Thaïlande : l’Europe laisse la dictature s’imposer

Va-t-on laisser la Thaïlande s’enfoncer dans la dictature ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Thai soldiers credits Ak Rockefeller via Flickr ((CC BY-SA 2.0))

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Thaïlande : l’Europe laisse la dictature s’imposer

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 19 août 2015
- A +

Début août, un homme a été condamné à trente ans de prison en Thaïlande pour avoir publié sur les réseaux sociaux du contenu jugé insultant pour la famille royale. Depuis que le pays est aux mains des forces militaires, les condamnations de la sorte sont légions et les poursuites pour crime de lèse-majesté se multiplient. Désormais, la répression fige et musèle la société thaïlandaise, donnant au pays des allures de dictature. Cela sous les yeux d’une Europe qui semble pour l’instant indifférente à la détresse du peuple thaïlandais.

Par Hugo Revon.

Thai soldiers credits Ak Rockefeller via Flickr ((CC BY-SA 2.0))
Thai soldiers credits Ak Rockefeller via Flickr ((CC BY-SA 2.0))



Protéger la monarchie en sabotant la jeune démocratie thaïe

Mai 2014, les forces militaires thaïlandaises réalisent un coup d’État supposé ramener le calme au sein de la société thaïlandaise. À cette période, le pays est en proie à de sérieux affrontements entre les opposants de la Première ministre Yingluck Shinawatra et ses partisans. Mais ce qui devait être à la base un processus de « réconciliation nationale », pacifique et temporaire, s’est rapidement transformé en appareillage politique usant et abusant de sanctions arbitraires à l’encontre des Thaïlandais pour protéger la monarchie et affaiblir le système démocratique en place.

Dirigée par le général Prayut Chan-O-Cha, la junte militaire fait donc la loi depuis plus d’un an, sous le regard approbateur du roi Bhumibol. Une armée dont l’action semble dictée par des ambitions claires : éliminer toute opposition monarchique et peu importe si cela doit conduire à une réécriture de la Constitution. Suspendue depuis le coup d’État, la Constitution de 2007 laissera bientôt place à une prochaine mouture qui devrait défendre et imposer la nouvelle direction du pays.

Les forces armées ont également pour objectif de faire disparaître toutes traces du clan Shinawatra, porteur de valeurs démocratiques qui menaceraient la royauté. Élu Premier ministre de 2001 à 2006, Thaksin Shinawatra, frère de Yingluck, avait également été destitué de ses fonctions après un putsch. Pour mener à bien cette mission, on murmure que le gouvernement serait en train de réviser les manuels scolaires afin de retirer le nom de Thaksin Shinawatra des cours d’histoire.

Cette volonté d’annihiler les années durant lesquelles la Thaïlande a été dirigée par des représentants politiques élus par le peuple, symbolise assez bien les velléités conspirationnistes d’un nouveau régime qui cherche coûte que coûte à étouffer toutes formes de liberté. Les prochaines élections démocratiques seraient repoussées et prévues qu’à l’automne 2016, de quoi laisser le temps à la junte militaire d’accroître son emprise sur la société thaïlandaise et de dessiner un futur obscur pour le pays. Vu la tournure que prennent les événements, on peut très bien imaginer que ces élections n’aient jamais lieu.

Une répression qui va crescendo

Sous couvert de vouloir ramener la paix au sein du pays, l’armée thaïlandaise a confisqué les rênes du pouvoir et applique depuis le 22 mai 2014 une ligne de conduite liberticide à l’encontre de tout opposant à la monarchie ou à l’action militaire. Les médias sont les premiers visés par cette nouvelle politique. Depuis plus d’un an, les télévisions ont été censurées, même celles diffusant du simple divertissement. Les journalistes sont muselés et ceux qui oseraient critiquer le pouvoir en place sont tout bonnement condamnés à mort.

En Thaïlande, la parole est désormais contrôlée et lourdement sanctionnée si elle n’est pas conforme aux « 12 valeurs nationales », une série de commandements imposés par la junte militaire dans laquelle il est notamment question de « chérir la précieuse tradition thaïe », « maintenir sa discipline en respectant les lois, les aînés et les supérieurs » ou encore « être conscient de ses actes en conformité avec les enseignements de Sa Majesté le Roi ».

Autant d’injonctions que certains n’hésitent pas à qualifier « de dictature de la moralité », ponctuellement remise en cause par une poignée d’étudiants ou d’opposants téméraires, rapidement rattrapés et punis par un important système de répression qui bâillonne toujours plus la liberté d’expression.

Avec le retour de la loi martiale et de l’armée au pouvoir, la Thaïlande a vu remonter en flèche le nombre de poursuites pour crimes de lèse-majesté. D’après des données communiquées par la Fédération internationale des droits de l’homme, seulement cinq affaires de lèse-majesté étaient déclarées avant le coup d’État, on en compte une cinquantaine aujourd’hui. « Dans ce climat, le police, les procureurs, les tribunaux et tous les fonctionnaires semblent avoir peur de ne pas donner suite aux allégations de lèse-majesté, craignant d’être accusés de déloyauté envers la monarchie », explique Brad Adams, de l’association Human Rights Watch.

Depuis le putsch, plus de 600 personnes ont été convoquées par les autorités et forcées à suivre des « sessions d’ajustement du comportement », une façon musclée de faire comprendre les risques encourus aux dissidents s’ils continuent à remettre en cause l’autorité militaire et la monarchie. Les rassemblements à portée intellectuelle ou politique sont fermement interdits afin d’empêcher l’organisation d’une résistance. « Toutes les activités de nature politique doivent être annulées, pour le moment », a déclaré Winthai Suravee, le porte-parole de la junte thaïlandaise.

Le gouvernement fait la chasse aux critiques et cherche à renforcer son pouvoir en faisant régner la peur chez les Thaïlandais. Ces derniers craignent désormais de se retrouver derrière les barreaux pour leurs convictions. L’autocensure devient la seule façon d’éviter la prison, même la société civile n’a plus la possibilité de se faire entendre sur le territoire thaïlandais. Plus aucune voix contre le régime en place ne peut s’élever.

En un peu plus d’un an, le général Prayut Chan-O-Cha est parvenu à prendre le contrôle de la Thaïlande et à freiner l’élan démocratique dans lequel le pays était engagé pour in fine servir des ambitions despotiques et préserver la monarchie au moment où l’on commence à envisager la succession du roi, aujourd’hui âgé de 87 ans. En prétextant une volonté de protéger les Thaïlandais d’une guerre civile, l’armée assoit son autorité dans une atmosphère enfumée d’hypocrisie. La situation a beau être inquiétante, elle semble néanmoins recevoir un écho inversement proportionnel à sa gravité au sein de la communauté internationale.

L’Europe laisse faire, jusqu’à quand ?

Depuis le coup d’État et la montée en puissance de la répression en Thaïlande, la communauté internationale a brillé par son immobilisme. En première ligne quand il s’agit d’aller par exemple sanctionner économiquement le Kremlin pour son rôle dans le conflit ukrainien, l’Union européenne sait, quand elle le souhaite, se faire entendre et a pu par le passé montrer de nombreuses fois ses capacités à faire pression sur un gouvernement.

Si la communauté internationale dispose de bons arguments pour rediriger un pays vers une voie démocratique, elle ne semble pour le moment pas intéressée par ce qui se passe en Thaïlande. L’UE se contente de commenter les événements au lieu d’échafauder une réelle stratégie qui viserait à libérer les Thaïlandais du joug militaire.

Pour l’Europe, la Thaïlande représente peut-être moins d’enjeux économiques que l’Ukraine mais elle n’en reste pas moins un pays qui souffre, laissé aux mains de forces armées qui ont pris la population en otage et installe peu à peu une dictature que l’UE ne peut tolérer. Si les condamnations de la société civile internationale se font entendre, quoi qu’encore trop timides, l’UE doit plus que jamais prendre ses responsabilités face à la situation thaïe et mettre tout en œuvre pour protéger cette démocratie.

Voir les commentaires (38)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (38)
  • L’Italie pourrait l’envahir en passant par la Birmanie pendant que la France opère des frappes ciblée sur la junte et que la Grèce débarque ses chars à Hua Hin beach.

    • llmryn, le meilleur commentaire de la file.

      Quand j’ai lu le denier paragraphe de l’article j’ai cru que c’était Hollande qui s’était fendu d’un biller dans Contrepoints… genre « c’est intolérable, ça ne restera pas impuni, nous allons nous réunir pour nous consulter pour voir ce qu’il est possible de faire pour trouver un terrain d’entente avec nos partenaires pour analyser la stuation et envisager des mesures qui pourraient conduire à leur faire part de notre réprobation sans pour autant écarter de possibles sanctions. »

  • Avec l’économie en mauvaise forme et un attentat qui va saper le tourisme il y a le potentiel pour davantage d’opposition à la junte.
    Je pense pas que l’Europe y puisse grand chose mais il faut espérer un retour à la démocratie.

    • « Avec l’économie en mauvaise forme et un attentat qui va saper le tourisme il y a le potentiel pour davantage d’opposition à la junte » il y a surtout un grand potentiel pour que la junte militaire devienne de plus en plus dictatoriale et utilise des métodes de plus en plus répressives contre l’opposition

  • Il faut craindre que votre « jeune démocratie thai » ne soit la peau de mouton sous laquelle se planque le communisme ou l’anarchie.

    Si la Thaïlande aime son Roi, la liberté est de reconnaître ce choix.

    • Si la Thaïlande aime son Roi ?
      Mais ils n’ont même pas été questionnés et n’ont jamais demandé à l’armée de prendre les rênes !

      Vous vous moquez du monde…

      • « Vous vous moquez du monde… »

        Et il a bien raison.
        Je ne suis pas certain qu’une « démocratie » de type Allende, Maduro ou république espagnole soit préférable…

  • Pq ce serait à l’Europe d’intervenir ? Cela ne nous regarde pas. Il faut arrêter avec cette mentalité de se croire supérieur aux autres et d’imposer nos valeurs ax autres. L’époque des colonies est finie. Aujourd’hui, ce n’est plus l’UE qui contrôle le monde. C’est aux thailandais de régler leurs problèmes internes pas aux européens.
    Vous oubliez de dire que Shinawatra a été accusé lorsqu’il était premier ministre de nombreuses violations des droits de l’homme (dans sa guerre contre la drogue, contre les minorités musulmanes,…). Je ne parle même pas des accusations de corruption pesant contre lui. Loin de moi, de vouloir défendre la junte militaire composé d’ultraconservateurs, cependant, je ne crois pas qu’il y ait d’un coté des bons et de l’autre, des méchants. Je n’aime ni les uns ni les autres. Entre des militaires réactionnaires aux méthodes dictatoriales et un milliardaire démagogue pratiquant le clientélisme et les magouilles en tout genre, je préfère rester neutrre

    • L’idée n’est pas de revenir à leur ancien premier ministre, mais de leur éviter si possible de devoir faire le boulot eux mêmes dans un bain de sang de répression et de guerre civile.

      Bien sur que pragmatiquement il faudrait les laisser agir par eux memes pour défendre ce en quoi ils croient eux. Mais dans les faits je crois qu’il est plus sage que la communauté internationale influence les gouvernements au pouvoir afin que ceux ci soient démocratiques.

      Et la, les thailandais pourront voter pour le roi et la junte militaire si ils le souhaitent.

      • « Mais dans les faits je crois qu’il est plus sage que la communauté internationale influence les gouvernements au pouvoir afin que ceux ci soient démocratiques. »

        Ok mais dans cette « communauté » n’y a t’il pas la Thailand, l’Arabie Saoudite, La France, les USA, le Venezuela,Cuba, la Chine, etc.
        En quoi cette communauté est elle apte à imposer un regime démocratique à un membre de cette même communauté ?!?! Pourquoi s’impliquer en Thailand mais pas en Arabie Saoudite.

        La communauté internationale c’est du n’importe quoi.

        • « a communauté internationale c’est du n’importe quoi » la comunauté internationale n’existe pas, il n’y a que des états avec leurs intérêts propres

    • Quand on ne connaît absolument pas une situation politique, on ferait mieux de se taire que de débiter une suite de contrevérités et d’âneries. De plus.il ne suffit pas d’être accusé pour être coupable etc etc.

    • En effet la seule alternative qui ait qq sens , Arnaud…

  • Compte tenu de leur connaissance du pays DSK, Jack Lang et Frédéric Mitterrand se proposeraient pour former un triumvirat afin d’assurer la transition du pouvoir au nom de l’Union Européenne.

  • Je comprends assez bien l’irritation de l’auteur face à la junte au pouvoir: les privations de liberté, l’utilisation intempestive du crime de lèse-majesté pour éliminer l’opposition sont particulièrement discutables. Cependant cette analyse est très superficielle: la clé de la situation en Thaïlande est la santé du souverain actuel Bhumibol. Chaque grande force politique en Thaïlande essaie de se placer au mieux dans l’attente de son décès (ses héritiers étant une bande de débiles congénitaux, ils pourront difficilement maintenir la royauté en son état actuel), ainsi le PPP (le parti de Thaksin Shinawatra), le Parti Démocratique (le parti des élites thaïes et de la classe moyenne émergente) et l’armée se disputent le pouvoir férocement. Ils veulent absolument être au pouvoir quand le vieux roi décède car celui qui tiendra cette position à ce moment là va pouvoir faire main basse sur le pays. L’enjeu est giganstesque.
    Ignorer ce fait dans une discussion politique sur la Thaïlande c’est en rater l’élément clé de cette discussion.
    De plus citer les Shinawatra comme exemple démocratique c’est assez rigolo quand on sait qu’il y a eu des achats de votes massifs dans le nord de la Thaïlande à chacune de leurs élections.
    Vouloir impliquer l’Europe afin de se rétablir la démocratie, c’est franchement mal connaître les Thaïs. Ceux-ci sont très patriotes et ils sont très fiers que leur pays, contrairement à tous leurs voisins, n’est jamais été colonisé par les européens. Toute ingérence de puissances étrangères dans leur affaires intérieures serait très mal vécue par les Thaïs et il est presque sûr qu’à choisir ils préfèrent encore la dictature de la junte militaire.
    Il serait bon de vraiment apprendre à connaître les Thaïs et la Thaïlande avant d’écrire un pareil article.

    • Indubitablement une tres bonne connaissance du sujet, de la part de qq un , qui y a mis les pieds, mais surtout qui a des yeux et des oreilles…

  • Qu’est-ce que l’Europe a à faire là bas. Que voulez-vous ??? encore une « punition » style Fabius sur Bachar ??
    Cette junte est venue suite à une ènième « révolution de couleur » dirigée depuis Washington, faites un papier sur Washington et le bourbier qu’ils installent partout sur la planète.
    Encore une diabolisation trop connue pour être crédible, nous n’avons pas à nous occuper d’installer de soi-disant « démocratie » du style Otanesque qui n’a de démocratie que le nom. On élit des clowns sur un programme de cirque, et pendant 5 ans ils font tout ce qu’ils veulent dans cette monarchie élective bien loin du soi-disant pouvoir du peuple. Ces guignols se sont octroyés tous les privilèges monarchiques et aristocratiques, et nous sommes là pour payer. Désolé pour les vrais clowns et les vrais guignols que je respecte, mais pas ceux là.
    Nous sommes nous mêmes en dictature, occupez-vous en plutôt que de vous imaginer régler tous les problèmes imaginaires ou non sur cette terre.

    • « Cette junte est venue suite à une ènième « révolution de couleur » dirigée depuis Washington, faites un papier sur Washington et le bourbier qu’ils installent partout sur la planète. » n’importe quoi, il faut arrêter avec vos délires complotistes.
      Dire que les évènements actuels en Thailande sont causés par les USA est ridicule (x’est un conflit entre d’un coté, les paysans et de l’autre, l’élite traditionnelle et les classes moyennes).
      Les gens dans votre genre sont tellement pathétique, ils pensent que tous les maux viennent des USA

      • arnaud: « Dire que les évènements actuels en Thailande sont causés par les USA est ridicule »

        Hier mon lait a tourné et malheureusement pour les coupables, le caillé esquissait l’insigne de la CIA: le crime était signé Washington une fois de plus ! 😉

        Jo: « On élit des clowns sur un programme de cirque, et pendant 5 ans ils font tout ce qu’ils veulent dans cette monarchie élective bien loin du soi-disant pouvoir du peuple. Ces guignols se sont octroyés tous les privilèges monarchiques et aristocratiques, et nous sommes là pour payer. »

        Là je vous rejoints complètement, mais sur les USA c’est ridicule.

  • c est n importe quoi votre article!! je vis en Thailande et ce n est absolument pas ce que vous decrivez;la population a trouve dans l armée un salut, car jaunes et rouges allaient s entre tuer;pour le reste personne n a de lecons a leur donner, c est un peuple libre qui essaie de chercher la meilleure voie possible,; mais ce n est pas facile comme n importe ou d ailleurs
    les militaires ont pris le pouvoir et essaient de trouver une solution

  • des fois il faut passer par une dictature pour obtenir la démocratie et puis une révolution pour la quitter , laissez donc ces gens vivre leur vie comme ils l’entendent , notre style de vie n’est pas vraiment un exemple a suivre !

  • Et puis quoi encore???

  • C’est sur que la fédération Européenne n’a pas libérée assez de Peuples ces dernières années, après avoir apporté la démocratie en Afghanistan, Irak, Libye, Syrie (…) nous ne pouvons certainement pas nous arrêter en si bon chemin.

    Et que nos bons citoyens ne craignent pas le coût d’une telle opération, la vente d’armes au Royaume d’Arabie Saoudite couvrira nos frais (sinon on se servira joyeusement dans les ressources locales)

    Le peuple Thaï doit être impatient de découvrir notre fameux (fumeux ?) système de démocratie bi/tripartites.

    De toutes façons ça ne sera pas la première fois que l’on chie sur le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, de plus ça retarde d’autant l’inévitable moment ou l’on devra balayer devant notre porte.

    « Cela sous les yeux d’une Europe qui semble pour l’instant indifférente à la détresse du peuple thaïlandais. »

    Cet article est une petite pépite.

    • « Afghanistan, Irak, Libye, Syrie,… » heu, il n’y a jamais eu d’intervention occidentale en Syrie à part une aide très limite aux rebelles syriens. L’intervention en Syrie vient surtout des pays sunnites (turquie et monarchie du golfe) pour les forces anti assad et chiite (Iran, Hezbollah,…) pour les forces pro assad. En Syrie, ce n’est pas une guerre civil mais une guerre de religion (chiite sunnite) même si c’est un peu plus complexe que cela.
      En Lybie, l’intervention était limité. et ce n’est pas l’intervention occidentale qui a créé le chaos qui était déja là. Quand la France et le RU sont intervenus, la Lybie était déja en plein chaos en pleine guerre tribale. L’erreur ca été d’abandonner la Lybie à son sort dans l’après Kadhafi.
      En Irak, il ne s’agissait pas d’une intervention européenne mais d’une intervention américaine (avec l’appui de la GB). Cette intervention était une erreur
      En Afghanistan, c’était une intervention de l’OTAN. Cette intervention s’est faite suite au 11 septembre. L’AFghanistan était dirigé par les talibans alliés d’Al Qaeda. Je vois mal comment les USA ne pouvait ne pas intervenir en Afghanistan après le 11 septembre

      • « ’intervention en Syrie » ’intervention étrangère en Syrie

      • « L’erreur ca été d’abandonner la Lybie à son sort dans l’après Kadhafi. »

        Bof, si dans quelques années la situation est toujours stable avec deux gouvernements n’est ce pas le signe que ce territoire doit être divisé entre deux pays ? Révolutions et guerres civiles ne sont que des ajustement spontanés d’un système politique incapable de se reformer, la situation au moment ou les choses se stabilisent, quel qu’elle soit, est le résultat le plus optimum que l’ont peut obtenir.

        L’évolution des systèmes politiques est une succession de bons d’un état auparavant stable devenu intenable vers un nouveau statuquo. On va de régime métastable à régime métastable.

    • Cependant, je suis totalement d’accord avec vous dans le fait qu’on ne doit pas se mêler des affaires de tout le monde. Ce qui se passe en Thailande est une affaire à régler entre Thailandais, ce n’est pas à l’europe d’intervenir. Le temps où l’europe dirigeait le mon de est fini. Il faut mieux que les européens se concentrent sur leurs propres problèmes. Nous n’avons pas à imposer nos valeurs au monde entier

  • « L’exemple type du modèle de l’échec de l’expatriation résultant de l’incapacité structurelle d’observer avec humilité une civilisation et une culture qui a l’outrecuidance d’être différente de celle qui a formaté l’auteur. »

    Je ne défends pas l’opinion de l’auteur mais il me semble toutefois que ce type de dictatures milliaires ressemble énormément à nos dictatures milliaires à nous… Il faut aussi avouer que même si ce n’est pas trop le cas pour les pays qui n’ont pas connus de dictatures socialistes que le socialisme a énormément uniformisé tout les régimes de cette planète.

    « Quant au parallèle entre l’Ukraine et la Thaïlande et l’appel à l’intervention de l’Europe, ils suffissent à nous instruire sur l’étendue de l’inculture de l’auteur. »

    Cette affirmation, comme la première, n’est que la conclusion d’un raisonnement que vous ne nous faites pas partager… On ne sais même pas si vous pensez que cela prouve « l’étendue de son inculture » car:
    – l’Ukraine est plus proche culturellement de nous que la Thaïlande
    – On est aussi éloigné de l’Ukraine que de la Thaïlande
    – On est intervenu en Ukraine et c’est un échec
    – On a pas intervenu en Ukraine

    • « avant d’écrire des énormités »

      Vous semblez bien désagréable, quelle est cette énormité que j’ai écrit ?

    • Les français devraient avoir un peu plus de modestie, en particulier au sujet de ses interventions, qu’elles soient militaires comme en Libye ou verbales, faites pour suivre bêtement la politique de sape des EU!

  • « Début août, un homme a été condamné à trente ans de prison en Thaïlande pour avoir publié sur les réseaux sociaux du contenu jugé insultant pour la famille royale.

    Une femme vient d’être condamnée à 800E d’amende en Espagne pour avoir pris une photo de voiture de police… patience, on y arrive.

  • On ne veut plus faire mumuse avec ses petits sodats de plomb ? La GRRRRRANDE Europe va régler ce petit problème……

  • L’Europe s’en fiche car le ministre de la guerre dans le monde n’a rien à prendre là-bas. (BHL)

  • Je vis en Thaïlande 6 mois par an depuis 8 ans, ai une épouse thailandaise …
    Cet article est totalement en contradiction avec mon vécu. Le mot même de « junte militaire » est inapproprié. La corruption immense (achat de millions de votes … à 500 baths par votant, par l’équipe de Taksin et de sa soeur, dans l’Isan en particulier; passe-droits à tous les niveaux par une police entièrement corrompue) est enfin combattue par les militaires. Le bordel causé par les luttes entre les « jaunes » (plutôt libéraux et chauds partisans du roi) et les rouges (partisans du clan Taksin) … avec le blocage il y a 3 ans de l’aéroport international de Bangkok, et les manifs à n’en plus finir d’il y a deux ans, tout ce qui a pu nuire à la tranquillité du peuple thaï et à son commerce … toutes ces luttes de partis qui n’en finissaient pas et qui emmerdaient tout le monde … eh bien, c’est fini et tout le monde, sauf quelques excités, s’en réjouit.
    La Thaïlande n’a pas vraiment intégré les règles du jeu démocratique. Quand un parti est à la tête du gouvernement, l’opposition bloque le pays, littéralement, pour reprendre le pouvoir. Les militaires, qui ne souhaitent nullement s’éterniser au gouvernement, ont le mérite d’avoir fait cesser ce jeu.
    Une chose à savoir aussi à propos de la Thailande : 99% des thaïlandais adorent leur roi, qui n’a d’ailleurs aucun pouvoir… et 99% des Thailandais approuvent le fait que soient interdits tout écrit ou toutes paroles insultant le Roi. Par contre, le fils héritier fait presque la même unanimité contre lui, étant une exemple de dépravation et d’immoralité dans sa vie privée. Tout le monde aimerait mieux voir une des deux soeurs hériter du trône, parce qu’elles ont toutes deux mener une vie exemplaire. Mais pour le moment, c’est l’incertitude totale quant à la survie même de la royauté quand le vieux roi (86 ans cette année, et des séjours de plusieurs mois à l’hôpital) disparaîtra. On peut effectivement s’attendre à de sacrées tensions quand ce funeste événement arrivera. Et alors, tout le monde ou presque en Thailande, sauf les chefs des partis politique, espère que ce seront bien les militaires qui seront au pouvoir à ce moment là pour éviter les désordres si nuisibles au commerce et au tourisme en Thailande.
    Pour faire bref, je suis consterné par cet article… Il me fait penser, par son incroyable ignorance, sa suffisance et sa prétention, à ce que nos divers ministres des affaires étrangères sous tous les gouvernements depuis une quarantaine d’années, ont réussi à dire et à faire au niveau international pour ridiculiser la France.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Johan Rivalland.

Le libéralisme est décidément une notion bien floue et très mal perçue par une grande partie des Français, nourris dès le plus jeune âge aux mamelles de l’État et qui sont persuadés, à tort puisqu’on le leur fait croire en permanence, que le libéralisme serait je ne sais quelle force occulte organisée qui les plongerait dans une sorte d’océan où ils se noieraient sans que personne leur vienne en aide. D’où la justification de l’interventionnisme et de l’État-providence, sans lesquels nous serions sans doute perdus.... Poursuivre la lecture

La démocratie est un sujet que nous avons souvent abordé, et qui a été étudié depuis fort longtemps par de très nombreux intellectuels. Loin d’être notre horizon indépassable, elle a donné lieu à un certain mysticisme.

Mise en cause dès ses origines, ayant rencontré des difficultés inhérentes à sa nature dès son apparition dans la Grèce antique, la démocratie semble une fois de plus à bout de souffle et menacée non seulement dans ses fondements, mais dans son existence-même. D’où l’intérêt du débat engagé entre deux philosophes contemp... Poursuivre la lecture

Dans une première partie, nous avions vu ce qui caractérisait une société de méfiance, à savoir :

centralisation administrative excessive, bureaucratie omnipotente, affaiblissement des initiatives, décharge de la responsabilité.

 

Dans cette seconde partie, il conviendra d’insister à la fois sur l’absence de responsabilité et sur les carences institutionnelles.

 

Une société de défiance caractérisée par une décharge de responsabilité

C’est le propre des systèmes centralisés où l’État oscille : trop faib... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles