La République de Hollande : copinage et compagnie, où est passée l’exemplarité ?

François Hollande avait promis une « République exemplaire ». Qu’en est-il réellement ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
François Hollande credits Parti socialiste (licence creative commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La République de Hollande : copinage et compagnie, où est passée l’exemplarité ?

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 12 mai 2015
- A +

Par Héloïse Brun

François Hollande credits Parti socialiste (licence creative commons)
François Hollande – Crédits : Parti socialiste (licence creative commons)

 

Être Président de la République n’est pas facile au quotidien : rendez-vous, scandales, rencontres, crises internationales… autant de problèmes qu’il faut gérer au jour le jour et tous sont différents. Mais il y a un problème qui, lui, semble traverser les âges, les mandats et les bords politiques : le pouvoir. Surtout le pouvoir de nomination pour certains postes haut placés et très bien payés. Un piège dans lequel François Hollande avait promis de ne pas tomber lors de sa campagne électorale… et comme la fameuse « inversion de la courbe du chômage », cette promesse a été un échec. Mais pour sa défense il est loin d’être le seul dans ce cas.

La République exemplaire : idéal vs réalité

Idéaliser c’est beau, ça donne de l’espoir. Mais la réalité est bien différente et Kant nous l’avait déjà appris en séparant la Raison Pure de la Raison Pratique. Cela n’aura pas empêché Marx puis Lénine de se laisser tenter par le communisme… ni même les « hippies » de penser qu’un monde sans règles fait de paix et d’amour aurait pu exister.

Et François Hollande n’est pas en reste lorsqu’il a promis, lors de sa campagne électorale, une « République exemplaire ». Une République où le chef de l’État, malgré sa toute puissance, serait illuminé, juste et sans préférences. Une République à la Platon, en somme… mais Platon était un idéaliste. Du coup François Hollande est tombé dans le panneau… et a donné des postes à responsabilité à certains de ses proches. Dernier en date ? Christian Gravel, proche du Premier ministre Manuel Valls et directeur du Service d’information du gouvernement, qui a été nommé préfet hors cadre lors du conseil des ministres du 29 avril 2015.

Les exemples de copinage ne manquent pas sous la présidence de François Hollande

Si la nomination de Christian Gravel était un cas isolé, on aurait pu penser à une erreur, mais malheureusement pour le Président c’est loin d’être le cas. Ce qui fait complètement échouer son projet de République exemplaire. Naturellement, il n’est pas question ici de juger des qualités intrinsèques des personnes nommées à ces postes de responsabilité, on se doute tous que malgré le copinage, la nomination soit justifiée. Mais la proximité entre le nominé et celui qui nomme reste troublante.

Contrepoints454 - République exemplaire - René Le HonzecL’équipe de direction de la Caisse des Dépôts et Consignations (CDC) en est un exemple parfait. Cet organe qui gère une très large partie des finances de l’État a, à sa tête, une flopée d’amis et connaissances du Président et de son équipe. Jean-Pierre Jouyet en est le Directeur général, et il est aux côtés de Hollande depuis une bonne trentaine d’années. Odile Renaut-Basso en est la Directrice générale adjointe, après avoir été directrice adjointe du cabinet de l’ancien Premier ministre Jean-Marc Ayrault. Thomas Le Drian en est le « Conseiller du Directeur général »… une fonction non mieux définie mais tenue par le fils de l’actuel ministre de la Défense, Jean-Yves le Drian.

Il ne serait guère difficile de trouver d’autres exemples de nominations « étranges » (pour ne pas dire « douteuses ») dans les rangs de la République. Mais comme nous le disions, François Hollande est loin d’être le seul.

Nicolas Sarkozy : un prédécesseur et un Maître

Sans aller trop loin dans l’histoire de la République, le prédécesseur de François Hollande est également un bel exemple de cet écueil contre lequel les Présidents ne semblent pas pouvoir s’empêcher de se heurter. Et il en est un bel exemple car lui aussi avait, en 2007, promis une « République exemplaire » exempte de copinages et nominations diverses.

Malheureusement pour celui qui brigue déjà un second mandat en 2017 malgré les quelques mises en examen qui pourraient lui barrer la route, tout le monde se souvient de la tentative de faire nommer son propre fils, Jean Sarkozy, à la tête de l’Epad. Une nomination qui a fait un tel scandale qu’elle n’aura finalement pas abouti. Mais bien d’autres ont réussi. Stéphane Richard, qui est encore le PDG d’Orange à ce jour, a été nommé par Sarkozy à ce poste en 2009 alors qu’il était… le directeur de cabinet de Christine Lagarde, alors ministre de l’Économie, et surtout un de ses amis proches.

Et que dire d’Alexandre Juniac, PDG d’Air-France, qui subit une des pires crises de son histoire et n’est toujours pas rentable après quatre années de plans sociaux ? S’il n’a pas été « nommé » par Nicolas Sarkozy à la tête de la compagnie aérienne, sa proximité avec le Président en charge lors de sa nomination en novembre 2011 laisse perplexe. Nicolas Sarkozy lui-même aurait déclaré qu’il « n’avait pas le niveau » pour diriger Areva, avant de le mettre à la tête d’Air France, selon des propos attribués par Anne Lauvergeon, ex-présidente d’Areva à qui le poste a été proposé. Pourtant celui qui a été le directeur de cabinet adjoint au Budget de Nicolas Sarkozy  de 1993 à 1995, qui a côtoyé nombre de ministres et qui a tenté de devenir numéro un de Thalès avec le soutien de l’Élysée en 2009 s’est tout de même retrouvé là où il est aujourd’hui… avec des résultats peu satisfaisants. Comme quoi, les copinages se suivent et se ressemblent au sein de la République Française…

Voir les commentaires (15)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (15)
  • si être copain d’un président signifie ‘être au placard’ …il n’y aura plus que des coquins dans son entourage… cruel dilemme !

  • ça prouve à tout le moins qu’ils sont tous pareils ; seul leurs idées politiques sont différentes ; peut être sont ils plein de bonnes volontés  » pour le changement  » quand ils sont en campagne , mais une fois au pouvoir , ils sont grisés au point d’oublier leur promesses , toutes leur promesses , sauf celles qu’ils ont pu faire à leurs amis ….l’exemplarité des politiques est inexistante , ils ne sont pas assez fort mentalement pour résister à tout ce que le pouvoir leur offre ; ce ne sont pas des surhommes , ce sont des gens normaux mais le pouvoir et l’argent modifis leur comportement et souvent au détriment du pays qu’ils sont censés dirigés ; tous pareils vous dis je , sans exception ;

  • le plus grave ce n’est pas cela.
    Il n’est pas complétement anormal de nommer quelqu’un avec qui on a des affinités plutôt que l’inverse, par contre créer des postes souvent inutiles et couteux pour donner un job aux copains(commissions, prefets,…), ou nommer un élu incompétent à un poste de responsabilité en passant par dessus le fonctionnaire formé qui devait avoir ce poste, alors là c’est anormal.

  • Ce monsieur Gravel, payé a se faire des colliers en macramé, nommé préfet sans préfecture, par Valls est une abjection.
    Après moult articles médiatiques.

    Après un rapport remis a Valls de la cour des comptes en juillet 2014 qui dénonce clairement cela.

    Il nomme son ami en empli fictif en sachant pertinemment que c’est un conflit d’interet.
    http://lequidampost.fr/nouveau-prefet-du-departement-hors-cadre/

  • Ouais, et la mère Ségolène, comme disait M. Aubry, c’est grâce à ses yeux bleus qu’elle a été nommée à la bPI, ou à ses grandes capacités d’économiste qu’elle a démontré en Charente-Poitou d’ou elle s’st fait mettre dehors par ses électeurs? Naturellement, son bref passage à l’éducation nationale, tout le monde en rigole encore, l’ont aussi aidé à se faire désigner par son ex-concubin comme ministre de l’écologie, domaine qu’elle maîtrise parfaitement quand il s’agit de faire du vent.
    Puisque l’auteur de ce billet nous rappelle Anne Lauvergeon, n’oublions pas qu’elle a fait sa carrière au temps béni de Mitterrand qui la mise en selle à AREVA, et avec toute la compétence qu’on lui connait cela lui a permis de laisser la société en état de faillite.
    Faut-il aussi rappeler le gouvernement nommé par son Altesse Hollande, composé presque exclusivement de la promotion Voltaire de l’ENA, constituée, comme tout le monde l’a remarqué, des esprits les plus brillants de France.
    Bref, en matière de mensonge, nous avons à faire à un Maître, Sarkozy ayant encore beaucoup à apprendre.
    Si, une différence de pus, au temps maudit de Sarkozy, tout était prétexte à scandale médiatique. Au temps béni de Hollande les « artistes » ne trouvent plus rien à redire, et les médias sont soigneusement encadrées par les « plans communication » venus quotidiennement de l’Elysée.
    Ah j’oublais les meilleurs, les syndicats! Ils n’ont plus rien à dire!depuis que Mrs Chereque et Thibaud se sont retrouvés nommés, miraculeusement, nommés à l’IGAS ou autre ibidule d’Etat, grassement rémunérés.
    Certes, le dirigeant de FO la trouve un peu amère, mais son Altesse protégeant et embauchant de nouveaux fonctionnaires, ayant même annulé la suppression du droit à la journée de carence, il se trouvé un peu gné de la ramener. Peut-être envisage-t-il de passer la main avant 2017?
    Bref, là aussi, le chômage bat des records historiques, mais on ne les entend pas. Pourquoi?
    Quoi qu’en dise l’auteur de ce billet, je ne crois pas que Sarkozy soit le Maître en l’occurence, peut-être verra-t-on en 2017 s’i a été un bon elève…

  • Article 6 de la DDHC: « La loi doit être la même pour tous, soit qu’elle protège, soit qu’elle punisse. Tous les Citoyens étant égaux à ses yeux sont également admissibles à toutes dignités, places et emplois publics, selon leur capacité, et sans autre distinction que celle de leurs vertus et de leurs talents »

    Aurait-on fait la Révolution pour rien? Autrefois un monarque absolu entouré d’une aristocratie d’obligés, aujourd’hui un président de la République aux pouvoirs exorbitants (en particulier pour les nominations, ce qui permet de contrôler tout l’appareil d’État ou presque) entouré d’une oligarchie. Autrefois une caste de privilégiés bien visible, aujourd’hui des réseaux dont les membres bénéficient de privilèges souvent discrets et sans rapport avec ce qu’ils apportent au pays (quand ils ne sont pas nuisibles…)

  • Le népotisme est un mal propre aux pouvoirs temporaires (et temporels…) l’histoire du Vatican regorge d’exemple.

    • Placer des personnes de confiance aux postes clés se comprend. Le pouvoir n’a pas de sens s’il faut constamment gérer des opposants de principe. En revanche, l’étendue du pouvoir fait question. A l’instar des histoires de statues dans certaines mairies, le problème de la France est l’ampleur exorbitante de l’espace public.

      Il y a infiniment trop d’espace public en France, et donc pas assez d’espaces privés, là où la concurrence peut déployer son oeuvre bienfaisante. Le marché est la régulation. Sans le marché libre, sans secteur privé, la régulation disparaît et il ne reste que l’arbitraire du pouvoir, impotent à force d’omnipotence.

      A propos des nominations, il y a tout simplement trop de postes et trop d’argent pour les financer. C’est aussi pour cette raison qu’il convient de procéder à des coupes franches et profondes dans les dépenses publiques, sans regrets et sans délai. Rien à voir avec une quelconque austérité (sauf pour les copains coquins) mais tout avec la libération (du collectivisme socialiste).

  • Il faut rester sérieux, Hollande n’a jamais et ne sera jamais un homme d’Etat. Bon politicien de gauche il est intelleigent, roué, sans convictions autres que l’adoration de lui-même et menteur sans scrupule.
    Issu d’une famille aisée il a suivi le cursus de la caste qui nous dirige et a été élu dans en déversant un torrent de haine et d’insultes, exemplaires (?), vis à vis de son adversaire politique

  • mais…n’est-il pas devenu de notoriété que les promesses n’engagent que ceux qui y croient ?

  • Notre Etat a concentré au fil des siècle beaucoup trop de domaines de compétence, pour les compétences avérées de ses dirigeants. La société civile doit s’organiser pour se réapproprier toutes les compétences de proximité : solidarité, école, logement, sûreté locale, économie. Dans tous ces domaines l’Etat central n’est pas utile, mais lointain et nocif. Copions nos voisins helvètes où les deux tiers des impôts (plus légers que chez nous) vont aux communes et aux cantons.

  • Bien vu ! Mais il y a une explication (en dehors du copinage) à nommer des proches : cela permet d’augmenter son pouvoir de contrôle sur la machine administrative alors que si on nomme sur le seul mérite et/ou adéquation du profil au poste, on risque d’avoir des personnalités indépendantes et cela le Prince ne peut pas le supporter.

  • Les français à la mémoire courte : les postes de préfets et des ambassades et des grandes administrations ont été changés dès que le roi fut élu, pour ses amis. Les avions et hélicoptères de la république n’ont jamais autant été utilisés (il l’avait dit: ça ! (pas d’avion comme Sarko, le pauvre n’a même pas accumulé les 15% de miles(pour rire : ils n’en ont pas) en 5 ans, que les 100% du roi en 3 ans. Je ne réunirai pas mon parti à l’Elysée (il l’a dit : ça !) : ils sont là en permanence, vidant les caves et dépensant des sommes folles en buffets ou repas)…
    SARKOZY paraît aujourd’hui comme un amateur.
    Hollande a toute la presse de gauche, et quand il ne l’a pas il suffit de menacer ses dirigeants- sur D8 Mr. Cyril avait pris l’habitude de reprendre les discours du roi, incapable d’aligner 3 phrases sans mal prononcer plusieurs mots, ou faire des fautes de grammaire élémentaires ; et c’était savoureux de voir que notre roi était bien bête. Fini !
    Roland DUMAS l’a révélé : Lorsque Mitterand les voyer arrivé lui et sa concubine disait « tiens encore les 2 imbéciles! »
    On est gouverné » !

  • Dès que j’ai lu ‘… ni même les « hippies » de penser qu’un monde sans règles fait de paix et d’amour aurait pu exister.’, j’ai arrêté de lire l’article. En effet, il y en a un autre qui y avait pensé avant : il s’appelle Jésus. Un manque de repère, peut-être ?

  • Politique, copinage et népotisme sont monnaie courante. Mais le recasement immédiat des démissionnés pour vol est beaucoup plus grave!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L'Élysée maintient la consigne déjà édictée par Emmanuel Macron il y a cinq ans, et héritée de Nicolas Sarkozy en 2007. Les ministres défaits lors du scrutin des 12 et 19 juin devront quitter le gouvernement, a confirmé le palais présidentiel ce dimanche. Élisabeth Borne, fraîchement nommée à Matignon, ne dérogera pas à la règle. La moitié du gouvernement est concernée.

Bien que la situation soit nettement différente de celle de 2017 - ils n'étaient que six concernés -, l'Élysée a décidé de maintenir la consigne déjà édictée par Emmanu... Poursuivre la lecture

C’est la dernière ligne droite avant l’élection présidentielle, et Valérie Pécresse continue de stagner dans les sondages.

??? L'évolution de l'ensemble des sondages publiés pour le premier tour :

?Macron 29% ↘️ ⚫️Le Pen 18% ↗️ ?Mélenchon 14% ↗️ ?Pécresse 11% ↘️ ?Zemmour 11% ↘️ ?Jadot 6% ➡️ pic.twitter.com/ulxIu1T0DB

— mathieu gallard (@mathieugallard) March 24, 2022

Parmi les raisons qui affaiblissent sa candidature, certains accusent le silence embarrassant de celui qui reste le mento... Poursuivre la lecture

Quand les temps sont moroses, quand les perspectives semblent sombres, rien de tel qu’un peu de distraction sans prétention pour se changer les idées et rire un peu. En France, alors que les prix de l’énergie s’envolent et que la guerre en Ukraine nous désole, nous réalisons une fois de plus avec effroi que nous n’avons pas de pétrole et beaucoup trop d’impôts. Mais par chance, nous avons François Hollande pour nous dérider !

Ancien Président et héros improbable de virées amoureuses en scooter, il rêvait de rendosser l’habit de Capitai... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles