Le chanteur de Mexico

Chanteur de Mexico (Crédits : René Le Honzec/Contrepoints.org, licence Creative Commons)

Le regard de René Le Honzec.

img contrepoints223

Sous le beau soleil de Mexico ravira les amateurs de Luis Mariano qui y poussa le contre-ut. Nul doute que notre chanteur à nous le poussera quand les bracelets de restrictions budgétaires de Valls lui comprimeront les boulettes dont il aime, dit-on, à user de façon purement privée. D’ailleurs, l’essentiel de son déplacement va servir à dépatouiller la situation conjugale embrouillée d’une Française (Non, ni Ségo, ni Valérie, ni Julie) romantiquement mariée – et divorcé – d’un gouverneur de Mexico (non, pas le chanteur). La lecture attentive du regretté SAS aurait pu l’en dissuader. À part cela, voyage purement touristique vu le nombre de contrat envisagés.

Pendant ce temps, les souris ne dansent même pas, accablées par la vacuité de l’action gouvernementale qui consiste à nommer un des députés socialistes européens les moins présents à la tête de la liste d’Île-de-France des européennes (Désir), à ramener tous les petits copains de l’ENA et/ou de PCI trotskystes à des postes-clés gouvernementaux.

À propos, Mélenchon s’est vu reconnaître le droit de traiter Marine Le Pen de « fasciste ». J’espère que des contradicteurs traiteront Mélenchon de « communiste » et les copains de Valls de « trotskystes » pour voir ce qu’en penserait la Justice.

Si Valls veut faire bouger les choses, il sera obligé d’être sanglant dans ses découpages-choix. C’est un expert du charcutage de cantons, d’autant plus vain qu’il en réclame lui-même la suppression (conseil généraux). Mais il n’est pas Schröder, il n’est certainement pas prêt à sacrifier sa carrière pour faire maigrir le mammouth rose. Alors, reprenons en chœur le refrain :

« Sous le beau ciel de Manuelo
On devient fou
Au son des rythmes socialos
Au soleil de Manuelo »