutée dans les sphères d’influence les plus élevées, bien avant la pandémie actuelle. Cela fait partie de la Grande Réinitialisation, programme qui est actuellement promu par le Forum économique mondial qui se réunit annuellement à Davos. L’objectif affiché est « la possibilité de revendiquer en toute sécurité qui nous sommes », comme si c’était une demande émanant de la population… La crise de la pandémie a offert aux États une opportunité exceptionnelle pour pousser les majorités occidentales vers une acceptation de ce type d’identité numérique sans précédent.

Il est évident que dans le domaine de la santé, une telle identité numérique pourrait ne pas se limiter à confirmer l’absence de Covid-19. Il ne semble pas exagéré de penser qu’elle pourrait être utilisée dans le futur pour indiquer à quelqu’un la liste exhaustive et personnalisée de biens et de services auxquels il aura droit, considérant à chaque instant son état de santé.

De nombreux arguments ont été avancés ici contre un pass sanitaire. Il appartient à chacun de faire ce qui est possible pour empêcher son introduction. La lutte pour la préservation de ce qui reste de liberté en Occident doit continuer. Nous devons rejeter les tendances liberticides de l’État.

Voir les commentaires (72)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (72)
  • Quand on observe toutes les mesure(tte)s cumulées les unes aux autres par les gauchiards depuis « Mitran », le fatras législatif devient irrespirable et ce, jusqu’à l’étouffement !

  • Un papier qui mélange tout, utilise des arguments très contestables, néglige l’état du droit à la santé (vaccination obligatoire pour entrer à l’école, pour être soignant (Hépatite…) pour voyager… et du coup masque (et manque) le vrai débat sur l’identité numérique.

    • Le droit à la santé. C’est nouveau cela. C’est la porte ouverte à toutes les exigences délirantes de la population.
      Le droit à la beauté.
      Le droit à la célébrité.
      etc..
      C’est vous qui mélangez tout.

    • Mais c’est JUSTEMENT parce qu’il y a déjà des obligations vaccinales qu’il faudrait éviter d’en ajouter d’autres…

    • Dans la DDHC, c’est le droit DE, pas le droit A.

    • Les vaccinations obligatoires concernent des pathologies très nettement plus grave que le covid-19.
      Covid-19 dont la mortalité tourne autour de 0.3-0.5% (soit la même qu’une grippe saisonnière) et concerne les plus de 75 ans dans 80% des cas (mortalité d’une grippe saisonnière: 40% de moins de 65 ans!!).

      Quant aux services de réanimations encombrés de covid-19, ces mêmes services sont encombrés tous les hivers par les grippes saisonnières mais personne n’en a jamais fait grand cas.

      • Vos sources SVP. Affirmations gratuites donc fake news possibles.

        • non affirmations vérifiées vous pouvez aller voir les taux d’occupations des lit de réanimations des hivers précédents, les surinfections broncho pulmonaires sont la cause des remplissages des services de rèa en hiver même en l’absence de covid

        • 1) « Fausses infos » sonne tout aussi intelligent.

          2) C’est l’OMS elle-même qui a annoncé ce taux de 0,5% (et qui est sans doute encore au-dessus de la réalité vu le nombre énorme d’asymptomatiques).

        • « Ce sont nos enfants qui paieront la dette, pour une maladie dont il faut rappeler que l’âge moyen des décès qu’elle entraîne est de 81 ans.  »
          Source : https://www.letemps.ch/societe/andre-comtesponville-laisseznous-mourir-voulons

          • Nos enfants feront ce que leur ont appris leurs parents : faire payer la dette à leurs propres enfants ! Quant à l’âge moyen des décès, que sous-entendez-vous ? Qu’il y a un âge où les anciens doivent débarrasser le terrain et permettre enfin aux plus jeunes de flamber l’héritage ?

            • Je m’en tiens aux faits, c’est tout. Je reporte ici l’avis d’un philosophe reconnu et mon sous-entendu est que la gestion de cette crise (si l’on peut parler de gestion ) a été alignée uniquement sur les intérêts du système de santé et n’a tenu aucun compte des dégâts collatéraux. Quant au fait de faire payer la dette aux enfants, cela a pu marcher avec les générations bien fournies d’après guerre mais je crains que cette recette ne soit plus aussi efficace dans l’avenir que par le passé .

              • D’autant qu’on assiste à une expatriation des jeunes les plus capables soit après leurs études soit carrément pour faire leurs études à l’étranger. Très peu reviennent en France ensuite.
                Il n’y aura plus bcp de jeunes solvables pour payer la dette ni d’entreprises d’ailleurs…

              • « Ce sont nos enfants qui paieront la dette », désolé mais ce ne sont pas des faits, ce sont des suppositions « gratuites ».
                Le sous-entendu que la « gestion » de la crise a été alignée sur les intérêts du système de santé, ok, mais alors pourquoi ne pas en profiter pour rappeler au bon sens dans les choix pour ce système de santé ? Et quelle est la raison de dire IL FAUT rappeler que l’âge moyen des décès covid est de 81 ans, quand ce qui devrait compter est le risque pour tous, mis en évidence par cette crise, induit par la mauvaise gestion de ce système de santé ?

        • Je ne comprends pas ce genres de commentaires; c’est si dur que ça de vérifier ce qu’il affirme ?

          Faites le travail de recherche, au lieu de crier aux fausses informations ( j’en ai marre des anglicismes)

      • La gravité de la pathologie ne devrait pas rentrer en compte, seul l’individu doit décider s’il se vaccine ou pas, et ce dans la limite de « la liberté d’autrui ».
        Si le vaccin n’empêche pas la contagion, alors sur aucune base morale il ne peut être imposé. Il pourrait l’être sur la base de l’état providence, en faisant diminuer le cout des soins, mais ce n’est pas moral du tout…

      • Attention pour la grippe « classique » on l’attribue vite fait d’office lors de la constatation du décès (sans test pour savoir si c’est vraiment la grippe qui a tué)

    • Vous-même confondez pas mal de choses.

      1. Il n’y a qu’un vaccin obligatoire pour voyager, c’est celui contre la fièvre jaune, et il ne concerne que très peu de pays. Rien à voir avec un pass sanitaire, à l’intérieur des frontières de notre pays, pour aller au resto, au musée (et pourquoi pas à Sephora, pour reprendre l’exemple de Gabriel Attal…) ! Il y a plus qu’une différence d’échelle, c’est une véritable différence de nature.

      2. Les 11 vaccins obligatoires, parlons-en, c’est franchement abusif, on pourrait revenir d’ailleurs sur la génèse de cette opération, liée à une décision du Conseil d’Etat sur la délivrance du vaccin trivalent DTP, seul obligatoire pendant des décennies. Je note d’ailleurs, avec un certain amusement, que les vaccins contre la diphtérie, la polyo et le tétanos, les seuls obligatoires donc, avaient, comme d’autres, la particularité de protéger contre la maladie mais absolument pas contre la contagion (le tétanos n’est même pas contagieux)… Bref, notre élite hygiéno-sécuritaire a profité un peu largement de l’aubaine Conseil d’Etat pour avancer ses pions. Le CE n’en demandait pas tant ! Je rappelle aussi que la France est un des rares pays à exiger autant, de nombreux pays se contentant d’élaborer des recommandations…

      3. Des vaccins obligatoires pour les soignants, je n’en connais qu’un, il s’agit de celui contre l’hépatite B, qui se transmet notamment par le sang et les plaies. On peut comprendre l’obligation faite au personnel soignant…

      4. S’agissant du Covid, il faut bien comprendre que lorsque la population désireuse de se faire vacciner le sera, en particulier les personnes âgées et comorbides, le problème sera réglé. Cette infection ne fera pas plus de morts que la grippe saisonnière, contre laquelle rien n’est exigé de personne. On peut d’ailleurs gager que ce pass ne verra pas le jour avant plusieurs mois, car d’une part les débats risquent d’être longs et d’autre part, je conçois mal que le gouvernement puisse le mettre en place avant que tout le monde ait au moins la possibilité de se faire vacciner… août, septembre ? Et à ce moment là, le Covid ne sera plus bien effrayant. Bref, on risque d’imposer le pass lorsqu’il sera devenu de fait inutile.

      5. Vis à vis du pass, quid de ceux qui ont eu le covid, donc vaccinés naturellement, mais plus d’anticorps ? Je rappelle que les défenses immunitaires ne se limitent pas à la présence le jour J d’anticorps spécifiques… Ces gens-là seront protégés, mais n’auront pas droit au pass ??

      6. Enfin, et c’est le point essentiel, ON NE SAIT TOUJOURS PAS SI LE VACCIN PROTEGE DE LA CONTAGION. Donc prière de ne pas mettre la charrue avant les boeufs, surtout s’il s’agit de s’en prendre, encore une fois, aux libertés individuelles !

  •  » le porte parole du gouvernement veut la vaccination obligatoire pour tout les soignants « ….quand on lit  » ça  » , on peut se faire du soucis pour la suite ;

    • Ça ne vous gêne pas que votre médecin ne se vaccine pas contre la grippe ? Que celui ci visite les epad avec des gens au syteme immunitaire défaillant ?

      • Pas du tout à partir du moment que ce médecin se lave régulièrement les mains et prend un minimum de précautions ce qui est la B.A.BA de l’enseignement médical en matière d’asepsie.
        Et ce d’autant que le dit vaccin anti-covid n’empêche visiblement pas la portage sain et la transmission de la maladie.

        • Sources SVP. Ici ce sont vraiment des Fakes news.

          • Et vos sources à vous elles sont où?

          • @tany Vous pouvez consulter les rapports de la commission européenne (voir onglets santé/Covid). En anglais, parfois en français. Il est clairement indiqué qu’il n’y a aucune certitude sur la protection du vaccin sur les risques de contamination.

      • Contrairement à ce que vous pourriez penser : la propagation d’un virus n’est pas du seul fait des soignants (et nous je n’ai pas de sources tout de suite là ! ?).
        Par ailleurs pour qu’un soignant soit infecté, il a bien fallu quelqu’un lui passe.
        Tous les problèmes d’infection que j’ai eu provenaient d’infections amenées par mes patients

    • Ce n’est pas si sûr.

      Dans un rapport contractuel, même si, en l’occurence, un des co-contractants est une agence étatique, chacun s’engage librement.

      Le « soignant » qui ne souhaite pas se soumettre à telle ou telle obligaton peut devenir chanteur d’opéra.
      Devant ce subit enguouement pour le bel canto, un entrepreneur privé supprimerait probablement cette condition de ses contrats de travail, dans une économie déjà presqu’entièrement soviétisée comme la française, seule plus de contrainte sera la réponse attendue…

      En revanche, dans l’exercice de nos libertés constitutionnelles nous devons rester totalement libres.

      Le problème est que ces dites libertés sont déjà violées depuis tellement longtemps que nous y sommes devenus habitués.

      Ainsi, l’artifice de communication qui a consisté, dès le début, (cfr la diffusion en boucle de la video de l’informaticien, spécialiste du capitalisme de connivence, Bill G.) à mettre dans la tête des masses que, puisque le virus était « contagieux », il s’agissait d’un problème « collectif » et donc que seul l’état pouvait le régler par des mesures collectives et attentatoires à la liberté individuelle s’est présenté comme une évidence à un public habitué à une telle « captatio benevolentia ».

      • Les fonctionnaires n’ont pas de rapport contractuel avec l’état. Il n’y a pas d’engagement (d’aucune des deux parties), pas de contrat, pas de règles pré établies, ce n’est pas un travail d’ailleurs.
        Ainsi on pourrait mettre l’obligation comme condition nécessaire à la titularisation, mais pour ceux étant déjà là, il faudrait qu’ils soient déclarés inaptes. Au vu des résistances et du nombre concerné, cela est infaisable.
        L’état ne rendra pas la vaccination covid obligatoire pour les soignants, car il n’en a pas le pouvoir. Par contre il pourra prétendre le faire, et distribuer des passes droits aux récalcitrants…

  • Les organisateurs de party se font accuser de mettre en danger la vie des participants… Voilà a quoi peut servir le passeport sanitaire, pourvoir revivre réouvrir tout tout de suite. Les non vaccinés n’ont pas à être jaloux des vaccinés , l’égalité chéri n’a pas cours dans ce genre de truc. Comme supprimer les rayons livres des supermarchés parceque les libraires sont fermés.. Confiner la France alors que bcp de régions ne sont pas touchées..

    • … sauf que les bars, les fêtes et les discothèques sont essentiellement fréquentés par des gens jeunes, qui seront vaccinés en dernier.

      Toutes ces mesures restrictives n’ont qu’une justification : éviter l’engorgement des hôpitaux. Une fois que la vaccination des personnes âgées ou à risque, qui a lieu à l’instant même où nous parlons, sera terminée, le risque d’engorgement baissera grandement.
      Donc, comme disait récemment un auteur de Contrepoints (Nathalie MP, je crois), chaque jour qui passe rend ce passeport sanitaire un peu plus inutile.

      • Au moins le personnel de santé, vacciné, pourra faire la fête, une fête bien mérité ! Les privilèges ne me dérangent pas, surtout ceux là… Mais comme j’ai lu plus bas, c’est un peu tard…. Ou pas, on ne connaît toujours pas la durée de validité d’un vaccin ni si ceux ci pourront réellement stopper l’epidemie.

        • Et en quoi les personnes qui refusent le vaccin sont-elles moins responsables que vous ?

          N’est-ce pas au contraire très responsable d’avoir un minimum de méfiance face à un produit dont on ne connaît pas les effets à long terme ?

          « Ce passr permet de respecter votre liberté de ne pas vous vacciner »

          Tu parles, Charles !

          Ce passe sanitaire, ça veut dire : si tu ne te vaccines pas, pas de restaurant, pas de bar, pas de concert, pas de drague, pas de voyage, pas de nouvelles rencontres, pas de bibliothèque,…
          Belle liberté que celle où on ne peut presque plus rien faire !

          Présenter ce passe sanitaire comme une façon de repecter le droit de ne pas se vacciner, c’est comme présenter la prison comme une façon de respecter le droit de tuer.

        • Oups !!! Excusez-moi ! Je voulais répondre à quelqu’un plus bas.

          Si les modérateurs peuvent supprimer mon message ci-dessus, j’en serais bien aise.

    • en dernierS, pardon

    • Par ailleurs, si ce passe – oui, avec E à la fin car c’est le mot français – n’était qu’un outil provisoire pour accélérer un peu la réouverture des restaurants, un truc qu’on supprimerait d’ici quelques mois, ce serait acceptable.
      Le problème, c’est les autres politiques que ce passe risque de servir. Apparemment, ce serait un bidule numérique, relié à une base de données sur laquelle on pourrait, à l’avenir, enregistrer d’autres informations que votre seul statut vaccinal… et qui pourrait donc servir à d’autres restrictions.

    • Maintenant que Paris est concerné par les sur-restrictions, il est fort probable que ce soit toute la France qui soit concernée !
      Contrairement à ce que disait Dali, le Centre du Monde c’est Paris !
      Je m’inquiète : Ceux qui sont aux Kerguelen et à Saint-Paul sont-ils obligés de remplir une auto-autorisation de sortie pour faire la relève de leurs appareils de mesures ?

  • c’est au peuple a refusé le pass sanitaire, et a viré ce gouvernement liberticide.

    • S’il y a un «Pass Sanitaire», il faut que tout citoyen ait, au moins, eu la possibilité de ce faire vacciner… Ce n’est pas demain la veille car si l’ange Gabriel (porte-parole du gouv.) annonce «tous vaccinés fin août», il n’a jamais dit quelle année !
      Si les scientifiques prouvent que le vacciné lambda ne peut jamais être contagieux et diffuser le virus… dans ce cas (2 conditions réunies), il est envisageable de proposer un Pass Sanitaire.

    • Il ne faut pas rêver,tout sera fait pour entretenir la peur du peuple qui vote; la crise sera prolongée volontairement par le gouvernement pour entretenir l’incertitude, l’angoisse, synonymes de vote pour la majorité au pouvoir; un peuple qui a peur ne se lancera pas dans une alternative politique et le petit « roitelet »au pouvoir le sait tres bien.

  • Cette mesure sera également discriminatoire pour tous ceux qui ont des téléphones portables qui ne leur servent qu’à téléphoner et qui ne sont pas compatibles avec le QR Code.
    Après un an de cette crise surréaliste, on se demande comment on pourra en sortir.
    Rien n’a été fait, pas un lit de réanimation en plus, pas de traitement préventif pour les personnes à risque, inorganisation totale de la vaccination…
    Pour couronner le tout, notre brillant ministre de la santé n’a rien trouvé de mieux que de se mettre à dos une bonne partie du monde médical.
    Le bilan de ce pouvoir sera terrible, fiasco médical, ruine économique, violences quotidiennes, lancement de sujets volontairement polémiques et Français au bord de la guerre civile.
    Les conseillers de Macron devront faire preuve d’une grande imagination pour nous faire oublier que ce mandat est de loin le pire depuis l’après guerre.

    • Le plus déprimant, c’est qu’à en croire les sondages, la popularité d’Emmanuel Macron serait enntrzin d’augmenter…

      Les gens ont vécu en dictature pendant un an et ils en redemandent.

      Mais vous comprenez, il est jeune, il est beau, il a l’air intelligent, … Il doit donc être un bon président…

    • « Les conseillers de Macron devront faire preuve d’une grande imagination pour nous faire oublier que ce mandat est de loin le pire »
      Comme leur seule imagination consiste à interdire, taxer et punir, il y a peu de chances que l’on oublie. Pour Macron et ses  » conseillers », c’est foutu d’avance!

    • Question : Les téléphones portables compatibles avec les QR Code, sont-ils remboursés par la Sécu ?

      • Étrange pour un libéral, être dépendant de la secu, quelle honte ?

        • Peut-être, mais pourquoi achèterai-je un truc dont je n’ai pas besoin, j’ai un ordi, un appareil photo, téléphone (qui permet de téléphoner)… Je devrait investir dans un smachin que je ne pourrai pas utiliser avec mes gros doigts ? Il faut qu’on me le paye (pour encombrer un de mes casiers à la cave) !

      • Sincèrement, cela ne m’étonnerait pas. Ce sera un modèle cher, spécialement fabriqué par l’état, mais en pratique ce sera une grosse merde quasi inutilisable… Mais vous ne pourrez plus vous plaindre.

      • Et le PQ pour se torcher , le matin, c’est remboursé par la sécu ?

    • Macaron a déjà évoqué la possibilité qu’il prenne des décisions si impopulaires qu’il ne puisse être réélu.
      Dans le contexte actuel où ce petit *biiiiiiiiiiiip* détient des pouvoirs quasi illimités ça ne rassure pas.
      Ça indique aussi que la relève est assurée, un nouveau candidat oligarchique jetable apparaîtra (Philippe, Darmanain, Hidalgo?) Macaron sera recyclé dans une institution quelconque.

  • Disparu de Chine ? Je n’y crois pas une seule seconde. Même la Nouvelle-Zélande, une île qui avait des mesures draconiennes contre l’immigration, a vu le virus réapparaître. La Chine a forcément du virus qui revient de temps à autre. Ils le taisent comme ils peuvent, c’est tout.

  • J’ai réfuse de me faire vacciner, j’ai donc droit À une étoile jaune.

    Quand on refuse un client dans une boîte de nuit, tout le monde trouve que c’est degueulasse. L’apartheid, c’est quand ça arrange bien les affaires de certains.

    De toutes façons, il n’y aura plus de restaurants français en France.

    • Ou tout simplement la Sécu ne vous prend pas en charge si vous êtes Covidé !
      Et… Une étoile jaune risque de ne pas être trop visible sur un Gilet de la même couleur !

  • Que vous êtes sectaire avec votre Liberté.
    La liberté est toujours contrainte.
    Cette contrainte est à géométrie variable. Il y a des époques, des endroits, des statuts sur la planète où tuer votre père vous fait devenir chef à vous comndamne à la peine capitale.
    Ici il s’agit de respecter votre Liberté de ne pas vous vacciner. Tout en trouvant un moyen de permettre aux gens responsables d’avoir une vie grégaire sans risque avec un pass.
    N’oublier pas pourquoi vous tendez la main pour saluer une personne, vous montrez simplement que vous n’avez pas d’arme…

    • Bonjour vVDB
      « La liberté est toujours contrainte. »
      Voilà de la bonne novlangue.
      La liberté c’est être son propre souverain. C’est pour cela que vous êtes responsable.
      Etre libre, c’est d’être celui qui décide, en dernier ressort, de ses actions.
      L’état n’a pas à m’imposer des ordres.
      « Le but de toute association politique est la conservation des droits naturels et imprescriptibles de l’Homme. »

    • Et en quoi les personnes qui refusent le vaccin sont-elles moins responsables que vous ?

      N’est-ce pas au contraire très responsable d’avoir un minimum de méfiance face à un produit dont on ne connaît pas les effets à long terme ?

      « Ce passr permet de respecter votre liberté de ne pas vous vacciner »

      Tu parles, Charles !

      Ce passe sanitaire, ça veut dire : si tu ne te vaccines pas, pas de restaurant, pas de bar, pas de concert, pas de drague, pas de voyage, pas de nouvelles rencontres, pas de bibliothèque,…
      Belle liberté que celle où on ne peut presque plus rien faire !

      Présenter ce passe sanitaire comme une façon de repecter le droit de ne pas se vacciner est aussi approprié que présenter la prison comme une manière de respecter le droit d’assassiner.

  • La liberté passe par des devoirs, ceux de ne pas mettre en danger l’intégrité d’autrui. Pour moi ce pass sera une sécurité comme le pass d’entré dans un labo.
    Que certains refusent de se faire vacciner c’est leur problème et je m’en fous tant qu’ils ne me mettent pas en danger, par contre dans le cas contraire je suis en droit de me défendre. Bien sûr on peut trouver N exceptions, ça aussi je m’en fous car elles font partie des aléas de la vie, mais je refuse de cautionner des actes volontaires. Le baiser aux lépreux, ce n’est pas pour moi, leur donner à bouffer pourquoi pas !

    • Vous serez consciencieusement contaminé par un vacciné :mrgreen:

    • vous parlez de danger , alors que le taux de mortalité n’excède pas celui d’un bonne grippe tu parles d’une mise en danger de la vie d’autrui !!

    • Bonjour Tany
      Comme toujours, le problème, c’est l’état qui veut imposer une carte sanitaire obligatoire et bien entendu, les fichiers centralisés que l’état remplira avec empressement.
      Qu’une compagnie aérienne exige un certificat médical, c’est son droit. Qu’un patron de bistrot fasse de même, pareil. Mais donner des informations confidentielles à l’état qui les conservera, je suis plus réservé.
      Il y aura des bistrots avec certificat. Et des bistrots sans. Aux clients de décider.

    • Mais à partir du moment où vous êtes vacciné et protégé, qu’est-ce que ça peut vous faire que les gens de la table voisine ne le soient pas ? C’est eux qui prennent un risque. C’est leur propre santé qu’ils mettent en danger.

      • Ou alors cela veut dire que ce vaccin n’est pas aussi efficace que cela…

      • Exactement, je pense que le discours des gens qui veulent imposer que les autres soient vaccinés est hypocrite afin de leur éviter à eux d’avoir à le faire.

  • De toute façon un peuple vacciné, à kho lanta, master chief et autre s calembredaines, ne méritent que cela, le temps des larmes viendra mais il sera trop tard

  • C’est génial quand même, isoler les personnes à risque et laisser tranquille les autres ça c’était pas bien.
    Avec le pass sanitaire, sachant qu’il y a un ordre de passage pour la vaccination ça implique d’isoler les gens NON à risque et on nous explique que ça c’est bien…
    On vient m’expliquer tout sourire que je vais me faire rembarrer des lieux publics 1 ans de plus…

    • On va faire des économies et on pourra aller les dépenser dans les pays qui n’ont pas sombré dans la folie sanitaire.

      • Je n’ai pas besoin d’aller au restau pour vivre. En revanche, le restaurateur a besoin de mon pognon pour remplir son frigo. Qu’il applique ces mesures debiles mais qu’il ne se plaigne pas de ne plus avoir de clients.

    • Ah ah, vous ne pourrez plus refaire vos papiers d’identité ?

  • Ce virus ne risque pas en effet de disparaître. Il s’est répandu trop largement à l’échelle mondiale, pour avoir la moindre chance de disparaître.
    D’ailleurs, il existe 4 autres coronavirus, ceux qui donnent des rhumes, qui circulent tout aussi largement.
    On peut juste espérer deux choses :
    – tout d’abord que la pression sur nos hôpitaux retombe dès que la majorité des personnes âgées et comorbides sera vaccinée
    – et à terme que ce virus finisse par ressembler à ses 4 cousins ; dans le cas contraire, il faudrait alors faire face, chaque hiver, à une épidémie plus ou moins mortelle de covid, à l’instar de la grippe (ou en remplacement de la grippe).

  • Pandémie provoquée, de plus il faut arrèter avec la covid 19, c’est une autre épidémie avec tous les variants qui se forment. Au sujet du pass sanitaire croyez vous qu’il va servir simplement à traquer le virus, non certainement l’application servira aussi à Bercy pour faire des contrôles au niveau des restaurants, bars, hotels et par la suite à d’autres lieux pour le paiement en cash qui est bien souvent pas déclaré

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La prolongation du pass sanitaire européen (appelé Certificat COVID numérique de l’UE) a été acceptée par le Parlement européen ce jeudi 23 juin avec une large majorité : 453 pour et 119 contre (avant correction des votes). Il est toutefois possible de savoir comment ont voté les députés sur ce document (pages 44 et 45). Celui-ci est riche en enseignement sur leurs positions individuelles, mais aussi sur le positionnement des partis sur la question sanitaire.

 

Le Rassemblement national, la France Insoumise et François-Xavier ... Poursuivre la lecture

Par Olivier Maurice.

C’est bientôt Noël. Mais cette année, après plusieurs décennies, voire quelques siècles mêmes de longue tradition, les États providences occidentaux ont décidé de changer de costume. Plutôt que d’enfiler le long manteau rouge et blanc, d’arborer la barbe blanche et l’embonpoint généreux, les distributeurs de cadeaux payés avec l’argent des autres ont cette année décidé de se transformer en Père Fouettard.

Sacré coronavirus !

Et sacrés citoyens ! Jamais capables de respecter les consignes qu’on leur do... Poursuivre la lecture

Avant l’arrivée des vaccins, les gouvernements avaient pour ainsi dire fermé leurs frontières à double tour pour « protéger » le peuple. Mais maintenant que les pays relativement libéraux ont finalement abandonné la plupart de leurs restrictions internes, on pourrait croire qu’il serait plus facile de voyager et/ou d’émigrer. Oh mon tendre fils de l’été…

La levée des restrictions n’est qu’apparente. Au Japon par exemple, les touristes peuvent effectivement venir s’ils acceptent une surveillance digne de Big Brother. Si leur pays n’est ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles