Le bilan (surtout) désastreux de Donald Trump

Les Républicains n’ont d’yeux que pour les « grandes réalisations » de Donald Trump depuis son élection. Qu’en est-il vraiment ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Photo by Library of Congress on Unsplash

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le bilan (surtout) désastreux de Donald Trump

Publié le 20 septembre 2020
- A +

Par Pierre-Guy Veer.

L’élection présidentielle approche à grands pas aux États-Unis. Et comme toujours, la partisannerie aveugle les deux principaux camps. Pendant que les Démocrates affirment qu’on guérira le cancer avec l’élection de Biden, les Républicains n’ont d’yeux que pour les « grandes réalisations » de Donald Trump depuis son élection.

Qu’en est-il vraiment ?

Une économie précaire encore plus fragilisée avec Donald Trump

À son entrée au pouvoir, Trump faisait face à une économie qui semblait en bonne santé. Nonobstant que la « reprise d’Obama » fut la plus lente depuis la Seconde Guerre mondiale, cette santé était précaire pour quiconque regarde les chiffres en profondeur.

  • Le taux de participation des Blancs n’a cessé de décliner depuis 2009, où il était à son plus bas depuis 1988 ; celui des Noirs avait formellement dépassé le taux de 2009 en février dernier tout en restant à son plus bas depuis 1986 ; et celui des Hispaniques n’a cessé de diminuer depuis avril 2009.
  • Pour la population générale, le taux de participation n’a cessé de décliner depuis février 2009, où il était déjà à un creux historique depuis juin 1988 – il est maintenant à un creux historique jamais vu depuis février 1978 (en date de mars 2020).
  • La banque centrale a plus que quadruplé la masse monétaire depuis 2008, générant une bulle boursière et immobilière encore plus volumineuse que celle du début des années 2000.
  • La dette publique par rapport au PIB n’a cessé d’augmenter depuis 2009, bien que « stabilisée » à plus de 100 % du PIB.

Et qu’a fait Trump pour que l’Oncle Sam puisse retrouver une croissance économique plus durable ? Tout ce qu’il ne fallait pas faire :

  • Il a augmenté les dépenses nominales de plus de 600 milliards de dollars tout en baissant les impôts (ce qui était pourtant une bonne chose), maintenant un déficit dépassant les 200 milliards durant la plupart des mois suivant janvier 2017. À la prochaine augmentation des taux d’intérêts, les frais vont dramatiquement augmenter.
  • Dans la même veine, depuis la campagne de 2016, il se vante que les États-Unis n’ont qu’à imprimer davantage d’argent afin d’éviter des défauts de paiements de la dette.

La guerre commerciale insensée de Donald Trump

Mais surtout, il a tenu l’une des promesses qu’il aurait définitivement dû renier : se lancer dans une guerre tarifaire. Ne lui en déplaise, il n’est pas facile de gagner de telles guerres– en fait, il n’y a que des perdants. Et leur prolongation ne fera qu’annuler les effets positifs de ses baisses d’impôts et de ses politiques de déréglementation.

En effet, une guerre tarifaire repose sur cette idée saugrenue délicieusement parodiée par Frédéric Bastiat : quelqu’un, quelque part, peu importe la raison, produit plus efficacement et le gouvernement doit empêcher cette concurrence qualifiée de déloyale.

Aux États-Unis, de telles restrictions ont eu pour effet l’effondrement des exportations de soja, principalement vers la Chine. De plus, il a même imposé des tarifs injustifiés sur les produits issus de pays industrialisés – et donc aux pratiques monétaires et réglementaires plus « acceptables » que la Chine. Ces derniers ont  évidemment réagi, pénalisant tous les consommateurs.

Une politique migratoire à la xénophobie à peine voilée

Finalement, la xénophobie patente de Trump et son administration a vite fait surface.

Au début, il affirmait qu’il ne s’agissait que de contrôler le flot d’immigration illégale venant principalement du Mexique – ce qui fut un échec. Il affirmait qu’il voulait contrôler la criminalité supposément apportée par ces immigrés, alors que les statistiques des villes frontalières avec le Mexique contredisent ses affirmations.

Pour quelqu’un qui affirme avoir voulu minimiser l’impact du coronavirus, il ne s’est pas gêné pour y aller des pires hyperboles au sujet de « violeurs mexicains ».

Parlant du virus et de ses pertes massives d’emplois, Trump a étendu sa haine des étrangers en suspendant toute immigration afin de « protéger » les emplois.

Cette protection des emplois a fait perdre soit un temps fou à tenter d’obtenir un visa de travail, soit carrément fait perdre l’emploi à ceux qui ne pouvaient pas obtenir un visa.

J’ai beau avoir une résidence permanente, j’ai tout de même peur de postuler pour la citoyenneté et d’être ainsi expulsé.

Exposer le biais des médias

Mais s’il y a un point positif indéniable de la présidence de Trump, c’est d’exposer le biais à peine voilé des médias pour tout ce qui n’est pas liberal (pro-démocrate).

Prenons l’immigration par exemple. Les actions de Trump n’ont fait qu’empirer une situation déjà catastrophique. En effet, Obama avait fait expulser des quantités record d’immigrants illégaux, et placer dans des centres de rétention.

Les médias ont même montré des images datant de… 2014. CNN y va même d’acrobaties intellectuelles dignes du Cirque du Soleil pour affirmer que les expulsions de Trump sont pires.

Et que dire de la propagation du coronavirus. Le 28 août, le bulletin du soir de NBC a commencé avec la marche commémorative sur Washington, où il n’a pas été fait grand cas des 50 000 personnes tassées comme des sardines, mais où 1500 personnes assises pour assister à un discours de Trump représentaient un danger de propagation.

Néanmoins, quatre années supplémentaires avec Donald Trump à la tête des États-Unis n’augurent rien de bien. Ses politiques commerciales mercantilistes ne peuvent que nuire à la reprise post-coronavirus, ses politiques migratoires vont bloquer à la fois des travailleurs agricoles et des employés dans les hautes technologies.

Et considérant qu’un président en second mandat fait face à plus d’hostilité du Congrès (lame duck), il risque d’utiliser ses décrets encore plus agressivement pour outrepasser davantage le processus législatif.

Il ne serait pas le premier, mais les Républicains vont regretter d’avoir soutenu les décrets pour « situation d’urgence » quand les Démocrates utiliseront la même raison pour faire passer sournoisement leur agenda, tel le désastreux Green New Deal.


À lire aussi : États-Unis : Joe Biden, un désastre potentiel

Voir les commentaires (74)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (74)
  • trump brexit, constitution européenne..
    en question, mais est ce une cause? il ya bien une non représentation par les médias de l’opinon publique, ce qu’on ne peut d’ailleurs pas leur reprocher car ce n’est pas leur objet..
    ce n’est pas une faille ou un gap du fait de l’educations supérieure des journalistes, c’est un gouffre avec exemplairement des idées telle que dire la femme est la femelle de l’espece humaine est transphobique..

    il y a sans doute une réaction à la montée des médias en ligne sinon de youtubeurs qui ont plus de vues que des tas de journaux papiers..
    les journalistes espèrent peut être disqualifier via le langage certains de ces médias..en u dénonçant partout du racisme sexisme ou transphobie.. si c’est ça c’ets une stratégie à double tranchant..

    mais la stupidité et les bias des médias atteignent un tel niveau que ça en devient un boulevard pour tout ceux qui construise leur propre image en regard de leur representation dans les médias..

    on doit défendre trump ou le pen !!

    le bilan de trump c’ets une chose, mais il s’efface devant la réaction à son élection par les démocrates..

    mauvais bilan? pourquoi pas..regardez le programme des démocrates en réaction à ça »..PLUS d’état et d’interventionnisme..
    à l’instar de mitterand avec un bilan désatreux!!!qu’on jugeait fin ,subtil ,intelligent ,cultivé, propre sur lui..qui a instrumentalisé le pen, moi ou l’extreme droite avec l’aide des médias, trump le « crétin »..est arrivé moi ou l’extrême gauche.

  • Mr serait démocrate?
    Je trouve tout à fait sensé son protectionnisme malgré bastiat. En effet, il ne cherche pas à bloquer les importations mais obliger les pays exportateurs à consommer américain. Donnant donnant.

    • Le protectionnisme de tRump vis-à-vis de la Chine vient d’être déclaré illégal par l’OMC. Et il s’en fout, mais se sert d’autres décisions de l’OMC pour justifier des sanctions.
      La caractéristique de son protectionnisme, c’est, en tant que première puissance économique, d’imposer ses choix au reste du monde. Et ses choix sont dictés par le souci de protéger ses électeurs, pas les USA, en surtaxant les importattions ET en subsidiant les producteurs US.
      Une recette sûre pour relancer l’inflation qui était, jusqu’à la crise du Covid, sur une trajectoire exponentielle, et qui repart maintenant à la hausse, sans augmentation correspondante des salaires de la majorité de la population ( salaire médian stable ) alors que les produits de base de l’industrie voient leurs prix brutalement majorés au gré des « intuitions géniales du grand leader » – j’utilise ces termes pour l’admiration claire que voue tRump aux autocrates « libérés » des contraintes d’un système démocratique

      • Choix dictés par le souci de protéger ses électeurs, ou bien de flatter leurs idées simples ? On ne le saura que s’il persiste une fois réélu, quand il n’aura plus besoin de songer à séduire l’électorat.

        • attention le vouloir n’est pas l’etre.. il ya des tas d’ idéalistes sincères qui agissent dans le souci de protéger le peuple… il est élu..et se représente…si il est élu il aura satisfait les électeurs et peu importe les raisons de leur choix..ce n’ets pas pertinent en démocratie..

          la tentation est grande de juger la politique en fonction de la personne avec trump…

          trump est pour beaucoup un crétin…pourquoi pas..mais c’ets un crétin qui réussit à gagner sur le plan de la com contre des intellectuels .. on peut déplorer son langage..

          mais je ne peux pas ne pas le mettre en balance avec le politiquement correct que je trouve pire..

          et si les américains sont majoritairement idiots eh bine il est naturel qu’ils votent pour un idiot…

          quand j’ai vu les chefs d’état européen choisir ouvertement clinton.. oser donner des conseils aux électeurs americains…j’en ai conclus que ces gens étaient indignes de donner des leçons de démocratie …
          trump est vulgaire mais eux sont vils…

          • à l’inverse obama m’etait « sympathique… »mais dès le prix nobel, et le discours racial on avait que un jugement neutre sur sa présidence serait impossible..
            obama avait accompli des trucs..en existant..

          • S’il est réélu, il peut changer sa politique, pas vers le pire, mais vers le meilleur en renforçant ce qui fonctionne économiquement mais pour quoi il aurait moins besoin de faire diversion sur l’estrade pour ne pas heurter les électeurs avec. Le pari que je fais est qu’il consacrerait son deuxième mandat à laisser une trace dans l’histoire, et qu’il sait incomparablement plus ce qu’il fait qu’il n’y paraît.

      • L’OMC… C’est pour les autres pas pour les us, et si cela ne plaît pas tous ces pays n’ont qu’à boycotter le marché américain…. Les industriels sont pret à payer des milliards d’amendes pour y rester…
        L’inflation aux us sans augmentation des salaires, avec un aussi petit chomage… Avec des baisses d’impôts,… Ça paraît impossible et si c’est possible on peut immédiatement se flinguer en Europe.

    • serait il démocrate..
      les démocrates classiques sont acceptables, même si le parti dérive vers les idées socialistes désormais.

      il est navrant de commencer un post par une « attaque » contre l’auteur.. sinon, ce n’est pas du » protectionnisme » chez trump il ne semble pas être un idéologue, c’est plutôt une guerre économique contre la chine qu’il juge déloyale.. à vrai dire e suis ça de loin, sensé si on veut tout dépend de ce qu’il en attend.
      je n’arrive quasiment pas à regarder seulement trump..si on met de coté « orange man bad », et si on s’en tient à ce qu’il fait et pas à ce qu’il dit ce serait un président relativement banal.. qui met en oeuvre certaines des mesures programmatiques ce qu’on peut difficilement reprocher à un président élu..la pertinence étant un autre sujet.

      trump profite paradoxalement des moqueries et prédictions dont il fut l’objet de la part de l’intelligenstia..

      c’etait un clown…il a écrasé l’intellectuel ..c’est hitler élu par des crétins et des racistes… il faut comprendre l’etat d’esprrit des gens qui se revendiquent supérieurement inteeligents..se désavouer est risquer de perdre TOUT.. politiquement trump n’a pas grand chose à faire sinon troller…il suffit de laisser ses opposants multiplier les outrages absolument dérisoires

    • la France devrait s’inspirer de ce fait effectivement..mais L’UE serait elle d’accord? (parce que bon c’est bien elle qui décide de notre sort)

  • c’ets mieux si on signale les contre vérités…

  • Enfin un très bon article sur Trump et son inutilité..!!!

    • et encore un article qui tombe dans le piège trump..
      déjà en France on se plaisait à moquer reagan..en raison de son passé d’acteur qui l’aurait rendu, indigne inepte à être président ..
      trump « sert  » au minimum à rappeler que pour être président LEGITIME il suffit d’etre eligible et d’etre élu….
      le politiquement correct a rendu trump et sa parole décomplexée absolument utile sinon necessaire…

      • c’est vrai que de la parole décomplexée il en a, surtout pour dire des âneries.

        • Et c’est pas fini….Nous aurons le nom du nouveau président au mois de janvier et faudra le sortir le Trump de White House , vu qu’il parlera de complot etc etc….Comme le soulignent tous les commentateurs US au soir de l’election il sera en tête et pis au fil des jours et du dépouillement ça va se gâter grave pour lui..Il ne reconnaitra jamais sa défaite…Quant à la Cour Suprême ils sont aujourd’hui 8 ..4 democrates et 4 republiquains vu la disparition de la doyenne..Le Donald voudrait bien nommer très vite son ou sa remplaçante histoire que la Cour soit « elephantesque »..La Floride étant d’un bordel innommable en terme électoral ( remember Al Gore)

          • ça c’est le résultat de orange man bad.. et de ce n’ets pas mon président, les démocrates font pareil..ça va être « drôle »..

          • Il ne reconnaîtra jamais sa défaite… et les Démocrates ? Avec Hillary Clinton parlant ouvertement de refuser l’élection de Trump si elle se produit… Vous n’inverseriez pas les rôles, là ?
            Quant à la Cour Suprême, c’est le rôle d’un Pdt, de par la Constitution, de nommer un nouveau juge en cas de décès : où est le problème, sinon que les Dems sont mauvais joueurs ?

        • le moment est venu où la mer va arrêter demonter..il y a les âneries de trump qui ne trompent personne et que les médias dénoncent et c’est SAIN quand on y songe sinon qu’ils le font mal parce qu’ils tentent de lier le fait de dire des aneries à la légitimité de trump .. et il ya les aneries des politiciens de bon aloi..qui sont énormes..désormais planétaires.. et foncièrement illégitimes d’ailleurs..

          prenons ce tango ademe gouvernement..

        • avez vous écoutéu n discours de macron sa parole n’est pas décomplexée.. elle est creuse..

          • on est d’accord pour Macron, mais pourquoi toujours opposer Trump aux démocrates? juste parler de l’homme et de sa fonction c’est si compliqué que ça? alors oui il n’est pas issu du sérail politique, oui il protège son pays en faisant du protectionnisme et se moque des médias (c’est ce qui vous lait en fait) mais mis à part ça ??

            • À part ça il défend la Constitution (2nd Amendement par ex. mais aussi liberté d’expression contre les GAFA qui censurent les propos conservateurs à tour de bras), il défend les droits des enfants à naître et refuse le lobbying agressif des LGBT qui montrent de plus en plus leur visage totalitaire. Accessoirement, il supervise la paix au MO…

    • On ne peut pas juger de l’action de Trump si on ne sait pas qui détient une bonne partie du pouvoir aux Etats-Unis. Les mêmes qui sévissent en Europe d’ailleurs.
      C’est pour cette raison que les enjeux de l’élection apéricaine nous touchent aussi…

  • Article ridicule : en politique on ne choisit pas l’idéal, on essaie d’éviter le pire. C’est tout.

    « The problem is that the extreme-left has taken control of the Democrat Party, much in the same way as it took control of the British Socialists. And to most Americans, who are moderate, reasonable people, Trump, while not ideal (he is a vulgar, nouveau-riche BBQ chap with cufflinks the size of saucers) actually is moderate compared with these nutters. »
    D. Jenkins

    Une critique juste simplement : le protectionnisme de Trump, qui n’entend rien aux principes d’économie internationale. Mais les effets les plus négatifs ont été atténués, il semble que ses conseillers soient là pour ça.

  • La ligne éditoriale de Contrepoints accepte des journalistes du NYT ?

  • Trump est le héros des personnes avec une vision binaire et partisane des choses, surtout lorsqu’il s’agit de s’opposer aux démocrates et à l’administration. Peu importe les moyens et la manière. Les principaux conseillés de Trump sont les membres de sa famille puisqu’en s’opposant à tout on finit par ne plus avoir confiance en personne et réciproquement. Comment peut-on gouverner un pays libre ainsi ? Trump n’est pas le grand homme de la situation. En face chez les démocrates ce n’est pas mieux. Les USA sont dans une mauvaise passe comme la France. A croire que le régime présidentiel est une malédiction en montrant ses limites à l’air du règne des opinions publiques.

    • Ce n’est pas un problème de légalité mais de cohésion.

    • parce que les républicains sont plus « propres » que les démocrates? on aura tout lu ici, Trump est comme tous les autres ..

    • Bonjour, Indivisible.

      Je ne pense pas que les USA sont dans une mauvaise passe comme la France. Avec sa Constitution, son système des cheques and balances et son organisation fédérale, je crois bien que l’avenir nous apprendra d’une façon douleureuse que les Américains s’en sortiront mieux contrairement à nous dans notre régime parlementaire presidentialiste centralisé.

      Si on se cherche un héros, un sauveur ou un grand homme, le régime présidentiel américain est en effet une malédiction. Et figurez-vous que c’en est même le but ultime de la Constitution. Le bâteau américain tangue mais il se porte bien.

      Pour finir, je dirais que l’on vit à l’ère des médias mainstreams, la rupture avec le reste de la société est chaque jour plus grande. Cela en deviant proprement ahurissant.

      • Pardon mais je réponds en même temps à Jacques B.
        Par mauvaise passe j’entendais une société profondément divisée. Alors oui c’est la faute au camps d’en face allez-vous me dire. Si on veut mais c’est un peu plus subtile non ? Personnellement je pense que la personalité de Trump et sa manière (clivante) de faire de la politique, en dehors des valeurs conservatrices défendues, n’arrangent vraiment pas les choses, ce qui est contraire à l’esprit de la fonction du Président. N’étant pas spécialement conservateur (en tout cas pas dans l’âme) sans m’opposer toutefois par principe, je reconnais certains points positifs pendant le mandat de Trump. Mais c’est insuffisant ce qui n’est visiblement pas le cas pour beaucoup (tous) ici ! Alors non ce n’est pas un grand Président, et au mieux je peux admettre que c’est le Président du moins pire. Et je le regrette !

    • Les USA traversent une passe difficile certes, mais ils ne sont pas dans la même situation que la France : aux USA, la liberté d’expression quoique malmenée subsiste dans les médias mainstream, tandis qu’en France…
      Les citoyens américains sont également encore armés, ce qui devrait faire réfléchir les Français dont la DDHC de 1789 dit à son article 2 que parmi les droits fondamentaux, en sus de la liberté, de la propriété et de la sûreté, il y a la résistance à l’oppression. Et comment résister à l’oppression si on est désarmé ? Les pères fondateurs américains avaient tout prévu avec le 2nd Amendement, et les Américains ne se sont pas – encore – laissé déposséder de ce droit.

  • Le taux de participation a cessé de baisser depuis 2015 et remontait légèrement avant les mesures de confinement. https://www.bls.gov/charts/employment-situation/civilian-labor-force-participation-rate.htm

  • « Néanmoins, quatre années supplémentaires avec Donald Trump à la tête des États-Unis n’augurent rien de bien.  »
    C’est vrai qu’avec Biden, ça « risque » d’être bien mieux !!! Mdr !!!

  • même si je déteste l’homme qu’il est (arrogant,prétentieux,stupide sur bien des points) je suis assez d’accord sur certaines choses qu’il fait pour son pays, comme le protectionnisme et sa haine des médias ..par contre c’est un très mauvais communicant et sa tête à claques n’arrange rien.

    • Un très mauvais communiquant ! Mais vous rigolez ? Avez-vous déjà regardé un de ses meetings ? Il n’a pas besoin d’un prompteur pour lui dire quoi faire. Il sait enthousiasmer une foule.
      Et il a très bien compris l’utilité de Twitter pour communiquer et contourner les médias.

      • un peu comme en France quoi quand on a des veaux qui écoutent c’est tellement plus simple de faire des discours au ras des paquerêttes

  • Encore un article ineptie, rédige par un « never trumper » probablement subventionné.

    L’auteur présente une suite d’affirmations péremptoires en voulant les faire passer pour une démonstration et un raisonnement construit. Cela ne peut plaire qu’aux faibles d’esprit et aux incultes.

    Le Président TRUMP a annoncé son programme avant d’être élu (MAGA), et une fois élu, il l’a appliqué – avec succès (n’en déplaise aux gauchos bobos, Écolos, islamos).
    En baissant massivement les impôts, il a relancé la consommation des américains (qui sont un peuple de consommateurs, contrairement aux français qui sont des épargnants). Ce faisant, cette relance a favorisé la reprise de la production des entreprises us. Par ailleurs,Trump a incité les entreprises Us à relocaliser certaines productions (avec la crise actuelle du covid, on voit que c’est une décision prémonitoire), et il s’est lance dans un « bras de fer muscle » avec certains pays (dont des pays dits amis, n’est ce pas Manu ? n’est ce pas Justin ?) qui taxaient les produits américains de façon excessive.
    La combinaison de ces mesures a eu pour effet d’améliorer la situation des entreprises Us, d’amener les Usa à un quasi plein emploi, avec un chômage au plus bas pour tous, notamment les afro-américains et les latinos, et d’augmenter de façon significative le revenu des américains.

    En même temps, sur le plan extérieur, Trump s’est pris de bec avec le dictateur coréen Kim qu’il a sérieusement calmé, à défaut d’avoir dénucléarisé son goulag, et au Proche Orient, il a mis fin au califat islamiste qui s’était installé entre la Syrie et l‘IRAK grace a la « passivité » d’Hussein Obama, a transféré l’ambassade américaine en Israël à Jérusalem – ce que ses prédécesseurs avaient tous promis, mais n’ont jamais fait … par lâcheté. Et il vient de favoriser un accord de paix entre Israël et des états sunnites alors que de nombreux pays européens soutiennent les états terroristes.

    Il est sorti de l’accord de Paris sur le climat , concocté par le calamiteux Hollande, parce que ce pseudo accord bridait les entreprises occidentales inutilement.
    Et point d’orgue de son action, il s’est attaqué frontalement à la Chine communiste qui a développé son économie par l’espionnage et le pillage d’autres pays, alors que de nombreux états, en particulier en Europe, suivent servilement les injonctions de Xin Ping.
    Etc , etc, etc
    En 4 ans, il a détricoté la calamiteuse présidence Obama qui a été néfaste à la puissance américaine.
    Tout cela malgré des médias qui relaient en permanence des fake news sur son action et déversent des torrents de haine à son égard.

    En matière de lutte contre le Covid, il a, par précaution, fermé les frontières us en février dernier aux gens venant de Chine et de pays atteints par le virus, s’attirant a l’époque les critiques et les. sarcasmes des « bien pensants ». Puis, il a pointé l’intérêt du traitement avec de l’hydroxychloroquine, déclenchant en réaction (politique) sa non utilisation dans les états gérés par les démocrates (ce sont les états democrates qui affichent aujourd’hui le plus grand nombre de morts; mais les journalistes continuent à désinformer).

    En bref, c’est un grand président pour son pays qu’il protège et défend, comme il l’a annoncé.

    Les démocrates présentent contre lui un candidat vieux et totalement corrompu qui semble de plus en plus atteint par un Alzheimer ravageur, et dont la candidature ne peut être soutenue que par des dogmatiques méprisant profondément les citoyens américains et les valeurs qui ont fondé ce pays pour oser cautionner une telle comédie.

  • prix Nobel? vraiment? de quoi? l’homme le plus fake de l’année avec ses mèches blondes, son sourire colgate et ses séances d’UV faciales?

  • Trump a des défauts: il est protectionniste, il laisse filer les dépenses publiques, il n’est pas toujours très cohérent… Mais il a aussi des qualités: il défend la civilisation occidentale (son discours de Vienne en 2017), il a commencé à nettoyer le marigot de Washington et il a réussi à faire accepter Israël aux pays arabes et pacifie ainsi le Moyen Orient. Il me semble que son bilan est nettement positif et je souhaite sa réélection. Je frémis à l’idée d’une présidence Biden!

    • mais surtout protectionnisme ou dette??incohérence..quoi de si singulier pour un président .
      qu’est ce qui permet de dire ce n’ets pas mon président.???

  • Dire que l’économie US semblait aller bien lorsque Trump est venu au pouvoir est un mensonge éhonté. Obama a doublé la dette US pendant son mandat, c’est-à-dire qu’il a fait pire que tous ses prédécesseurs réunis. Obama avait aussi prévenu que le plein emploi ne reviendrait jamais et ses grandes réformes socialistes ont affaibli le niveau de vie de la classe moyenne comme jamais auparavant. C’est la raison principale pour laquelle Clinton a perdu une élection qui lui était pourtant acquise, l’Américain moyen ne supportait plus ni Obama, ni Clinton.

    Avec Trump, on a eu un retour au plein emploi, une économie florissante comme jamais, qui n’a été stoppée que par les décisions absurdes suite au coronavirus et surtout décidées par des gouverneurs démocrates dans le but de ternir le bilan économique de Trump.

    Ensuite, pas un mot dans cet article que Trump ne s’est pas attaqué à la problématique de la dette, parce que le congrès est aux mains des Démocrates. A ce sujet, Trump a dit qu’il préférait la laisser courir, et la renégocier intelligemment le jour où elle éclatera.

    Le but de la guerre tarifaire n’est pas d’améliorer l’économie, mais de diminuer la dépendance des USA à la dictature communiste qu’est la Chine. De même que le gaz de schiste a permis de diminuer la dépendance des USA aux dictatures arabes avec pour conséquence une détente pour Israël. Comme toute guerre, celle-ci a un coût, mais un monde dominé par la Chine aurait également un coût désastreux, il n’y a qu’à voir ce qui se passe à Hong Kong. De plus, dès lors qu’il y a un état social, les effets économiques du protectionniste peuvent même être positifs, car si cela donne du travail à ceux qui étaient avant complètement à l’aide sociale (à cause du dumping salarial provoqué par la Chine), ceux-ci coûtent alors forcément moins cher à la société.

    L’immigration n’est pas toujours une bonne chose pour un pays: lorsqu’elle amène des compétences, des idées meilleures, des gens qui viennent pour travailler et s’intégrer, cette immigration est une bonne chose et améliore l’économie. Mais lorsqu’elle amène des gens incompétents, qui veulent vivre de l’aide sociale, imposer leur culture rétrograde, et arrondir leurs fins de mois par la criminalité, cette immigration est destructrice et devrait être stoppée par l’Etat régalien.

    Enfin, cet auteur oublie complètement de préciser que l’alternative à Trump, c’est Biden qui est sénile et donc un homme de paille, et sa vice-présidente d’extrême gauche! Rien que pour cette raison, même si Trump n’est pas le libéral que l’on rêverait, sa réélection est infiniment souhaitable pour le bien des USA et celui du monde.

    Pour ma part, je ne suis absolument pas fan de Macron, que je tiens pour un socialiste progressiste, mais si celui-ci devait se retrouver face à Marine Le Pen ou Mélenchon, j’appellerai clairement à voter Macron, pour éviter un désastre infiniment pire à la France.

    • @ Philomo

      Marine Le Pen règne sans partage sur le RN, c’est une despote du même niveau que Mélenchon. Elle écarte tous ceux qui la dérange, à commencer par son propre père, mais aussi ses fidèles lieutenants, ou sa nièce, qui était plus populaire qu’elle (car moins socialiste).

      J’avais lu le programme du RN, il y a quelques temps, et je n’ai pas trouvé grand chose de libéral dedans. Même au niveau valeurs conservatrices, c’est assez mou.

      Si vous voulez voir à quoi devrait ressembler un vrai parti francophone de droite conservatrice, allez sur le site de l’UDC suisse et lisez ses thèmes et positions, on y trouve: «Plus de liberté économique et moins de bureaucratie.», «Défendre la liberté menacée.», «Plus de diversité, moins d’Etat.», cela est au moins clairement libéral.

      Si vous voulez simplement un parti de droite libéral, allez sur le site du PLR suisse, on y trouve:

      « Nous luttons pour que l’imposition de nos citoyens et de nos entreprises soit la plus basse et la plus simple de toute l’Europe. En disposant librement de leurs revenus, les citoyens s’engagent pour la communauté. Il est nécessaire d’avoir une fiscalité attractive afin d‘encourager l’entrepreneuriat. »

      c’est plus modeste, mais également libéral.

      • @ Philomo

        Une élection avec une seule candidate qui fait plus de 90% des voix, cela fait très soviétique… Et on a bien vu que les voix dissonantes sont mises à l’écart du parti.

        Lorsque j’ai entendu Marine Le Pen parler du libéralisme, c’était pour s’en plaindre et pas pour le vanter, et que vaudra le programme du RN, si sa candidate est anti-libérale et que le RN est habitué à lui donner les pleins pouvoirs? Rien du tout. Par ailleurs, j’avais lu ce programme, il y a quelques temps, et j’ai surtout trouvé de l’économie planifiée.

        Le mot libéral dans son sens premier a une définition très claire: l’Etat ne doit prendre en charge que le régalien, autrement dit, armée, justice et police, et c’est tout. Dès lors que vous voulez que l’Etat se mêle d’autre chose, vous tombez dans une forme de socialisme (ou plus exactement de collectivisme).

        Si vous voulez une définition encore plus précise du libéralisme, intéressez-vous au droit naturel. Le libéralisme se base sur un droit objectif dit naturel, car il découle de l’ordre naturel établi et non des lubies humaines (qu’on appelle par opposition « droit positif »).

        L’Etat n’a ni la compétence, ni la légitimité pour encadrer des entreprises, il ne fait que les entraver.

        • @ Philomo

          Mais non, c’est l’inverse:

          Lorsque l’Etat se mêle d’économie, le plus fort s’arrange pour contrôler l’Etat, et l’utilise pour faire un rapport de force en sa faveur: il organise une pénurie de travailleurs (chômage) pour avoir les travailleurs à sa merci, il organise une pénurie de biens et services (monopoles) pour avoir les consommateurs à sa merci. Et le faible ne peut rien faire, il est obligé de se livrer au plus fort, sans échappatoire.

          Si on supprime l’action de l’Etat sur l’économie, le plus fort n’a plus que la persuasion pour convaincre le travailleur de travailler pour lui ou le consommateur de dépenser pour lui, le rapport de force bascule en faveur du plus faible… 

          C’est pour cela, que le libéralisme a toujours très bien fonctionné, là où il a mis en œuvre.

          Après, vous êtes libre de penser autrement, mais ne venez alors pas dire que vous êtes libéral, car le libéralisme, c’est l’Etat est armée, justice et police. Et pour cela que j’affirme que le RN n’est pas libéral, et que MLP l’est encore moins, et que je préfère encore le socialiste mou Macron, à la nationale-socialiste MLP.

    • Lisez bien le programme de Marine: Elle est socialiste.

  • La guerre commerciale de Trump est loin d’être insensée lorsqu’on lit les chiffres du déficit commercial américain. Les Chinois trichent sans vergogne sur tous les points en bafouant ouvertement le libre échange. Quant à l’UE elle impose des taxes douanières pour empêcher les importations US. Il fallait bien faire quelque chose!

  • Avec Trump l’empire USA démontre sa toute puissance sur le monde occidentale, c’est fini les fausses formules de politesses de ses prédécesseurs

  • Des amis comme l’auteur de cette article on n’a pas besoin d’ennemis …

  • Un article écrit par quelqu’un … que je ne sens pas vraiment concerné par les problèmes qu’il dénonce.
    Même sa crainte d’être expulsé est peu crédible pour un engagé du mouvement libertaire (et même anarchiste!) : une catastrophe ? non, une opportunité pour un « anywhere »…

    Bref, tant pour le déficit qui devrait être considéré comme limité à un territoire donc sans intérêt pour un libéral – sauf à craindre pour son bas de laine, que pour la dénonciation de « la haine de l’étranger »qui tient bien plus de l’empathie d’un expatrié qui voit surtout sa propre situation, l’auteur tient plus un recensement d’opinion sélectionné que d’un vrai état des lieux. Il le dit lui même, en reconnaissant que l’alternative serait pire.

    En fait, le problème est que l’auteur n’a fichtre rien à faire du pays ou des états. Son compte en banque, sa maison, ses amis libéraux … pour le reste comme Bastiat – « Peu me chaut si comment … quelqu’un, quelque part, peu importe la raison, produit … ce que je consomme à bon prix ».

  • Le combat de Trump ne se situe pas d’abord sur le plan économique boen que ce soit dans ce domaine que les résultats soient les plus visibles.
    Les Etats-Unis sont la proie d’un Etat profond qui vide peu à peu la démocratie américaine de sa substance.
    Il se trouve que de nombreux membres de cette oligarchie prédatrice risquent d’être prochainement traduits devant les tribunaux. Car ils n’ont pas fait que chercher à destituer un président, ils ont agi contre leur propre pays.

  • Une chose de sur c’est que l’élection de Trump a révélée au grand jour le biais terrible des médias mainstream US et pas que. Terrifiant. Ce que l’auteur a d’ailleurs l’élégance de souligner malgré son propre biais: présenter la nuisance de la guerre commerciale contre la chine ou de la lutte contre l’immigration comme des évidences c’est quand même un peut fort.

    Ceci alors que les USA n’ont pas 50 000 problèmes, ils en ont 2: la désindustrialisation, l’immigration.
    Malgré qu’il soit probablement un sale type, Trump s’attaque à ces 2 problèmes pendant que les Démocrates s’agenouillent devant des racistes, se demandent si il doit y avoir des WC pour les transgenres et déboulonnent des status.

    Rien que pour ça il faut que Trump soit réélu.

  • vous ne parlez pas du mur mexicain?

  • @ Bainville

    Mais il faut cliquer sur un petit bouton pour voir les commentaires, et cela tourne assez vite à la censure ou à leur fermeture. Donc, niveau rééquilibre, cela n’est pas suffisant. Il y a heureusement encore quelques auteurs réellement libéraux sur ce site (comme H16 ou Nathalie MP Meyer), mais ils étaient déjà là avant le virage progressiste, et profitent peut-être de leur ancienneté.

    Pour comprendre le bilan de Trump, il faut lire à la fois ce qu’en disent ceux qui ne l’aiment pas (n’importe quel masse-média francophone) et à la fois, ce qu’en disent, ceux qui l’aiment bien (il y a un seul auteur francophone qui le défend systématiquement, qui est un authentique libéral, mais que vous ne lirez jamais sur ce site), après seulement vous pouvez confronter les arguments et voir lesquels sont les plus pertinents.

  • un point qui est oublié : il est pro-vie actif et lutte activement contre la culture de mort : merci monsieur Trump et surtout continuez !

  • « Avec sa Constitution, son système des cheques and balances et son organisation fédérale »

    check and balances

  • C’est quoi cet article sorti tout droit du camp démocrate, qui semble avoir été rédigé en anglais et traduit par un logiciel automatique ? Contrepoints, nous a habitué à mieux.

  • Donc si je comprends bien, faire du régalien, vouloir une égalité dans les transactions commerciales, gérer son flux migratoire, c’est avoir un bilan « surtout désastreux »… Il serait intéressant de faire le bilan sur les mêmes sujets au temps d’Obama…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les censeurs du monde entier retiennent leur souffle : Elon Musk a suspendu temporairement l’accord de rachat de Twitter, occasionnant une plongée en bourse de la célèbre entreprise à l’oiseau bleu. Avant de l'acquérir, le milliardaire voudrait évaluer le nombre de faux comptes et de spam sur le réseau, que ses administrateurs estiment à environ 5 %.

Elon Musk a bien précisé qu’il avait toujours l’intention de reprendre Twitter pour en faire une véritable zone de libre expression, au grand dam d’une improbable coalition de progressiste... Poursuivre la lecture

Donald Trump est de retour sur Twitter. Pas encore, mais presque. Elon Musk a en effet annoncé qu’il rétablirait le compte de l’ancien président Américain une fois l’OPA terminée, en ajoutant que le bannissement de Donald Trump était, selon ses propres mots : stupide, stupide et moralement condamnable.

Aussitôt, la planète libérale-quand-ça-m-arrange a hurlé au sacrilège et au loup en dénonçant un risque de perte de pluralisme et de dérive idéologique qui déboucherait sur la privation des libertés, dont la sacro-sainte liberté d’expres... Poursuivre la lecture

Par Anthony P. Mueller.

Un excès de dépenses publiques et une politique monétaire laxiste entraînent une hausse des prix associée à une baisse des taux de croissance économique. Tous les chemins keynésiens mènent à la stagflation. C'est le résultat d'une mauvaise gestion économique.

La croyance selon laquelle les banquiers centraux pouvaient garantir la soi-disant stabilité des prix et que la politique budgétaire pouvait empêcher les ralentissements économiques s'est révélée fausse à maintes reprises. La crise actuelle est une p... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles