Affaire Théo : la police enfin réhabilitée

Dans l’ « Affaire Théo », durant un an, les policiers n’ont pas cessé d’être mis en cause politiquement et médiatiquement.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Matraque by Jacques Meynier de Malviala(CC BY-NC 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Affaire Théo : la police enfin réhabilitée

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 5 février 2018
- A +

Par Philippe Bilger.

On a beaucoup parlé de l’interpellation de Théo au mois de février 2017 et des quatre fonctionnaires de police qui y avaient tant bien que mal procédé.

Une information a été ouverte et l’un d’eux a été mis en examen pour viol – il aurait délibérément sodomisé Théo avec sa matraque – et les trois autres pour violences en réunion.

La suspension de ces derniers a été levée et ils ont été réintégrés.

Durant un an, les policiers n’ont pas cessé d’être mis en cause politiquement et médiatiquement. Présumés coupables d’emblée, ils auraient pu le demeurer puisque par définition Théo était seulement un exemplaire jeune homme qui avait souffert à la suite de l’agression dont il affirmait avoir été victime.

Régulièrement TF1 nous donnait des nouvelles de sa santé et relayait les manifestations de ses proches et de ses soutiens.

Mon billet du 13 février 2017, « Théo, Toula et les autres », avait immédiatement dénoncé cette « chasse aux policiers » et la quasi-sanctification de Théo et de sa famille. La condamnation d’un de ses frères n’avait en rien altéré ce regard bienveillant porté sur cette famille puisque Théo, lui, était forcément digne d’intérêt et de considération. Les fonctionnaires de police incriminés n’avaient évidemment pas la moindre excuse même s’ils niaient ce qui leur était reproché, notamment, pour le plus gravement impliqué, le viol.

Puis on a vu la vidéo de l’interpellation (Europe 1) et pour tous les observateurs de bonne foi la cause est entendue.

Il est clair qu’il y a eu empoignade, que Théo résistait, se débattait, refusait de se laisser appréhender et que quatre fonctionnaires n’étaient pas de trop pour le maîtriser après qu’un trafic de drogue avait été soupçonné dans son environnement.

Cette vidéo démontre par ailleurs l’essentiel : rien qui de près ou de loin relève d’une intromission volontaire de la matraque. Autrement dit, un fonctionnaire de police a été durant une année l’objet d’un opprobre amplifié par le fait que sa « victime » était l’objet d’une sollicitude exclusive.

Il suffit de se rappeler la visite du président Hollande à Théo sur son lit d’hôpital, ce qui a été perçu à juste titre par le corps de la police comme une provocation et une injustice totales.

Qui va s’excuser, se repentir, faire amende honorable ? Qui ? Personne pour l’instant sauf un boxeur très honnête, Patrice Quarteron, qui a admis avoir accablé à tort les policiers et s’est excusé auprès d’eux.

Après tout, ce ne sont que des fonctionnaires de police qui tentent dans des cités difficiles de faire un sale boulot et ils n’ont que ce qu’ils méritent. Imagine-t-on des politiques de gauche et les médias partiaux et accusateurs venir sur le tard à résipiscence ?

Ce serait un miracle dans notre démocratie.

Il faut reconnaître au Monde une constance dans la fidélité à Théo. « La parole s’est libérée dans les cités… et la famille du jeune blessé… reçoit beaucoup de témoignages sur les violences sexuelles. » Théo est encore une icône pour ce quotidien.

Mais tout de même, depuis la vidéo, les inconditionnels de la cause de Théo le sont moins. Il s’agit d’un jeune homme qui, au lieu de se laisser contrôler et interpeller normalement (pourquoi d’ailleurs pour qui n’a rien à se reprocher ?), a contraint des policiers à une action qui, avec les préjugés pervers contre elle, aurait entraîné sa disqualification s’il n’y avait pas eu cette bienfaisante vidéo.

Décidément notre société a des icônes au rabais. Théo, Cesare Battisti (François Hollande lui avait également rendu visite), Jacqueline Sauvage (graciée deux fois par François Hollande).

Mais je ne boude pas mon plaisir : on va moins parler de Théo ou alors plus forcément en bien !

Sur le web

Voir les commentaires (32)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (32)
  • j’aimerai bien que ce personnage nous explique la justice rendu comme nos Élus qui doivent être irréprochable ont des
    condamnations dérisoires …pour des conflits d’intérêt. enrichissement ..abus de bien sociaux ….fraude fiscal. ..voir l’extrême Proxénétisme. ..
    nos Élus doivent être irréprochable et exemplaire !!!
    ils doivent être condamné. .inéligible à vie ..dechut des droits administratifs et ne plus avoir une fonction de responsabilité. ..
    insupportable d’entendre un élu critiquant les délinquants en étant lui même un délinquant ..

  • C’est là où la vidéo montre son intérêt pour protéger les innocents et établir les faits.
    Je défends la caméra d’épaule des policiers.
    C’est dur j’imagine d’avoir sa mama qui surveille que vous vous tenez bien, mais maman ell est là pour vous défendre si on vous accuse.

  • Se mettre à 3 pour rouer de coup quelqu’un qui finit avec 40 jours d’ITT, avoir la preuve que les personnes en question ont menti pendant l’enquête et voilà la police réhabilité. Oh mais on me dit dans l’oreillette que M.Bilger est avocat général de cour d’assise… Les services de l’Etat ont toujours été, comment dire, très tolérant entre eux.

    Et puis l’argument « si vous n’avez rien à vous reprocher, vous n’avez rien à cacher. » Dans un pays où il existe une loi pour tout… J’imagine que M. Bilger est favorable aux perquisitions administratives et à la surveillance généralisée des citoyens.

    • Vous avez déjà essayé d’arrêter un type qui ne le veut pas avec vos petits bras musclés alors qu’il s’agit d’un gros balèze habitué à la bagarre ?

    • Vous mentez, car il n’a PAS été roué de coups, il résistait violemment et les policiers on tenté tant bien que mal de le maîtriser. Regardez la vidéo au lieu de fantasmer. Et abstenez vous de calomnier et diffamer les gens comme tout bon gauchiste qui se respecte.

      • @Virgile
        Bonsoir,
        Alors je dois être un gauchiste, parce que sur la vidéo, je vois que le policier, il y va franco avec sa matraque. On voit nettement son coude bien armé en arrière. Sur la même vidéo, on ne voit pas le début de l’interpélation, on ne sait pas ce qui se passe.
        De plus, les policiers n’aiment pas être en sous-nombre, et dans ce cas-là, ils vont à 4 contrôler une bande 2 fois plus nombreuses qu’eux.
        La technique du poser de matraque sur le postérieur est une technique honteuse. Comment peut-on avoir eu une idée pareille ? Que les Forces de l’Ordre soient autorisées à utiliser une technique si basse ne leur rendra ni leur crédibilité, ni le respect qu’elles ont elles-mêmes perdu.
        J’avoue penser que les Forces de l’Ordre ne devraient pas avoir le droit de contrôler qui que ce soit sans commission rogatoire. ou sans flagrant délit. Quand on est libre, on a pas à être contrôlé par des sbires censés être à notre service et supposés garantir nos droits. Il est vrai que la Justice est un autre problème tout autant qu’un autre débat.

      • @STF
        « J’avoue penser que les Forces de l’Ordre ne devraient pas avoir le droit de contrôler qui que ce soit sans commission rogatoire. ou sans flagrant délit.  »
        Vous avez tout à fait raison. Cela marche très bien au Bisounoursland. Il n’y a pas de raison que cela ne marche pas en France.

        • @cyde
          Bonjour,
          Je perçois le sarcasme dans votre commentaire.
          Je ne crois pas au Bisounoursland. Cela ne marche pas en France parce que la police, bras armé de l’Etat, nous considère comme des suspects potentiels, et que l’Etat fait de nous ses ennemis.

          • @STF
            Un peu de sarcasme, vous avez bien perçu. 🙂
            Personnellement, j’aurais dit:
            Cela ne marche pas en France parce que l’Etat nous considère comme ses ennemis. Par conséquent, la police étant son bras armé, celle-ci a pour rôle premier de défendre l’Etat, la défense du citoyen n’arrivant qu’en 2è lieu.

            Cela dit, si la police ne peut pas faire de simples contrôles d’identité de groupements suspects et ne peut intervenir qu’en cas de flagrant délit, c’est l’open bar assuré pour tous les délinquants. Un vivre-ensemble un peu différent mais finalement assez proche de l’actuel: ce seront pratiquement les mêmes qui assureront le confort de vie d’une frange de la population mais sans intermédiaire étatique, un transfert producteur=>consommateur plus rapide et plus brutal mais avec un bien meilleur rendement…

            • @cyde
              Bonjour,
              Un groupement suspect n’est que suspect, et les Forces de l’Ordre doivent aussi défendre leurs droits, dont le premier la liberté. Si le groupement n’est que suspect, ses membres sont toujours libres, puisqu’ils ne sont pas enfermés. Certes, il s’agit d’une autre philosophie.
              Les contrôles sont surtout un moyen d’instaurer une pression sur la population. Ils sont la mêche pour passer les menottes pour rébellion, résistance à agent en service, refus d’obtempérer, et autres jouyeusetés.

              « Cela dit, si la police ne peut pas faire de simples contrôles d’identité de groupements suspects et ne peut intervenir qu’en cas de flagrant délit, c’est l’open bar assuré pour tous les délinquants. »
              Les Forces de l’Ordre peuvent contrôler n’importe qui n’importe quand, sans la moindre raison, et c’est déjà open bar pour les délinquants : 500.000 cambriolages en 2016 ; 2000 agressions par jour, 13000 vols par jour. Et des lois qui protègent les délinquants comme celle qui immunise les squatteurs de domiciles, qui atténue les accusations et transforme un kidnapping suivi de séquestration puis viol en « attouchement sexuel ».
              De plus, la popualtion qui subit cette délinquance et ces crimes, ne peut, elle, se défendre sans être frappée par la foudre judiciaire.

              • Bonsoir,

                « et c’est déjà open bar pour les délinquants  »
                La police n’en est pas responsable mais plutôt un système judiciaire plutôt enclin à la calinothérapie qu’ à l’application de sanctions.
                Les contrôles d’identité sur un groupement suspect permet de connaitre l’identité des individus ce qui pourra les empêcher de passer à l’acte à proximité de l’endroit où ils ont été contrôlés. C’est du préventif et c’est aussi un des rôles de la police.
                Si les individus contrôlés se rebellent et cassent du flic, c’est forcement de la faute de la police selon vous? Voilà qui est très en phase avec l’idéologie victimaire en vogue depuis 20 – 30 ans.

  • C’était une belle fake News comme seule la gauchosphere est capable en rassemblant toutes ses forces stratégiquement placée dans les médias .

  • Si je viens sur un site libéral, c’est pour que face à des affaires comme celle là, on m’explique à quel point le problème, simple en apparence, est en réalité extrêmement complexe, et à quel point le libéralisme aurait permit d’éviter ou tout du moins d’aténuer le problème. (Dans cette affaire le problème trouve en partie son origine dans la guerre couteuse et inefficace que l’Etat mène contre la drogue.)

    Si j’avais juste envie d’entendre que « les gentils c’est les policiers » et « les méchants c’est les jeunes des cité » je me serais contenté d’aller sur un des millions de sites de droite et d’extrême droite qui existent sur internet.

    Inversement, si j’avais juste envie d’entendre que « les méchants c’est les policiers » et « les gentils c’est les jeunes des cité » je me serais contenté d’aller sur un des millions de sites de gauche, d’extrême gauche, et de gangsta rap qui existent sur internet.

    • La guerre coûteuse et inefficace que mène l’Etat contre la drogue est un problème, mais ce n’est nullement celui dont il s’agit ici. Il y aurait eu vol à la tire plutôt que deal de stups, je vous fiche mon billet que ça n’aurait rien changé.
      Dans les apports potentiels du libéralisme, je vois d’abord la question de la responsabilité. Libre aux médias et politiciens de critiquer l’action de la police, mais s’il s’avère qu’ils l’ont fait à tort, ils doivent rendre des comptes, en proportion des dommages causés aux personnes faussement mises en cause et des bénéfices d’audience qu’ils en ont tirés.

      • @MichelO : Vous avez raison, les politiciens, et en premier lieu François Hollande, « doivent rendre des comptes. » Ils ont jeté de l’huile sur le feu en donnant aux gens une image déformée de ce qui s’est réellement passé. Par contre, en ce qui concerne la responsabilité des médias, c’est aussi aux lecteurs, auditeurs, et téléspectateurs de faire attention à ne pas gober tout ce que racontent les médias.

  • Progressivement nous nous enfonçons dans la déliquescence de notre état de droit
    Les délinquants ont pris le pouvoir et nos policiers sont des potiches sans ressources témoins de leur époque mais non acteurs

  • Cela en dit long sur nos media et nos journalistes de gauche, plus intéressés à calomnier et diffamer qu’à informer, et qui préfèrent de loin les voyous aux policiers!
    La France est foutu à cause du socialisme de ses élites!

    • @Virgile : La gauche et les médias de gauche vilipendent les policiers dans certains cas, mais les soutiennent inconditionnellement dans d’autres cas. (Idem pour la droite et les médias de droite.)

      Si par exemple des policiers commettent des bavures contre des fraudeurs fiscaux ou des patrons qui ne respectent pas certaines réglementations ou des manifestants pacifiques « racistes » ou anti mariage homosexuel, la gauche et les médias de gauche se rangeront du côté des policiers.

  • Le problème n’est pas les politiques de droite contre ceux de gauche. Ce n’est pas les policiers contre les délinquants ou assimilés comme tel. Ce n’est pas le problème de la presse de droite contre celle de gauche.
    Le problème, c’est celui de la déliquescence de notre état de droit qui n’est même pas capable de se faire respecter dans ce que je pense tout libéral admettra de lui dévoluer : la sécurité.
    Et au vu de ce qui se passe en ce moment, ça n’a pas l’air d’aller en s’améliorant.

  • ce que je n’admet pas , c’est que le merdier que certains mettent chez nous , ils ne le feraient pas dans beaucoup d’autres pays ; des décennies de laxisme envers la délinquance de la part des politiques , on voit le résultat et j’aime autant vous dire qu’on est pas prêt d’en voir la fin ;

    • Vous êtes à côté de la plaque. L’affaire Théo c’est l’illustration de l’absence de contrôle de la police. 4 types peuvent se permettre d’insulter, frapper (voire violer) en toute impunité si ils ont un uniforme (pas de chance pour eux ils ont oublié la caméra de vidéo surveillance et l’expertise du médecin). C’est ça le problème, le laxisme envers les policiers délinquants ou criminels.

      • Visiblement, on n’a pas regardé la même vidéo. :-))

      • « …pas de chance pour eux ils ont oublié la caméra de vidéo surveillance et… »
        Au contraire, c’est une grande chance pour eux. C’est ce qui a permis de disculper les 3 collègues du policier perforeur et qui va permettre à ce dernier d’être lavé des accusations de viol qui seront sans doute transformées en « blessure involontaire » ou autre terme plus adapté.
        Regardez la vidéo (la vraie).

  • C’est probablement pour recoudre son anus défoncé imaginaire que Théo a détourné avec sa famille près de 680 000 euros de subventions.

    • Il pourrait être un terroriste que vous ne pourriez pas justifier ces violences. Jusqu’à preuve du contraire le médecin a bien constaté la pénétration (intestin endommagé sur 10cm).

      • La discussion ne porte pas sur la pénétration elle-même. Personne ne la nie. Le désaccord porte sur son caractère intentionnel.
        Le coup de matraque à l’origine de celle-ci a été délivré en une fraction de seconde (cf vidéo) sur un sujet agité par un policier lui-même en mouvement dont la tête est située au-dessus du dos de l’individu (donc sans visibilité du sujet de la discussion) , à travers un caleçon (donc, encore une fois, sans visibilité direct de l’orifice). Si vous considérez cela comme un acte volontaire et calculé, c’est de la haute précision, ce policier aurait du être affecté chez les tireurs d’élite… :-)))

        • @cyde
          « La discussion ne porte pas sur la pénétration elle-même. […]. Le désaccord porte sur son caractère intentionnel. »
          Admettons qu’elle ne soit pas intentionnelle. La technique utilisée : le poser de l’extrémité d’une matraque sur le postérieur d’une personne récalcitrante à une interpélation. Il est question de poser pas de pousser. Quelle est la suite du processus si la technique n’a pas l’effet calmant escompté ? Le maître de la matraque doit-il effectué une autre technique ? Ou bien doit-il mettre en pratique la menace (quasi certaine) du « Si tu bouges je te l’enfonce ! » ?

          • Dites, vous avez vraiment vu la vidéo?
            Vous demandez une grande analyse de la situation avant action alors que le policier n’a qu’un fraction de seconde pendant que ses collègue se font secouer par le malabar.

            « Ou bien doit-il mettre en pratique la menace (quasi certaine) du « Si tu bouges je te l’enfonce ! » ? »
            Rien n’indique de tels propos ou une telle intention. Vous êtes de parti pris. On s’en doutais un peu cela dit. 🙂

  • pas bien malin ce théo!
    un simple contrôle et il arrive à se prendre une matraque…
    faut le faire

  • pas bien malin ce théo.
    se prendre une matraque mal placée sur un contrôle d identité. … Faut le faire…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Frédéric Mas.

Il y a du nouveau dans l’affaire Théo, du nom de ce jeune homme grièvement blessé lors d’une interpellation par des policiers à Aulnay-sous-Bois, en Seine-Saint-Denis. Entre les policiers et Théo, les versions différaient radicalement : du côté policier, Théo se serait violemment interposé au moment de l’arrestation d’un dealer, tandis que du côté de Théo, le policier aurait utilisé sa matraque pour le violer.

La vidéo de la ville d’Aulnay publiée par Europe 1 semble confirmer la version des policiers, ce qui, ... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Les batailles perdues du Camp du Bien

La semaine qui vient de s'écouler a certainement été une des plus belles semaines de tartufferie de gauche qu'il m'ait été donné de voir ces dernières années. Le Camp du Bien se prend, assez régulièrement, les pieds dans son tapis d'inepties à morale variable, mais sur les derniers jours, la succession de saltos arrières carpés et de plats du ventre avec mâchoire brisée a été particulièrement soutenue.

Ainsi, il a été difficile de passer à côté de l'affaire Meklat.

Meklat n'est pas le nom d'une nouvelle gourmandise débitée à McD... Poursuivre la lecture

Par Alexandre Marraud des Grottes.

[caption id="attachment_206505" align="aligncenter" width="660"] Justice (domaine public)[/caption]

Découlant du droit constitutionnel de par son inscription à l’article 9 de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789 débutant par « tout homme étant présumé innocent jusqu'à ce qu'il ait été déclaré coupable […] », le droit à la présomption d’innocence est un principe repris au niveau international (article 11 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme de 1948 de l’ONU),... Poursuivre la lecture