Transition énergétique : une régression sans précédent ?

L’éolien ne sert à rien et la politique gouvernementale, voulue par l’Union européenne, Emmanuel Macron et ses deux prédécesseurs, est néfaste pour notre pays.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Transition énergétique : une régression sans précédent ?

Publié le 16 janvier 2020
- A +

Par Jean-Pierre Bardinet.

Lors de son évolution, l’humanité a utilisé des énergies primaires avec des densités énergétiques de plus en plus fortes : bois, charbon, gaz, pétrole, uranium. La densité énergétique des énergies renouvelables (EnR), éolien et solaire, est très faible, ce qui est une régression sans précédent dans l’histoire de l’humanité.

Chiffres de production totale RTE 2018 : 548,6 TWh dont

  • nucléaire 71,7 %
  • thermique à combustible fossile 7,2 %
  • hydraulique 12,5 %
  • éolien 5,1 %
  • solaire 1,9 %
  • agroénergies 1,8 %

Le facteur de charge de l’éolien est de 21 % et celui du solaire de 13,6 %.

Ces EnR intermittentes ont de faibles facteurs de charge, ce sont donc des moyens de production peu efficaces, mais particulièrement onéreux.
L’Espagne et l’Allemagne en ont fait la douloureuse expérience.

Avant le développement des EnR intermittentes, nous exportions environ 10 % de notre production d’électricité. Nous pouvons donc nous demander pourquoi nos gouvernants, à la suite des Directives de la Commission européenne, ont imposé  manu militari ces EnR intermittentes alors qu’une politique de prolongation de la durée de vie des centrales nucléaires, un programme de construction de plusieurs EPR, et un financement approprié de la R&D sur la surgénération à uranium appauvri auraient été les meilleures options.

La filière des SMR (small size reactors) qui utilise la technologie des sous-marins nucléaires, serait également une piste à développer, car elle permettrait de produire de l’électricité à proximité des centres de consommation, rendant ainsi les pertes lors du transport quasiment nulles.

Le CO2 lourdement taxé

Les politiques climat-énergie de notre pays et de la plupart de pays de l’UE sont basées sur l’hypothèse non prouvée que nos émissions de CO2 ont une action mesurable sur la température moyenne annuelle globale (TMAG) et sur le climat de notre planète.

Donc le CO2 est lourdement taxé, sur les carburants et sur l’électricité. Selon une étude de l’iFRAP, tous les surcoûts de la loi de transition énergétique se montaient à 23 milliards d’euros en 2016, et si la loi de transition énergétique perdure en l’état, ils se monteront à 70 milliards par an en 2030.

De quoi faire imploser le pouvoir d’achat des ménages, la compétitivité de nos entreprises… et exploser notre dette souveraine.

Voilà ce que dit la Cour des comptes dans son rapport de mars 2018 « Le soutien aux énergies renouvelables » :

La stratégie énergétique française formulée dans la LTECV repose sur un double objectif, climatique et énergétique. Le développement des énergies renouvelables doit ainsi permettre de limiter les émissions de gaz à effet de serre en se substituant aux énergies fossiles et de réduire la part de l’énergie nucléaire à 50 % du mix électrique d’ici 2025.

C’est là que réside l’erreur fondamentale de la Commission européenne et des gouvernements : il y a confusion entre les objectifs (réduire les émissions de CO2) et les moyens (développement prioritaire des EnR intermittentes et réduction du nucléaire) car la gestion en temps réel de l’intermittence des EnR nécessite des centrales thermiques à flamme pour équilibrer le réseau électrique, et l’on supprime le nucléaire dont le bilan carbone est particulièrement vertueux.

Il est incompréhensible que l’UE et nos gouvernants ne l’aient pas compris, ce qui pose question sur leurs compétences et/ou leur objectivité.

Même s’il n’existe aucune justification rationnelle, les politiques énergétiques privilégient donc en principe les émissions à bas carbone lesquelles sont en outre supposées  fournir des moyens de production conformes aux standards d’une production rationnelle d’énergie électrique, à savoir :

  1. Être pilotable, adaptable en temps réel aux fluctuations de la demande. En particulier, elle doit être capable de gérer les heures de pointe (HP) et de réduire la production en fonction de la baisse de la demande en heures creuses (HC)
  2. Être indépendante des caprices d’Eole et des cycles de Phébus.
  3. Avoir un impact mineur sur l’environnement et la biodiversité
  4. Avoir un bilan carbone vertueux
  5. Le réseau de transport ne doit pas être soumis à des fluctuations brutales et aléatoires
  6. Le prix du kWh doit être compétitif
  7. La sécurité d’approvisionnement doit être garantie

Le bilan carbone des éoliennes est mauvais

Contrairement à ce qui nous est affirmé péremptoirement, le bilan carbone des éoliennes intermittentes est mauvais, de manière indirecte, car la gestion de l’intermittence en temps réel nécessite des centrales thermiques en soutien permanent, obligées de fonctionner en régime discontinu, ce qui dégage encore plus de CO2 et met en péril leur équilibre financier.

De plus éolien et solaire bénéficient d’avantages exorbitants (tarifs conventionnés au-dessus du prix marché, obligation d’achat par EDF), ce qui crée une distorsion de concurrence. Donc, pour sauver la planète d’un problème vraisemblablement imaginaire, on met en place des filières allant à l’encontre de ce qui est souhaité. Comprenne qui pourra !

Le solaire ne produit que la journée, quand le soleil brille, donc davantage en été, alors que la demande est minimale, et très peu en hiver, alors que la demande est maximale. Et aucune production en HP du soir ! Si de plus, un vaste anticyclone hivernal couvre l’Europe de l’Ouest, il n’y a quasiment pas de vent, donc éolien et solaire ne produisent rien. Ce sont des énergies fatales, qui risquent, par leur absence, de créer un black-out généralisé en Europe, avec des conséquences dramatiques, comme cela s’est produit en Australie du Sud, ce dont aucun média ne parle, omerta climat-énergie oblige.

Pas de production régulière d’électricité

Il est facile de vérifier que les éoliennes intermittentes ne satisfont à aucun des standards d’une production rationnelle d’énergie électrique : non pilotables, fatales car absentes quand on en a besoin, à faible densité énergétique (ce qui est un recul), soumises aux caprices des vents, faible facteur de charge (21 % en 2018), massacreuses de biodiversité ailée, oiseaux, rapaces et chauves-souris, perturbant gravement l’équilibre des écosystèmes locaux, sources de graves nuisances pour les riverains (infrasons), sources de variations brutales du réseau de transport, surcoûts annexes (réseaux électriques, transformateurs, smart grids…), prix du kWh élevé, aucune sécurité d’approvisionnement en HP hivernale du soir, bilan carbone non vertueux, et… racket institutionnalisé des ménages via les taxes, en augmentation rapide.

On se demande quelle est la justification de leur développement inconsidéré.

  • les profits pharaoniques des promoteurs, aux frais des ménages ?
  • une politique volontariste de décroissance, engendrant misère et graves mouvements sociaux ?
  • un torpillage en règle du tourisme dans nos belles régions, défigurées par les usines d’éoliennes ?
  • le soutien dogmatique d’une énergie dite verte, alors qu’elle ne l’est pas ?
  • pour tuer le nucléaire, combat historique des Verts, alors même que son bilan carbone est particulièrement vertueux, ce qui est une seconde incohérence ?

Pour toute personne sensée, les EnR intermittentes, à la technologie du passé, adulées par les chantres de l’écologisme, n’auraient jamais dû voir le jour, car les filières de la surgénération, sur lesquelles travaillent et avancent plusieurs pays (Chine, Inde, Russie, USA), sont bien plus intéressantes. Elles permettront de produire de l’électricité pilotable et compétitive pendant plusieurs millénaires.

Bref, l’éolien ne sert à RIEN et la politique gouvernementale, voulue par l’Union européenne, Emmanuel Macron et ses deux prédécesseurs, dont l’objectif est de favoriser les implantations d’usines éoliennes en bafouant les droits de recours des citoyens, est néfaste pour notre pays.

Quant au solaire, compte tenu de son faible facteur de charge de l’ordre de 14 % et de son inadéquation par rapport à la demande, il ne peut être intéressant que pour des utilisations exclusivement domestiques.

Cela étant, même si le CO2 avait une action mesurable sur la température, ce qui reste une hypothèse non prouvée, vraisemblablement plus idéologique que scientifique, notre politique climat-énergie, censée agir sur 0,9 % du total des émissions mondiales, n’aurait aucun effet, si ce n’est procurer des avantages déraisonnables aux promoteurs de l’éolien et du solaire, qui sont le plus souvent des financiers étrangers attirés par ce marché très juteux, d’augmenter la précarité énergétique, de détruire de l’emploi salarié, de réduire le pouvoir d’achat des ménages et de diminuer la compétitivité de nos entreprises, avec une noria de taxes, de normes souvent néfastes et de règlements contraignants.

Faire plus absurde, est-ce possible ?

Après la génération III (EPR), dont la première centrale fonctionne en Chine, et une plus récente qui vient de démarrer à Taishan, dans le sud de la Chine, l’avenir c’est la génération IV des centrales à surgénération, à uranium appauvri (nous en avons un stock de 300 000 tonnes) et/ou à thorium, capables de fournir une électricité pilotable, compétitive, pendant plusieurs millénaires, avec peu de déchets, tous de faible durée de vie (au plus 300 ans).

Nous avons perdu 20 ans d’avantage concurrentiel et de compétences à cause de la décision de Jospin de fermer Phénix et Superphénix, pour des raisons de basse politique électorale. De nombreux projets de surgénération avancent à grands pas en Chine, en Inde, aux USA, en Russie, et nous sommes à la traîne avec un petit projet Astrid, mal financé, d’autant que les Verts font tout pour le saborder.

Comment s’en sortir ?

Je recommande donc de supprimer tous les avantages dont bénéficient les promoteurs de l’éolien et du solaire, car il sont non conformes aux règles d’une concurrence équilibrée et perturbent gravement l’équilibre financier d’EDF : suppression de l’obligation d’achat par EDF, suppression du tarif réglementé et des compensations financières, révision à la baisse, ou annulation, des engagements de l’État (l’Espagne les a supprimés purement et simplement) qui ont été chiffrés à 122 milliards d’euros par la Cour des comptes (engagements avant 2011 et engagements 2012-2017), montant qui ne peut qu’augmenter avec les nouvelles installations.

Je préconise que nos gouvernants soient positifs, fassent preuve de clairvoyance et de bon sens, ce qui n’a pas été le cas depuis 40 ans, qu’ils engagent le grand carénage du nucléaire actuel, laissent la centrale de Fessenheim opérationnelle, développent la surgénération en y mettant les moyens humains, techniques et financiers — hélas, Emmanuel Macron, totalement incompétent sur la production d’électricité et conditionné par les sirènes vertes a déjà bloqué le projet Astrid, alors qu’il était prévu de construire un démonstrateur 300 MW — et qu’ils arrêtent immédiatement toute aide, directe ou indirecte aux EnR intermittentes, à la technologie du passé, destructrices d’emplois et source de réduction du pouvoir d’achat des ménages et de la compétitivité de nos entreprises.

S’ils persistent dans leur rêve de développement inconsidéré des EnR intermittentes, alors ils seront tenus pour responsables et donc coupables de choix néfastes pour la France uniquement pour des raisons idéologiques et de capitalisme de connivence avec les promoteurs de l’éolien et du solaire.

Voir les commentaires (47)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (47)
  • Reconnaissons que ce serait dommage de se priver de technologies à la fois moins efficaces et plus chères…
    N’oublions pas également que selon le mode de calcul du PIB, ce qui compte pour faire de la croissance c’est de créer quelque chose même si ce quelque chose est cher et inefficace.
    Donc avec les EnR, c’est carton plein…

  • le sieur macron serait bien inspiré d écouter chercheurs et scientifiques qui pensent qu’un refroidissement climatique en Europe n’est pas à exclure suite au ralentissement avéré du gulf stream ….lequel ralentissement s’est d’ailleurs accéléré ses dernières années….mais c’est sans doute trop demandé à ce haut personnage qui enfonce notre pays dans la mouise tout les jours que dieu fait…..

    • Je ne pense pas qu’il soit dans les attributions du président de la République

    • Je ne pense pas qu’il soit dans les attributions du Président de la République d’arbitrer entre les théories contradictoires en faveur de celle qui a votre préférence ou la mienne. Vu son manque de formation scientifique il ne peut que s’en remettre aux opinions dominantes de la communauté scientifique. Et c’est là qu’est le problème quand elle se trompe lourdement.
      Vous faites allusion aux variations de la circulation thermohaline atlantique mal connues et mal comprises qui pourraient refroidir une partie de l’Europe. Ce n’est pas parce qu’on le souhaite que c’est vrai.
      Quand au réchauffement anthropique, tout le monde y croit, donc le Président aussi. A mon avis on ne tardera pas à comprendre que c’est faux, comme les quelques scientifiques plus fûtés que les autres et l’hystérie collective fera un gros flop.

    • ce que les chercheurs pensent….
      ce que les scientifiques ont montré… pas grand chose de clair. voire pas grand chose d’utilité pratique en terme d’adaptation..

      le niveau de la mer va monter…globalement..la temperature va monter globalement.

  • On papote entre nous mais est-ce qu’un jour un journaliste a posé cette question a nos politiques : pourquoi tout ce gachis ne menant a rien ?

    • Voyons, Reactitude 2, pour être élu et réélu !
      On ne gouverne pas un peuple avec des faits et de la logique, mais avec des idées et des sentiments.
      Pas avec de la raison, mais avec du rêve.
      Déjà, les Eglises (toutes religions confondues !) avaient compris cela.

      Lorsque, au XIXe siècle, fut inventée la démocratie de type occidental, la caste dominante a cherché comment persuader les foules. Evidemment afin de conserver le pouvoir.
      Au premier XIXe s., les utopistes ont ouvert la marche, dont le petit père Engels et son séide Marx. Mais cela manquait de cohérence pour s’adapter à l’outil démocratique.

      C’est au second XIXe s. que la solution a été trouvée, notamment grâce aux travaux de Gustave le Bon avec sa « Psychologie des foules » (ouvrage dit-on dépassé, mais toujours lu et travaillé dans les IEP et à l’ENA)
      Lénine le premier a effectué la jonction entre les utopies et les moyens de rendre docile la masse populaire. Mais c’était encore du bricolage.
      Depuis, ils ont peaufiné la recette. Les médias contemporains accentuent les effets ; mais la connerie humaine, elle, demeure ce qu’elle était : immense.
      Et la pseudo-démocratie a des recettes bien huilées, maintenant.

      Vous voulez savoir ce qu’ils nous préparent ? Relisez cet ouvrage…

      • Hum ,l’explication ne me satisfait pas ,nos sociétés ont plutôt bien évolué au cours des siècles avec cette méthode de contrôle des populations mais jamais on ne faisait en sorte d’appauvrir un pays .a part chez les communistes évidement ,repentis depuis.
        Là on ‘est dans un système européen conduisant vers la pauvreté toute l’Europe…est-ce le coût a payer pour refuser de faire la guerre , guerres qui ont toutes été positives en fait pour le devenir des nations subissant des contraintes ?
        Je ne suis pas anti américain mais il est un fait incontestable, ils contrôlent nos économies sans réelles raisons , trois bouteilles de pinard et un camenbert ne justifient pas notre dépendance et la destruction programmée de toutes nos industries !
        Cette haine contre le nucléaire ne peut avoir qu’une raison ,rester dans l’ère du pétrole tout puissant..nous n’avons pas de pétrole ,nous avions le nucléaire ,le nucléaire doit disparaitre d’Europe , le gaz doit se tarir ( stream Ukraine Turquie) pour éviter que l’Europe rebondisse ,on résiste encore mais pour combien de temps !
        sans doute que nous n’aurons plus que le renouvelable dans un futur proche , c’est ça ,ou faire la guerre ,guerre perdue d’avance …l’Angleterre ne sera pas de notre côté et la seule puissance restante étant la France avec une armée en guenilles….

      • Oui, et depuis Gustave Le Bon, les techniques se sont affinées.
        Ce qui est important n’est pas la réalité mais ce que les gens croient. Et il importe que ce qu’ils croient soit cohérent avec ce qui a été décidé par avance pour eux par une élite (qui naturellement défend ses intérêts).
        Jusqu’à ce que le réel finisse par s’imposer, en général après bien des dégâts…

      • @ Gjirokaster : la démocratie de type occidental s’est plutôt développée à partir des XVIIème et XVIIIème siècles, avec la Révolution anglaise et l’indépendance des USA (et leur fameuse Constitution).

    • Comment ça rien? Et ce qui part dans leurs poches et celles de leurs complices, c’est rien ❓

  • ils seront tenus pour responsables et donc coupables…
    je crois qu’ils n’en n’ont rien à faire…

    • c’est exactement ça. Responsables, oui. Coupables, c’est évident. Mais qui viendra leur demander des comptes ? Qui en a demandé à Jospin pour la fin de la 4e génération en France ? Qui viendra en demander à Hollande et Macron pour la décision de fermer Fessenheim ?

  • on sait que l’avenir c’est le nucléaire.. seule source d’energie propre en matière d’émissions.. point
    tout le reste c’est du pipeau

  • tout cela a déjà été dit mille fois..

    moi je préférerais qu’on me précise les objectifs de la transition énergétique.. et comment on va déterminer si ils ont été atteints..

    et quand…

    • Comme tout bon socialiste on vous répondra qu’ils ne sont pas allés assez loin

    • Comme pour la pollution l’objectif s’éloigne au fur et a mesure qu’on se rapproche…

    • Objectif : 0 CO2, 0 nucléaire, si en prime on provoque une belle décroissance c’est du bonus pour Gaïa.
      Comment ont-ils été atteints : par définition il s’agit d’une asymptote, donc ils ne le seront jamais. Ce qui est très pratique parce-qu’ils sont une belle excuse pour taxer et contrôler.
      Quand : voir réponse donnée dans « comment ils ont été atteints »

  • Et l’auteur oublie les massifs de béton sous les éoliennes qui sont impossibles à détruire. Solutions :
    – au municipales votes sanction contre les maires pro éoliennes et solaires.
    – à tous les scrutins voter contre les candidats pro écolo et pro europe.

  • Arrêtez de nous bassiner avec Fessenheim, son arrêt définitif est programmé pour cette année et rien ne fera revenir en arrière le gouvernement et EDF.

  • Merci de cette mise au point, dense et pertinente.
    C’est juste votre chute qui me dérange.
    Pensez-vous VRAIMENT que, dans notre belle pseudo démocratie, des responsables politiques puissent être « tenus pour responsables et donc coupables » ?
    C’est, je vous prie de m’excuser de la vigueur de mon propos, du pipeau.

    Dans nos sociétés, on peut être exclu de la vie politique pour un écart de type strausskanien, pas pour avoir mis en danger les finances de Poitou Charente (c’est juste un exemple pris au hasard). Vous le savez bien !
    Etre économiquement incompétent en politique, n’est pas une tare en France : sinon, seuls subsisteraient les libéraux. Et ce (remarquable) site n’aurait plus de raison d’être !

    • Vous avez raison ; mais quand l’arnaque sera étalée au grand jour – elle commence à l’être – difficile de penser que les citoyens-consommateurs floués (une fois de plus) resteront de marbre. On risque au contraire une révolte de type Gilets Jaunes 2.0. N’oublions pas que nous sommes en France, terre de jacqueries et de révolutions.

  • Le nom de ce gouvernement déjà ? ah! oui Perrette ! adieu veau, vache, couvée . . .

  • Article plein de bon sens, ce n’est pas le premier. Ni le dernier sans doute.
    « Il est incompréhensible que l’UE et nos gouvernants ne l’aient pas compris, ce qui pose question sur leurs compétences et/ou leur objectivité. »
    Je pense qu’il faut rajouter une forme de corruption à ces deux causes.

    • C’est même la seule conclusion logique! Ne pas oublier les lobbyistes qui pullulent à Bruxelles, et comme l’argent coule à flot, les politiciens en voudraient bien leur part.

    • Tout à fait d’accord ! Mais pas une forme (qui semble bénin) mais de la grosse corruption. Sinon ce sont des crétins.
      Pas de fioritures que du rationnel.
      Mafieux ou crétins.
      Et ajoutons complices de tortures sur les riverains par infrasons. (je rappelle : infrasons employés pendant la dernière guerre par les nazis pour faire parler leurs prisonniers). Donc infrasons = armes non létales, actuellement utilisées par la chine (DECT) pour repousser les émeutiers.
      Supporter H24X365J/an des tortures imposées pour rien aux populations les moins gourmandes en énergie (hors cultures) pour satisfaire : 1) des bobos, 2) se faire réélire… c’est tout simplement dingue ! et les médias applaudissent, renchérissent sur ces « for-mi-da-bles EnR ! » et trouvent même cela beau, et haussent les épaules devant le désespoir des victimes de l’éolien !

  • Je crois, mais je peux me tromper que cela a déjà été dit, démontré non?
    Quoi?
    cela a été dit 10 fois, cent fois?
    vraiment?
    Cela avait même été démontré de façon magistrale par l’excellent Mr. Pellen ,ingénieur EDF… il y a 20 ans.
    Et cela se vérifie même sur le terrain, Allemagne, UK, Espagne USA, Australie.
    A ce stade, il est urgent pour le gouvernement de confier ces décisions à un comité d’experts…oups, de 150 clampins pris au hasard( qui fait bien les choses, soyons en sur) afin de faire taire toute contestation.
    Hier dans le poste, Arnaud en apesanteur est venu, tel Philipulus, nous prédire.. le pire, à la grande jois de l’assemblée.
    Les gens en demandent, des coups de fouet, ils vont être servis.
    On se perd en conjectures sur les raisons qui poussent à cette hystérie maladive?
    On s’interroge également quels sont les intérêts à la manoeuvre pour que nos gouvernants ( Mama Von Machin à l’europe y va à coup de milliards, et si on n’y prend garde, toutes les mesures prises avec la bénédiction de la secte, seront irréversibles… des fois que cela commencerait à se refroidir) se précipitent dans cette gabegie?
    Bon, il y a Trump, mais Gaia se venge, car depuis 10 ans aux USA, les t° sont sur le déclin, l’année dernière a été catastrophique pour les agriculteurs, et pas à cause de la poele à frire.
    C’est délirant, incompréhensible,
    Tiens airbus bat des records… pendant que l’on nous tord le bras pour rouler à vélo… et les gens acceptent, du moins ,c’est que la propagande qui n’a rien à envier à ce qui se passait pendant les heures…., nous fait avaler
    Curieuse époque,

  • illustration : une centrale gaz à cycle combiné seule émet moins de CO 2 qu’un couplage éoliennes ou Photovoltaïque / centrale gaz classique (plus réactive pour garantir l’équilibre du réseau) et coûte deux fois moins cher.
    Si les EnR étaient soumises à la loi du marché comme les autres filières leur économie serait anéantie car il n’y aurait pas de production pour faire face la demande et l’autre moitié du temps elles devraient vendre à perte voire payer pour accéder au réseau.
    Le cas du Danemark, champion de l’éolien est éclairant . ce pays a l’avantage d’être voisin de la Norvège et de la Suède , bien équipés en hydraulique . Quand il y a beaucoup de vent la Norvège et la Suède achètent les KWh excédentaires à bas prix, voir à prix négatif (!!!) mais en l’absence de vent le Danemark doit acheter des KWh à prix d’or pour éviter les blacks outs

  • autrefois les hauts fonctionnaires étaient plutôt polytechniciens, donc avec un peu de sens scientifiques.
    aujourd’hui, ils sont surtout énarques, donc aucune notion de raisonnement scientifique, uniquement idéologue.

  • « l’hypothèse non prouvée que nos émissions de CO2 ont une action mesurable sur la température »

    On commence à avoir la preuve que le CO2 n’a aucune action mesurable puisque aucun des modèles incluant le forçage anthropique n’a été en mesure de prévoir l’évolution des températures sur la dernière décennie. En outre, moins le forçage est prépondérant, plus le modèle s’approche de la réalité et les modèles sans forçage donnent les résultats les plus cohérents avec les observations. Un faisceau concordant de présomptions, c’est un commencement de preuve d’autant plus solide qu’il existe un grand nombre de modèles ayant montré qu’ils étaient faux.

    On peut se rassurer : à son niveau de concentration, le CO2 n’a pas d’effet mesurable sur les températures. Son effet est au mieux indiscernable des marges d’erreurs des dispositifs de mesure. Il va falloir se résoudre à admettre l’hypothèse naturelle comme seule responsable du réchauffement.

    • Ils ont inventé le forçage pour pouvoir accuser le CO2, car on sait qu’il est en quantité trop infinitésimale pour pouvoir avoir un effet quelconque sur les températures. Tout cela est une énorme falsification pour que Al Gore and Co puissent s’enrichir sur le dos des contribuables!

      • « il est en quantité trop infinitésimale pour pouvoir avoir un effet quelconque sur les températures »

        Vous n’avez pas compris.

        Le CO² est en quantité tellement infinitésimale qu’il arrive à chauffer la terre de 6° et à entretenir toute la biosphère!
        L’erreur linéaire classique est de croire qu’un supplément de CO² apportera un supplément de température.
        C’est là qu’est la tromperie.

    • Oui, mais le CO2 a deux avantages extrêmement concurrentiels :

      1. c’est une vache à lait inépuisable en tant que source de taxation, puisque sans CO2, pas de vie. Les taxes sur le CO2, ce sont des taxes sur la vie, sur le droit de vivre, en réalité.

      2. il fournit un prétexte rêvé à ceux qui poussent un agenda de gouvernement mondial, le CO2 étant libre comme l’air et n’ayant pas de nationalité. Gouvernement mondial à fort niveau de coercition, évidemment, car à la fois cela va à l’encontre de la volonté de la plupart des gens, et qui dit urgence climatique dit contrôle accru des faits et gestes des gens.

      C’est pourquoi nos politiques s’accrocheront comme des moules au rocher du CO2-coupable-de-tous-les-maux. Le pire étant que de très nombreux citoyens, notamment jeunes, décérébrés par des décennies de propagande et d’abêtissement, appellent à cor et à cris ces mesures liberticides.

  • Bravo, excellent article qui résume très bien la situation, catastrophique, générée par nos gouvernants en matière énergétique.
    Idéologie (décroissance, diminution voire disparition de l’espèce humaine objectif de moins en moins voilé des Khmers Verts) et capitalisme de connivence sont les deux mamelles de cette gabegie monumentale.

    Article de référence, à faire circuler.

  • Excellent article. Le premier paragraphe est le point clef. https://imgs.xkcd.com/comics/log_scale.png

  • C’est tellement juste que je me demande bien pourquoi ce gâchis dû aux éoliennes et au solaire persiste!

  • Les collapsologues, branche armée de l’escrologie, nous enfument de plus en plus, avec l’aide de l’Europe et de notre Etat ! Aucun politicien supposé sérieux, Macron compris, n’oppose le moindre démenti aux escrolos les plus intolérables. Par exemple ceux qui nient le tsunami du Japon, qui a été l’effet du déplacement de ses iles de 2 mètres d’un seul coup. Mais déclarent tout de go que c’est la destruction de Fukushima qui a fait 18.000 morts du fait de la radioactivité ! Alors qu’elle n’a fait en tout que 2 morts par noyade, et n’en fera pas d’autres ! France Info, télé d’Etat, diffuse ces jours-ci un fake news concernant un ilot au ras de l’eau, dont nous dit-on, la surface habitable diminue du fait de la MONTEE DU NIVEAU DE LA MER, obligeant la peuplade qui l’habite à fuir en qualité de réfugiée climatique ! Celui qui a vendu cher cette mauvaise pub , mais vraie ânerie, aux escrolos les plus activistes de la planète, dénonce ensuite leur imbécilité, en précisant que CETTE ILE DISPARAIT PAR EFFET DE L’EROSION. Dont on sait que celle-ci ATTAQUE LES COTES, SURTOUT LORSQUE LE NIVEAU DE LA MER BAISSE, LES VAGUES LES PLUS DESTRUCTRICES ETANT LES DEFERLANTES de surface. Ce qui est le cas quand la tectonique des plaques fait monter, non pas la mer, mais la plaque qui porte une ile ! Les touristes parcourant les côtes de la méditerranée, peuvent voir une ancienne voie romaine creusée par les roues métalliques des chars s’enfoncer profondément dans la mer, voisinant avec un champ de blé pentu, décrit par une pancarte comme un ancien port grec comblé naturellement. Il comprend alors que la terre est une grosse patate qui se déforme tout le temps sous l’effet de multiples évènements violents ou discrets que nous n’imaginons pas tous. Essayez de vous imaginer la catastrophe fantastique du jour où la Lune a été arrachée à la terre comme une simple balle de tennis, et celui ou les océans ont bouillis pendant plusieurs années…A côté, nos minuscules écarts de température dans tous les sens ne sont pas bien effrayants, bien qu’ils aient parfois engendré des famines, ou des destructions violentes, que la science humaine a réussi à vaincre, alors que ceux des animaux qui n’ont pas su s’adapter ont disparus. Ces variations sont une des lois de la nature, dont personne n’a encore pu démontrer la liaison avec le CO2 anthropique, bien au contraire. Comment les escrollos expliquent-ils la forêt noyée trouvée au fond de la Manche ? alors que les Alpes sont sorties toutes seules de la mer, puisqu’on y trouve à 4000 mètres des centaines d’empreintes de pas de dinosaures se baladant sur une plage, figés à jamais dans la roche dans la roche ? Depuis la nuit des temps, les forêts brûlent ou pourrissent en RELACHANT LA TOTALITE DU CO2 QU’ELLES ONT FIXE lors de leur croissance, contrairement à ce qu’on vous enseigne ! C’est un cycle le plus naturel qui les protège, en détruisant leurs nombreux prédateurs naturels…par exemple des champignons mortels.
    La collapsologie prévoie la destruction de toute vie sur terre par la faute des hommes diaboliquement industrieux, (mais grâce à Dieu, pas des femmes !) Elle a aujourd’hui subrepticement supplanté l’écologie mal défendue par « l’Ancien Monde ». Pour notre grand bien, sans que les gilets jaunes ne le sachent encore dans leurs territoires éloignés du pouvoir. L’origine ancienne de cette maladie nouvelle se trouve dans la pensée des anciens adeptes du malheureux Temple Solaire pour se faire accepter et pour « se débarrasser de nos mortels excédents de population dans l’erreur ». C’est une idée répandue par les craintifs de la surpopulation dans les pays jugés surdéveloppés, qu’il convient de ramener à la raison selon certains. Alors que, statistiquement, le développement du bien-être des habitants est le plus sûr moyen de faire diminuer drastiquement les naissances habituelles des pays sous-développés. Au profit de leur accueil souhaité par leurs voisins plus développés, en manque systématique de naissances pour assurer leur survivance ! Ces mouvements forcés et trop massifs de populations aux modes de vie très différents, créent des problèmes inévitables de communautarismes dissidents, dans nos sociétés.

    • Après avoir hésité à le faire, Je ne regrette pas de vos avoir lu jusqu’au bout.
      En effet pour compléter votre intervention de très nombreux ouvrages confirment ce que vous dites même celui de CLAUDE ALEGRE mais aussi tant d’autres Kervesoudé , la liste étant si longue qu’il est impossible de la dresser.
      Le problème est que si vous ne « pensez pas » comme les pseudos pouvoirs en place le veulent…..(je suis le chef, a ceci près que c’est tout chef qu’il est il me se prendre un de ces coup de pied au Q qui le fera rejoindre l’orbite de jupiter) votre avis compte pour du beurre.
      Cordialement .
      C’est moi qui vous ai mis un +1 !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Au motif de ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier, remplacer des productions pilotables d’électricité, comme le nucléaire, par des sources d’énergies aux productions fatales, aléatoires et/ou intermittentes (EnRI), dépendant du vent et du soleil, est une idiotie.

 

Des œufs pourris…

Cela revient à enlever du panier des œufs sains (le nucléaire décarboné pilotable) pour les remplacer par des œufs pourris achetés chers (des productions intermittentes et non pilotables), ou pire encore, à les ajouter en doublons inut... Poursuivre la lecture

Aujourd’hui, que l’on soit pour ou contre le nucléaire, cultiver une réputation d’analyste pondéré et sérieux oblige à la posture de bon aloi consistant à assortir ses raisonnements de l’affirmation selon laquelle les énergies renouvelables « rentables » doivent être développées dans tous les cas. La réputation prend singulièrement du relief quand on va jusqu’à déclarer que, sans elles, le nucléaire seul ne parviendra jamais à couvrir nos futurs besoins électro énergétiques.

Pour faire un sort à cette dernière affirmation plus que grat... Poursuivre la lecture

Cet article montre que la stratégie énergétique 2050 annoncée par le Président de la République nouvellement élu relance insuffisamment le nucléaire (14 EPR, 35 à 40 % du mix électrique), et laisse la France en grande fragilité pour la sécurité et l’indépendance de son approvisionnement électrique en hiver, malgré un appel massif à l’éolien maritime ruineux.

Décarboner de façon compétitive et résiliente l’économie française à l’horizon 2050 nécessite de disposer à cette échéance d’une puissance installée nucléaire de l’ordre de 85 GW (... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles