L’ADN des anti-OGM ne change pas

Quand les anti-OGM s’affolent pour un problème de biosécurité inexistant…

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Manifestation anti OGM (Crédits : alter1fo, CC-BY-NC-ND 2.0), via Flickr.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’ADN des anti-OGM ne change pas

Publié le 3 novembre 2015
- A +

Par Marcel Kuntz.

anti ogm credits alter1fo (licence creative commons)
anti ogm credits alter1fo (licence creative commons)

Récemment, la société Syngenta a fait part à la Commission européenne de plusieurs erreurs découvertes dans la séquence d’ADN initialement annoncée pour des plantes génétiquement modifiées qu’elle commercialise. L’occasion pour les opposants de monter au créneau. Quelques explications s’imposent.

Le support chimique de l’information génétique, l’ADN, est constitué de 4 « lettres » dont l’enchaînement dans un « mot » (gène) dicte à la cellule vivante quelle protéine synthétiser. Les plantes génétiquement modifiées (PGM) ont généralement un ou deux gènes additionnels qui leur confèrent une caractéristique particulière. L’évaluation scientifique des risques avant autorisation de mise sur le marché impose de « séquencer » l’ADN ajouté, c’est dire déterminer l’ordre des 4 lettres tout au long de cet ADN.

ogm maudit s rené le honzecDans le cas du maïs portant le caractère MIR604 (permettant de combattre un insecte ravageur, la chrysomèle), la société Syngenta s’est aperçu en re-séquençant récemment cet ADN qu’il y avait une erreur dans la séquence communiquée en 2004 dans le cadre de la procédure d’évaluation des risques. Syngenta en a informé la Commission européenne qui a demandé l’avis de son Autorité de Sécurité Sanitaire des Aliments, l’EFSA. Celle-ci a rendu publiques ses conclusions le 8 octobre 2015 : cette erreur, qui concerne l’identité d’une seule lettre sur les 2100 « séquencées », n’est pas de nature à changer son avis sur la biosécurité du MIR604. En effet, cette lettre est localisée en dehors du « mot » proprement dit, le gène codant qui n’est donc pas modifié et par conséquent la protéine synthétisée non plus. L’EFSA a également examiné la possibilité qu’un « mot » supplémentaire se forme en incluant cette lettre, et qu’il conduise à la production d’une protéine allergénique. Hypothèse hautement improbable, mais que l’EFSA a examinée en concluant par la négative.

Il faut souligner que l’évaluation d’une PGM porte sur divers paramètres mesurés chez la plante, et non uniquement sur la séquence du gène ajouté. Celle du MIR604 a inclus également une étude toxicologique après alimentation de rats (voir toute l’évaluation). On peut donc dire que, dans le dossier MIR604, Syngenta a commis une erreur évitable, signalée dès qu’elle a été identifiée, sans conséquence en termes de biosécurité.

Ce n’est évidemment pas l’opinion des anti-OGM. Le journaliste du journal Le Monde, Stéphane Foucart, situe cet évènement « à la suite de l’affaire Volkswagen » et fustige les « procédures européennes d’évaluation des risques technologiques ». L’occasion était trop belle pour les marchands de peur : « l’affaire jette une lumière inquiétante sur le sérieux des contrôles européens des OGM ». Rappelons que les évaluations des PGM imposées par la réglementation n’ont jamais révélé de problème de biosécurité depuis environ 20 ans. Il n’y a aucune « faille dans l’homologation » des OGM, mais plutôt une faille dans le raisonnement qui impose une telle réglementation pour ce qui n’est, en réalité,  qu’une inoffensive plante cultivée.

Note : L’EFSA examine également le cas du maïs GA21 pour lequel Syngenta a signalé plusieurs erreurs dans les informations concernant l’ADN ajouté, ce qui confirme un manque de rigueur de l’entreprise à l’époque où ces structures de gènes ont été analysées.

Sur le web

Voir les commentaires (12)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (12)
  • Merci pour cet article de vulgarisation, clair et concis.

  • Continuez le combat cher Marcel ! Au fait, avez-vous des infos sur la demande d’ autorisation des peupliers GM qui ne fleurissent pas déposée aux USA (voir un article de mon blog sur la chalara du frêne)

  • Il faut aussi signaler que la variété correspondante n’a toujopurs pas été commercialisée. c’est donc doublement un faux problème.

  • Sans disposer de cet « article de vulgarisation » les personnes qui peuvent le lire savent, pour la plupart, ce qu’est l’ADN, comment il est organisé et comment il fonctionne. Autant les acides aminés qui entrent dans la composition des protéines constitutives de l’ADN ne sont pas « agencés » aléatoirement, autant les bases (ACGT) qui « relient » 2 brins d’ADN ne sont pas non plus « agencés » aléatoirement. C’et ainsi qu’au cœur de la cellule est TRES PRECISEMMENT écrit le Grand Livre du Vivant, et ce livre la Vie a pris des millions voire des milliards d’années à l’écrire très progressivement, très lentement. Insérer un segment d’ADN exogène dans un ADN indigène, c’est nécessairement ajouter dans l’immédiateté des « phrases » susceptibles de modifier le sens du message délivré par le « Grand Livre du Vivant » pour l’espèce de vivant concerné. Cette insertion n’est rien d’autre qu’une intrusion, qu’une agression dont « l’apprenti sorcier » manipulateur ne mesure pas, n’a pas conscience des conséquences qui pourraient s’exprimer à plus ou moins long terme. Regardez ce qui se passe aujourd’hui au niveau planétaire : à force de modifier l’organisation et le fonctionnement de la Nature, celle-ci est en train de commencer à furieusement manifester sa colère vis-à-vis de ses agresseurs : les scientifiques humains. Les « apprentis sorciers » auront probablement disparu lorsque toute la communauté humaine aura à faire face à leur imprévoyance et leur inconséquence.

    • nous brulerons tous en enfer, de toutes façons.

      n’oubliez pas vos poupées vaudou.

    • Ca commence comme un commentaire scientifique … et ça se termine comme un commentaire religieux !

      La science a ses limites, parfois elle s’égare ou elle peut être cause de problèmes. Mais il est impossible de s’en passer et la vraie science est la seule chose qui peut nous permettre de maitriser le présent – à défaut de maitriser notre destinée (grande utopie constructiviste).

      La religion quant à elle n’a jamais rien apporté de bon en la matière.

    • les gens qui savent lire savent que le grand livre du vivant a écosystèmes ont mis beaucoup de temps à s’installer et instaurer des écosystèmes en équilibre blah blah et c’est pour ça que la nature refuse l’introduction de plate exogène et se rebiffe…arrêtons l’agriculture…

      alors certes ce genre de discours peut convaincre des convaincus…mais il est creux….et surtout applicable à tout et n’importe quoi concernant quelque progrès humain que ce soit, c’est le fameux , expérimenter d’accord mais jamais pour la première fois..trop risqué…

      j’ai assisté à une conf de seralini, il avait avec lui un philosophe qui a développé son laius contre la technoscience…

      on a eu quelque problèmes avec des paragraphes du grand livre du vivant qui a la gentillesse de zigouiller pas mal de bébés et de femmes en couche… etc…
      c’est le premier avantage des vieux philosophes, ils ne sont pas morts en bas age…

    • « Insérer un segment d’ADN exogène dans un ADN indigène, c’est nécessairement ajouter dans l’immédiateté des « phrases » susceptibles de modifier le sens du message délivré par le « Grand Livre du Vivant » pour l’espèce de vivant concerné. »

      Comme à chaque fois qu’une mutation se produit dans la nature, pas de quoi fouetter un chat donc.

      • « Insérer un segment d’ADN exogène dans un ADN indigène, c’est nécessairement ajouter dans l’immédiateté des « phrases » susceptibles de modifier le sens du message délivré par le « Grand Livre du Vivant » pour l’espèce de vivant concerné. »

        Comme à chaque fois qu’une mutation se produit dans la nature, pas de quoi fouetter un chat donc.

    • Magnifique le mythe de la nature comme une oeuvre divine que l’homme ne peut modifier sans risquer le courroux du créateur! Tant qu’à se référer à des mythes je préfère celui de Prométhée. L’apprenti sorcier a payé cher mais l’humanité a largement bénéficié de sa transgression.

  • « L’ADN des anti-OGM ne change pas ».
    Pour changer leur ADN on pourrait concevoir des OGM d’anti-OGM. Au nom du principe de précaution je m’y oppose fermement, aucune maitrise, ne jouons pas au docteur Frankenstein.
    En partant d’une base aussi atteinte cérébralement, imaginez la monstruosité sectaire et fanatique qui pourrait en ressortir.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

 

(Source)

 

Le Conseil européen (les chefs d'État et de gouvernement des États membres de l'Union européenne) se sont réunis à Bruxelles les 23 et 24 juin 2020. Parmi les points abordés, il n'y avait pas que la question du statut de candidat à l'adhésion à l'Union européenne de la Géorgie, de la Moldavie et, surtout, de l'Ukraine, laquelle a fort normalement retenu l'attention des médias.

Le secrétariat du Conseil rapporte (c'est nous qui graissons) :

« 9. Le Conseil européen soutient réso... Poursuivre la lecture

Un ami taquin me présente hier 5 mars une amie allemande qui travaille à la Commission européenne. Courtois, j’entame la conversation. Après deux phrases, madame Von Strumphflüdel (si j’ai bien compris) tient à m’informer du fait qu’elle se rendra bientôt en Inde en train, bien sûr.

— Of course. Êtes-vous peut-être écologiste ?

D’un air humble, les lèvres légèrement pincées, les yeux se baissent, le visage s’incline imperceptiblement, dans une posture nettement christique :

— Je ne suis pas parfaite, mais je tente de cont... Poursuivre la lecture

La présidente de la Commission européenne Ursula von der leyen vient de déclarer :

« La porte de l’Union européenne est ouverte à l’Ukraine [...] Ils sont des nôtres. »

Peut-être Ursula gagnerait-elle à consulter les traités européens qui fondent sa modeste légitimité non démocratique ?

Qui décide et supervise le processus d’adhésion d’un État à l’Union européenne ? Le Conseil.

Le Conseil — non la Commission — établit et supervise le processus d'élargissement de l'UE et les négociations d'adhésion.

Selon les... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles