La victoire pas si large d’Emmanuel Macron

Emmanuel Macron n’a pas remporté un vote d’adhésion malgré une majorité pas si large. Quelles conséquences au lendemain de son élection ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La victoire pas si large d’Emmanuel Macron

Publié le 9 mai 2017
- A +

Par Natasa Jevtovic.

Comme beaucoup de mes concitoyens et de libéraux, j’ai voté blanc au deuxième tour de cette élection présidentielle. Je ne parviens pas à voter contre ma conscience seulement pour éviter le plus mauvais candidat et j’ai besoin d’adhérer à un programme ou un projet avant d’engager ma responsabilité.

C’est en lisant la biographie d’Emmanuel Macron sur Wikipédia que j’ai appris qu’il a été membre du Parti Socialiste à 24 ans, et de 2006 à 2009 ; il n’a jamais adhéré à un autre parti, il a simplement omis de renouveler son adhésion depuis cette période. En 2007 et 2010, il a refusé d’intégrer les gouvernements Woerth et Fillon, qui n’étaient pas de sa famille politique ; ceci atteste son intégrité et sa loyauté, mais ne montre pas qu’il est un candidat indépendant des partis comme il a souhaité le démontrer lors de son passage au gouvernement Hollande.

L’article explique ensuite qu’en 2015, alors qu’il était ministre de l’Économie, « il a fait passer la part de l’État dans le capital de Renault de 15 % à près de 20 % […] puis imposé l’application de la nouvelle loi Florange qui permet de donner un droit de vote double aux actionnaires ‘historiques’, ce qui confère à l’État la minorité de contrôle ». Une nationalisation partielle, donc. Fidèle à son employeur, Emmanuel Macron a agi en bon stratège en réalisant une belle opération financière pour enrichir l’État au détriment d’un groupe privé ; ce qui m’a convaincu qu’il n’était pas vraiment libéral. Il n’est qu’un autre candidat étatiste, héritier du président en place qui nous a tant déçus, et qui nous conduira probablement à un autre quinquennat d’immobilisme, comme ses confrères du parti socialiste.

Pour le premier tour, j’avais choisi François Fillon, qui selon moi avait le meilleur projet pour redresser les comptes publics de la France et libérer le marché de l’emploi pour enrayer le chômage. Les médias et la justice ont décidé de le désigner coupable de détournement des fonds publics pour avoir engagé son épouse comme assistante parlementaire. Je me souviens d’une conférence à l’Assemblée nationale sur le thème de la corruption où le député du Nouveau Centre, Charles de Courson, expliquait le principe d’un crédit de plusieurs milliers d’euros à leur libre disposition afin de rémunérer leur(s) collaborateur(s), sans instance de contrôle. Il a été reproché à François Fillon une pratique légale dans les milieux politiques ;  la bonne réponse aurait été de légiférer afin d’y mettre fin, au lieu de choisir le coupable en la personne du leader de l’opposition. Dès la mise en examen de François Fillon, ses plus proches collaborateurs l’ont abandonné, d’abord les non conservateurs, puis les opportunistes. Parmi eux, le plus remarqué, Bruno Le Maire, avait embauché et rémunéré sa propre épouse comme assistante parlementaire entre 2007 et 20131. Le même Bruno Le Maire qui maintenant évoque sa volonté de collaborer avec Emmanuel Macron.

Forts du sentiment d’avoir été floués, la plupart de mes connaissances, des militants de droite et du centre, ont voté blanc ou se sont abstenues au deuxième tour ; tout comme certains militants d’extrême gauche ne se reconnaissant pas dans le programme « trop libéral » du parti En Marche. Trois de mes proches ont choisi d’adhérer au programme de Macron – deux libéraux centristes et un homme de gauche, à la tête d’une organisation qui défend les droits des demandeurs d’asile.

[related-post id=288911 mode=ModeSquare]

Ainsi, face à Marine Le Pen, jugée trop populiste, Emmanuel Macron a obtenu 66,1% de votes exprimés. Ce chiffre n’a malheureusement rien d’une victoire et doit être relativisé, car il convient de considérer le taux d’abstention de 25,5%, les votes blancs et nuls (8,6% soit 4,1 millions d’électeurs) ainsi que les  non-inscrits (11,4% soit 6 millions d’électeurs selon l’INSEE)2. Ces chiffres alarmants signifient que seulement 58,5% du corps électoral français a choisi de voter pour l’un des deux candidats du second tour. Emmanuel Macron a donc obtenu deux tiers de ces voix, soit 38,7%. Ce qui peut laisser penser que le processus démocratique ne fonctionne pas correctement.

Cette élection présidentielle a le mérite d’avoir causé la chute des deux partis traditionnels au pouvoir depuis quarante ans. Mais Emmanuel Macron n’a pas pour autant suscité un vote d’adhésion. Parmi ses électeurs – les 38,7% du corps électoral français – seuls 16% ont voté pour son programme ; 43% l’ont choisi contre Marine Le Pen. Ces 43% auraient voté pour n’importe quel autre candidat positionné contre elle au second tour.

Comment un président élu avec un taux d’adhésion aussi bas va-t-il gouverner le pays ? Où va-t-il chercher ses collaborateurs ? Puisse-t-il s’entourer de technocrates et de spécialistes afin de former un gouvernement comme celui du Canadien Justin Trudeau, sans recyclage des vétérans des partis ayant perdu ces élections présidentielles, et qui le courtisent par pur opportunisme. Par chance, il a connu la vie d’entreprise, sans vraiment être issu de la société civile. Il reste un énarque, mais espérons que son expérience à la Banque Rothschild lui permette de mieux gérer les finances de notre pays. Même si ses anciennes rémunérations confortables et l’absence de patrimoine en France peuvent suggérer une tendance à la dépense toute socialiste.

Rien de nouveau, donc, sous le soleil.

  1. Qui est Pauline, la discrète épouse de Bruno Le Maire ? 11 octobre 2016, http://www.planet.fr/politique-qui-est-pauline-la-discrete-epouse-de-bruno-le-maire.1201589.29334.html 
  2. Francis Brochet, « Près de six millions de citoyens pas inscrits », Le Progrès, 7 mars 2017, http://www.leprogres.fr/politique/2017/03/07/pres-de-six-millions-de-citoyens-pas-inscrits
Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • 34,26 % d’électeurs pour macron ….du coup , je me dis que MLP , seule contre tous , il faut le rappeler , s’en sort mieux que lui ;

    • Pas vraiment, j’ai entendu parler (sans pouvoir donner de source, c’était une discussion de comptoir) de 5% de vote d’adhésion au programme ou à la personnalité de Marine Le Pen. Tous les autres ont voté pour elle soit pour voter contre Macron (il y en a aussi), soit pour mettre un coup de pied au c.. de ceux qui nous gouvernent depuis plus de 40 ans.

  • On remarquera tout de même que les principaux soutiens du nouveau président sont énarques… Et que lui même l’est. Ou comment faire du neuf avec du vieux…

  • Je ne suis pas de votre avis : La démocratie c’est aussi ça, même si on peut déplorer que le président n’ait pas été élu par une majorité de citoyens : ceux qui ne sont même pas inscrits, ceux qui s’abstiennent, ceux qui votent blanc, ceux qui votent nul, ceux qui votent pour, ceux qui votent contre, tous font partie de ce corps électoral qui exprime, par sa liberté (chacun prend sa part de responsabilité dans le résultat) et son égalité (chaque voix a la même valeur) ce que nous décidons tous ensemble.

    • Certes la Démocratie, c’est cela.
      Personne ne parle d’élections irrégulières de type « bourrage des urnes », mais de manipulations concernant F.Fillon (qui a fait quelque chose de peu glorieux mais tellement partagé par tant de députés ! ) , et de la majorité (citoyenne) sur laquelle Mr Macron va effectivement pouvoir assoir son pouvoir.
      Mr Macron n’a pas de majorité réelle (citoyenne) malgré sa majorité politique.
      Compte tenu du morcellement de l’électorat c’était de toute façon inéluctable quel que soit le candidat.
      Ce dont on peut véritablement douter est la capacité de ce nouveau Président à rassembler. Non pas à faire un rassemblement des politiques, qui sont toujours près à toutes les compromissions pour aller « à la gamelle », mais du peuple Français.
      Mr Macron a montré d’ores et déjà tellement d’arrogance, injurié tant de Français, fait allégeance complète à l’Europe de Merkel…que je ne vois pas comment il peut redresser son image.

  • Une tendance à la dépense … ou à la dissimulation ?…
    Pour ma part je me suis abstenue car je n’ai aucune confiance dans ce « caméléon » comme un de ses anciens condisciples l’a bien décrit, et son programme, quand par hasard il est explicite et ne dit pas tout et son contraire, ne me convient absolument pas.
    J’espère, de tout coeur mais sans grande conviction, m’être trompée sur notre nouveau Président !

  • J’ai analysé que l’un des grands FAITS de cette élection est la Bérézina du « Front Républicain ».

    En 15 ans, dans des conditions similaires, le « Front républicain a régressé de 65.5 % à 41 % du corps électoral, aka les inscrits. (2002 J. Chirac face à JMLP).

    C’est une raclée.

  • C’est uniquement son score du premier tour qui exprime la représentativité et la légitimité réelle de la marionnette des milliardaires et autres chefs d’entreprise et gros actionnaires du Cac40, ainsi que des membres du Club de la Rotonde et des Gracques, sachant que certains d’entre eux sont patrons de presse.

    Çà fait environ 18 % des électeurs inscrits parmi lesquels il y avait déjà des voix – politiquement cultivées ou non – avant tout anti-Mélenchon, anti-Fillon, anti-Le Pen.

    Sachant qu’à cette tragi-comédie électorale refusent aussi de participer des femmes et des hommes, cultivés économico-politiquement (ou politico-économiquement si on préfère), voire mieux encore environnementalement, qui ne sont pas ou plus inscrits sur les listes électorales, alors qu’elles/ils se dévouent quotidiennement d’une façon ou d’une autre altruistement dans l’environnement sociétal où elles/ils vivent

    Pauvre France ! Pauvres Français de plus ou moins fraîche date qui vont encore davantage que dans le passé être victimes des milliardaires et des patrons du CAC 40 constituant l’ « état profond ».

    Alors que comme toujours, mais dans le cas c’est plus grave, depuis ce dimanche 20 H 00, on a abondamment abuser du « Les Français », alors qu’un minimum de sérieux et d’honnêteté imposait de dire « Des Français », ce qui devait logiquement signifier « un certain nombre de Français », et qui plus est un nombre rarement majoritaire, donc pas (tous) « Les Français ».

    Oui il serait intéressant de savoir combien de Français ont voté Le Pen uniquement pour contribuer modestement à la baisse du score de Macron que certains nous présentent comme marionnettiste et pas marionnette.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Après avoir été mis en examen en juillet 2021 pour des faits de « prise illégale d’intérêts » commis dans l’exercice de ses fonctions, le ministre de la Justice Éric Dupond-Moretti a été avisé avant-hier (lundi 3 octobre 2022) qu’il était renvoyé en procès devant la Cour de Justice de la République.

Le même jour, on apprenait qu’Alexis Kohler, secrétaire général de l’Élysée depuis 2017 et très proche conseiller d’Emmanuel Macron depuis plusieurs années, avait été mis en examen le 23 septembre, également pour « prise illégale d’intérêts... Poursuivre la lecture

Un entretien mené par Matthieu Creson pour la la Revue Politique et Parlementaire. 

 

Pascal Salin est économiste, professeur émérite de l’université Paris-Dauphine, et fut président de la société du Mont-Pèlerin de 1994 à 1996.

Parmi les ouvrages qu’il a publiés, citons notamment La Vérité sur la monnaie (Paris, Odile Jacob, 1990), Libéralisme (Paris, Odile Jacob, 2000), Français, n’ayez pas peur du libéralisme (Paris, Odile Jacob, 2007), Revenir au capitalisme pour éviter les crises (Paris, Odile Jacob, 2010), La T... Poursuivre la lecture

L’âge de la retraite semble avoir beaucoup d’intérêt pour les candidats, il n’en a pratiquement pas pour les retraités actuels et futurs.

Certes l’âge de la retraite est désormais au cœur de la campagne électorale. Dans son allocution de lundi soir le Premier ministre a annoncé non seulement son soutien inconditionnel au candidat Macron (ce qui était surprenant et courageux) mais aussi sa certitude que les tout premiers jours du nouveau président (« reconduit » a-t-il dit avant de corriger pour « réélu ») seraient consacrés à la réform... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles