La mystérieuse disparition d’un milliardaire chinois

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Vidéosurveillance (Crédits Paweł Zdziarski, licence CC-BY 2.5)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La mystérieuse disparition d’un milliardaire chinois

Publié le 1 novembre 2018
- A +

Par Bill Bonner.

Aujourd’hui, nous terminons notre passage en revue des nouvelles menaces engendrées par la technologie. Qu’en est-il de la Révolution de l’information et des technologies qui les accompagnent, nous demandions-nous dans notre précédente chronique. Fait-elle pencher la balance du pouvoir vers la liberté ou vers l’esclavage ?

Nous avons un bureau à Pékin. Dans le cadre de nos activités, nous ne pouvons pas éviter de critiquer le gouvernement.

Les gouvernements ont des politiques économiques, et ces dernières sont invariablement idiotes.

Aux États-Unis, le marché boursier a toutes les chances d’imploser à court terme. En réaction, M. Trump semble mettre en place la pire stratégie possible — davantage de dette, davantage de dépenses… on augmente le gouvernement, on approfondit le marigot, et ainsi de suite.

Le gouvernement chinois est pire encore.

Pendant des années, les Chinois ont géré une économie composée à près de 50 % d’investissements.

On ne peut pas investir une telle quantité d’argent efficacement, activement et de manière sensée. Le gâchis de capital — la mauvaise allocation des ressources — a dû être colossal.

À présent, la Chine a des dizaines de villes-fantômes… des milliers de mètres carrés d’appartements et de locaux commerciaux invendus… une surcapacité dans quasiment tous les secteurs majeurs — et 40 000 milliards de dollars de dettes impossibles à rembourser.

Mais alors que nous pouvons encore librement critiquer M. Trump, la moindre critique de M. Xi pourrait condamner notre malheureux partenaire local à la prison.

La Chine a un nouveau système de « crédit social » basé sur la technologie.

Il s’agit d’un système fonctionnant grâce aux données et aux algorithmes ; il permet de suivre les gens… et de les contrôler.

On perd des points lorsqu’on est en retard sur ses mensualités de prêt immobilier, par exemple, ou si les caméras à reconnaissance faciale vous surprennent en train de traverser en dehors des clous.

Selon le score obtenu, la personne peut se retrouver interdite de voyage en avion ou en train, de prêt immobilier ou même de carte bancaire.

Vous pourriez donc vous rendre à un distributeur et vous apercevoir qu’il ne fonctionne pas pour vous. Et non seulement votre carte bancaire est refusée… mais personne ne peut vous dire pourquoi. Pas de veine, voilà tout. Pas d’argent non plus. Et, au fait, votre accès internet a été supprimé. Votre téléphone aussi.

Que s’est-il passé ? Êtes-vous allé sur les mauvais sites internet ? Vous êtes-vous abonné aux mauvais magazines, êtes-vous affilié aux mauvaises associations ?

Avez-vous critiqué quelqu’un que vous n’auriez pas dû ? Ou faites-vous simplement partie d’un groupe — identifié par un algorithme — que les autorités veulent supprimer ?

Et que pouvez-vous faire ? À qui vous plaindre ?

Sommes-nous complètement paranoïaques ? Nous l’espérons…

Le milliardaire chinois disparu d’internet… effacé !

Cependant, nos partenaires chinois nous ont raconté une chose encore plus dérangeante. Nous avons écrit un livre avec notre fils, Family Fortunes, qui décrit des stratégies pour conserver une fortune familiale sur plus d’une génération.

Un milliardaire chinois a vu passer ce livre. Il l’a apprécié et l’a fait traduire en chinois — puis il nous a invité à donner une conférence, suivie d’une réception avec cocktail et ainsi de suite.

Eh bien, nous avons découvert vendredi que ce milliardaire a été arrêté… et a désormais disparu. Complètement disparu.

Il s’agit d’un homme très riche, puissant, ayant apparemment les bons contacts parmi la hiérarchie chinoise. Mais vous pouvez aller sur internet, vous ne trouverez pas trace de lui ; il a été effacé… supprimé de l’Histoire et du présent chinois. Il n’est plus… et n’a apparemment jamais été.

Peut-être est-il dans un camp de travail. Peut-être est-il mort. Qui sait ?

Oui, tel est le sombre pouvoir de la révolution de l’information. Nous dépendons de nos ordinateurs portables, smartphones, cartes bancaires et toute une gamme de données électroniques — dont une bonne partie est compilée par les entreprises du Big Data comme Facebook et Google.

En utilisant ces données et les liens électroniques vitaux qui nous connectent au reste du monde… les autorités peuvent désormais surveiller, manipuler et contrôler le comportement de millions de personnes.

Dans les faits, la nouvelle technologie — quand bien même elle s’est révélée jusqu’à présent parfaitement inutile en termes de croissance économique et de prospérité matérielle — pourrait rendre l’esclavage profitable à nouveau.

C’est-à-dire qu’elle pourrait permettre de contrôler de gigantesques masses d’individus à un coût extrêmement bas.

Vous pourrez peut-être vous promener comme si vous étiez libre. Mais vous pourriez être totalement soumis aux règles des autorités… et totalement dépendant de leur crédit.

Pour plus d’informations, c’est ici

Voir les commentaires (13)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (13)
  • dans certains endroits on fait disparaître des gens , dans d’autres on fait voter les morts……nous vivons dans un drôle de monde …..flippant quand même tout ça …..

  • claude henry de chasne
    1 novembre 2018 at 7 h 22 min

    comme si la chine avait attendu la technologie pour etre esclavagiste alors que le communisme est largement suffisant

    • La technologie permet de faire les choses plus « efficacement ». Et de se dédouaner de l’éventuel sentiment de culpabilité: « c’est la machine qui a dit ».

  • Le panopticon est arrivé.

  • Le gouvernement chinois fait ouvertement ce dont rêvent les puissants ailleurs dans le monde. Et même ce qui donne ailleurs dans le monde envie aux gens d’être puissants…
    C’est bien triste, mais soyons pragmatiques : notre seul choix, et encore, est le niveau d’éclairage de nos despotes. Et à la question « vaut-il mieux un mauvais point pour avoir traversé en dehors des clous, ou pour n’avoir pas réagi à la dernière publicité pour l’achat du livre de Ségolène ? », le problème est qu’il n’y a pas aujourd’hui de 3e voie…

  • Je n’ai pas tout lu mais disparaitre est la seule solution pour garder sa liberte, cela ne veut pas dire je vous n’existez pas bien au contraire !

  • le communisme reste le communisme (esclavage, police politique secrète, apparence, tromperie des chiffres)… Relire Kravchenko.

    En URSS, le système a tenu 70 ans. On y est pour la Chine, la Corée du nord, le Vietnam. Peut-être est-ce pour cela que l’étau se resserre ?

  • Dans le cas de votre milliardaire, il n est probablement pas mort mais retenu quelque part.
    Vu son niveau, il doit etre membre (de haut rang ?) du PCC et en chine le PCC a le droit de se comporter ainsi (cf ce qui est arrive au chef d Interpol).

    Sur le fond, il est probablement une victime de la lutte de faction au sein du PCC et s est fait eliminer par Xi, probablement sous l accusation de corruption (pas difficile vu que dans une dictature comme en chine, il est tres tentant d etre corrompu et impossible de reussir sans corruption)

    Pour le reste, que la chine veuille mettre en place un Systeme de big brother n a rien d etonnant. Doit on repeter que la chine est une dictature ?
    Le probleme c est que meme chez nous certains souhaitent s inspirer de la chine pour faire la meme chose(rappelez vous les debats sur l hadopi par ex)

  • Ma moitié est née à Beijing et connait très bien le système chinois. D’après elle depuis la montée en puissance de Xi, plus personne n’est vraiment en sécurité en Chine. Ce pays devient une dictature digne de Saddam Hussein.
    La Chine fait assassiner des gens partout dans le monde et les français complice disent que ce sont des accidents. L’épidémie de suicides de milliardaires chinois fait « rire » la diaspora chinoise. Ils caricaturent le PCC en disant que celui ci va bientôt parler d’effet de mode…
    Xi Jinping c’est un wannabe Mao avec les moyens du XXIeme siècle. Ce type est actuellement le plus dangereux de la planète et de loin. Le nombre de personnes dans le monde qui peuvent réellement se protéger efficacement d’une tentative d’assassinat ordonnée par Xi ne doit pas dépasser le millier… Ce type est littéralement un parrain mafieux à l’échelle planétaire. Le nombre de gens puissants qu’il fait assassiner chaque année est proprement hallucinant.
    Il a remis l’esclavage au goût du jour également. Les travaux forcés deviennent la norme en Chine et cela encourage Winnie l’ourson (Surnom de Xi) à embastiller de plus en plus en plus de monde afin de pouvoir mettre très concrètement en esclavage une plus grande partie de sa population. Ce type fait partie des véroles intégrales les pires de l’histoire. Il est à ranger avec Mao, Brejnev, Staline, Robespierre et Ceausescu: Les hontes les plus abjectes de l’humanité.

  • Mais quel est le nom de ce milliardaire ??
    Hypothèse 2 : le mec a les moyens d’organiser sa disparition des radars, pour aller buller tranquille ailleurs sous une autre identité.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Le 17 janvier 2022, aux Cafés Géographiques, Michel Bruneau a présenté son livre, L’Eurasie. Continent, empire, idéologie ou projet.

Voici ce que j’en ai retenu.

L’idée générale est de comprendre que l’Europe et l’Asie forment un seul continent et notamment que les États ou les empires (une vingtaine) ont souvent été à cheval sur les deux. Les plus connus sont ceux d’Alexandre, l’empire romain puis byzantin, ceux des turco-mongols dont l’empire ottoman, et la Russie.

La géo-histoire

Michel Bruneau commence par une rapide ... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Albin Wagener. Un article de The Conversation.

Considéré avant tout comme un emblème très actuel de la (contre-) culture web, les mèmes pullulent désormais sur les boards (ces plates-formes collaboratives alternatives comme 4chan, Reddit ou 9gag) ou les réseaux sociaux – et ont même permis l’émergence de groupes de chineurs de mèmes (ou neurchi), dédiés au rassemblement de consommateurs et de producteurs de mèmes, attirant ainsi à nouveau une population plus jeune sur Facebook. Mais les mèmes ne sont pas que de simples objets humor... Poursuivre la lecture

Par Jean-Éric Branaa.

Depuis le 6 janvier 2021, se pose la question de la place de Donald Trump dans le débat public, notamment en vue des prochaines échéances électorales. Cette interrogation relance en même temps la question de la survivance de ce que l’on a appelé le « trumpisme ». Après quelques mois de sidération face à une victoire qui n’avait pas été anticipée, en 2016, on a vu se multiplier l’utilisation de ce terme, régulièrement invoqué dans les articles ou les reportages les plus dramatiques sur l’état du pays de Lincoln.Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles