La dictature de la transparence, de Mazarine Pingeot

Publié Par Johan Rivalland, le dans Lecture

Par Johan Rivalland.

À travers ce court essai, Mazarine Pingeot (fille de François Mitterrand, pour ceux qui l’ignoreraient), qui tire parti de sa propre expérience en la matière, sans toutefois se placer au centre du sujet, mais ne cherchant pas à l’éluder, aborde la question plus contemporaine que jamais de la transparence au sein de notre société.

Véritable mise en cause de l’idée de « transparence », cet essai est l’occasion pour elle de s’interroger sur « l’injonction de transparence » qui semble être émise de la part de tous ceux qui érigent cette requête en gage de progrès démocratique face à l’opacité des dictatures. Là où, par ses excès, elle y voit au contraire une attaque contre la démocratie.

 

Un monde où l’image « sature le réel »

Mazarine Pingeot la dictature de la transparenceLe problème central est ici la dérive moralisatrice à laquelle une idée qui pouvait apparaître saine a mené, là où la loi existe et pouvait ou devrait suffire, sans que la morale soit en définitive utilisée comme une arme, menant de manière insidieuse à une forme de dictature dont elle s’attache à montrer les ressorts.

La question posée est celle de la protection de l’intimité et de ses libertés au sein d’une société dans laquelle il devient de plus en plus difficile d’établir les limites entre sphère publique et sphère privée, la première ayant tendance à grignoter de plus en plus la seconde.

Dans cette frontière de plus en plus ténue entre l’être et le paraître, s’enclenche le règne de l’émotion, au détriment de la raison et de la pensée.

C’est ainsi que l’information laisse place à la rumeur, et au scandale.

Et tout le monde participe, à sa manière, à cet état de fait. En effet, si Mazarine Pingeot critique les travers de la télé-réalité et, de manière plus générale, de la société du spectacle, ce sont aussi les mises en scènes de soi sur les réseaux sociaux, la diffusion de plus en plus répandue d’images intimes, jusqu’à l’obscène, qui amènent à s’interroger sur l’espèce d’hystérie collective dans laquelle nous semblons de plus en plus être plongés.

Avec la crainte que les écrans ne deviennent plus réels que la réalité elle-même dans l’esprit de beaucoup de gens, notamment les plus jeunes, qui pratiquent la « fausse transparence » par les mises en scène qu’ils font d’eux-mêmes.

De l’idéal vertueux à l’injonction totalitaire

Au-delà des dangers représentés par les réseaux sociaux et l’étalage d’impudeur de la société du spectacle, Mazarine Pingeot aborde aussi la question de l’obsession de la transparence en politique, instrumentalisée en réalité par la communication et les médias.

De même qu’elle montre les dangers du conspirationnisme, vice de la démocratie qui a fait de plus en plus d’émules avec l’avènement de l’internet.

Mais avant de devenir une sorte d’idéal vertueux, la transparence a déjà revêtu dans le passé les habits de l’idéologie, menant à « l’Inquisition en Espagne au XVe siècle, 1793 et la Terreur, mais aussi d’une certaine manière [aux] lois raciales et antijuives du IIIe Reich (…) ».

Or, il existe des tas de bonnes raisons de ne pas tout dire : « (…) cacher pour ne pas blesser, omettre parce que ce n’est pas le moment, dissimuler car ça n’appartient qu’à l’intimité, garder pour soi par pudeur… la liste est longue ».

Mazarine Pingeot aborde aussi le débat qui confronte, depuis les attentats terroristes de 2001 et le Patriot Act aux États-Unis, l’arbitrage entre sécurité et liberté, avec tout ce que cela implique.

Il convient, à ce stade, de préciser que cet essai est avant tout de nature très philosophique. Les auteurs de référence de Mazarine Pingeot (Barthes, Foucault, Lacan, Deleuze, Sartre, Baudrillard, Platon, Rousseau, Descartes, mais aussi Montaigne ou Kant), appartiennent probablement à son univers intellectuel (ce que je ne saurais lui reprocher) et peu au mien, mais qu’importe ; le questionnement d’ensemble n’est pas inintéressant et est tout à fait actuel, même si les réponses ne me semblent, quant à elles, pas très tranchées ou abouties. J’espérais, de fait, trouver dans cet essai beaucoup plus de réflexion concrète et actuelle. Mais je respecte l’orientation plus philosophique de l’auteur.

La recherche du sensationnel

Si Mazarine Pingeot n’en néglige pas pour autant les côtés positifs de la transparence, via en particulier l’accès libre à la connaissance, à l’image de Wikipédia, qu’elle qualifie « d’idéal des Lumières réalisé », elle s’interroge ensuite sur la force des images et l’invasion de celles-ci dans les médias.

Sont-elles toujours un gage de transparence ou ne frisent-elles pas parfois, là aussi, l’obscène ? Le voyeurisme ne tend-il pas parfois à primer la connaissance ? La recherche du sensationnel a ainsi trop souvent tendance à remplacer les mots par l’image et substituer des représentations à la réalité (par exemple la terrible photo du cadavre du petit Aylan échoué sur une plage), empêchant la compréhension globale d’un phénomène. « Une image se consomme, mais ne se lit plus », regrette Mazarine Pingeot.

Quand la presse ne dépasse pas carrément les bornes, comme dans le cas Dominique Baudis (elle cite aussi celui de Laurent Fabius). Or, elle déplore le manque de synchronicité entre la temporalité des journaux, celle de la justice et celle de la vraie vie.

Et que dire de l’infotainment, ce concept télévisuel d’émissions mélangeant information et divertissement ? L’information y devient spectacle ou divertissement à part entière.. De même que l’internet évolue de plus en plus vers un format où images et vidéos remplacent le texte ( sauf sur Contrepoints, bien sûr !).

Ces simples « fragments du réel », diffusés par millions jusqu’à saturation et souvent sans véritable distinction, montrent sans contextualiser, empêchant en réalité de penser, là même où elle se voudrait transparence.

L’esthétique de la transparence

Le dernier chapitre, qui a pour sujet l’autofiction, l’art contemporain et le cinéma, n’est pas inintéressant en soi. Il vise, entre autres, à montrer « que l’art est paradoxalement seul à même de dénoncer la dangerosité des images ». Mais, là encore, on retombe il me semble dans l’écueil que je soulevais plus haut, à savoir une approche un peu trop « intellectuelle » ou abstraite, du moins à mon goût, d’un thème qui me semblait très concret et actuel.

En conclusion, un livre au thème intéressant, traité avec un certain talent, mais qui m’a laissé sur ma faim, même si je porte sans doute la responsabilité d’avoir probablement attendu autre chose que ce que l’auteur voulait traiter.

  1. J’ai le souvenir de photos de Mazarine Pingeot dans Match, enceinte jusqu’aux yeux et débordant de joie maternante, après avoir écrit un livre « le cimetière des poupées » je crois, sur une femme infanticide en pleine affaire Véronique Courjault…
    L’auteur s’inspire de la réalité a-t-elle répondu à ceux qui voyaient là la reprise d’un fait divers ayant secoué le pays et demandaient la suspension de la parution.
    L’histoire personnelle de Mazarin Pingeot lui confère un certain savoir sur l’intimité, la transparence et le mensonge d’Etat.
    L’entourage de Madame Courjault aurait peut-être quelque chose à dire de l’obscénité et du droit à la création qui dévore les protagonistes d’un drame avant que le temps ait apaisé les esprits…

  2. Transparence . Question lancinante pour cette demoiselle à encombrante filiation. C est vrai que la donzelle trimbale en sautoir la figure de momie de son père. Cette transparence lui permet néanmoins d être éditée et lue.

  3. Est-elle vraiment l’auteur ?

    Que dit-elle effectivement de son cas personnel ?

  4. La fille cachée de Mitterrand (alors tout le gotha savait) qui nous parle de la dictature de la transparence, c’est drôle.

  5. Je suis sans doute à côté de la plaque, mais quand je lis le titre et le nom de l’auteur, je ne peux m’empêcher de penser qu’il s’agira là certainement d’un moyen commode de détourner un sujet pourtant brûlant.
    Et si j’en crois votre recension, c’est bien le cas;
    Il est effectivement une dictature de la transparence à l’oeuvre, et elle nous concerne tous au premier chef par la surveillance constante que nous subissons, au viol maintenant systématique de notre vie privée partout où elle peut s’exprimer, même en creux.
    A l’opposé de ce que souhaitaient ardemment les fondateurs de la république américaine entre autres, notre droit à ce qu’on nous laisse tranquille est en permanence violé.
    Les seuls à échapper à cette emprise, sont ceux qui en sont aujourd’hui les plus ardents promoteurs, à savoir les élites politiques et économiques qui s’affranchissent de plus en plus ouvertement du droit commun, ou ont les moyens (ou la poche des autres) pour y remédier. Ainsi le patron propriétaire de Fb qui trouve normal de nous filer le train partout et tout le temps, y compris de ceux qui n’utilisent pas ses services et pour lesquels des profils sont néanmoins crées, mais qui achète les maisons voisines de la sienne et y construit un mur gigantesque… Bref, comme toujours, faites ce que je dis pas ce que je fait.
    Mais de cela il n’est bien entendu pas question. Non, on glose intellectuellement sur des concepts plus ou moins fumeux, histoire d’enterrer le poisson et surtout de retirer à d’autres qui n’ont pas l’heur d’être publiables à merci, la possibilité de réellement mettre ce débat capital sur la place publique.

Les commentaires sont fermés.