Municipales en direct : les résultats à 20h30

Atelier d'écriture by Département des Yvelines(CC BY-ND 2.0) — Département des Yvelines,

Le point sur les municipales.

Par la rédaction de Contrepoints.

Ces élections seront marquées par le contexte d’épidémie de coronavirus, qui va certainement impacter la participation.

20h40 : Marine Le Pen souligne l’incompréhensible choix d’avoir maintenu les élections. Elle reproche les atermoiements, les choix contradictoires du gouvernement. Sans surprise :

« Je demande de procéder à la fermeture de nos frontières »

Marine Le Pen explique qu’elle fera dans les prochains jours des propositions pour aider les entreprises.

20h35 : Christophe Castaner intervient en expliquant que le taux de participation est honorable pour le contexte et « salue l’engagement civique ».

« La démocratie l’a emporté ».

Il évoque  « l’unique boussole du gouvernement : la science ».

20h30 : L’effet « maire sortant » semble avoir joué : les électeurs semblent s’être prononcés en faveur du maire qu’ils connaissaient dans de nombreuses villes.

43,6 % pour Edouard Philippe. Il sera face au communiste  Lecoq qui arrive  en deuxième position avec 35 %.

20h20 : Yannick Jadot demande le report du second tour.

Ambiance particulière au QG d’Anne Hidalgo puisque peu de personnes sont présentes. Elle parlera seule, non entourée de son staff, « juste avec son cameraman (Source CNews)

20h : Les premiers résultats tombent.

Estimation de l’abstention : 56 %.

Gérald Darmanin passe dès le premier tour à Tourcoing.

Lille : Martine Aubry arrive largement en tête avec 30 %, devant S. Baly (VEC), 23,5 %. Le candidat LREM arrive en troisième position avec environ 18 %.

Le Havre : Edouard Philippe arrive en tête mais de peu. On annonce un deuxième tour (s’il y en a un) très serré.

Pau : Environ 46 % pour la liste de François Bayrou, largement en tête.

Besançon : EELV : 31 %, 22 %pour LR, 20 % LREM

Perpignan : Louis Aliot arrive en tête avec environ 36 %. Largement en tête.

19h45 : Christian Jacob aurait été testé positif au Coronavirus. Le chef de file de ceux qui réclamaient le maintien des élections serait contaminé.

19 h 30 : L’exécutif est dans l’embarras : que faire des élus qui seront passés dès le premier tour ?

Dans Le Monde, Olivier Faure, premier secrétaire du PS, explique :

« Si le gouvernement a d’ores et déjà pris la décision de reporter le second tour, il est alors inconséquent d’avoir maintenu le premier ! »

18 h : Les premiers bureaux de vote ferment. On constate que la fameuse distance à respecter ne l’est pas du tout au moment de rassembler les bulletins.

Les consignes liées à la gravité de la situation ne semblent pas entendues.

17 h : 38,77 % sont allés voter. Estimation de l’abstention (à 20h)  : 56 %.

Un hashtag s’est créé sur Twitter : #Restecheztoi. Lancé par un collectif de soignants, il enjoint les Français à la prudence et à ne pas sortir sans raison urgente.

15 h 30 : Certains bureaux de votes fermeront plus tard pour étaler au maximum le passages des électeurs.

Pascal Perrineau explique sur BFMTV que les distances entre les votants (désignée sous le terme de « distanciation sociale ») ne sont pas toujours respectées, absence de gel, etc. et que dans certains lieux la sécurité laisse à désirer. Il indique que cette épidémie nous fait nous interroger sur l’attitude des individus :

« Que reste-t-il de la culture civique en France ? »

15 h : Emmanuel Macron a fait une déclaration à la sortie du bureau de vote. « Il est important que ce moment démocratique se tienne » :

Sur les réseaux sociaux, les internautes ne manquent pas d’humour noir :

Pendant ce temps, les affrontements politiques continuent : la droite qui voulait le maintien des élections commence maintenant à accuser le gouvernement de les avoir maintenues.

Midi : La participation à midi est de 18,38 % contre 23,16 % en 2014 pour le premier tour à la même heure (ministère de l’Intérieur).

L’abstention sera-t-elle plus forte que lors des élections précédentes ?

11 h : On ne sait pas encore si tout se passera dans le calme, mais déjà quelques couacs apparaissent :

Les électeurs s’affrontent sur Twitter, ceux qui ne souhaitent pas prendre de risque et ceux qui veulent coûte que coûte accomplir leur « devoir citoyen » :

Édouard Philippe est allé voter au Havre. Le Premier ministre a pourtant fort à faire, entre la gestion du stade 3 de l’épidémie, et la réforme des retraites qui a fait suffisamment de remous pour bloquer le pays.

Vous souhaitez nous signaler une erreur ? Contactez la rédaction.