N’oublions pas que le confinement vient aussi de Chine

Le fait que les mesures adoptées par ce gouvernement chinois aient été si facilement imitées par les gouvernements occidentaux devrait être choquant et inquiétant pour tout libéral.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
lockdown source https://unsplash.com/photos/n9vw0-Ix6YU

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

N’oublions pas que le confinement vient aussi de Chine

Publié le 24 février 2021
- A +

Par Finn Andreen.

La réaction occidentale à la pandémie du coronavirus pendant l’année 2020 a été tout simplement hystérique. Les confinements auront des conséquences économiques, sociales et sanitaires si graves, qu’ils auraient dû n’être même jamais envisagés. Nous n’en voyons encore pas la fin, avec couvre-feux en place et menaces de confinements futurs. Il est difficile de trouver des exemples historiques de mesures aussi draconiennes adoptées par les nations occidentales, même en temps de guerre.

Qu’est-ce qui a changé ? Rappelons-nous que la pandémie a commencé en Chine. Il faut garder à l’esprit l’origine chinoise de la pandémie, afin de comprendre la réaction politique en Occident. Si elle avait commencé à n’importe quel autre endroit sur Terre, les politiques occidentales auraient probablement été bien plus respectueuses des libertés individuelles.

Lors de la pandémie de grippe porcine de 2009, par exemple, aucun confinement de la société n’a été envisagé, bien que ce virus ait contaminé près d’un milliard de personnes et tué des centaines de milliers dans le monde. Mais la pandémie de grippe porcine a commencé en Occident, pas en Chine.

Bien que la plupart des gouvernements occidentaux aient progressivement acquis, au cours du siècle dernier, un contrôle toujours plus sophistiqué de la vie des citoyens, il existe néanmoins une tradition occidentale de respect pour la liberté individuelle.

Si un tel idéal signifie encore quelque chose, aucune catastrophe naturelle, quelle que soit sa gravité, ne serait une raison suffisante pour permettre à l’État de restreindre si considérablement la liberté fondamentale de populations entières.

Une population paniquée

Si on imagine un instant une pandémie si mortelle qu’elle menacerait d’anéantir une partie significative de l’humanité, aucune directive gouvernementale ne serait nécessaire. Une population paniquée restreindrait automatiquement ses mouvements, s’isolerait d’elle-même, porterait des masques, et pratiquerait la distanciation sociale.

Et elle ferait cela de son propre gré, mais toujours à condition qu’elle soit convaincue que de telles mesures puissent réellement limiter la contagion. La majorité prendrait alors de telles mesures par elle-même, sans qu’aucun gouvernement ne lui dise que faire.

Mais la nocivité de la Covid-19 pour l’ensemble de la population a été fortement exagérée, même si son impact sur les systèmes de santé est réel. La volonté des gouvernements occidentaux d’aller jusqu’à détruire des secteurs entiers de l’économie et mettre en péril la santé (sic) physique et psychique de millions de citoyens, afin de sauver des patients de la Covid dont l’âge moyen de décès est de 82 ans, est absurde.

La seule manière d’expliquer ce zèle est de considérer ces actions comme des moyens pour le gouvernement de se couvrir, aux dépens de la société dans son ensemble. Il s’agit pour la classe dirigeante d’éviter la retombée politique de l’incapacité des systèmes de santé occidentaux, essentiellement publics, à gérer une grave pandémie de grippe. L’État est l’ennemi de l’Homme, comme disait Herbert Spencer.

La politique de la Chine dans les têtes

Un gouvernement imaginaire qui serait à la fois économiquement responsable et  constitutionnellement obligé de respecter la liberté individuelle, n’aurait ni la volonté ni la possibilité d’imposer un confinement ou un isolement forcé à la chinoise à l’ensemble de la population.

Pourtant, un tel gouvernement aurait encore eu à sa disposition de nombreuses mesures non liberticides. Il aurait pu prendre des mesures d’urgence pour augmenter la capacité des unités de soins intensifs au moment où il était clair que le coronavirus allait se propager en dehors de la Chine (janvier 2020).

Les personnes âgées auraient pu recevoir rapidement des conseils sur les moyens de se protéger et des avertissements ciblés sur les risques qu’elles encouraient si elles ne se confinaient pas. Les visites dans les maisons de retraite publiques auraient pu légitimement être strictement réglementées dès le début.

Le manque scandaleux de masques de protection et les recommandations contradictoires à propos de leur utilisation n’auraient même pas dû avoir lieu. Une capacité de dépistage du virus aurait pu être développée bien plus tôt.

Bien sûr, même si toutes ces mesures avaient été prises, la Covid-19 aurait néanmoins eu un impact significatif sur les systèmes de santé en Occident, et peut-être plus qu’en Chine.

Mais la société occidentale doit se débarrasser de l’idée erronée mais omniprésente qu’un État-providence gonflé et inefficace peut et doit protéger la population contre tous les fléaux possibles. Cela n’a jamais été le cas et ne pourra jamais l’être. Espérons que cette pandémie aura au moins l’effet de convaincre de cela une partie de la majorité étatiste.

Mais même ces mesures respectueuses de la liberté, comme celles dont disposait le gouvernement imaginaire ci-dessus, n’ont pas été prises par les gouvernements occidentaux réels, en grande partie à cause de leur incompétence.

Au lieu de cela, en janvier 2020, les politiciens, les bureaucrates et les médias occidentaux se sont contentés de regarder avec fascination la propagation du coronavirus en Chine, et la façon dont des villes entières, comme Wuhan, étaient complètement verrouillées, sur ordre du gouvernement central de Pékin, avec une panoplie d’autres politiques autoritaires.

Ces actions autoritaires typiques de l’Empire du Milieu semblent avoir été une belle inspiration pour les décideurs occidentaux sur la manière de répondre à la pandémie. En effet, cela fait longtemps que de nombreux politiciens et experts occidentaux envient la manière dont l’État chinois « gère » sa population.

Ils ont tant admiré le système politique chinois pendant la crise financière de 2008-2010, quand ils ont vu la facilité avec laquelle l’État chinois pouvait mettre en œuvre la politique économique de son choix, sans avoir à être soumis à aucune sorte de critique médiatique ou de débat démocratique.

Mais ces « experts » occidentaux ont oublié que la Chine n’est pas l’Occident. La Chine n’a pas de tradition ni d’expérience en matière de démocratie, de liberté politique ou de droits de l’Homme.

Bien que la Chine ait aujourd’hui mis en place une sorte d’économie de marché, avec davantage de succès que les pays occidentaux si lourdement taxés et réglementés, politiquement elle reste une dictature communiste. Son succès ces dernières décennies est dû en grande partie à sa population résiliente et travailleuse, une fois que Pékin a abandonné l’étau qu’était la planification centrale de l’économie.

Les Chinois connaissent leur gouvernement ; ils le respectent et le craignent. Ils ont bien compris que leur contrat social consiste à être autorisé à s’enrichir dans un système quasi-capitaliste, à condition qu’ils obéissent strictement au gouvernement et ne se mêlent pas de politique.

Il ne faut pas oublier que le gouvernement chinois est héritier de l’armée révolutionnaire de Mao Zedong. Après avoir remporté la longue et brutale guerre civile en 1949, il imposa au peuple chinois une culture martiale, ascétique, paysanne et nationaliste. C’est une culture du sacrifice de l’individu pour le bien-être général et pour la grandeur de la Chine.

Cette culture est toujours sollicitée de nos jours et surtout en période de crises nationales, comme celle du Coronavirus. Le gouvernement chinois actuel est le descendant direct de celui qui a conçu le Grand Bond en avant et déclenché la Révolution culturelle. Ces deux périodes ont conduit à la mort de dizaines de millions de Chinois et créé des souffrances et une pauvreté extrêmes pour la majorité de ceux qui ont survécu.

C’est le même gouvernement qui a abattu des milliers de manifestants sur la place Tiananmen il y a 30 ans, et n’hésiterait probablement pas à le faire à nouveau à Hong Kong si cela avait été une solution au problème. Actuellement, ce même gouvernement est en train de mettre en œuvre un système de surveillance de toute la population à l’aide de caméras, de drones, et d’intelligence artificielle, à nouveau suscitant l’intérêt de gouvernements occidentaux.

Ce système orwellien a été mis à profit lors des confinements de 2020, et il n’est pas surprenant d’apprendre que pendant les premières phases de la pandémie, le gouvernement chinois a dissimulé et manipulé l’information concernant le coronavirus.

Agression contre son propre peuple

Bref, un gouvernement avec un bilan aussi horrible d’agression contre son propre peuple n’a évidemment aucun problème à ordonner à ses citoyens de faire tout ce qu’il juge nécessaire, quelles que soient les conséquences.

Le fait que les mesures adoptées par ce gouvernement chinois aient été si facilement imitées par les gouvernements occidentaux devrait être choquant et inquiétant pour tout libéral. Cela montre à quel point l’Occident s’est éloigné des valeurs libérales qui dominaient l’Europe pendant le XIXe siècle. Il n’est pas possible de continuer à donner son support à des gouvernements qui ont abandonné le peu de respect pour la liberté individuelle qu’il leur restait. Chacun doit se rappeler que tout pouvoir politique repose avant tout sur le consentement de la majorité.

 

Voir les commentaires (29)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (29)
  • On ne vit pas dans des pays libéraux mais des « tyrannies par la majorité elective » dont les pouvoirs sont théoriquement limités par une constitution d’inspiration libérale..

    des tas de trucs choquent les libéraux..

    alors c’est vrai ce que raconte l’auteur mais somme toute banal..

    En France, on peut poser comme une hypothèse plus que plausible que devant chaque événement « visible » le gouvernement va vouloir agir..

    la transition énergétique, l’education nationale, la sécu, , certains auteurs ici ont même intégré l’action de l’etat qu’ils ne posent tout de suite un débat sur le plan politique alors qu’il ne devrait pas l’etre.. ils éludent ce qui devraient être un préliminaire à leurs articles..
    « en considérant que l’état va de mêler de xxxx au nom de l’interet général sans définir ce qu’il entend par là » voila ce que je propose afin de conserver ceci ou cela..

    • En fait l’état s’enquiquine grave alors il attend la presse du matin pour se trouver un os à ronger.. Pas oublier que ces gens n’ont jamais rien fait de leur vie à part essayer d’être le chef d’un groupe amical, ils marche 100% à l’ego et quelques améliorant végétaux.

      • Les hommes de l’État ne s’enquiquinent pas : ce sont des clowns à roulettes (remplaçables) mais il y a toujours des intérêts financiers derrière leurs décisions, directes (pot de vin) ou indirectes (participation dans une entreprise bénéficiant de la décision).

      • Les hommes de l’État ne s’enquiquinent pas.
        Derrière leurs décisions, il a toujours des intérêts financiers, directs (pot de vin) ou indirects (participations dans une entreprise bénéficiant de la décision) mais souvent cachés…

        • Mais c’est dans l’ombre qu’ils bossent pas dans la lumière. Ils sont tous dans le paraître , ils nous montrent ce que nous voulons voir… Enfin, les bons, les autres ne durent pas longtemps.

  • Cette dictature de la bureaucratie incompétente ne date pas d aujourd’hui. La pseudo pandémie n a fait qu accélérer ce mouvement de contrôle. Devant si peu de résistance, il faut peut-être conclure que la population veut ca. Il est évident que les mesures prises sont liberticides, socialement dévastatrices et économiquement dangereuses quoique en regardant le cac j ai quelques doutes. Le crime a profite à quelqu uns, toujours les mêmes.
    Qui aujourd’hui est en mesure de s opposer à la tyrannie chinoise. Les usa se réveillent mais pourront ils encore

  • Je n’ai lu que le titre :
    Je ne vois pas en quoi un confinement radical pose problème en soit.
    Par contre, il nécessite la logistique et l’intervention régalien de l’état (TOUT le régalien, pas seulement la sécurité) quand il est mis en place.
    Et surtout, il doit être fait totalement, pas à moitié comme nous le pratiquons chez nous. L’épisode actuel de Nice est juste une rigolade sans nom ! 🙂

    • « Je ne vois pas en quoi un confinement radical pose problème en soit. »
      C’est bien cela le problème.
      C’est juste une violation des droits de l’homme, mais on m’a déjà répondu ici que ce n’était qu’un bout de papier.
      Nous sommes rentré dans une dystopie, IRL, une dictature sanitaire, et nous avons été mithridatisé depuis 5 ans car nous subissons un état d’urgence un mois sur deux.
      Et les français en redemandent.
      CPEF

      • Je trouve moins contraignant sur nos libertés un confinement radical de quelques jours/semaines, que des multiples couvre-feux, semi-confinement, passport vaccinal, attestations qui durent depuis 2 ans !

    • « Je ne vois pas en quoi un confinement radical pose problème en soit. »

      Ben voyons, qu’un Etat piétine les libertés individuelles en toute décontraction ne poserait aucun problème.

      Et je ne suis pas étonné que l’auteur d’un propos si idiot se vante par ailleurs de commenter un article sans l’avoir lu…

      • Donc vous êtes bien d’accord que le problème n’est pas le confinement en lui-même, mais sa mise en place sous forme d’obligation par l’Etat… Le mélange entre choix d’une mesure techniquement efficace et application autoritaire sous une forme pas forcément aussi efficace…

        • Efficace…. Hum ça demande pas mal de placebos et des millions de cobayes pour pouvoir affirmer cela. Aujourd’hui on ne sait toujours pas comment voyage ce virus qui fait fi des masques et des confinements. Enfin. Les mains est une certitude mais est-ce tout ?

          • Oui, en effet. Je ne parle pas de l’efficacité ci-dessus, mais il y a des doutes la-dessus (voir la fameuse comparaison qui se fait aujourd’hui aux US entre la Floride et la Californie ; le confinement de ce dernier ne semble pas l’avoir particulierement aidé par rapport au premier.)

            • @Finn Andreen

              Pourquoi ne réussirions nous pas ce que Taiwan et la Corée du Sud,qui ne sont pas des dictatures et qui n’ont pas confiné, ont réussi ?
              Après un an de pandémie quel est notre bilan du « tester,tracer,isoler,soigner »?

    • deux choses d’abord ce n’est pas véritablement un confinement mais une assignation à résidence générale, et ensuite pose problème au point de vue des libertés et du respect de la responsabilité individuelle..

      mai moi en effet si les gens se confinent tous volontairement ça ne me pose pas non plus de problème… mais confiner et se confiner…

    • Justement ne lisez pas que le titre

  • C’est un point très important que soulève l’article. Rappelons aussi un fait rarement mentionné: la Chine a « fait campagne » pour sa méthode de gestion de la pandémie. Il a été mis en évidence que des milliers de comptes Twitter contrôlés par les autorités chinoises ont vanté les mérites du confinement drastique « à la Wuhan » et attaqué les (rares) autorités occidentales qui proposaient des méthodes alternatives.
    Le 20è siècle, culturellement, a été dominé par l’Amérique, dont le « soft power », le mode de vie et les idéaux fascinaient le monde entier. Le 21 siècle est parti pour être dominé par la Chine, qui à l’occasion de cette épidémie a réussi à faire en sorte que les gouvernements du monde entier adoptent ses méthodes de « gestion » des populations.

  • Quand on fait les choses à moitié ça marche à moitié donc, ça ne marche pas du tout. Si j’ai bien compris le confinement chinois c’est chacun reste chez soi et l’armée vous ravitaille. En France c’est vous restez chez vous mais pouvez vous entasser au supermarché ou dans le métro.. A la cantine mais pas au resto à l’école mais pas sur la plage….

    • le premier problème vient que vous ne seriez pas capable deme dire exactement ce que signifie « marcher »..

      se confiner ne marche pas pour « arrêter une épidémie » mais en modifier la dynamique.. et ce de façon complexe… donc ce n’est pas une solution dans la durée.

      et ça a été au coeur du questionnement fondamental le « but »..y a t il un but autre que ralentir..??.

      • La dynamique… Elle semble se foutre totalement des mesures. Quand la pent est élève la chute est rapide, lorsque pente est faible ça dure plus longtemps pour un total de morts identique, grosso modo 0,1%.de la population. On aura en 2021 autant de morts qu’en 2020 sauf si la vaccination porte ses fruits, on tombera ainsi au même niveau que la grippe

        • il est TRIVIAL que modifier les comportement modifie la dynamique de l’épidémie ce qui ne signifie pas par exemple que le nombre de morts diminue pendant telle période de temps mais que par exemple ça ne sera pas les mêmes,

  • D’accord sur la conclusion.
    2 Petits bémols:
    – Les Chinois ont monté une véritable logistique de guerre pour isoler et traiter. La France cloître les bien-portants sans créer de capacités supplémentaires d’hospitalisation : tout le contraire, en fait. Et cette situation est précisément utilisée pour justifier les mesures vexatoires.
    – Il n’y a pas eu de confinement national en Chine. Certes les zones isolées peuvent être massives, mais voilà les faits: l’égalitarisme et le jacobinisme rajoutent une couche de bêtise à la gestion autoritaire du bidule.
    Nos zélites zidiotes copient le PCC mais c’est une copie de cancre.

    • On n’appelle pas cela ‘copier’, on dit ‘singer’ qui veut dite imiter sans comprendre ce que fait l’autre…

      cqfd

    • Bonjour, oui, je suis d’accord avec vous. Ensuite, le point n’était pas de quantifier ou trier les types confinements; c’est le principe dont je parle. Juste le premier confinement de la ville de Wuhan est suffisant pour mon argument (population : 11M).

  • N’oublions pas non plus qui est Véran le « ministricule » de la Santé dont nous sommes affligés….L’olibrius est membre de la French China Foundation pendant de la Franch America Foundation….Après avoir milité à l’extrême gauche durant sa période étudiante (ça aide parfois…. quand c’est du côté gauche) quoi d’étonnant à ce que ce petit gauchiste – tyranique comme le sont tous les gauchistes- voit dans ce régime qui allie la tyranie communiste avec le capitalisme le plus sauvage, soit un but à atteindre, sous réserve d’appartenir aux 10 % de privilégiés….L’alliance extrême gauche / oligarchie du fric est de plus en plus patente, les 1er étant les chevaux de Troie des seconds sous faux drapeau…. Qu’on se rappelle sa colère non retenue contre madame Ménard, député de l’Hérault, ça en dit long….

    • Le pire, c’est qu’il est tellement sûr de son impunité qu’il ne se cache même pas de piquer une grosse colère devant l’assemblée des élus du peuple, et de renvoyer dans les cordes ceux et celles qui ne sont pas de son avis!
      Avec des guignols de cette trempe, CPEF!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Lionel Chanel.

Les Ouïghours, cette population turcophone et musulmane de la province chinoise du Xinjiang, sont assujettis au pouvoir communiste de Pékin depuis 1950. Les camps de rééducation, lieux d’enfermement et de tortures physique et psychologique, représentent l’aspect le plus répugnant du totalitarisme à l’œuvre en Chine contre cette minorité.

Des témoignages, comme celui de Gulbahar Haitiwaji, une rescapée de ces camps qui vient de sortir un livre sur son expérience de détenue, permettent de se faire une idée de l... Poursuivre la lecture

variole du singe
1
Sauvegarder cet article

Par Elizabeth Nolan Brown. Un article de Reason

 

Ce n'est pas seulement la peur de la maladie qui met les gens en état d'alerte pour la variole du singe, une maladie virale similaire à la variole mais moins grave. Notre société ne pourrait tout simplement pas supporter une autre pandémie en ce moment. Mais au cours des dix derniers jours, des cas ont été signalés aux États-Unis, ainsi qu'en Australie, en Belgique, au Canada, en France, en Allemagne, en Italie, aux Pays-Bas, au Portugal, en Espagne, en Suède et au Royaume... Poursuivre la lecture

L’hôpital ? Suradministré ? La France entière l’est et pas d’hier et le positionnement très à gauche du président ne laisse rien augurer d’encourageant. Un fonctionnaire supplémentaire implique trois chômeurs de plus dans le secteur privé, selon le calcul de l’infaillible Charles Gave et j’apprends que le taux de croissance de la France bénéficie du nombre d’agents d’État, selon un énième arrangement avec les statistiques.

Au-delà d’un certain seuil largement dépassé, tout impôt supplémentaire implique travail dissimulé, chômage et exi... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles