Élise Lucet sur France Inter : l’entre-soi des médias

Invitée sur France Inter, Elise Lucet a donné sa définition du journalisme, ce qui a entraîné de vives réactions.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Capture d'écran Youtube

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Élise Lucet sur France Inter : l’entre-soi des médias

Publié le 28 décembre 2018
- A +

Par Wackes Seppi.

Secrets d’info ouvre le débat… en fermant l’article sur la toile aux commentaires…

Élise Lucet s’est exprimée sur France Inter dans un Secrets d’Info intitulé sur la toile « L’investigation : un moyen pour les médias de regagner la confiance ? ».

On était entre soi… entre gens du monde des médias qui sont ou se disent journalistes. Des propos hallucinants, d’un monde visiblement hors sol.

Sur la toile, les communicants ont notamment retenu ces fortes paroles d’Élise Lucet :

« Pour Élise Lucet, « la connivence supposée [entre les journalistes et le pouvoir] et le manque de proximité avec les gens ‘invisibles’ » est à l’origine de ce ressentiment. Pour la journaliste, même si certaines émissions d’informations donnent la parole à une France que l’on ne voit pas, « le sentiment existe de ne pas être écouté et de ne pas être représenté« . »

« Des États-Unis à la France, un certain nombre de leaders politiques ont appelé en 2018 à la haine des journalistes. « C’est devenu un argument politique de dire que les journalistes ne font pas leur boulot et ne reflètent pas le monde réel, déplore Élise Lucet. C’est inexcusable, car ils savent très bien qu’ils sont en train de monter les citoyens contre les médias. » »

Il y a – ça ne s’invente pas… – une « Cellule investigation de Radio France ». Elle a posté le gazouillis suivant sur Twitter :

Il y a quelque 300 réponses sur ce fil, bon nombre d’entre elles peu amènes envers les journalistes – qui n’ont pas besoin des politiques pour se faire déconsidérer – et plus particulièrement envers Mme Élise Lucet. Voici les propos qu’elle a tenus :

Élise Lucet énerve Emmanuelle Ducros

Il en est une qui s’est proprement fâchée : Emmanuelle Ducros. Voici le texte de sa douzaine de gazouillis :

Quand L’Opinion passe pour un « journal du patronat »

Dans les 400 réponses, dont celle d’un certain Bruno Masure :

« L opinion, le journal militant du patronat pur (!) et dur »

Bruno Masure est certes rangé des micros, mais sa petite ligne sur la nature du journal L‘Opinion ne reflète-t-elle pas ce mal qu’Emmanuelle Ducros a dénoncé avec une vigueur fort inhabituelle ?

Voici une autre opinion sur la « méthode » Élise Lucet :

Nous attendons de voir le prochain Envoyé Spécial consacré au glyphosate…

Voir les commentaires (51)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (51)
  • D’une façon générale, la plupart des journalistes de l’ensemble des médias publics et privés, écrits et parlés, ne font pas du tout leur boulot d’information. Leur démarche est uniquement celle de la propagande au profit du pouvoir politique UMPS-LREM. Et cela dure depuis beaucoup, beaucoup trop d’années. Ils apparaissent de plus en plus nettement comme l’expression, le relai actif et affidé de la « voix de son maître » ! Ces journalistes là n’ont pas besoin des politiques pour être déconsidérés : ils se font déconsidérer eux mêmes ! Les Françaises et les Français s’informent autrement, de nos jours, et ils voient bien ce qui se passe dans les médias.

    • « Ils apparaissent de plus en plus nettement comme l’expression, le relai actif et affidé de la « voix de son maître » ! »
      Effectivement. Et parlons-en de leurs maîtres. Connaissez-vous un seul patron de média qui soit journaliste de profession? Non, ils sont tous financiers. Et en tant que tel, ils sont là pour faire du fric.
      Or tous les médias français sont déficitaires par absence de lectorat, ce qui ne semble pas émouvoir leurs financiers de patrons. Donc quels avantages indus tirent-ils de leur position de directeur de médias?
      Celui qui donnera la réponse éclairera le socle de notre système.

      • Leur maître c est l Etat et je parle bien des médias publiques et des médias privées au main des capitalistes de connivences.
        Ça fait semblant de se critiquer mais ils sont copain comme larrons.

      • Vous oubliez les milliards de subventions, qui doivent bien équilibrer les comptes de ces médias en déficit chronique. Ne vous posez pas/plus de questions, les fortunés qui y ont investi des sous ne l’ont pas fait pour en perdre. Même si leur but principal n’était pas, évidemment, d’en gagner.

    • oui c’est assez drôle de voir des représentants de médias de propagande chercher de la crédibilité …qu’ils aillent se faire voir.

    • Si toi pas d’accord avec le chef, toi plus avoir de boulot !

  • « ce qu’il se passe … »

    • Les 2 se disent.
      Je suis plutôt partisan du « ce qui se passe ».
      Qui pronom relatif de « ce », le « remplace » et est sujet, donc pas besoin d’un autre sujet (il).

      • « Ce qui » implique un indéfini, alors que « ce qu’il » implique obligatoirement une personne. On peut l’utiliser lorsqu’on peut le remplacer par « ce qu’elle », sinon c’est incorrect. Donc, « ce qui » est la formulation correcte du post de delor974.

        • Expliquez-moi SVP, delors974 aurait pu écrire « ce qu’elle(s) se passe(nt) ».
          Si oui, il faut le dire aux féministes.

          • Non, sinon vous changez le sens de la phrase. « Ce qu’elles se passent » quoi ? Du mercurochrome, du fond de teint ? Et où ? Sur les jambes, le visage, le…

        • Excusez moi, étant faible en grammaire, je n’ai pas l’intention de prendre position.
          Ma question est :
          y a t’il un rapport avec l’expression ‘ ce qu’il y a de nouveau ‘ (par ex.), et quelle est la différence entre les deux ?

  • Il me semble que le problème majeur des journalistes comme celui des politiques, c’ est d’ exercer un métier terne où l’ info doit primer sur le diffuseur de l’ info. Sans donner son avis, assurer la diffusion et la compréhension d’ une info pour ce qu’ elle est après avoir dégagé laborieusement son contour doit être drôlement frustrant, surtout quand on a l’ attention de millions de gens et que l’ on se sent investi d’ une mission quasi divine.
    De la même façon, le boulot des politiques débordent rapidement sur des questions hors régalien parce qu’ entre nous assurer simplement la mission de bonne gestion et de bonne organisation de l’ état n’ est pas super sexy. Celles-ci priment largement pourtant sur l’ aura de celui qui les assure. Alors ils créent et ils réforment à tour de bras sans que personne ne leurs demande d’ être créatifs.
    Ajoutons à tout cela une bonne louche de militantisme et d’ idéologie et on se retrouve devant un match Greenpeace Vs Gilets Jaunes. Tous ces gens là tiennent une place primordiale en démocratie, mais ils manquent singulièrement d’ humilité.

  • Et bien supprimons la subvention de la Presse et la niche fiscale des journalistes !!! Quand on veut être une Presse indépendante… Chiche …. La soupe est bonne , la consanguinité entre politique et journaliste à de l’avenir !!!

  • Il s’est produit avec les journalistes un truc similaire avec les « scientifiques »..
    Une personne n’est un journaliste que quand il fait du « bon journalisme » c’est à dire où la vérité importe..
    une personne n’est un scientifique que quand il fait de la bonne science…

    en somme c’est le travail fait qui doit servir à définir l’individu et non la carte de presse ou le contrat de travail qui doit dire que ce que vous faite est journalisme ou science.

    Elise lucet devrait plutôt se poser des question sur sa déontologie et ses biais. Elle se rendrait compte que son travail est un travail à charge que j’estime en général à la limite du diffamatoire… Le problème est d’ailleurs que ça soit payé avec de l’argent public..Elle fait ce qu’elle veut.. journaliste, lucet? NON…

    • Argent publique, oui, 25000€/mois

    • « une personne n’est un scientifique que quand il fait de la bonne science… »
      La science n’est ni bonne ni mauvaise, c’est la Science, basée sur des faits reproductibles, en contraste avec les nombreuses pseudo-sciences et autres religions (antiques ou modernes comme l’écologie ou les droits de l’Homme) qui sont du domaine des convictions personnelles.

      • oui..supprimez le bon si vous voulez…et une personne qui suit la logique et les fait pour découvrir les vérités universelles est un scientifique comme toute personne qui investigue sur les faits méthodiquement est un journaliste..
        je veux juste dire..scientifique qualifie un travail fait pas un métier..

  • Cette dame ferait bien de se souvenir du proverbe:
    Ne mord pas la main qui te nourrit !

  • les médias ont encore de beaux jours devant eux car il y aura toujours des benêts pour croire à leurs sornettes ;

  • Après avoir diffusé un reportage crapuleux sur Gaza, la journagandiste Lucet se permet de donner des leçons de déontologie journalistique.
    Leur arrogance ne connait plus de bornes.

  • les « journalistes » et autres  » commentateurs » de la vie publique sont manifestement des manipulateurs d’opinion utilisés par le pouvoir et/ou l’opposition pour présenter des faits capables d’orienter l’opinion..
    Tout ceci étant payé par le contribuables et/ou les annonceurs..

    ne comptez pas sur la presse pour avoir une information objective

  • Lucet ne fait plus de journalisme depuis longtemps. Elle ne cherche pas à comprendre les sujets qu’elle traite , mais a prouver par tous les moyens ses convictions/croyances. Quitte pour ce faire a piéger minablement les personnes qu’elle « enquête »(façon de parler), par tous les moyens même malhonnêtes qu’elle peu trouver. C’est une personne d’une malhonnêteté incroyable qui veut se faire passer pour une « gentille lanceuse d’alerte », alors que c’est « une vraie arriviste » qui pour arriver a ses objectif se permet de raconter vraiment n’importe quoi.
    Ce défausser derrière les politiques pour « l’image » que surtout elle contribue a détruire est une démonstration de plus de ce que valent ses « affirmations journalistiques ».
    La Lucet est l’exemple/la parfaite représentation de la honte du journalisme d’investigation! Une menteuse avérée en plus!!

    • C’est hélas représentatif de la grande majorité des journalistes, connus ou aspirant a l’être.
      En école de journalisme on n’apprend plus a exposer des faits mais à faire « changer la société ». Dans le monde actuel les journalistes ont un pouvoir énorme, presque absolu, sur ce que pensent « les gens » et surtout les politiciens. Or, comme Lord Acton le soulignait, « le pouvoir corrompt, le pouvoir absolu corrompt absolument »…

  • Les émissions que propose Elise Lucet sont de la trash TV, des mauvais spectacles voyeuristes tels les « Marseillais » ou autres horreurs pour décérébrés. Le genre que justement les politiques adorent car il endort les spectateurs dans la médiocrité.

  • La plupart des journalistes sont devenus les nouveaux commissaires politiques de notre société.

  • la connivence supposée [entre les journalistes et le pouvoir]

    Les quatre milliards de subventions annuelles à la presse, c’est quoi ?

  • Dénoncer le partisanisme des média, c’est pousser à la haine des média ? Elle a bon dos, la haine !

    L’affaire Klaas Relotius ne semble pas avoir traversé le Rhin, vu qu’aucun commentaire n’en fait encore mention :
    – Journaliste vedette du Spiegel, l’équivalent du Monde ou du Guardian
    – A bidonné ces articles depuis des années, sur les faits rapportés.
    – Aucune vérification des faits par son éditeur.
    – N’ont jamais tenu compte des remontés des lecteurs (exemple: un reportage sur une ville typiquement de l’ouest américain qui vote Trump – 2 habitants et lecteurs de l’article tombés par hasard préviennent le journal des erreurs factuelles (même le nombre de votants !) prouvant que l’article est bidon : peine perdu !)
    – Le journal dénonce son journaliste, sur la foi de ses valeurs et de son vœu pour l’éthique : une plaisanterie compte tenu de l’affaire.
    – En ce cours laps de temps, Spiegel, Guardian ou FR3 ont eu des réactions semblables : le contrôle des faits ne doit servir que la ligne éditoriale.

    Personnellement, je n’ai jamais considéré autrement les fact checkers que comme des appuis à l’interprétation des faits : on sélectionne les infos à garder, on omet les autres, on pousse les gens à prioriser leurs intérêts selon une idéologie. Bref, rien de neutre.

  • Je peux juste dire que quand cette dame est apparue à la télé (je regardais encore FR3), j’ai dès le départ capté son regard malsain et ses yeux brillants quand elle annonçait des trucs vraiment moches .
    Plus il y avait de morts ou de mauvaises actions, plus son regard s’enflammait d’une écœurante jouissance qu’elle ne pouvait dissimuler…

    • ça reste un procès d’intention..moi je me souviens d’une « affaire » une famille avait disparu…où sont ils? ne cachent ils pas un passe trouble? toute une histoire .. etc..une intrusion dans la vie privée d’une famille…qui cessa quand ils rentrèrent simplement chez eux..

  • La réaction de Bruno Masure (attaque ad hominem) est typique des idéologues attaqués au cœur de leurs credos et sans argument pour y répondre.
    Un vrai journaliste enquêterait, chercherait à comprendre, essaierait d’argumenter. Ils sont peu nombreux.

  • « Nous attendons de voir le prochain Envoyé Spécial consacré au glyphosate… »ça va pas être triste,le bon gros sujet sur lequel on peut raconter n’importe quoi,et cette grognasse ne va pas s’en priver

  • Cette personne a du plaisir à mettre son interlocuteur en difficulté que celui-ci ait tort ou raison : ses yeux trahissent sa jouissance. Ce qui lui importe avant tout ce n’est pas de faire de l’info ou documentaire, mais c’est de piéger, dénoncer, révéler que ce soit vrai ou faux. Un gros travers de son métier qui la rend très désagréable au point de ne plus regader ses émissions.

  • Un vieux post concernant cette dame:
    Le 20 novembre 2015 lors du JT de ce jour Mme Lucet a contredit son interlocuteur spécialiste du Mali et des problèmes de terrorisme qui annonçait clairement que la prise d’otages de Bamako est un acte terroriste visant l’intervention française au Mali.
    Mme Lucet a pris fait et cause en soutenant ouvertement la position de Mr Hollande dont on peut douter de la sincérité disant que ça ne visait pas la France.
    Mme Lucet dont l’engagement politique et le militantisme socialiste ne sont plus à démontrer continue sa manipulation permanente. Quant sera-t-elle sanctionnée ? Sachant que sa partialité et sa malhonnêteté intellectuelle sont incompatibles avec un poste de journaliste aussi important.
    Il est scandaleux que ma redevance serve à payer une responsable de la propagande socialiste !

  • Vieux post toujours d’actualité:
    Ce type d’émission participe activement à la désinformation et à l’abêtissement du peuple pour mieux le manipuler et maintenir au pouvoir une oligarchie (on peut même parler de nomenklatura) profiteuse composée de politiciens, fonctionnaires, énarques, technocrates et journalistes.
    Une émission à la fois profondément malhonnête, manipulatrice et décourageante pour l’avenir de ce pays complètement à la traine de l’Europe depuis 40 ans.
    On y retrouve les clichés habituels de la gauche : méchants patrons qui ne créent pas d’emplois mais les détruisent pour mieux se gaver de fric. Argent volé par les actionnaires qui utilisent des méthodes de gangsters pour maximiser leurs profits.
    Mme Lucet ne se demande surtout pas qui sont ces « méchants » actionnaires ? Pour elle ce sont de vilains capitalistes au gros cigare roulant en Rolls avec des lingots d’or enterrés dans leur parc centenaire… Il ne lui est pas venu à l’idée que ce sont principalement des caisses de retraite, des particuliers, directement ou via des sicav. Quant au montant des dividendes, elle oublie de les rapprocher des cours de bourse depuis 7 ans, des risques encourus et de les comparer aux dividendes qui se sont effondrés en 2008 et dans les années suivantes.
    Personne ne nie qu’il y a des abus dans le système capitaliste et chacun sait que tout n’est pas rose, mais on attend l’émission que fera Mme Lucet sur la taille extravagante et les privilèges scandaleux de la fonction publique française (salaires 20% supérieur au privé, garantie de l’emploi à vie, régime de retraite inouï etc…) dont le coût prohibitif pour la collectivité détruit et empêche la création de millions d’emplois dans ce pays. Malheureusement on peut attendre longtemps cette émission… J’entends d’ici la réponse de Mme Lucet « il ne faut pas stigmatiser une catégorie de français… ». En effet il ne faut pas agacer la clientèle socialiste…

    • A Blabolo.
      Vos critiques pertinentes et justifiées… sont-elles une découverte récente ?
      Cela fait plus de 10 ans que je n’ai plus de TV. Lorsqu’elle a rendu l’âme, l’idée de la remplacer ne m’a pas effleuré une seconde, tant les programmes, (divertissements ou émissions soit disant culturelles) étaient d’une nullité inqualifiable. Je passe sous silence les JT qui débutaient par d’interminables palabres sur les évènements sportifs, puis diluaient les infos « chiens écrasés » (aucune hostilité envers les chiens, je les aime beaucoup) et expédiaient les sujets importants en quelques secondes. Idem pour la presse ou les radios. La complaisance des médias par rapport aux politiques étaient moins flagrante que de nos jours ; certains leur affichaient clairement de la « sympathie », d’autres les critiquaient plus ou moins ouvertement. Il suffisait de faire son choix pour avoir des nouvelles correctes. Actuellement, ils sont tous des larbins au service de ceux qui les empâtent, des outils d’enfumage, de propagande et d’une incroyable malhonnêteté intellectuelle.
      Si tous les « abonnés » se débarrassaient de la « machine à crétiniser » (TV) les engraisseurs et engraissés n’auraient plus de raison d’être… les contribuables s’en porteraient mieux ! Libérons-nous ce carcan de désinformation et exigeons des médias libres et indépendants des pouvoirs politiques (sans subventions ou autres faveurs). D’autres pays l’ont fait, pourquoi pas le nôtre ?

  • On n’a pas entendu Élise Lucet quand son collègue Philippe Verdier s’est fait virer comme un malpropre parce qu’il avait judicieusement enquêté, lui, sur le Giec. Bizarre ! Bizarre !

  • fake news..pas une information fausse…pas une investigation bâclée mais à charge…mais intention de tromper..
    alors élise lucet, information fausse investigation bâclée mais pas fake news car Elise lucet elle ne veut pas vous tromper.elle est gentille…

    et c’est ça le plus remarquable cette absolue conviction d’etre dans le camp du bien.
    camp du bien qui est d’ailleurs incapable de se définir .. mais ça ne repose certainement pas sur l’idée que d’agresser une personne qui ne vous a rien fait est mal. (du moins à mon opinion une personne qui a sans le vouloir conduit à ce que j’ai quelques nanogramme de produit chimique dans mon sang n’est pas un agresseur)..

  • Comme on vit en démocratie, l’argent est pris légalement, par la force du monopole de la violence détenu par l’Etat. Mais cela reste une extorsion.

    Toute la manipulation consiste à présenter cet argent, comme destiné à la “solidarité”, à la “justice sociale”, à “la réduction des inégalités”, au “vivre-ensemble”.

    Le rôle des médias officiels est donc ESSENTIEL puisqu’il consiste, par rabâchage permanent à présenter le vol initial sous son côté le plus positif, à nous anesthésier, à tuer toute idée de contradiction.

  • Bah ,on n’est pas obligé de regarder , c’est comme les voici et autres machins , c’est du divertissement …si on regarde attentivement la télé , même la météo est de gauche et si on regarde le passé , souvenez vous de la pendule interlude , elle tournait de droite a gauche 🙂

  • Elise lucet, bruno masure et bien d’autres ne sont que de très petits journalistes excellant dans le misérabilisme car ils ne sont capables de rien d’autre.

  • C’est cette conne gauchiste qui monte les gens contre les media avec ses reportages orientés et falsifiés!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
talktv
0
Sauvegarder cet article

Il est un pays d'Europe où l'information télévisée échappe encore à une théâtralisation du débat politique inspirée des États-Unis. Ce pays n'est pas la France, où les professionnels au franc-parler, les commentateurs et les milliardaires en quête d'influence médiatique n'ont rien à envier à ceux de CNN, Fox News ou MSNBC.

Non, c'est bien au Royaume-Uni que la résistance aux news à l'américaine reste la plus forte. Un Britannique qui viendrait aux nouvelles après un sommeil de 40 ans trouverait (une fois le maniement de la télécommande... Poursuivre la lecture

Par Philippe Wodka-Gallien[1. Philippe Wodka-Gallien. Institut français d’analyse stratégique. Ancient auditeur de l’IHEDN -47e Session nationale Armement - Économie de défense-. Prix Vauban 2015 pour son livre Essai nucléaire, la force de frappe française au XXIe siècle édité chez Lavauzelle. Auteur du récent ouvrage, La dissuasion nucléaire française en action, dictionnaire d’un récit national aux éditions Deccopman].

Le Monde : « La confrontation nucléaire, un scénario évoqué avec de plus en plus d’insistance en Russie ». Le Figaro ... Poursuivre la lecture

l'histoire
0
Sauvegarder cet article

Harold Innis est sans doute le principal théoricien canadien de la communication même si son nom est moins connu de nos jours que celui de son compatriote Marshall McLuhan. La profondeur de ses analyses fait que sa réflexion sur les médias a traversé le temps pour garder toute son actualité.

Pouvoir et connaissance au cœur de la communication

Si McLuhan et Innis assument tous deux la centralité de la technologie de communication, ils en déduisent des implications différentes.

Alors que McLuhan considère que les technologies de l... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles