Le nucléaire, « un choix d’avenir » au présent incertain

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Centrale Nucléaire By: strelitzia --- - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le nucléaire, « un choix d’avenir » au présent incertain

Publié le 24 janvier 2017
- A +

Par Arnaud Daguin.

Le nucléaire, « un choix d'avenir » au présent incertain
TVA nuclear plant By: Tennessee Valley AuthorityCC BY 2.0

Alors que certains réacteurs sont encore à l’arrêt et que l’atome doit faire face à une vague d’impopularité en France, le nucléaire reste néanmoins perçu comme une filière industrielle d’avenir qui servirait l’économie du pays.

François Hollande l’avait promis en 2012, la centrale de Fessenheim serait fermée le 31 janvier 2016 au plus tard. Il y a quelques mois, Ségolène Royal, ministre de l’Énergie, affirmait à son tour que « le décret d’arrêt de fonctionnement de Fessenheim [devait] être pris avant la fin de l’année 2016 ». Hasard du calendrier : le 30 décembre dernier, alors qu’il était à l’arrêt pour cause de maintenance depuis le 10 du même mois, le réacteur 1 de la plus vieille centrale française a redémarré. Soit quelques heures avant la date fixée par le gouvernement pour programmer son arrêt.

Tollé chez les anti-nucléaires, pour qui cet imbroglio témoigne d’un abandon pur et simple d’une des promesses fortes du candidat Hollande. Le président de la République avait d’ailleurs rendez-vous le 3 janvier à l’Élysée avec le patron d’EDF, Jean-Bernard Lévy, afin d’évoquer la fermeture effective de Fessenheim. Fermeture qui devrait, en fin de compte, se monnayer contre une indemnisation de l’électricien – 446 millions d’euros – et intervenir en même temps que le démarrage de l’EPR de Flamanville (Manche), en 2018.



« Compétitivité de la filière nucléaire »


Le passage de témoin, en quelque sorte, entre Fessenheim et Flamanville, pourrait résumer à lui tout seul l’état de la filière nucléaire en France : une industrie qui, pour tenir la cadence mondiale, alors que de plus en plus de pays adoptent leur propre ingénierie – Russie et Chine en tête –, est contrainte de se moderniser. L’objectif ? Il est, en réalité, double : réduire les coûts de production d’électricité et augmenter les capacités exportatrices du géant tricolore. Jean-Bernard Lévy l’a en effet très clairement affirmé après le récent rachat de l’activité réacteurs d’Areva : « Ensemble nous seront plus forts, efficaces et compétitifs pour conquérir de nouveaux marchés ».

Reste à mettre en pratique cette volonté. Valérie Faudon, déléguée générale de la Société française d’énergie nucléaire (SFEN), n’hésite pas à parler de l’atome comme d’ « un choix d’avenir qui correspond pleinement aux enjeux du 21ème siècle ». À cela deux raisons, selon cette dernière : « le nucléaire se place au carrefour des enjeux environnementaux et climatiques de ce siècle » et il « est une filière industrielle d’excellence » – avec pas moins de 2 500 entreprises réparties sur tout le territoire. Ce qui pourrait tout changer ?

La « révolution numérique qui transforme le secteur en profondeur et accélère le développement des technologies de rupture ». D’après une note d’information publiée par la SFEN en novembre 2016, le numérique offrirait en effet « des possibilités nouvelles en vue d’améliorer la compétitivité de la filière nucléaire ». Les gains espérés ? Supérieurs à « 5,1 % des dépenses d’investissements d’un projet de réacteur nucléaire » selon la société, sachant que « 70 % à 80 % du prix de l’électricité produite par un réacteur dépend du coût du chantier ».

Alors qu’EDF est engagée dans un vaste programme de rénovation de son parc nucléaire, le groupe investit massivement pour adapter ses outils aux nouvelles technologies numériques. D’après Pierre Béroux, directeur de la transition numérique industrielle chez EDF, « le grand enjeu, c’est de se servir des dernières technologies disponibles en matière de numérique pour faciliter la maintenance du parc et notamment la réalisation du programme de rénovation du Grand Carénage ». L’électricien entend former ses agents aux multiples possibilités ouvertes par la simulation digitale, tout en « matérialisant » des situations d’urgence jamais explorées, ceci afin de parer à tout incident.



Partenariats à l’international


Difficile, en effet, de faire l’impasse sur la sécurité des installations. Sur ce point, si les récents événements survenus dans certaines centrales françaises mettent en lumière leur aspect faillible, ils soulignent surtout la réactivité de tous les acteurs de la filière, à commencer par EDF et l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN). Le gendarme du nucléaire tricolore avait demandé à l’électricien, en juin dernier, de vérifier les générateurs de vapeur de dix-huit réacteurs après la découverte d’une anomalie. Pour la SFEN, « l’arrêt de certains réacteurs et la demande de tests complémentaires témoignent du bon fonctionnement du contrôle de l’ASN ainsi que de son haut niveau d’exigence, de ses pouvoirs et de son indépendance ».

Au mois d’octobre, EDF comptait donc douze unités à l’arrêt, ce qui faisait craindre une pénurie d’électricité cet hiver. Il n’en sera finalement rien. L’ASN a autorisé l’électricien à redémarrer certains de ses réacteurs au début du mois de décembre. Une bonne nouvelle non seulement pour les Français – qui bénéficient d’ailleurs, grâce à l’atome, de l’électricité la moins chère d’Europe –, mais également pour l’environnement ; en cas d’absence prolongée de certaines centrales nucléaires, la France aurait été obligée d’avoir recours à ses centrales à charbon, bien plus polluantes.

À plus long terme et indirectement, le redémarrage des réacteurs nucléaires peut être une bonne nouvelle pour l’économie tricolore. Grâce à sa production d’électricité nucléaire, la France exporte en effet quantité d’énergie vers ses voisins européens.

D’après la SFEN, la filière exporte chaque année quelque six milliards d’euros de biens et de services. De plus, afin de redresser la balance commerciale de l’Hexagone, EDF tente de nouer des partenariats à l’international, comme au Japon ou en Chine, où l’électricien dispose de 10 % de parts sur le marché des réacteurs de 1 000 MWe (mégawatt électrique).

Outre l’Empire du Milieu, le groupe tricolore est présent en Finlande et, depuis l’an dernier, en Angleterre, où il doit construire en partenariat avec Pékin, deux EPR à Hinkley Point (Sud-Ouest). Si le chantier scandinave présente des retards, on note du côté de la SFEN qu’ « en investissant dans la centrale britannique, la Chine, plus grand constructeur de centrales au monde, témoigne de sa confiance envers cette technologie ». Reste à présent aux nouvelles installations de gagner la confiance des Français.

Voir les commentaires (24)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (24)
  • Qui a ce choix à faire? Vous? vous allez construire une centrale? la financer? prolonger une centrale que vous possédez?
    La problématique du nucleaire n’est pas technologique ni de sûreté, elle est politique. Son avenir est conditionné avant tout par la politique.
    Dans le meilleur des cas vous pouvez démontrer que certains éléments de propagande antinucléaire sont faux, mais ça n’a jamais convaincu un antinuclélaire. A bon droit d’ailleurs, on a le droit de ne pas souhaiter l’utilisation de telle ou telle énergie…On peut se demander par contre quels sont les éléments qui permettent de l’interdire…car il s’agit de cela. Or nous sommes en france où l’etat( donc les politiciens) se mêle de tout.

    Quant à la technologie d’avenir…à quelle échéance?Nous sommes dans un pays où le président a déclaré souhaiter que la france consomme deux fois moins d’energie en 2050 je crois ( les dates précises ne sont pas importantes)…Où des chiffres farfelus et arbitraires sortent tous les jours du chapeau des politiciens en matière d’energie.

    Pour un futur proche nous avons des gens qui se posent la question doit on « prolonger » les centrales..et sauf à invoquer des question de sécurité spéculative ça semble être un bon choix à faire, mais c’est une question à poser à un ingénieur ou à un financier et quelie est toujours spéculative( quelle sera le coût des autres énergies)..

  • Le nucleaire , Un choix présent d’avenir incertain.
    Est ce un bon choix d’investir la dedans alors que l’on est a la veille d’un bouleversement technologique et politique ?

  • LE 24/01/2017

    @ATOMIC44

    Le titre de cet article Le nucléaire, »un choix d’avenir » au présent incertain,pose parfaitement le problème.

    Avec comme réalité plus de 50 sites nucléaires sur notre territoire,ne serait-il pas grand temps de répondre au mieux aux questions économiques ,de société,et de sécurité inhérentes à cette industrie, bien distinctes de toutes les autres faut-il le rappeler?

    Même si la sécurité semble maîtrisée pour notre filière,il ne sera jamais possible d’atteindre dans ce domaine la perfection du 100% qui n’existe pas dans la nature.
    Or le problème de l’élimination des déchets reste pour l’instant difficile à résoudre à 100%.

    Quelle solution pourrait être satisfaisante lorsque l’on considère la durée de vie de plusieurs milliers d’années des actinides particulièrement toxiques, qui demandent une surveillance régulière?

    Leur enfouissement profond dans des sols,( pour l’instant) étanches, peut à court terme nous faire « oublier » tout danger.(C.F.:enfouissement de déchets au pic de Bure http://www.lesechos.fr/idees-debats/sciences-prospective/0211654779532-iter-fait-un-pas-de-plus-vers-la-fusion-nucleaire-2057301.php).

    Pourtant il n’existe pas d’exemple de stabilité de la nature sur plusieurs milliers d’années: (Exemple parmi tant d’autres:les volcans d’Auvergne qui étaient actifs « récemment »http://www.dinosoria.com/volcans-auvergne.html).

    il est donc impossible de nier le choix d’avenir avec un grand A en abordant le sujet avec réalisme.

    De même une surveillance permanente de ces déchets sur plusieurs siècles est elle compatible avec l’histoire des sociétés humaines qui n’ont jamais été l’expression d’ un long fleuve tranquille? L’on peut en douter!!!
    Dans ce domaine,plus que tout autre,l’histoire a montré de grands bouleversements jusqu’à nos jours, bien étrangers a toute forme de stabilité!!!

    Comment négliger enfin le coût économique et humain que représente un accident majeur ?(Thernobyl et son arche-sarcophage à 2,5 milliards d’euros-Nov 2016-Fukushima http://www.irsn.fr/FR/connaissances/Environnement/expertises-incidents-accidents/comparaison-tchernobyl-fukushima/Pages/1-impact-environnemental-fukushima-tchernobyl.aspx-IRSN-)

    il ne s’agit pas évidemment de considérer SYSTÉMATIQUEMENTque l’industrie nucléaire est une mauvaise chose, mais de débattre sur les inconvénients d’une industrie dont les conséquences sont à considérer de manière IRRÉVERSIBLE,pour la première fois dans l’histoire de l’humanité.

    Toute comparaison avec les accidents pouvant concerner d’autres industries est donc absurde.

    il ne reste plus qu’à faire confiance à la science et au génie humain pour découvrir la source d’énergie inépuisable qui pourra sauver l’humanité qui est bien à la croisée des chemins.

    -Peut-être le projet ITER sera-t-il le Graal?(voir lien:http://www.lesechos.fr/idees-debats/sciences-prospective/0211654779532-iter-fait-un-pas-de-plus-vers-la-fusion-nucleaire-2057301.php).

    -Les déchets les plus toxiques pourront-ils être définitivement éliminés avec une découverte scientifique majeure?

    il faut l’espérer!!!

    Le défi de la gestion des ressources naturelles est bien vital pour le devenir de l’humanité qui, depuis plus d’un siècle,malgré les découvertes de l’électricité,de la physique quantique,des nanotechnologies,etc… n’a pas avancé de façon déterminante pour la conquête du cosmos et de la maîtrise de l’énergie avec une nouvelle découverte majeure qui changerait radicalement notre mode de vie.

    L’éternel génie de l’espèce humaine permet cependant tous les espoirs ,et le 21éme siècle sera scientiste ou ne sera pas

    • le 21éme siècle sera scientifique ou ne sera pas…
      C’est sans doute ce que vous vouliez dire.
      Il est aussi absurde de nier a priori le progrès scientifique que d’en faire le seul critère de décision…

      • @Dominogris

        https://fr.wikipedia.org/wiki/Scientisme

        Oui tout à fait « scientifique » est plus juste dans ce contexte.

        Certes,il ne s’agit pas de considérer la science comme une religion,mais force est de constater que seuls les progrès scientifiques ont permis à l’humanité de sortir de l’obscurantisme et du moyen âge.

        N’oublions pas par exemple la notion Arsitotélicienne de » la génération spontanée » qui n’est plus heureusement d’actualité,de même que celle de la terre plate!!!(« et pourtant elle tourne »!).

        La science avec conscience ne peut être » ruine de l’âme »…….

    • Quelle solution pourrait être satisfaisante lorsque l’on considère la durée de vie de plusieurs milliers d’années des actinides particulièrement toxiques, qui demandent une surveillance régulière?

      Si un écolo arrive à trouver un radionucléide qui émet des flots de particules très dangereux pendant des milliers d’années, il devrait postuler pour le Nobel de violation des propriétés physiques de l’univers. Une source d’énergie ou de particules ne peut pas être « très chaude » ET durer très longtemps.

      Les HALV (Déchet de haute activité et à vie longue), sont en réalité malgré leur nom impressionnant peu dangereux à manipuler (une simple vitre arrête le faible rayonnement β du Technétium 99 par exemple). Les déchets les plus dangereux « s’éteignent » en moins de 30 ans et on estime à un siècle environ la durée réellement critique de stockage.

      Comment négliger enfin le coût économique et humain que représente un accident majeur ?

      Humain non, le tsunami a fait 20’000 morts, Fukushima zéro directement. Le nucléaire est de loin l’énergie qui fait le moins de morts:
      http://www.nextbigfuture.com/2011/03/deaths-per-twh-by-energy-source.html

      Le coût économique non plus, Fukushima c’est 170 milliards, soit 1.5% des dépenses des administrations françaises pendant 10 ans. Dans la même période. les simples subventions aux associations nous coûtent 600 milliards:
      http://www.observatoiredesgaspillages.com/2009/05/associations-les-subventions-les-plus-delirantes/

      Je pourrais embrayer sur les coûts autrement plus faramineux et les problèmes de santé publique qu’engendre la « transition énergétique » allemande, mais passons.

      Or le problème de l’élimination des déchets reste pour l’instant difficile à résoudre à 100%.

      Il n’est « difficile » qu’à cause des spécialistes de la peur irrationnelle qui croient que les lois de la géologie vont être violées comme celles de la physique. De plus une bonne partie des déchets pourraient être recyclés en combustible, mais ce sont justement les susmentionnés qui s’y opposent et torpillent les projets.

      Pour remettre les choses en perspective, selon l’Unesco, chaque année, jusqu’à 500 milliards de kilos de métaux lourds, boues toxiques, solvants, et autres déchets dangereux sont déversés dans les mers ou ils ont tout loisir de remonter la chaîne alimentaire. Dans la même période, 350 tonnes de HALV sont produits, surveillés comme le lait sur le feu et stockés très soigneusement.

      Tout le monde mange des déchets toxiques, on en retrouve partout dans la chaîne alimentaire :
      http://www.notre-planete.info/actualites/actu_3653_poisson_mercure_sante.php

      Personne n’est exposé à la radioactivité des déchets nucléaires ni maintenant ni dans le futur (sauf sabotage, malveillance, terrorisme, mais il existe des milliers de produits en accès bien plus libre qui peuvent remplir ce rôle)

      Par contre le nucléaire a deux énorme problème: il suscite facilement des peurs irrationnelles et il demande une gestion politique et industrielle éclairée à long terme. Quand on voit dans quel état les politiques ont mis la France…

      • On pourrait aussi se poser la question de savoir combien de morts auraient été causés probablement par une autre source de production depuis le début de l’électronucléaire français si bien sur…le programme n’avait pas été lancé…par exemple du charbon…

        Dire non c’est aussi prendre une responsabilité…
        A l’instar d’un lanceur d’alerte bidon, il arrive qu’une précaution tue.
        Mais je trouve que ce genre d’article est contreproductif…

        • c’est le mode de pensée vert qui doit être analysé…
          on peut se servir comme illustration d’une analyse rétrospective sur l’électronucléaire.. sur par exemple le principe de précaution.

          • @IImryn

            Donc puisque tout est O.K.et que le danger que représente cette industrie est exagéré, il est grand temps de clore un débat qui serait inutile si j’ai bien compris……. .(C.F.: »Les déchets les plus dangereux s’éteignent en moins de 30 ans,et on(ON étant mis pour qui???), estime à un siècle environ la durée réellement critique du stockage »)
            il est quand même surprenant pour le candide très loin d’être « Nobellisable » que je suis,mais en revanche rationnel, qu’il faille enterrer des déchets nucléaires »pas vraiment toxiques » à 500m sous terre et que les accidents somme toute » pas si graves » de Tchernobyl ,Fukushima et autres aient fait couler autant d’encre!
            -Seraient-ce de simples vues de l’esprit de journalistes désinformés?
            il serait temps que nos » spécialistes » éclairent nos lanternes de candides qui sont par ailleurs pleinement informés de toutes les autres formes de pollutions.
            Mais il s’agissait en l’occurrence d’aborder le problème « du présent et de l’avenir » du nucléaire pour rester dans ce sujet qui n’est pas nécessairement réservé aux « pro » ou « anti ».
            il n’est pas interdit d’essayer de comprendre le plus objectivement possible en dehors de tout préjugé.

            • il est quand même surprenant […] qu’il faille enterrer des déchets nucléaires »pas vraiment toxiques » à 500m sous terre

              En lien directe avec la peur hystérique que le nucléaire suscite depuis des décennies grâce à une furieuse propagande obscurantistes. Les raisonnements circulaire sont amusant :

              1-Ils hurlent sur le nucléaire qui va « empoisonner la planète » (vu le très faible volume c’est hyper crédible)
              2-Pour les calmer on déploie des trésors de précaution pour quelques dizaines de tonnes par année.
              3-Les écolos prennent ces précautions exceptionnelles comme LA PREUVE que ces déchets sont apocalyptiquement dangereux.

              Goto 1, le raisonnements circulaire est applicable au nucléaire et aux technologies « contestées ».

              et que les accidents somme toute » pas si graves » de Tchernobyl ,Fukushima et autres aient fait couler autant d’encre!

              Il y a autant de littérature sur les OVNI, ce n’est pas pour ça qu’on doit s’enterrer dans des bunkers anti-alien.

              L’atome a toujours été l’objet de tous les fantasmes, d’abord miracle de la science fin 19eme puis mal absolu qui allait engendrer l’apocalypse après les années 70. Le problème c’est que s’il ne faut qu’un slogan mensonger pour susciter une peur animale, il faut de longues explications pour les contrer il faut encore que l’auditeur aie un minimum de rationalité, d’écoute et soit prêt à changer ses croyances au vu des faits.

              Or, le cerveau humain déteste ça:

              Les biais cognitifs sont des formes de pensée qui dévient de la pensée logique ou rationnelle et qui ont tendance à être systématiquement utilisées dans diverses situations…
              http://www.psychomedia.qc.ca/psychologie/biais-cognitifs

              Notre cerveau et notre système nerveux constituent un véritable moteur générant des croyances, un système qui a évolué non pas pour nous assurer la vérité, la logique ou la raison, mais bien plutôt la survie. Cette « machine à croire » possède sept composants majeurs….
              http://www.charlatans.info/machine.shtml

              il n’est pas interdit d’essayer de comprendre le plus objectivement possible en dehors de tout préjugé.

              Tout à fait d’accord avec vous et je vous ai apporté assez d’éléments pour que vous soyez un minimum sceptique sur TOUS ce que racontent les écolos. Les EnR c’est pareil, l’Allemagne a testé, le résultat est désastreux. Il génère Infiniment plus de pollution, de dégâts environnementaux et de santé publique pour trois fois le prix. A 7000 morts par année pour la « transition énergétique » allemande (selon les écolos eux-même) on arrive à 189’000 morts dans l’intervalle de temps qui nous sépare de Tchernobyl. (27 ans)

              Et il faut rappeler que Tchernobyl, c’était le communisme et son total mépris des hommes et du bons sens. En 1989 le pays était environnementalement et socialement dévasté, les gens vivaient au milieu des déchets toxique, le pays collectionnait les accidents industriel, la mortalité était effrayante et la natalité en chute libre.

              Mais, selon moi, le nucléaire sous cette forme est mort, il restera marginal, ça n’empêche pas d’être effaré de l’obscurantisme hystérique qui agite notre débuts de siècle et qui va finir par tous nous plonger dans une m… noir.

        • Selon les écolos eux-même, le charbon allemand et polonais sont responsable de 7000 décès prématurés en Europe:

          « L’Europe, victime du charbon polonais et allemand »
          http://www.usinenouvelle.com/article/l-europe-victime-du-charbon-polonais-et-allemand.N400937

          • @IImryn

            Je vous remercie pour toutes ces informations et suppose de votre part une compétence affirmée en matière de question nucléaire, ce qui n’est pas mon cas je l’ai précisé.
            J’observe simplement,sans être « écolo », que l’avenir de l’industrie nucléaire ne peut être envisagé à long terme sous la forme actuelle.

            Le projet ITER s’il aboutit apportera une réponse bien plus efficace à la demande croissante en énergie.

            il est évident que la somme actuelle des pollutions sur l’ensemble de la planète est des plus alarmant, et il n’est nul besoin de préciser que l’industrie nucléaire n’est pas la mère de toutes les pollutions.

            Force est pourtant de constater, qu’ au niveau de l’échelle humaine, les conséquences d’un accident majeur et imprévisible auraient un caractère irréversible.(voir radioactivité des actinides: https://fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9chet_de_haute_activit%C3%A9_et_%C3%A0_vie_longue).

            Exemple classique relativement imprévisible:-Peut-on seulement imaginer, dans le contexte actuel, un troisième conflit mondial avec les multiples sites nucléaires de notre planète, subissant des bombardements massifs comme à Stalingrad?

            C’est (entre autre), ce caractère irréversible qui est à l’origine de peurs irrationnelles,puisque le comportement de la nature et de l’homme, loin de toute rationalité est avant tout imprévisible et « sans état d’âme »!

            La peur n’ayant jamais éloigné un danger n’est il pas important de le connaître, indépendamment de tout principe de précaution?

            il est donc bien évident que seule une découverte scientifique MAJEURE bouleversant radicalement notre mode de vie pourra sauver l’humanité.

            Depuis longtemps,nous n’utilisons plus le cheval pour nous déplacer ,et l’industrie numérique était de la science fiction au 19éme siècle seulement…….

            La possibilité de voyages interplanétaires rapides avec de nouvelles découvertes en physique quantique reste pour l’instant de la science fiction,tout comme la maîtrise totale de ressources énergétiques infinies.

            il n’est qu’à faire le vœux pieux que la fiction devienne réalité grâce à la science…….

            En vous remerciant pour ces échanges.

            • Et en attendant que le projet ITER aboutisse, on fait quoi ?
              Je vous signale qu’ITER c’est aussi énormément de radiation, des solutions à l’arrache (il est prévu d’enterrer en l’état le premier réacteur irrécupérable), et des fonds engagés sans réelle garantie de succès à moyen terme (50ans).

              • @amike

                @IImryn

                Mise à part quelques vœux pieux inefficaces, que faire en effet?
                Par ailleurs,que penser des réacteurs nucléaires à sels fondus?

                • On barre à vue…comme ‘on l’a toujours fait… scientifiquement… c’est quand à tapé dans le mur qu’on sait où il se trouve..
                  Parce que si on supprime toutes source de pollution, si on se passe des fossiles et du nucléaire ..je ne sais pas si la planète ira mieux mais j’ai quelques idées sur le sort des être humains.

                  Je sais..il faut être sobre, il faut être responsable changer notre mode de vie..sauf que c’est bidon.. supportable quand ça reste flou et héorique …plus difficile quand on met en pratique, dit maman ça commence quand trop? ah oui je devine encore un calcul de consommation planétaire…
                  Tout enfant qui survit, tout humain qui vit un jour de plus..porte atteinte à l’environnement..toute chose égale par ailleurs.
                  On va dans le mur…certes mais sachant que c’est un propos qu’on lit depuis quasiment les débuts de l’écriture…on fera avec..
                  L’écologie conduit presque irrémédiablement à des affirmations atroces sur la plaie que constitue l’humanité..

                • Pour les réacteurs nucléaires à sels fondus, c’est encore un peu tôt. le problème est le retraitement en continu ou en lots, on a pas vraiment le droit à la panne.

            • « l’ensemble des pollutions sur la planète alarmant « …ou non…compte tenu de l’amélioration de la condition humaine, on peut s’en inquiéter mais pas de raison de sonner l’alarme sinon…on pourrait aussi bien s’alarmer des gens qui crient à la surpopupaltion ou aux méfaits du progrès…on pourrait donc s’inquiéter des gens qui veulent supprimer ce qui cause et la pollution et la prospérité humaine.

              Il faut donc convaincre que le humanité va mal…est ce le cas.???
              La pollution tue…absolument, les vaccins aussi, les médicaments, les voitures, le ski la bouffe la nourriture..tout ça tue…
              Mais c’est y pas curieux..on vit plus vieux en ville…on vit plus vieux dans les pays industrialisés…

              La pollution est un sous produit de la prospérité sinon de la vie humaine…
              L’agriculture est une grave atteinte à l’environnement…!!!
              les écologistes n’ont JAMAIS eu le monopole des questionnements environnementaux…et surtout ils se foutent du monde; parce qu’ils se foutent de la science.

              Regardez l’humanité d’abord, regardez les faits…

            • Bonjour,

              les conséquences d’un accident majeur et imprévisible auraient un caractère irréversible

              L’article wiki précise que les rayonnements sont faibles, le contraire violerait les lois de la physique et les quantités sont absolument infimes. Absolument zéro danger pour la planète.

              un troisième conflit mondial avec les multiples sites nucléaires de notre planète, subissant des bombardements massifs comme à Stalingrad?

              Remettons les choses en perspective: 800.000 tonnes de munitions non explosées seraient encore enfouies sur près de 20% de la superficie totale du Vietnam. Après la guerre, ces engins y ont fait plus de 100.000 morts et blessés.

              Si on en est à bombarder les centrales nucléaires, c’est que la guerre est totale et qu’on a utilisé tout l’arsenal, chimique et nucléaire. Or même durant la WW2 les belligérants n’ont pas utilisé l’arme chimique. Une guerre totale, qu’elle bombarde des sites industriels ou qu’elle dissémine simplement des munitions laisse une situation qui demande de lourds traitements pour que l’environnement ne soit plus dangereux, le nucléaire serait un souci de plus, mais de loin pas le principal.

              Paradoxalement, sans rien faire les alentours d’une centrale explosée reviennent à la normale « rapidement », on peut se promener sans risque aux environs de la centrale de Tchernobyl après 27 ans seulement. Au Vietnam des gens perdent un bras ou une jambe chaque année.41 ans après le conflit.

              La situation actuelle à Tchernobyl:
              Les niveaux atteignent désormais une fraction du rayonnement de 1986. Une grande partie des isotopes radioactifs sont enfouis plus profondément dans le sol. Aujourd’hui, la plupart du temps, un rayonnement gamma est présent dans la zone, qui est éliminé dans le corps humain assez rapidement. Ce sont les rayonnements bêta qui restent dans le corps humain pour toujours. C’est derniers sont situés seulement à proximité du sarcophage du réacteur. Ainsi, le rayonnement d‘aujourd’hui de Tchernobyl n’est pas nocif ou dangereux pour la santé humaine.
              https://www.chernobylwel.com/FR/772/tchernobyl/

              C’est (entre autre), ce caractère irréversible qui est à l’origine de peurs irrationnelles

              La peur est totalement irrationnelle justement PARCEQUE ce n’est absolument PAS « irréversible ».
              Les lois physiques sont inviolables: plus c’est « chaud » moins ça dure et plus ça se disperse, moins c’est « chaud ». Les lois géologiques sont tout aussi strictes (enfouissement, dispersion, dilution)

              il est donc bien évident que seule une découverte scientifique MAJEURE bouleversant radicalement notre mode de vie pourra sauver l’humanité.

              L’humanité n’est absolument pas en danger, dans nos contrées l’environnement est infiniment moins pollué qu’au 19eme siècle, la foret français vient même de regagner le niveau qu’elle n’avait plus eu depuis le 15eme siècle:
              http://geoconfluences.ens-lyon.fr/geoconfluences/doc/territ/FranceMut/images/DodaneDoc60.jpg

              Mondialement, la couverture végétale augmente:
              https://www.contrepoints.org/2013/03/26/119497-matt-ridley-la-planete-devient-plus-verte

              Dans les pays riches, la natalité est globalement négative, sans apport extérieur, des pays comme l’Allemagne, le japon par exemple verrait leur population divisée par deux d’ici 2100. Par contre l’Afrique verrait sa population multipliée par 3,5 d’ici 2060, or, c’est le continent le moins libéral, mondialisé et capitaliste. Les gens restent pauvres, font des enfants et dévastent leur environnement.

              Conclusion: deux siècles seulement après la révolution industrielle (3% de l’histoire humaine) ça ne va pas si mal, mais il faut partout défendre la liberté et le droit, seul à même d’enrichir les peuples et de les rendre « propres » avec une natalité faible, stagnante, voir décroissante.

              Cordialement

              • @IImryn

                Bonjour,

                Je partage en général l’optimisme de votre conclusion, car je considère pour ma part le génie humain capable de toutes les prouesses.

                L’industrie nucléaire est un sujet controversé car les avis des scientifiques et l’actualité relatés par les médias constituent une formidable caisse de résonance.

                L’interprétation des informations scientifiques n’est pas à la portée du premier venu,et n’est pas scientifique qui veut!
                Votre(éventuelle) formation scientifique vous permet sans doute une interprétation du sujet que vous pensez bonne.

                Force est de constater que cette interprétation positive est peu abordée en général dans les débats habituels mettant plutôt en exergue les conséquences négatives pour le choix du « tout nucléaire ».

                L’industrie nucléaire une industrie comme les autres?

                Pourquoi pas si les preuves scientifiques étaient bien établies et portées objectivement à la connaissance de TOUS?

                « L’étrange » voyage du nuage de Tchernobyl, mis en évidence par les médias, n’a-il pas par exemple alimenté quelque « légers »soupçons d’opacité?(C.F.: »Science et Vie des années 1986-1990).

                Encore faudrait-il que ces mêmes scientifiques ne soient pas DIVISÉS comme pour le problème « actuel » du réchauffement climatique, autre domaine de controverses.

                Les décisions pour des sujets aussi importants doivent-ils exclusivement concerner des spécialistes scientifiques?(C.F.:référendum suédois de 1980 https://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9f%C3%A9rendum_su%C3%A9dois_de_1980).

                Remarquons que cette question dont la réponse est difficile n’est d’ores et déjà plus d’actualité pour le nucléaire.

                « Deux siècles seulement après la révolution industrielle ça ne va pas si mal » si l’on considère la prise de conscience aigüe actuelle de l’importance de notre vaisseau spatial, la terre, insignifiant par sa taille dans notre galaxie.

                Certes, »la défense de la liberté et du droit ne peut qu’enrichir les peuples », et il peut être permis d’espérer en la capacité de l’homme à rejeter l’irrationalité et l’obscurantisme pour qu’enfin domine l’intelligence.

                Cordialement

                • @IImryn
                  P.S.:En matière de lois de la physique,rien ne semble coulé dans le marbre!!!
                  http://www.futura-sciences.com/sciences/actualites/physique-energie-noire-einstein-il-passe-tout-pres-1919-43378/

                  • Clair, et c’est absolument enthousiasmant. Je suis émerveillé par l’évolution du monde et de la science depuis ma jeunesse (années 70) et je regrette de ne pas pouvoir vivre jusqu’en 2200 ou 2400 pour voir ce que l’avenir nous réserve ! 🙂

                    L’ère des nanobots par exemple ? Des millions de petits engins dans votre sang qui traquent les défaillances ou accélèrent les réparations médicales ? Nos cerveaux connectés sur un serveur interne avec une réalité augmentée ? Peut-être 140, 200 ans de vie en bonne santé ? Wôw !

                    P.S.:En matière de lois de la physique,rien ne semble coulé dans le marbre!!!
                    http://www.futura-sciences.com/sciences/actualites/physique-energie-noire-einstein-il-passe-tout-pres-1919-43378/

                    Oui mais concernant la violation des lois de conservation d’énergie ils parlent de physique quantique en milieu extrême, ce n’est pas demain qu’un poids remontera une pente tout seul ou qu’un minerai va pouvoir émettre des flots de particules ET durer longtemps.

                • Le débat est intéressant en tout cas. Je vous rejoins sur plusieurs choses.

                  Une me paraît importante: fantasme ou réalité, rationnels ou pas, c’est ce que les gens croient qui gouverne leurs vies. On peut essayer d’apporter quelques lumières, mais il y a un moment ou ça ne sert strictement à rien, le balancier, la dynamique n’est pas prête.

                  Exemple: après Dutroux il était impossible de faire entendre la voix de la prudence quant à l’arbitraire judiciaire. Après les excès d’Outreau, on a pu revenir à plus de sérénité et d’équilibre.

                  Mais je crois fermement que tout imparfait qu’ils soient les humains globalement font les bons choix dans un environnement libre et ou les droits sont assurés. L’erreur fait partie du choix, le balancier fini toujours pas revenir à une moyenne raisonnable.

                  « L’étrange » voyage du nuage de Tchernobyl, mis en évidence par les médias, n’a-il pas par exemple alimenté quelque « légers »soupçons d’opacité?

                  Si on regarde les faits, on s’aperçoit, là encore, que les écolos ont largement déformé la réalité.
                  Il y a bien eu des responsables et spécialistes à l’époque qui ont déclaré que le nuage n’était quasi pas dangereux à cette distance et ils avaient largement raison puisqu’on ne distingue strictement rien d’anormal au niveau des cancers. De plus si on regarde les JT d’époque personne n’a jamais prétendu en vrai que le nuage avait « évité la France. »

                  Les mesures ont montré que le nuage avait déposé des particules, mais les écolos ne remettent jamais en perspective les choses, ils parlent en proportion genre « 10 fois la normale » pour faire peur en oubliant de préciser que la dose est toujours ridicule et quasi sans effet. Nous vivons naturellement dans un environnement radioactif, voir très radioactif, ainsi la plage de Guarapari au Brésil (on y mesure jusqu’à 40 microsieverts par heure) est réputée… pour ses effets bénéfiques sur la santé.

                  Question de « balancier », c’est mort pour le nucléaire actuellement, les gens croient encore fermement que les « renouvelables » marchent, qu’ils sont une alternative crédible et que le nucléaire peut « détruire la planète ». La prise de conscience au niveau des EnR intermittentes est lente, mais elle existe (merci l’Allemagne, merci internet).

                  Cela dit je ne m’inquiète pas le moins du monde pour l’énergie pour des tas de raisons qui sont encore longues à expliquer (oui j’ai une formation scientifique en biologie, la science me passionne, mais je suis créateur indépendant dans… l’informatique)

                  Cordialement

  • Les organismes comme l’ASN sont mono partisans : Ils finissent comme le marteau à ne plus voir le monde que sous forme de clous !
    Ils devraient être construit avec au moins un système de rétro action pour éviter que l’objectif ne devienne l’obsession.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

À la suite de la décision du gouvernement de remonter de 20 TWh l’Accès Régulé à l'Électricité Nucléaire Historique au profit de ses concurrents directs, l’État privera EDF de 8 milliards de recettes qui viennent s'ajouter aux 14 milliards qu'il a déjà mis sur la table depuis septembre pour rendre presqu’indolore l’accroissement des prix de l’énergie devenus fous depuis l’été 2021. Générosité envers les plus démunis affirmeront les uns, câlinerie électorale à trois mois de la présidentielle chuchoteront les autres. Le « quoi qu’il en coûte » ... Poursuivre la lecture

Par François Turenne. Un article de l'IREF Europe

La Commission européenne a un mérite, celui d’avoir fait céder la France sur l’ouverture du marché de l’énergie à la concurrence en mettant fin au monopole d’Engie et d’EDF. Cependant, la Commission est restée très souple. Elle a temporairement autorisé le maintien de dispositifs de régulation. Ainsi, en France l’énergie est dans un entre-deux (en partie libéralisée, en partie régulée). Ce système montre de plus en plus ses limites dans un moment de hausse exponentielle des prix. Il est... Poursuivre la lecture

Conjugué avec l’arrêt politique des deux réacteurs de la centrale de Fessenheim en 2020 et l’arrêt inopiné pour contrôles techniques de cinq autres réacteurs, le retard de livraison de ce premier EPR en France entraine un risque de sous-capacité de production d’électricité cet hiver.

Un avenir nucléaire ou non ?

À l’heure où les Français s’interrogent de plus en plus sur l’avenir énergétique de leur pays et sur les coûts du gaz et de l’électricité, le nucléaire s’invite dans la campagne présidentielle.

Sur fond de changement cli... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles