COP21 : sauver le climat ou sauver les hommes ?

Il est plus facile pour les politiciens de « sauver le climat » que de sauver les hommes aujourd’hui.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Réchauffement climatique (public domain)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

COP21 : sauver le climat ou sauver les hommes ?

Publié le 5 décembre 2015
- A +

Par Guy Sorman.

Réchauffement climatique (public domain)
Réchauffement climatique (public domain)

 

Cent quarante chefs d’État et de gouvernement passent en ce moment, à Paris, des moments de rêve. Quoi de plus plaisant, en effet, que de discuter d’une échéance si lointaine, la fin du siècle, où nul ne sera plus là pour vérifier que le discours sur le changement climatique est un fantasme ou réel ? Nul ne sera plus des nôtres pour vérifier si les engagements sérieux, vagues ou hypocrites, à signer la semaine prochaine, seront parvenus ou non à contenir l’accroissement de la température globale à 2 degrés de plus au maximum, sur ces 85 prochaines années. Qui vérifiera ou sanctionnera les engagements et manquements des uns et des autres ? Qui saura si l’augmentation de la température est due, oui ou non, au dioxyde de carbone et pas à d’autres causes plus naturelles ? Et s’il aura été possible ou non de poursuivre le développement économique des nations les plus pauvres sans recourir à l’énergie fossile ?

Pour ces participants à la conférence de Paris, oui, l’instant est idéal. À la moitié d’entre eux qui sont des tyrans et des kleptocrates, nul ne demande aucun compte : leur opposition n’est pas représentée, leurs peuples sont absents. On attend d’eux qu’ils s’engagent à modifier leur mode de production énergétique, en achetant de préférence des centrales nucléaires françaises, voire des éoliennes chinoises, qu’ils acceptent des subventions des pays riches pour les acquérir, afin qu’eux aussi contribuent, d’ici 85 ans, au bien-être de la planète ; mais il ne leur est demandé aucun compte sur le traitement actuel de leur nation : la planète est plus importante que l’humanité dans ce débat.

Pour encourager les réticents, le gouvernement français a interdit, aux badauds ordinaires, les grands magasins de Paris, de manière à ce que les conjoints des chefs d’État puissent y faire leur shopping sans encombre. Paris, quelques jours seulement après les attentats terroristes du 13 novembre, est une véritable fête pour les délégués à cette conférence et leurs hôtes français qui, eux aussi, faussent compagnie à l’actualité. On ne baigne plus que dans les bons sentiments, toutes les postures sont morales, il n’est question que du bien commun, pas du bien individuel ;  tous les délégués sont au service d’une bonne cause qui s’appelle le climat, une notion assez vague pour que nul ne puisse la contester. Le slogan affiché de la conférence à lui seul est une merveilleuse trouvaille de « communication » : « Tous pour le climat ! ». On peut difficilement être contre le climat.

Le tout, sous couvert de la science mais en ne respectant aucun fondement de ce que serait une véritable démarche scientifique. Le progrès scientifique est fondé sur la contradiction : à Paris, toute contradiction est interdite. La conférence est basée sur un dogme : le réchauffement climatique est dû au dioxyde de carbone, il menace la planète, on doit en réduire les émissions pour ne pas dépasser plus de deux degrés en 2100. Rien n’est moins rationnel que ces affirmations péremptoires, parce qu’elles sont péremptoires. L’unanimisme de façade qui règne sur le sujet ressemble plus à une nouvelle théologie, ou idéologie, qu’à une analyse scientifique.

Mais admettons, pour éviter d’être brûlé comme hérétique, que le climat se réchauffe. Ce ne serait pas nouveau, puisque le propre du climat, de l’ère glaciaire à nos jours, est de changer tout le temps. La réponse de nos ancêtres fut de s’adapter à ce climat changeant, nouvelles récoltes, nouvel habitat, nouveaux modes de vie. Et le climat présent serait-il si parfait qu’il devrait rester immuable au point de tout devoir changer dans nos modes de vie ? Ne devrait-on pas plutôt réfléchir et investir sur la manière dont nous pourrions nous adapter à un climat changeant ? La question ne sera pas posée.

Rapprochons-nous un peu plus de la nouvelle idéologie régnante : la culpabilité du dioxyde de carbone à l’exclusion de tout autre facteur de réchauffement. Il existe une solution de caractère économique qui fait l’unanimité dans la communauté des économistes et s’appelle la « taxe carbone ». Une taxe universelle sur la consommation de carbone à des fins énergétiques est facile à calculer : on sait mesurer la quantité nécessaire à la production de chaque objet et service. Cette taxe pourrait être appliquée, à un même taux, par chaque État ou prélevée au passage des frontières à l’occasion des transactions, comme l’est aujourd’hui la taxe à la valeur ajoutée. L’effet de cette taxe carbone serait doublement bénéficiaire : elle inciterait à utiliser moins de carbone et à investir dans la recherche des sources d’énergies alternatives, celles qu’aujourd’hui on ne connaît pas encore. Mais à la conférence, il n’en est pas question non plus : la solution serait trop simple et elle n’exigerait pas cette grand-messe. Une solution de bon sens économique ne permettrait pas de se vautrer dans de grandes déclarations moralisatrices, ni de faire ses courses dans les grands magasins.

Il faut comprendre ces chefs d’État : en un seul mouvement, ils sont en vacances à Paris et ils sauvent la planète. La tentation est irrésistible d’échapper ainsi à la réalité : la réalité, c’est la guerre dans le monde arabe, la répression du peuple chinois, un million d’humains mal nourris parce qu’ils sont trop pauvres pour se nourrir, la guerre au Congo, le chômage en France, trois millions de Syriens en quête d’un refuge, la peste du terrorisme… Mieux « sauver le climat », sacrifier à cette nouvelle religion païenne où les hommes, avec leurs heurs et leurs malheurs, comptent moins que la Déesse Terre.


Sur le web

Lire sur Contrepoints notre dossier COP21

Voir les commentaires (99)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (99)
  • L’hypocrisie de ces dizaines de chefs d’Etats est une évidence. Ces gens-là se foutent royalement de l’environnement, de la misère, et des guerres.

    Il est cependant à noter que ce qui est en cause, c’est le comment ces tribuns comptent résoudre les problèmes écologiques, mais que ce n’est absolument pas la résolution des problèmes écologiques en elle-même.

    Sauver le climat ne suffira probablement pas à sauver l’humanité. Mais cela ne change en rien le fait qu’aucun sauvetage de l’humanité ne sera possible sans sauvetage du climat.

    Pour ce qui est de la gestion actuelle de l’industrie humaine, rien ne prouve, certes, qu’elle serait l’unique cause de la dégradation de la biosphère, mais tout le monde peut être certain qu’elle en est en tout cas une des causes.

    • « la dégradation de la biosphère »
      Des preuves?

      • Oui.

        Je peux vous citer la fonte des glaces qui provoque des extinctions d’espèces mammifères, les forts niveaux de pollution dans de grandes agglomérations, les déforestations massives…

        • Pas de pot l’ours blanc se porte comme un charme (10000 il y a 50 ans 22000 actuellement) son évolution est sujet à contreverse (wiki).

          La pollution dans les agglomérations en france baisse (ministere de l’écologie), quant à la chine, la pollution n’est pas due au réchauffement climatique, mais à la suie rejetée par les centrale aux charbon entre autre. Si le gouvernement devient libéral et respecte ses citoyens, la pollution qui existe dans tous les pays dirigistes diminuera.

          Quant aux forets, la déforestation n’est pas due au RCA mais à une exploitation normale de la terre qui a permis à des millions d’etre humain de sortir de la misere.
          La solution est, si le pb existe, la solution est dans la gestion des forets par des proprietaires privés qui prendront soin de leur bien.

          • 1/

            Bien loin de « se porter comme un charme », l’ours blanc ainsi que bien d’autres espèces polaires comme par exemple le phoque sont fortement menacés.

            2/

            Vous écrivez : « la pollution n’est pas due au réchauffement climatique, mais à la suie rejetée par les centrale aux charbon ». Sauf que l’exploitation massive du charbon est elle aussi due à l’activité industriel, est est elle aussi cause du réchauffement climatique.

            Votre remarque ne relativise donc rien ni ne remet en cause le fait que la gestion actuelle de l’industrie soit responsable de la dégradation de l’environnement.

            3/

            L’idée selon laquelle ce serait grâce aux déforestations que des gens sont sortis de la misère est absurde dans la mesure où pas plus d’une petite minorité de la production due à ces même déforestations n’est affecté à la satisfaction des besoins des pauvres. Les gains économiques engendrés par les déforestations ne servent quasiment qu’à gonfler la fortune des grands patrons milliardaires.

            Si vous voulez combattre l’écologisme et soutenir le productivisme tel qu’il existe actuellement, sachez que l’argument de la pauvreté ne vous sera jamais d’aucun secours pour cela.

            • Ne dites pas n’importe quoi, vous me parlez de preuves de la dégradation de la biosphère par le RCA.

              -Relisez le wiki la population de l’ours blanc a augmenté, le reste est spéculation.

              -La pollution des agglomérations est due aux voitures et rejet des centrales aux charbons, et non le RCA.

              -Le RCA n’est pas responsable de la déforestation, mais par l’extension par brûlis des terres agricoles.

              Vous le savez bien, mais le délire actuel atteint des sommets.

              Je veux bien discuter de la montée du niveau des mers qui vont poser pb dans un siècle dans certain littoral, mais arrêter de noircir le tableau, votre démonstration (celle du GIEC) perd de crédibilité.

              « sachez que l’argument de la pauvreté ne vous sera jamais d’aucun secours pour cela. »

              C’est bien cela le pb, vous ne voulez pas voir la réalité, c’est le productivisme qui a sorti de la misère des millions d’asiatiques et non pas les politiques socialistes qui ont maintenu les populations dans
              l’esclavage et la précarité. Le socialisme a tjs apporté contrainte et famine, tjs.

              • 1/

                La hausse de la population d’ours blanc n’est qu’un fait de la nature, et la tendance est en voie de s’inverser.

                Le nombre d’ours polaire augmente, mais l’augmentation est moindre que ce qu’elle aurait pu être si l’activité humaine avait été gérée autrement.

                2/

                Comme je lai déjà signalé, les rejets des centrales au charbon constituent eux-mêmes une cause du réchauffement.

                Que toute la pollution ne soit pas causée directement par le RCA n’est finalement qu’un détail, car RCA et charbon sont mutuellement liés du fait qu’ils fassent tous deux partie intégrante da la société industriels. C’est donc bien la gestion actuelle de cette dernière qui est responsable de la pollution.

                3/

                Même chose pour l’extension par brûlis des terres agricoles que pour le charbon : c’est étroitement lié au réchauffement, car en plus d’en être cause, a aussi une cause commune avec lui.

                4/

                Dire que le niveau des mers provoquera des grandes catastrophes n’est pas « noircir le tableau ». Il ne s’agit pas d’un petit problème passager, mais d’un problème déjà plus important qu’il n’en a l’air, et qui est en voie de faire disparaître l’humanité dans seulement quelques siècles.

                Et on ne peut pas nier une évidence simplement parce que c’est le GIEC qui le dit. Ce dernier, qui est voués aux intérêts des grands industriels, aurait d’ailleurs plutôt tendance à sous-estimer le problème environnementale qu’à le sur-estimer.

                5/

                Si le productivisme a l’air d’avoir été ce grâce à quoi des millions d’Asiatiques sont sorti de la misère, c’est uniquement parce que la fait que le grossissement des profits patronaux était prioritaire sur tout. Cette « réalité » que vous évoquez est donc en réalité un artifice.

                Si on acceptait de réduire fortement la fortunes des milliardaires, on réduirait les besoins de productivisme, et redonnerait du pouvoir d’achat au pauvre tout en diminuant les extractions de ressources.

                • « Si on acceptait de réduire fortement la fortunes des milliardaires, on réduirait les besoins de productivisme, et redonnerait du pouvoir d’achat au pauvre tout en diminuant les extractions de ressources. »

                  Picketty le retour! Vous êtes mal tombé avec ce genre d’argumentaire, sur ce site en tout cas. Ce type d’assertion a été démonté depuis pas mal de temps. cf « Anti-Piketty : vive le capital au XXIe siècle  » sous la direction de P.Delsol.

                • 1/
                  Il fallait trouver un symbole ; le nounours blanc était le candidat idéal selon le principe des sondages bidon (à partir d’une petite région, on extrapole sur l’ensemble de l’arctique) et d’une prévision catastrophique (sans banquise, forcément l’ours ne pourrait plus chasser).
                  Sauf qu’il chasse dans des périodes saisonnales bien antérieures à la fonte de la banquise (mai vs septembre), et qu’il est habitué à se déplacer sur de grandes distances.
                  Donc, même si les prédictions des Diafoirus qui promettaient en 2001 un océan arctique libre de glace, les ours blancs ne disparaitraient pas…
                  2/
                  Les centrales au charbon sont plus facteur de diminution de la température plutôt que du RC, pour la simple raison que les poussières où bloquent les rayons ou favorisent l’apparition de nuages. La sensibilité du climat au CO2 est clairement exagéré.
                  3/
                  « Cause commune »
                  La surpopulation, les guerres, les régimes politiques aberrants, les ONG pires que l’enfer, ou les politiques agricoles subventionnées n’ont évidemment aucun impact négatif…
                  Tout, absolument tout est à cause du RCA, comme sur la cote niçoise…
                  4/
                  99,999999 des morts passées et futures seront dûes tsunamis provoquées par des tremblements de terres. L’augmentation du niveau étant très stable, régulière et continue depuis plusieurs siècles (entre 1 et 3mm), je ne vois pas comment cela peut détruire l’Humanité entière (?!)
                  A noter qu’on est passé de 1 à 3mm en utilisant les relevés par satellite – les cotes marégraphes continuent de relever une augmentation d’à peine 1mm. Mais où est ce RC ??
                  5/
                  … ces fortunes sont essentiellement virtuelles … et ridiculement faible par tête de pipe !

        • des extinctions d’espèces mammifères

          Là, c’est plutôt l’humain qui se montre souvent massacreur, et pas que pour les mammifères hélas. Nul besoin d’une hypothétique fonte des glaces.

        • Oui par exemple les grandes infrastructures routières et ferroviaires. Pourquoi ne plus vouloir que les camions circulent ?. Sont frappés de tous les maux. C’est injuste et antidémocratique.

          • Sauf qu’une très grande partie de la production est utilisée, non pas pour les infrastructures, mais pour des projets totalement inutile pour les peuples comme par exemple l’armement (arsenal nucléaire en tête)

        • Et alors?
          Vous croyez peut-être que le climat est resté fixe depuis la formation de la terre et qu’il le restera jusque l’extinction du soleil?
          Vous ne savez pas que les montagnes ne sont pas éternelles?
          Et pourtant, l’orogénèse existe, des continents se forment et sont en mouvement permanent(c’est la tectonique des plaques),le niveau moyen des océans peut varier de plusieurs centaines de mètres en peu de temps à l’échelle géologique, la composition de l’atmosphère a beaucoup varié pendant les diverses ères géologiques etc.
          Donc, les pots d’échappement des bagnoles…pfffft.
          Si vous êtes hanté par un climat stable: demander votre transfert sur la Lune. Là, ça bouge pas tellement.

          • Certes, il y a naturellement des variations climatiques et rien n’est éternel.

            Mais on a affaire à des catastrophes environnementales qui sont sur le point d’arriver d’ici le siècle prochains alors qu’elles auraient normalement dû ne se produire que dans plusieurs millions d’années.

            Tout et tout le monde sont voués à s’éteindre un jour, mais autant que ce soit le plus tard possible.

            • Il a une grande chance que le réchauffement (si il se confirme) soit une bénédiction pour la vie sur terre. Quelques degrés de plus ne conduiront pas des extinctions de masse et la plupart des mamifères s’adapteront sans problèmes. Les végétaux eux vont explosé car chaleur+humidité+ CO2 ya pas mieux pour eux.
              Si on nous annonçais un glaciation alors là oui on pourrais commencer à vraiment se faire du souci…

              • Vous omettez le fait que le réchauffement dans lequel nous sommes entrainés n’est pas ponctuel mais permanant.

                Quand la température aura montée de sorte à atteindre un niveau qui vous semble idéal, celle-ci ne stagnera pas, mais continuera au contraire à grimper jusqu’à atteindre des proportions insupportable pour les êtres humains.

                • Ben voyons! Après Picketty (cf post plus haut), Nostradamus! Le fait que le GIEC ne cesse de revoir ses prédictions à la baisse ou de les étaler dans le temps, ne chatouille pas votre perspicacité. Bref, le scientifique doute et l’idéologue sait!

    • Le « sauvetage du climat  » ? Tant que vous y êtes, je vous propose : « l’arrêt de la technonique des plaques » (sans elle, plus de tremblement de terre, plus de tsunami, ouf !), le « sauvetage de l’attraction lunaire » (la lune s’éloigne, sans elle, fini les marées), le « sauvetage de la rotation terrestre » (sans elle, on crame d’un côté, on gèle de l’autre).
      Allez, vous avez du pain sur la planche, et plein d’idées pour de nouvelles taxounettes ! Et continuez le sauvetage du climat : si le climat meure, de quoi parlerons-nous ? Pas du temps qu’il fait, forcément !

      • Pour lutter contre la tectonique des plaques, il suffit de planter des bambous sur toutes les côtes et puis de relier ceux-ci par des câbles en fils d’araignée. Après ça, ça ne bougera plus.

      • Nul besoin de remettre en cause les lois de la nature, sortir du dogme consistant à refuser toute baisses des sacro-saints profits des milliardaires autoriserait le remplacement de cette société par une autre qui soit moins productiviste et plus respectueuses de l’environnement

        • Nous y voila! Les méchants milliardaires qui font des profits sur le dos des pauvres ours blancs… Non mais franchement…

          • Les profits des milliardaires requièrent bel et bien une forte consommation de ressource, laquelle ne peut être obtenu sans que ce soit au détriment de l’environnement.

            Dire que la fortune des hyper-riches est quelque chose sans la baisse de quoi aucune baisse de pollution n’est possible n’est donc pas un fantasme écolo-marxiste, mais une réalité évidente.

            • C’est pratique de vivre dans un monde ou tout est évident…Avec votre vision extralucide j’imagine que vous êtes au moins un gourou ou un sage tibétain que les gens viennent consulté depuis l’autre bout de la terre…

    • La terre a par le passé connue des épisodes beaucoup plus chaud avec beaucoup plus de CO2 et ces périodes étaient des périodes fastes pour le vie sur terre. Le réchauffement n’apportera aucun catastrophe sur la terre, plus probablement une amélioration des conditions d’existences pour la plupart des être humains et d’immense ressources alimentaires supplémentaires. Le froid a failli détruire l’espèce humaine, le chaud la fera prospérer.

      • Les périodes les plus favorables à la vie ont certes été des périodes assez chaude, mais pas au point vers lequel nous sommes actuellement en route.

        La température actuelle est suffisamment chaude pour tous les êtres vivants, y compris pour les humains. L’augmenter davantage avancerait notre mort de plusieurs millions d’années.

        • aux périodes les plus fastes pour la vie l’ensemble du climat terrestre était tropicale, il n’y avait pas glaces aux pôles les températures moyennes aux moins de 5 à 6° supérieures aux actuelles. Nous sommes encore très loin de ces conditions qui ont permit à la vie de prospérer durant des dizaines de millions d’années. la vie sur terre à encore de beaux jours devant elle.

          • Etant donné le rythme du réchauffement, on aura dépassé, si ce n’est déjà fait, les température de l’âge d’or que vous décrivez dans moins d’un demi-siècle.

            • Comment voulez vous être crédible avec une affirmation pareille ? Pensez vous vraiment que les températures vont monter de 5 à 6 °c dans les quarante ans qui viennent, une augmentation de dix fois du taux de réchauffement observé dans les dernières décennies du xx éme siècle et ce à condition que ça commence dès demain ! Il faut au moins avoir une notion des ordres de grandeur ! Et vous vous demandez pourquoi certains se posent des questions, avec ces exagérations qui pullulent dans les discours dont on nous abreuve?

              • Que la température monte de plusieurs degrés en moins de quarante ans est quelque chose de parfaitement possible. On est d’ailleurs en route vers cela.

                Comme on pollue des centaines de fois plus qu’avant, il n’est pas impossible que le climat se réchauffe quelques dizaines de fois plus vite qu’avant.

              • Vous faites un jugement de valeur sur la température. Elle n’est ni meilleure ni moins bien. Simplement, un changement brusque de température modifie l’écosystème de telle sorte que ce soit préjudiciable pour l’homme.

                • pour l’instant il n’y aucun changement brusque de la température moyenne qui est stable depuis 20 ans (d’après les courbes du GIEC)

    • Quoi ? Ils se foutent de l’environnement ? Mais quelle hérésie !!!

      AU BUCHER !!!!

  • Bonjour,
    Depuis la dernière glaciation (Würm) il y a eu une succession de réchauffements et de refroidissements. Tous les réchauffements ont été plus importants que l’actuel. L’optimum minoen, l’optimum romain, l’optimum médiéval, ont été des périodes favorisant les civilisations au contraire des refroidissements.
    Nous sortons du dernier refroidissement qui fût si dur pour nos ancêtres, le petit âge glaciaire, progressivement.
    Le climat évolue tout seul depuis toujours. Les politiciens aussi aveugles qu’ils soient et pétris de leur nouvelle religion, n’y changeront rien.
    Sauver le climat, quelle prétention !

    • @ Ecir Tout le monde le sait Meme Allegre l’a dit Mais Allegre est un peu malhonnete puisqu a cette epoque la terre ne comportait que quelques milliers d’ame et il etait facile a nos lointains aieux de s ‘adapter Desoramais la terre compte quelques milliards d’ame le nombre n’est plus le meme et les flux migratoires seront d’un autre ampleur Voyez deja les refugies et cette immigration clandestine en europe; Les liberaux ont une facheuse tendance a passer par perte et profit la pollution et la destruction rapide des biotopes . In fine ce sont les genérations futures qui devront affronter ces problemes et les liberaux de ce media ne seront pas la afin de valider ou infirmer leur these

    • Oui, et le Wûrm n’est que le plus récent, il y en a d’autres.

  • Moi, je propose une solution radicale : laisser faire Daesh qui se chargera d’exterminer l’humanité jusqu’au dernier homme. Voici qui devrait plaire à nos écolos.

  • Bien vu! A moins que cette pitrerie ne soit qu’un paravent pratique destiné aux gogos (nous) alors qu’en coulisse se jouent les sujets hardcore : la guerre qu’ils se livrent. Mais je leur prête peut être trop d’intelligence.

  • Vous dites très bien l’essentiel. Je le demande parfois si cette lutte pour le climat n’est pas pour les dirigeants l’alibi de leurs impuissances. Le problème de l’eau est significatif : oubliant les immenses progrès effectués dans les pays développés sur le traitement des eaux et donc l’hygiène, on focalise l’attention du public avec un message culpabilisant sur la pollution et le réchauffement qui diminuerait les ressources en eau, alors que le vrai problème est ailleurs : les difficultés d’accès à l’eau pour de nombreuses populations à cause de la pauvreté et des conflits. On pourrait multiplier les exemples

    • l’homme en vidant les nappes phréatiques à rejeter dans l’atmosphère une quantité gigantesque de GES, et notamment le plus actif d’entre eux, l’H2O.
      Nul doute que le réchauffement actuel est en parti du a nos exploitation aquifère !

  • Excellent reportage de M Lewino du Point sur les coulisses de la Cop En particulier le detail des poubelles de tri dont les participants s’en foutent un peu Quant au megot c’est comme dans les villes ordinaires francaises la plupart finissent par terre Bel interview de la rente de cette manifestation qui selon le journaliste  » langue de bois bio  » In fine des representants qui devraient etre exemplaire et qui se comportent comme le quidam moyen , basta je zappe Quant a N Hulot l’archetype de cette generation dont l hedonisme etait le moteur d eleur existence et qui veut nous faire vivre comme des moines Basta ce bonhomme s’est paye le privilege d’un vol en Sukhoi 27 avion de l’armee russe engloutissant quelques millirs de litre de kerosene Allez ce charivari sans moi Ces donneurs de lecons me revuslent

    • S. Guillon, que je n’aime pas, avait comparé Hulot à un ancien fumeur. Du genre qui clope deux paquets par jour pendant des années et qui ne supporte plus la moindre effluve dès lors qu’il a arrêté, et veut obliger tout le monde à en faire autant quitte à employer la contrainte. Un fasciste en somme.

      • Franchement N.Hulot ne compte pas! Ce n’est pas un scientifique, pas plus que Yann Arthus-Bertrand mais leur renommée s’arrête à une francophonie argentée et « fan ».

        Par contre, il est clair que de vrais scientifiques de tous poils se sont rués dans ce « créneau porteur » sans toujours contrôler leurs travaux par des thèses contradictoires, à l’instar de ces juges d’instruction chargés d’instruire à charge et à décharge.

        Le rapport du GIEC, ce n’est pas une brique, mais plus un sérieux moellon ou bloc de construction, vu le poids et l’épaisseur, invérifiable et illisible pour la plupart des scientifiques suffisamment spécialisés dans leur sujet d’étude mais trop spécialisés pour tout l’ensemble des domaines intervenant dans le rapport.

        De plus, dans un tel rapport, si bien des constatations rapportées sont vraisemblablement plus ou moins honnêtes, les rapports de causes à effets sont probablement plus souvent caution à discussion quant aux prévisions d’avenir, elles sont soit soumises à la condition de « toutes choses égales par ailleurs », ce qui sur un siècle d’avenir n’est pas réaliste, ou alors basées sur d’autres prévisions comme la démographie, l’évolution socio-culturelle et économique à la fois globale et géographiquement répartie, source claire d’incertitudes multiples!

        Sans compter que dans ces branches-là des sciences, il est difficile de concevoir des « expériences reproductibles »!

        L’épistémologie devrait donc conduire à la prudence, au doute et à l’humilité, ce qui n’est pas l’attitude des « prophètes », évidemment!

        Il est donc tout à fait légitime de se poser des questions sur les origines de ces prévisions devenues certitudes pour la masse puisqu’on tente d’y raccrocher tous les événements qui sortent d’un ordinaire théorique comme une inondation, la disparition ou le déplacement d’une espèce animale, ou même (entendu ce midi) l’incidence d’une pathologie comme la maladie de Lyme plus fréquente qui serait due à une pléthore de tiques plus fécondes à cause de 1 à 2°C de plus, en moyenne annuelle, ce qui est loin d’être évident et, à ma connaissance, pas démontré)!

        C’est là que le libéralisme peut intervenir, non pas pour soutenir une thèse inverse, toute aussi difficile à démontrer que d’user de sa liberté pour choisir dans l’écologie, avec un certain « civisme » de participation, ce qui peut améliorer notre qualité de vie à tous en diminuant d’abord les pollutions gênantes.

        Il est clair, par exemple, que le recyclage des déchets par le tri sélectif ou même, dès la conception de produits manufacturés ne peut qu’être bénéfique pour tous. D’ailleurs, ce genre de changement comportemental recueille lentement les faveurs du public. Il en va de même de l’appareillage qui pour le même service, consomme moins d’énergie: je connais un portable (GSM) muni d’un dos photovoltaïque et je m’étonne que cette solution simple de charge de la batterie par la lumière naturelle ou artificielle, ne soit pas plus répandue.

        Je ne crois pas qu’il faille être pessimiste: nous sommes tous lancés dans cette aventure mondiale qui finira tôt ou tard par attirer notre attention sur notre environnement naturel et artificiel, et, parallèlement, avec un accès rendu facile aux informations du monde! À chacun de décider à sa façon, localement, dans son coin, seul ou avec d’autres, comment il veut améliorer son plaisir de vivre pour lui et les siens. Pour ça, rien de tel qu’une balade à la campagne ou en forêt pour reprendre contact avec nos « racines »: la nature dont nous faisons intégralement partie, vraisemblablement comme sujets, inaptes à en changer fondamentalement le cours!

  • La nature est ainsi faite que les individus et les groupes s’opposent et se divisent en permanence. C’est aussi sain qu’une bonne hygiène corporelle. Avec l’homme doué de raison, il faut bien justifier ce fait par des arguments. Lorsqu’on est à court d’argument percutant comme G. Sorman on travesti ceux du camp adverse. Par exemple les réchauffistes plaident pour une perpétuation du climat actuel pour je ne sais quelle raison, si peut-être les générations futures. Mais non ! Les réchauffistes dans leur ensemble, écartons les ultras, disent qu’il faudrait contenir la hausse de la T° dans un laps de temps réduit, quelques dizaines d’années, afin de permettre aux sociétés humaines de s’adapter sans trop de frictions. Tiens mais c’est exactement l’argument de l’auteur sur l’adaptation au climat changeant.

    L’autre argument avancé est encore plus tenu car il concerne la futilité de ce type de grande messe avec des chefs d’états. Enfin surtout les à-côtés qui, j’imagine, déplaisent à tout le monde. C’est plus simple d’attaquer la forme que le fond. Car dans l’arrière boutique se joue la défense des intérêts particuliers de chacun des participants comme dans n’importe quelle affaire de relations internationales ou même d’ordre privé.

    Cela dit je comprend la pensée sous-jacente du libéral qui consiste à laissez-faire les acteurs libres et qu’avec le jeu des prix libres, la régulation ou l’adaptation des sociétés se fait naturellement ou du moins plus efficacement. Sur le principe je souscrit également à cette idée et d’une certaine manière c’est ce qui se produit dans la réalité dans le domaine de l’énergie. Certes pas complètement parce qu’aux échanges de marchandises et de services s’oppose la préservation d’une identité particulière (mais pas définitve comme dans les alliances). Ce facteur d’identité est très fort, dominant même, car il assure les divisions qui comme le soulignait Kant et bien d’autres, autorisent avec les antagonismes qui les composent le progrès humain. En outre ces divisions sont un garde-fou qui évite la domination d’un seul état c’est à dire un éventuel totalitarisme planétaire.

    En résumé le totalitarisme du sauvetage de la planète par le climat n’existe pas dans les faits justement parce qu’il y a des états et rivalités entre eux.

    • « En résumé le totalitarisme du sauvetage de la planète par le climat n’existe pas dans les faits. » Il existe en France, et le Pouvoir en France essaye de l’imposer au monde.

      • Bienvenu dans la République Démocratique Socialiste Française !

        • Je ne suis pas convaincu du tout que Fr.Hollande et tous les membres de son gouvernement soient des fanatiques du G.I.E.C.!

          Par contre, ils sont « fan » du COP21 qui leur permet d’apparaitre aux côtés de tous les grands de ce monde, avec un verni de tache noble, ce qui n’est pas à dédaigner à la veille d’une période électorale.

          C’est encore eux qui tireront tout le bénéfice du prestige, plus encore en cas d’accord, alors que vraisemblablement, d’autres, inconnus, ont tout organisé et travaillé beaucoup dans les détails et les énormes taches concrètes!

          Du point de vue de la « sacro-sainte image », ils sont déjà clairement gagnants!

          • Holland se fiche du GIEC comme de sa première chaussette. le GIEC est juste une excellent excuse pour justifier l’emprise des politiques sur la société et l’augmentation exponentiel de leur pouvoir.

      • Des preuves ?
        Dans mon coin nous avons annulé 2 projets de parc éolien et le soi-disant totalitarisme français n’a rien pu.

        En réalité si la France tient un discours volontariste sur le climat c’est plus pour affirmer son rôle, un rôle important, dans le concert des nations. D’ailleurs cette affaire du climat, qui en vérité est secondaire, permet surtout et pour la première fois à toutes les nations de s’exprimer équitablement et de se confronter par des négociations, avec des rapports de force qui impliquent des alliances pour les plus faibles ou petits. C’est une autre étape de la mondialisation. Sur le principe c’est assez libéral.

        • Avec des titres du genre « Paris va-t-il sauver la planète ? », « Le sommet de la dernière chance », soyons sérieux ! Il y a belle lurette que la France ne fait que couïner dans le « concert des nations ».
          Quant aux parcs éoliens qui sont une absurdité économique et écologique, c’est l’argent du contribuable qui leur permet de fonctionner, et les centrales thermiques qui pallient leurs insuffisances. Je ne vois aucun libéralisme là-dedans.

        • Je crois que ce qui est visé, c’est un gouvernement mondial qui n’aura pas grand chose de démocratique

        • Je crois que cet aspect international, c’est effectivement le motif qui a poussé l’O.N.U à s’investir et à s’impliquer dans le processus G.I.E.C.: tant que les nations se parlent, elles évitent plus facilement la guerre et rien ne vaut un objectif commun pour « détourner de mauvais garçons de leurs méfaits habituels » (procédé déjà bien vérifié dans la « dynamique de groupe), et, dans ce cas, de se battre, ce qui est bien la mission de l’O.N.U. et la justification du « grand machin ».

        • des négociations entre fonctionnaires (entre mafias) n’ont rien de libéral. Ce barnum me fait plus pensé à une réunion de bandits de grand chemin qui se chamaillent pour savoir comment seront partager les futurs butins (lire taxes)

    • Le problème c’est que, comme pour le terrorisme et les pédonazi, le climat est en train de devenir l’excuse favorite du tournant despotique de tous les régimes de la planète. Comme par le passé on tolérait les pires dictateurs parce qu’il servaient soit disant de remparts au communisme, on va cautionner les pires despotes du moment qu’ils respectent leurs cotas d’émission de CO2, lutte contre les terroristes et mettent en coupe réglé internet. Orwel nous voici!

      • Le pire, c’est que c’est la seule excuse pour limiter la croissance des pays du « tiers-monde » (qui n’existe plus à présent). Vous utilisez des énergies fossiles pour vous développer? Aaah pas bien ça, vous êtes méchants et pas gentils. Du coup on vous taxe! Sur vos produits d’export, vos relations diplomatiques, on vous boycotte aussi (pour favoriser vos entreprises vertes -mais qui polluent tout autant-).

        Et à notre niveau national, c’est l’excuse pour inventer de nouvelles taxes inédites dont la justification se perd dans les méandres tortueux d’esprits faibles.

  • c’est intéressant de voir naitre une nouvelle religion , l’apparition des interdits , la propagande auprès des jeunes , les boucs émissaires , l’émergence d’apôtres , il ne manque plus que le petit jésus ( Hulo est trop vieux, Bové trop poilu !) et l’édification de temples dédiés au dieu Ral et au dieu Éole 😉

    • Faut dire que Saint Coluche, avec ses pélerinages de bikers barbus, ventrus et tatoués, commence à dater un peu.

    • @reactitude , ce serait peut être ici un retour aux anciens cultes justement, rien de tres nouveau en fait dans cette pseudo religion

      • @ tata flingueuse

        Oh! Quand même! Il est question, cette fois de « contrecarrer les dieux » et d’influencer le climat volontairement, ce qui ne manque pas de prétention, alors que dans le temps, on se soumettait aux dieux pour en recueillir les faveurs ou apaiser leur courroux.

    • Reactitude Vous oubliez la culpabilité, les sacrifices et les indulgences!

  • Grosse faute de frappe (enfin j’espère que c’est ça) quand vous dites « Un million d’humains mal nourris » !
    C’est un MILLIARD, évidemment !

  • Hollande avait commis une erreur de débutant en promettant l’inversion de la courbe du chômage sous 2 ans.
    Le métier rentre, il nous promet une augmentation de température contenue à +2°C d’ici 2100. ce qui lui laisse un peu de temps devant lui.

    Pour sa prochaine campagne présidentielle, d’après des indiscrétions d’une source sûre (ne comptez pas sur moi pour la trahir), il promettrait une réduction de nos impôts de 10% d’ici le 01/01/2200 (une fois le chômage terrassé).

  • Il n’est nul besoin de prophétiser tout et n’importe quoi pour le climat de 2100. En effet, on sait d’ores et déjà que lse projections des modèles numériques se plantent lamentablement depuis près de 20 ans, alors même que, sur cette période, il n’y a plus de réchauffement, que le taux de CO2 a continué à augmenter linéairement et que nous avons émis près de 40% de toutes nos émissions de gaz satanique (qui est en fait gaz de la Vie sur Terre) depuis le début de l’ère industrielle.

    Mais cela, ces braves négociateurs de l’imaginaire ne veulent pas le savoir….

    • https://www.contrepoints.org/2015/02/16/198086-2015-une-annee-climatique#comment-1025963

      « Depuis 1997, la TMAG est stable (avec de petites variations annuelles), alors que, sur cette période, nous avons émis plus de 40% de toutes nos émissions depuis le début de l’ère industrielle »

      http://www.lemonde.fr/idees/article/2015/03/30/les-maires-doivent-s-engager-contre-les-combustibles-fossiles_4605618_3232.html

      « la TMAG (température moyenne annuelle globale) est stable depuis 18 ans, alors que, sur cette période, nous avons émis près de 50% de toutes nos émissions de CO2 depuis le début de l’ère industrielle »

      http://wattsupwiththat.com/2015/05/12/22-very-inconvenient-climate-truths/

      « 57% of the cumulative anthropic emissions since the beginning of the Industrial revolution have been emitted since 1997 »

      Et maintenant, « près de 40% » ?

      En fait vous inventez des chifres au gré de vos commentaires. Non content de nier l’existence de l’effet de serre, vous n’êtes pas capable de garder un semblant de cohérence dans votre déni ? Et on devrait vous prendre au sérieux ?

    • D’un point de vue politique, ce qui est bien, avec cet objectif éloigné, c’est qu’aucun des signataires d’un hypothétique accord (sans doute »non contraignant ») ne sera plus au pouvoir à l’échéance! Donc risque 0!

      Il ne reste qu’à espérer que le contact physique entre individus « responsables » de bien des pays ait permis d’arranger beaucoup de problèmes entre hommes politiques (dont des femmes) de façon à mieux se comprendre, sinon, il faudrait prévoir le COP 22 par visioconférence, ce qui épargnerait beaucoup de frais et de combustion de kérosène produisant du CO2!

    • jipebe29, vous êtes marqué à la culotte par VB et sans doute fiché par Lepage.
      40, 50 ou 57%, quelle importance ? Malgré la forte hausse du CO2 émis la température stagne, au grand mécontentement des prédicateurs de l’apocalypse.

      Vivement la remontée du thermomètre, avec « El Nino » mais en oubliant le retour de bâton « La Nina » sur 2017, VB va pouvoir jouir et se réjouir.
      Qu’il profite bien de son plaisir momentané, les faits finiront par triompher, même de l’obscurantisme le plus épais.

      • De la part de Jean-Pierre Bardinet qui publie un « travail » sur le climat intitulé « 22 vérités qui dérangent », on pourrait s’attendre à plus de rigueur. Mais vous êtes peut-être vite satisfait.

        « les faits finiront par triompher, même de l’obscurantisme le plus épais. »

        Sans doute, mais dans le cas des pseudo-sceptiques de Contrepoints, ça risque de prendre un peu de temps.

        • « les faits finiront par triompher, même de l’obscurantisme le plus épais. »
          Mais il faudra beaucoup de temps pour certains.

          • Je ne peux pas me prononcer, je ne vous connais pas …

          • Posez-vous une seule question : pourquoi El Niño de 2015-2016 est plus chaud qu’El Niño de 2010, lui-même plus chaud qu’El Niño de 2005, lui-même plus chaud qu’El Niño de 1998, lui-même plus chaud qu’El Niño de 1995, lui-même plus chaud qu’El Niño de1992 …
            Est-ce que la réponse ne serait pas parce que le climat se réchauffe ?
            Attention, ne réfléchissez pas trop : l’abus de réflexion risque de nuire à vos convictions.

            • Si le climat se réchauffe, évidemment, personne ici ne nie ce fait. Absolument personne.

              Ce qui est fantastique, c’est que malgré le temps passé ici, vous ne le compreniez pas.
              Alors je vais le répéter : le climat se réchauffe.

              La SEULE divergence entre nous, mais elle est de taille, c’est que nous ne voyons pas vraiment de raison de s’en inquiéter.

              • C’est faux et archi faux ! Beaucoup le nient (les mesures comme ci; le manque de fiabilité comme ça.. nombre d’articles et de commentaires)

              • Et si vous ne voyez pas de raison de s’en inquiéter, vos arguments sont légers face à ceux déployés dans les études compilées du giec ou autre

              • Non, mais vous, vous vivez dans une réalité alternative.
                Et en plus vous n’entravez rien à rien.

                Et puis le GIEC et son cortege de bobos privilégiés peuvent dire ce qu’il veulent sur les millions de futures « victimes du climat » ( mais quelle expression de m==*) dans 30 ou 50 ans, franchement on se marre. Les gars on a un peu la 3e guerre mondiale qui se prépare, et comme d’habitude elle n’a rien à voir avec le climat, et tout à voir avec l’arrogance et la bêtise avec laquelle certains s’obstinent à vouloir se mêler des affaires de leur voisin sans y être invités….

                Mais continuez à signer des déclarations sur papier recyclé promettant qu’il fera 1.5°C de moins dan. Vous n’imaginez pas quel sera le jugement de l’histoire.

                Comme ci Chamberlain s’était rendu à Munich pour y parler tupperwares.

                • Allons allons.. de quoi parlez vous avec votre guerre mondiale.. de toute façon dans la dualité climat/énergie, il restera toujours le problème d’approvisionnement en ressource et en énergie; face à une consommation globale qui monte de plus en plus vite… la prochaine décennie verra les premiers signes de contraintes en ce sens.

                  • Hahaha, ça fait un siècle et demi qu’on nous la sort, celle-là, mais on attends toujours le commencement du début de la contraction de l’approvisionnement en pétrole.

                    Citez moi une seule ressource que l’humanité ait épuisé dans son histoire et on en reparle.

                    • Qui vous parle uniquement de pétrole?
                      Et répéter bêtement que ça fait 50 ans qu’on le dit ne signifie pas la nullité de ce que j’ai dit.

              • « Si le climat se réchauffe, évidemment, personne ici ne nie ce fait. Absolument personne. »

                Donc, sur Contrepoints, on nie le réchauffement climatique, mais aussi on nie nier le réchauffement cimatique !

                Relisez attentivement l’article ci-dessus : « Mais admettons, pour éviter d’être brûlé comme hérétique, que le climat se réchauffe. »

                Relisez tous les articles de Contrepoints sur le climat. D’une façon ou d’une autre, le réchauffement climatique sera nié ou minimisé ou remis en doute. Relisez les commentaires sous les articles. Bref, ouvrez les yeux.

                • Mais bien entendu, mais que voulez vous, la mauvaise foi est maîtresse ici. Une mauvaise fois sans limite, abyssale. On se demande parfois si on parle à des interlocuteurs rationnels. On a beau mettre en évidence certains point, ils vont toujours aller rebondir sur un détail ici ou la. Contrepoint ou le syndrome C’est pas moi C’est pas ma faute C’est ma main

  • C’est incroyable, on se tape 25 gogos comme invite2018 chaque semaine, il n’y en a pas un qui a compris le concept de « débat contradictoire ». Ils pensent qu’il suffit d’arriver avec ses gros sabots et de balancer 2-3 lieux communs (archi depassés) sans la moindre référence à la réalité.

    Si les non rechauffistes se permettaient les mêmes écarts ça donnerait ça :

     » Non, invite2018, il n’y a pas de réchauffement climatique, j’en veux pour preuve que la température n’a jamais été aussi basse cette année  »

    « Non, la pistourelle des près n’est pas en voie de disparition, j’en ai compté 374000000 ce matin dans le près en face de chez moi »

    « Tout le monde sait que les éoliennes donnent le cancer et profitent aux multinationales, il faut donc les interdire »

    • 1/

      La température n’est plus basse que la moyenne qu’en Europe de l’Ouest, où le climat en est habituellement un qui s’intitule « tempéré ». Mais globalement, les hausses de chaleurs sont bien réels, et les les glaces des zones polaires fondent bel et bien.

      De toute façon, dans l’hypothèse les problèmes environnementaux ne viennent pas du réchauffement, alors il viennent forcément d’autre chose ayant aussi pour cause l’activité humaine. Autrement dit, on peut être certains que le productivisme actuel est dans tous les cas néfaste.

      2/

      Vous écrivez : « la pistourelle des près n’est pas en voie de disparition, j’en ai compté 374 000 000 ce matin dans le près en face de chez moi ».

      Sauf que votre chez vous n’est pas le monde entier. Il y a globalement de nombreux êtres vivants menacés, y compris des humains.

      3/

      Je ne vois pas d’où vous tenez que les éoliennes donnerait le cancer.

      Peut-être faîtes-vous référence aux rejets de particules qui en résulte. Mais ces rejets, le nucléaire le fait aussi en plus gros.

      Votre thèse ne donne donc aucune bonne raison de ne pas privilégier l’éolien par rapport au nucléaire.

      4/

      L’éolien ne profite aux multinationales que quand il vient en plus du nucléaire et/ou du charbon.

      Mais si l’éolien venait à être installé, non pas avec mais en remplacement de ce qui est déjà en place, cela ferait inévitablement baisser les profits des multinationales.

      • Et voilà, c’est exactement ce que je disais. Un alignement d’affirmations péremptoires et de prêt-a-penser que l’on est invité a prendre pour arfent comptant sans le moindre element sourcé à l’appui.

        Du coup je ne vois pas pourquoi je me fatiguerais à repondre sur un autre mode :

        1/ c’est faux
        2/non.
        3/si.
        4/ haha, si vous y croyez vous etes encore plus naif que je ne le pensais
        5/ allons bon…
        6/ j’arrive meme à repondre a vos affirmations no 5 et 6 alors que vous ne les avez pas formulées. Ca tombe bien, de toute façon je ne les aurais pas lu.

      • C’est fantastique vous n’avez même pas relevé le caractère satirique de mes assertions, vous les prenez pour argent comptant… Mon pauvre vieux je ne sais même pas si la ‘pistourelle des prés » existe…

        Une preuve s’il en fallait encore re l’état de déliquescence intellectuelle de notre société.

        J’essaie de vous demontrer par l’exemple la vacuité totale de votre rhétorique, et vous marchez à fond en repondant sur le même mode… C’est consternant.

        • @modernguy machichose2018 est un troll do not feed them 😉 ou alors c est un robot ce qui n est pas à exclure de nos jours.

        • Êtes-vous en train de dire que vos sous-entendus niant le réchauffement climatique sont ironiques? Êtes-vous en réalité convaincu(e) de l’existence du problème environnemental et du fait que l’activité humaine en soit bel et bien la cause?

          Vous êtes intervenu(e) pour dire que ce que j’avançais eût été faux. Il n’y a donc guère à prendre vos assertions au second degré.

          • Je suis convaincu que jusque là vous n’avez pas produit UN argument. Peu importe mon avis sur le fond, c’est votre rhétorique que je critique.

      • Et encore; je dirais que l’anomalie chaude est un peu plus atténuée en Europe de l’ouest..

    • Certes mais la notion de contradiction est un camouflet. Les gens sont malmenés s’ils n’ont pas la pensée dominante locale. On aura beau dire des faits; ils sont toujours raillés et traité de faux; au mieux on parlera de la forme et non du fond. Les véritables arguments ne sont jamais discutés.

  • La cop21 va accoucher d’une souris anémique comme espéré. Ouf. Ces glands n’ont semble-t-il pas réussi à mettre le monde au diapason rechauffiste.

    Vous allez voir, dès le lendemain les écolos vont en parler avec un petit reniflement comme de la conférence du Big Business et des lobbies du pétrole, oubliant totalement qu’ils en étaient des soutiens enthousiastes la veille.

    L’écolo à une fantastique capacité d’amnésie sélective, et son hypocrisie sans limite lui permet de soutenir des causes contradictoires de manière totalement schizophréne.

  • La taxe carbone est peut-être une bonne idée mais le carbone est-il seulement le responsable climatique que l’on prétend ?!
    On le diabolise peut-être à tord ce CO2 comme sous entendu dans cet article que j’ai eu plaisir à lire.

    C’est dommage ceci dit que ne soit pas mentionner des ONG telles que greenpeace et le wwf.

    Le prince philippe, à l’origine du wwf tout de même, aurait pour souhait de se réincarner en virus mortel pour diminuer la population mondiale. Il est en tout cas un fervent partisan de la dépopulation.
    C’est en parfait accord avec le titre de cet article, n’est-il pas ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

En 2019, le Parlement européen a déclaré l’état d’urgence climatique. Il faut dire que les sujets liés à l’environnement ont pris soudainement une ampleur considérable en 2019 : réchauffement climatique, extinction des espèces, effondrement de la société humaine… plus personne ne peut les éviter.

En tant qu’acteurs du débat politique, les libéraux ont évidemment leur rôle à jouer. Pourtant, face à l’ampleur des enjeux, force est de constater que nombre d’entre eux ne sont pas à la hauteur, loin de là.

L’ensemble de notre économi... Poursuivre la lecture

12
Sauvegarder cet article

Nouvelles gesticulations gouvernementales alors que des orages assez violents ont traversé la France il y a quelques jours : pour les ministricules de la République, pas de doute, voilà un nouveau signe du réchauffement climatique forcément anthropique contre lequel il faut lutter au quotidien, de préférence avec des petits gestes inutiles mais religieusement effectués pour apaiser Gaïa.

C'est ainsi qu'Amélie de Montchalin, propulsée ministre des Trucs Verts en Transition après cinq années de succès retentissants au service de la Macro... Poursuivre la lecture

changement d’heure
5
Sauvegarder cet article

L'étau hygiéniste semble progressivement se desserrer dans le monde : aux États-Unis, les obligations vaccinales tentées par l'administration Biden ont été salement retoquées, un nombre croissant de pays laissent tomber les restrictions sanitaires dont l'aspect inopérant voire néfaste commence à apparaître à la vue de tous...

Eh oui : en témoigne le changement notable d'attitude de la plupart des laquais de l'information sur les plateaux télé ainsi que le retour de certaines personnalités raisonnables sur les ondes, le monde commence à... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles