Jean-Luc Mélenchon, gladiateur des temps modernes

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
By: Audrey AK - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Jean-Luc Mélenchon, gladiateur des temps modernes

Publié le 6 avril 2017
- A +

Par Natasa Jevtovic.

Depuis la nuit des temps, les hommes aiment assister à des combats de gladiateurs et hurlent de plaisir lorsque l’empereur lève son pouce, en attendant le verdict de vie ou de mort ; l’issue finale des combats étant toujours cette dernière, à laquelle les participants étaient préparés. Ils saluaient d’ailleurs les empereurs par ces mots : Ave imperator, morituri te salutant !  (ceux qui vont mourir te saluent).

De nos jours, dans les pays qui autorisent la peine de mort, les exécutions sont publiques, car elles permettent aux victimes d’obtenir la réparation et assouvir leur désir de vengeance. Ce droit des victimes est consacré par les lois et assuré par la société.

Canaliser la violence autrement

Aujourd’hui, cette violence inhérente à l’homme est canalisée autrement : les sports de combat, les corridas, les jeux vidéo, la lecture de polars, les séries télévisées retraçant des enquêtes criminelles, les chants nationalistes lors des matches de football, les peplums glorifiant les exploits des gladiateurs.

Elle est la seule explication à la montée fulgurante de François Bayrou dans les sondages à l’occasion de l’élection présidentielle en 2002, après qu’il ait giflé un enfant lui ayant fait les poches devant les caméras. C’est également cette soif de violence qui explique le récent succès de Jean-Luc Mélenchon dans les sondages, au détriment de deux autres partis légitimes de l’extrême gauche aux candidats fort sympathiques.

Les peuples ont les dirigeants qu’ils méritent

Un proverbe oriental dit que les peuples ont les dirigeants qu’ils méritent. Les électeurs voteront donc pour le candidat qui leur ressemble.

C’était très éloquent dans le cas de Nicolas Sarkozy, le symbole par excellence de la culture des masses : au vin il préfère le Coca-Cola ; plutôt que la musique classique, il apprécie Chimène Badi, Calogero ou encore l’émission The Voice ; cinéphile, il éprouve sans doute une préférence pour les films en 3D,  au lieu de se rendre au musée.

La mondialisation a contribué à la démocratisation de la culture, où la culture des masses prend sa revanche sur celle des élites. Ainsi, le livre de Dan Brown, Da Vinci Code, est truffé d’erreurs historiques et semble être une version quasi contrefaite du célèbre roman du sémiologue italien Umberto Eco, Le nom de la rose.

Ressembler à ses électeurs

Et pourtant, cet ouvrage n’est lu que dans les cercles intellectuels, alors que le film, reprenant uniquement l’enquête criminelle, a eu un important public. Le livre, lui, a été un best-seller mondial, son auteur a utilisé des phrases courtes, sans jeux de mots, faciles à comprendre pour le plus grand nombre. Tout le monde ne peut pas être sémiologue et saisir la subtilité.

Pour être élu, le candidat idéal doit donc ressembler à ses électeurs, être un « homme du peuple » et apporter la réponse à leurs aspirations les plus profondes.

Et si les électeurs aimaient Jean-Luc Mélenchon seulement pour son agressivité et son insolence ?

Agressivité et insolence

Quelle différence existe-t-il entre les phrases « Casse-toi pauvre con » et « Dégage, dehors ! » ? La première, prononcée par Nicolas Sarkozy lors du Salon de l’agriculture, a fait couler beaucoup d’encre, car il était alors le chef de l’État ; la deuxième, prononcée par Jean-Luc Mélenchon lors d’une conférence de presse en 2012 et adressée à un militant lui posant la question de savoir pourquoi Marine Le Pen ne s’était pas exprimée à la Fête de l’Humanité, n’a pas fait beaucoup de bruit ; il n’était alors qu’un simple candidat à la présidentielle. Les deux phrases sont pourtant très similaires.

Le sigle de La France Insoumise, la lettre φ (phi) issue de l’alphabet grec, évoque la philosophie et l’érudition de son fondateur, aimant citer Shakespeare lors de ses discours. « Je suis le bruit et la fureur », martèle-t-il, assumant son « goût pour le conflit » et voulant réformer la France à sa manière… en oubliant que ces célèbres mots de Macbeth se terminent par « … qui ne signifient rien ». La France a-t-elle besoin d’un président philosophe, lorsqu’il vaut mieux embaucher un expert-comptable pour redresser ses comptes publics ?

Le programme de la France insoumise

Quid du programme de La France Insoumise ? Il repose sur le protectionnisme économique, la nationalisation de « biens communs : l’air, l’eau, l’alimentation, le vivant, la santé, l’énergie, la monnaie » ainsi qu’une copie du Glass Steagall Act datant de 1932 pour contrôler la finance ; des mesures testées par le passé dans les pays autoritaires qui ont fait faillite derrière le Rideau de fer. Seul le droit de révoquer un élu semble être une avancée démocratique, et mériterait le soutien des Français.

Beaucoup d’électeurs de Jean-Luc Mélenchon ne voteront pas pour lui parce qu’ils sont convaincus par ses idées. Ils le feront pour le simple plaisir de le voir dans l’arène moderne de l’hémicycle ou du parlement européen, tel un gladiateur, insulter les Eurodéputés et les chefs d’États étrangers pour montrer enfin au monde entier que la France est toujours, n’est-ce pas, une grande puissance.

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • jacques lemiere
    6 avril 2017 at 7 h 31 min

    Les raisons pour la quelle les gens votent pour un candidat sont sans véritables intérêt ..sauf pour un éventuel candidat qui veut les instrumentaliser quand c’est possible pour parvenir à être élu.
    Les discours des tous les candidats, à part macron me semble t il car il reste dans le vague, sont violents sur le fond. Il y a toujours une dénonciation , mélenchon comme le pen poutou ou artaud mettent aussi la forme.
    L’attrait pour la violence est une réalité chez les électeurs…mais la répulsion pour la violence aussi ,et parfois chez les mêmes..

  • Personne ne souhaite la violence
    c souvent la Frustration qui crée la violence…
    ne pas se tromper!

    ne pas écouter, ne pas entendre, ne pas prendre en considération, ne pas respecter c favoriser la Frustration et ce qui en découle : la violence

  • Melenchon est surtout un politique habile et un homme de spectacle. C’est son fond de commerce et il l’exploite habilement. Un détail qui illustre bien cela : sa vareuse improbable choisie très soigneusement. Quant à ses convictions et à la pertinence de ses idées? !….

  • C’est un homme très dangereux : derrière un indéniables talent de tribun et d’orateur, un bon comédien , il a un programme d’une extrême dangerosité, tout comme Hitler l’était, on connaît la suite…

  • J espere que dans son domaine l auteur est plus competante que pour ecrire des articles. Que d erreurs !

    1) ou l auteur a vu que les executions sont publiques ? En France la derniere date de 1939 (cf wikipedia). Aux USA c est aussi fait dans les prisons (et ils ont du mal a trouver des temoins pour y assister et attester que l execution a ete faite). Meme en chine c est plus public !

    2) associer la paire de claque de Bayrou a un delinquant a la decapitation, il faut oser ! Je suppose que l auteur est aussi parmi les gens qui estiment que donner une fessee a un enfant c est autant le brutaliser que le mettre dans une chine a laver et la mettre en marche (si si, il y en a qui l ont fait)

    3) comparer Melanchon et Sarkozy … J ai guère de sympathie pour le programme de Melanchon, mais comparer Melanchon a Sarkozy, c est comme comparer Proust et Sulizer.
    Melanchon en 2007 ralliait un electorat plutot intellectuel (genre prof ou personnes aynat fait des etudes mais gagnant peu) . Ce coup ci, grace au naufrage du PS, il recupere une partie de l electorat PS. Il beneficie aussi du discredit de la classe politique bien qu il soit lui meme un politicien (ex senateur PS, ex secretaire d etat) car il n a pas comme beaucoup d autre change de discours. C est un peu comme le succes d estime d arlette Laguiller a sa derniere presidentielle

  • Mouais. Melenchon est issu de l’OCI, a adhéré au PS en 1977 qu’il quittera en 2008, et a eu une carrière politique remplie, y compris comme ministre en 2000. Je suis désolé, mais je reste dubitatif sur la « rupture ». C’est un bon tribun, utile pour causer à l’ONU, mais la philo sauce coco pour nous remettre sur les bons rails, aucune chance.

  • ‘La France a-t-elle besoin d’un président philosophe, lorsqu’il vaut mieux embaucher un expert-comptable pour redresser ses comptes publics ?’

    Pas la moindre vrai réforme libérale ne sera jamais passée par un simple « expert comptable » sans vision politique (et donc sans une véritable philosophie politique derrière).

    Réduire le libéralisme même simplement économique à une pure question comptable c’est vraiment passer à coté de son sujet.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Indépendamment des idées qu’ils défendent et des conditions évidentes d’âge et de droits civiques, les candidats à l’élection présidentielle française sont soumis à trois strates de réglementations pour mener à bien leur candidature : obtenir 500 parrainages auprès d’environ 42 000 élus (maires essentiellement) pour pouvoir se présenter, puis respecter les règles de financement de leur campagne et enfin obtenir un score final qui leur permettra d’accéder à un remboursement public plus ou moins important des frais engagés.

Interrogé jeu... Poursuivre la lecture

Les révolutions ne m’inspirent généralement rien qui vaille. Elles sont la plupart du temps synonymes de violence, persécutions, répression, massacres innommables, lendemains qui déchantent, voire manipulations et confiscation du mouvement par des franges plus dures et extrêmes qui n’ont plus grand-chose en commun avec les révolutionnaires initiaux.

Dans La violence et la dérision, Albert Cossery imagine une tout autre façon d’envisager la révolte et le refus de la soumission à un pouvoir dictatorial qui brime les libertés fondamentale... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Pierre Robert.

https://www.youtube.com/watch?v=3_it7iPcYgc

 

Le 9 novembre dernier Jean-Luc Mélenchon intervenait en direct devant les auditeurs de RTL. À la question de savoir ce qu’il ferait pour les entreprises s’il arrivait au pouvoir, sa réponse fuse sur le ton de l’évidence :

Je remplis vos carnets de commandes […] Pour ça de quoi vous avez besoin ? Visibilité, rentabilité. Pour avoir ça, vous avez quelqu’un qui vous propose la planification du développement de l’activité économique du pays. 

<... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles