Reconnaissance faciale : la France à l’école de la Chine ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Camera de vidéo-surveillance By: Frédéric BISSON - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Reconnaissance faciale : la France à l’école de la Chine ?

Publié le 5 octobre 2019
- A +

Par Yannick Chatelain.

J’avoue ma satisfaction, en tant que parent d’élève, des merveilleux apports de la technologie et de l’IA. C’est formidable : c’est un grand pas en avant, et un grand pas en arrière pour les libertés qui a été une nouvelle fois  franchi avec succès depuis la mise en place de smart classroom behavior management system (système intelligent de gestion du comportement en classe), que mon petit dernier – qui est en école secondaire – à la chance de pouvoir expérimenter. Que voulez-vous, c’est cela être un privilégié.

N’est-ce pas formidablement important qu’il soit surveillé au tableau par trois caméras high-tech ! Les professeurs sont de qualité, certes, mais ils ne peuvent pas avoir les yeux partout, et certainement pas dans le dos. Qui vous dit que mon fils n’a pas de petits moments d’inattention qui pourraient malencontreusement passer entre les mailles de la surveillance de ce malheureux inconscient ?

Heureusement que ces caméras fournissent toutes les informations nécessaires à un logiciel couplé à de l’IA.  Allez savoir si mon fils n’est pas «  neutre, heureux, triste, déçu, en colère, effrayé et surpris ? ». Mes inquiétudes sont de l’histoire ancienne grâce à ce système de reconnaissance faciale en mesure d’identifier de nombreuses attitudes : le professeur peut ainsi disposer d’une aide précieuse, puis prendre les mesures nécessaires si mon petit dernier baille aux corneilles ! En effet, le système lui envoie régulièrement des notifications. C’est important qu’il puisse rapidement partir à la chasse aux corneilles !

Quel heureux parent d’élève je fais, n’est-ce pas ? Quelle bonne idée j’ai eu d’avoir mis mon fils à l’école secondaire n°11 de Hangzhou, en Chine, où a été mis en place ce système de reconnaissance faciale qui inspecte les visages toutes les trente secondes ! Oui, parce que ce que je viens de vous énoncer ne relève pas de la fiction. Par ailleurs, la Chine est le premier pays à avoir mis en place depuis le 1er mai 2018, « la surveillance de masse » pour « attribuer des points, des crédits de bonne conduite » à l’ensemble de ses citoyens.

La France à l’école de la Chine ?

Voilà dans l’exemple précédent jusqu’où l’on peut aller – pour le bien de la population, cela va de soi – et qu’elle ait des comportements conformes aux attentes du pouvoir : les Chinois ayant une mauvaise « note sociale » se verront interdire l’achat de billets de train ou d’avion pour une période pouvant aller jusqu’à un an ». Oui voilà jusqu’où l’on peut aller, lorsque l’on ouvre la boîte de Pandore de surveillance généralisée comportementale (usage du net), à laquelle on ajoute la reconnaissance faciale.  De façon « analogue », en France, le gouvernement travaille sur une application qui permettra aux utilisateurs de s’identifier avec l’aide de la reconnaissance faciale.

La France se mettrait elle à l’école de la Chine ? Depuis plusieurs mois, le gouvernement vante les mérites d’Alicem, « la première solution d’identité numérique régalienne sécurisée ». Une application qui permet l’« authentification en ligne certifiée sur mobile ». L’agence Bloomberg a ainsi révélé que l’État envisage le déploiement de celle-ci auprès des utilisateurs d’Android en novembre. Réjouissons-nous, la France « est sur le point de devenir le premier pays européen à utiliser la technologie de reconnaissance faciale pour donner aux citoyens une identité numérique sécurisée, qu’ils le veuillent ou non. » Comme le souligne Martin Drago, un avocat membre de la quadrature du net « Le gouvernement veut inciter les gens à utiliser Alicem et la reconnaissance faciale. »

Mépris des libertés publiques

Oh, bien sûr c’est à titre « expérimental » et sur la base du « volontariat ». Les utilisateurs qui voudront créer leur compte et utiliser ce merveilleux service devront accepter de voir leur identité vérifiée avec la reconnaissance faciale. Il ne fait aucun doute que certains vont collaborer avec grand enthousiasme. Les mêmes qui n’ont « rien à cacher » et qui se moquent d’être surveillés à leur insu au mépris des atteintes portées aux libertés publiques. Les mêmes qui n’ayant « rien à dire » se moquent éperdument des atteintes à la liberté d’expression.

Nul doute qu’en la matière il y aura toujours des candidats-collaborateurs parfaitement ignorants de la pente dangereuse sur laquelle ils engagent notre démocratie, sans aucune connaissance des tenants et aboutissants d’une telle démarche… aussi « volontaire » soit-elle.

Puis, petit pas à petits pas – sans vouloir jouer les oiseaux de mauvais augure* (*prétérition) – le temps passera. Le volontariat se révèlera si prometteur qu’il n’y aura plus qu’à attendre qu’il soit imposé à tous et toutes comme la solution miracle. Nous pourrons alors remercier tous ces apprentis sorciers – les initiateurs et les citoyens-collaborateurs – pour leur bien aimable soutien à ces merveilleux projets liberticides au service d’une surveillance de masse de la population de plus en plus agressive.

Si « science sans conscience n’est que ruine de l’âme », disait notre ami Rabelais, poursuivons sur ce chemin… nous avançons vers la banqueroute !

P-S. : nous sommes ici dans la même logique qui anime d’autres « collaborateurs » volontaire, qui œuvrent, eux, à leur façon, à la mise en place d’une société sous surveillance généralisée, et qui, à des fins mercantiles, apportent leur pierre à cet édifice peu glorieux en vendant leurs données personnelles sur des plateformes dédiées.

Voir les commentaires (28)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (28)
  • claude henry de chasne
    5 octobre 2019 at 5 h 50 min

    Parler de sécurité du territoire quand un islamiste officie en toute impunité
    au cœur du systeme d’information du service de renseignement central de la police nationale..
    moi çà me fait doucement rigoler

  • Depuis longtemps, déjà, je dis à qui veut l’entendre, pour peu qu’on les ait LUS, qu’hélas nous sommes en train de vivre soit en parallèle soit conjointement ce qu’ont décrit Huxley et Orwell dans leur chef d’œuvre respectif!… J’ai l’impression de « prêcher dans le désert », bien que je ne sois la personne la plus indiquée pour le faire. Serions nous si peu nombreux à nous rendre compte que nous « sprintons » directement contre un mur? Et là je fais mention à l’humanité entière!!!!Étant d’un naturel optimiste normalement, sur ce point de vue-là, je suis franchement des plus pessimistes!!!!!!!

  • la reconnaissance faciale , le rêve de tout dictateur…….

    • si la reconnaissance faciale est le fait de pouvoir reconnaître un visage alors non.. c’est le fait d’etre dans un dictature qui est le vrai rêve d’un dictateur…
      ce n’est m^me pas le fait d’etre surveillé tout le temps qui est un problème.. à cause du temps que demanderait à un dictateur ou son armée de policiers de faire sens de ce qu’il voit…
      c’est l’IA qu’il ya derrière qui permet de traiter de gros volume d’informations..

      si non d’ailleurs il y a sans doute des applications utile et « bénéfique » de la reconnaissance faciale..

      d’un autre coté ce que l’on remarque de nos jours est la violence du jugement des gens quand une personne est filmée en train de faire un geste bénin mais ou honteux ou quelque pu immoral.. la peine sociale est hors de proportion.

      qui n’a jamais péché me jette la première pierre..

    • Suffit de montrer son cul à la caméra!

  • en fait la reconnaissance est inquiétante, mais ce qui importe est le pouvoir de vous interdire par exemple de prendre le train ou l’avion ou d’obtenir un crédit…de la part de l’etat..

    c’est le pouvoir excessif de l’etat qui est le problème essentiel pas tant q’il vous scrute..

    ce qui fait peur dans le fond est que nous avons tous des moments « honteux », la capacité d’une personne qui voudrait vos nuire a observer tous les moments de votre vie donc connaitre ses moments honteux lui donne le pouvoir de vous détruire socialement.

    • Oui, et dans ce domaine du chantage à l’ intimité je pense que tous les pouvoirs sont des alliés objectifs, qu’ ils soient d’ état ou religieux. Ceci dit, déléguer à des caméras et des écrans le pouvoir de discriminer ne nous protégera pas des personnes les plus déterminées.

    • Une des caractéristiques des dictatures, c’est qu’il n’y a plus de vie privée. Les précédentes ont utilisé la délation, la surveillance électronique sera un grand bond en avant!

      • oui..dans un dictature..
        une autre question est une forme de cauchemar en démocratie par une disparition parfois volontaire l’intimité..
        il faut de la force et des ressources pour accepter de vivre comme on veut contre l’avis du groupe..ça a toujours été comme ça, on compose avec ou on quitte le groupe.. mais dans ce cas là..

        • sans parler de dictature..un cauchemar par la perte d’intimité..et la publicité potentielle de toutes nos petites déviances ou folies du quotidien..

    • Vous avez parfaitement raison, l’outil lui-même de la reconnaissance faciale est plutôt génial, et comme le couteau bien aiguisé, le problème est juste de ne pas en confier l’usage aveuglément à l’Etat ni à d’autres malfaisants.
      C’est juste une arme comme une autre, si on admet que le citoyen peut se voir confier la responsabilité et le discernement de l’utiliser à bon escient, lutter contre n’a pas de sens, car en fin de compte cela remet toujours le monopole de l’arme à deux catégories : les dirigeants et les bandits. Deux catégories, en supposant qu’on doive faire la distinction…

    • Si tu oublis ton passeport ,tu ne prends pas l’avion, si tu l’as et qu’ils ne veulent pas tu es aussi en rade..alors , c’est quoi cette peur irrationnelle alors que de toute facon on te suit a la’trace avec ton phone ou ta carte de credit ?

  • Pour la dictature mondiale orwellienne dont certains rêvent, la Chine constitue une expérience très intéressante. La France est, hélas, aux avant-postes. Il ne fallait pas élire Macron. Les Français ont cru échapper au « fascisme », c’est lui qui l’instaurera.

  • « bailler aux corneilles » doit s’écrire « bayer aux corneilles » qui veut dire rester bouche bée (ahuri).

    • si on souhaite conserver ce sens à l’expression néanmoins..l’auteur a ici réinterprété comme le prouve la suite..

      • Dans ce cas que viennent faire ici les corneilles? Il eût suffi d’écrire « bâiller »
        (plutôt que bailler qui signifie prêter ou louer à bail).

    • Disons que c’est une double expression, un train pouvant en cacher un autre 😉

  • La guerre menée aux libertés est une des grandes constantes des gouvernements socialistes. C’est même à cela qu’on les reconnait.

  • Bah , si ca me permet de ne plus perdre mes cles…….
    Vous etes trop negatif et pessimiste sur l’honorabilte des hommes.
    Le gros soucis est ailleurs ,on vous impose des trucs coutant les yeux de la tete et c’est vous qui payer et impossible d’y echapper.
    Par exemple ,je n’abuse pas du e commerce, j’ai du acheter un portable pour pouvoir faire un achat par carte banquaire….et cela va aller de pire en pire.

    • « Vous etes trop negatif et pessimiste sur l’honorabilte des hommes. »
      Et bien, quand on regarde l’Histoire, il n’y a pas vraiment de raison d’être positif et optimiste…

    • Trouvez m’en un seul qui soit honorable dans toute cette clique de mafieux et de dégénérés, après on en reparle

      • Ils suivent tous un code moral ou l’honneur est omnipresent ce n’est le notre d’où notre incomprehension..

  • « La menace qui pèse sur le monde est celle d’ une organisation totalitaire et concentrationnaire universelle qui ferait, tôt ou tard, sous un nom ou sous un autre qu’ importe! de l’ homme libre une espèce de monstre réputé dangereux pour la collectivité toute entière, et dont l’ existence dans la société future serait aussi insolite que la présence actuelle d’ un mammouth sur les bords du lac Léman. Ne croyez pas que qu’ en parlant ainsi je fasse seulement allusion au communisme, le communisme disparaîtrait demain, comme a disparu l’ hitlérisme, que le monde moderne n’ en poursuivrait pas moins son évolution vers ce régime de dirigisme universel auquel semble aspirer les démocratie elles-mêmes. »
    Georges Bernanos

    • @Stephane bonjour, je crois que ni l’un ni l’autre n’a disparu du panorama politique.il a simplement muté en épousant les oripeaux du nouveau monde. suggestion de lecture: il est midi à Pékin MichelO5 oct. 10h11
      Vous avez parfaitement raison, l’outil lui-même de la reconnaissance faciale est plutôt génial, et comme le couteau bien aiguisé, le problème est juste de ne pas en confier l’usage aveuglément à l’Etat ni à d’autres malfaisants.
      C’est juste une arme comme une autre, si on admet que le citoyen peut se voir confier la responsabilité et le discernement de l’utiliser à bon escient, lutter contre n’a pas de sens, car en fin de compte cela remet toujours le monopole de l’arme à deux catégories : les dirigeants et les bandits. Deux catégories, en supposant qu’on doive faire la distinction…

  • L’innovation, c’est bien, mais les hommes de l’Etat essaient systématiquement de l’utiliser dans un but malfaisant.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Le 17 janvier 2022, aux Cafés Géographiques, Michel Bruneau a présenté son livre, L’Eurasie. Continent, empire, idéologie ou projet.

Voici ce que j’en ai retenu.

L’idée générale est de comprendre que l’Europe et l’Asie forment un seul continent et notamment que les États ou les empires (une vingtaine) ont souvent été à cheval sur les deux. Les plus connus sont ceux d’Alexandre, l’empire romain puis byzantin, ceux des turco-mongols dont l’empire ottoman, et la Russie.

La géo-histoire

Michel Bruneau commence par une rapide ... Poursuivre la lecture

1
Sauvegarder cet article

Ce qui m’a frappé au cours de cette année 2021, ce n’est pas le virus, mais l’extension de l’autoritarisme sous sa forme dramatique comme sous sa forme rampante et bureaucratique. J’ai remarqué également la numérisation et le retour en force des marchés qui « se vengent » des dictatures notamment par l’inflation. Bien sûr, le virus a joué son rôle, mais il a plutôt été l’occasion que la raison de fond.

La violence autoritaire

Cette violence a gagné une grande partie du monde, et s’il fallait donner un premier prix, il reviendrait au My... Poursuivre la lecture

Par Chloé Froissart. Un article de The Conversation.

Les élections législatives qui ont eu lieu le 19 décembre à Hong Kong ont parachevé l’alignement du système politique hongkongais sur celui de la Chine.

Pékin célèbre ce scrutin comme une victoire de la démocratie, en dépit du fait que les Hongkongais ont voté Non avec leurs pieds.

Ces élections, marquées par un taux d’abstention record (la participation n’a été que d’environ 30 %), ont vu les candidats pro-Pékin rafler 89 des 90 sièges du Parlement.

L’orchestration... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles