Initier les enfants au vin ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Initier les enfants au vin ?

Publié le 1 décembre 2013
- A +

Par Jean-Baptiste Noé.

VignobleUn professeur de biologie entraîne sa classe dans les vignes pour lui faire découvrir les secrets du vin. La scène ne se passe pas en France, où l’acte serait interdit, mais en Italie, en Ombrie, dans le livre de Teresa Severini Zaganelli Du Raisin au verre qui raconte aux plus jeunes comment l’on passe du raisin au verre. Ce livre charmant sera offert avec délice aux enfants d’amateurs de vin, par des parents désireux de leur faire découvrir le monde du vin.

Écrire un livre pour la jeunesse est un exercice malaisé, car le public est exigeant et difficile. A fortiori quand il s’agit d’un livre explicatif sur le vin. L’auteur réussit bien son pari. L’humour est constant, l’on suit les découvertes de la classe à travers les chais de Torgiano et les questions des enfants sont aussi les nôtres. Les réponses sont pertinentes et précises, la facilité n’est pas de mise. Les illustrations sont nombreuses, qui permettent de rentrer dans les mystères du vin : elles présentent l’ensemble du processus de fabrication du vin. Les termes techniques sont définis en hors-texte, comme complément à l’histoire du livre ; des notes culturelles et historiques complètent l’initiation proposée par le livre.

Voilà donc pour les plus jeunes de quoi comprendre les mystères de la cave, et de quoi accompagner les conversations avec leurs parents. Les enfants pourront demander à leur père ce qu’il en est de la fermentation malolactique ou de la présence des polyphénols dans le vin dégusté devant eux. La lutte contre l’alcoolisme passant par l’éducation, non par la prohibition, ce manuel d’initiation à l’usage du jeune public lui permettra de se doter d’une solide culture vinicole, avant de passer aux travaux pratiques, sous le regard bienveillant de leur père.

Sur le web

Voir les commentaires (12)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (12)
  • Je vais bientôt publier un raccourci « De la coupe aux lèvres », on s’en tape de la technique, buvons sans modération et glou et glou…

  • Pour comprendre le vin, il faut le boire. Si l’on a accès aux belles bouteilles notre palais va se développer, nos papilles s’habituer au bon. En revanche, si l’on tourne au vinaigre il sera impossible d’avoir une bonne éducation en la matière. Comprendre comment on fabrique le vin est déjà une bonne étape. Cette action doit être saluée et encouragée.

    @homo-Orcus, il y a une technique pour boire ainsi que pour fabriquer le vin, on ne plaisante pas avec des choses comme celle là !
    Je ne rigole pas, c’est un des derniers trésors de la France…..je voudrais sauver au moins ça…..ainsi que le fromage et le pain. ça se complète pas mal. Bon si en plus on a un bon bout de sauce sous la main….
    Ah, la France peut devenir pauvre, tant qu’il restera à bouffer, moi je vous le dis, on pourra toujours négocier !

    • je vais publier aussi « Du Pourou à la liquette » mais là c’est hard !

      • Il faut arrêter de « jouer avec le feu ».
        Proposer du vin à des enfants doit être punissable par la loi.
        Contrepoints est-il un club d’initiation au vice ?

        • Un manque de discernement flagrant.

          Ce n’est pas en apprenant la modération jeune qu’on devient fou plus tard.
          Tu as raison, il vaut mieux que les jeunes découvrent l’alcool avec les copains dans la rue à l’adolescence, sans aucun controle, plutot que de les éduquer.

          A moins que vous fassiez partie de cette population qui pense sérieusement qu’on empêchera les jeunes de découvrir l’alcool par leurs propres moyens… Ce qui est impossible. La seule chose qu’ont réussi les lois concernant cette question, c’est de rendre la pratique toujours plus clandestines et donc toujours moins controlées. Ce qui augmente d’autant les risques d’incident.

          Mais on s’en fout, la pureté morale avant tout.

          • c’est plutot les parents qui initient leurs progéniture à l’alcooleet au tabac: quand le père fume, ou boit, trés souvent le fils en fait de mème. on appelle ça l’impregnation. quand il cogne , itou.
            ça marche aussi avec les animaux: quand la deuxième bète du gévaudan a été abattu ( celle de chastel ) les chasseurs se sont appliqué à detruire la totalité de ses louveteaux ( 4 ou 5 ) de peur qu’ayant vu leurs parents manger de la chaire humaine, ils soient poussés à faire la mème chose une foi atteind l’age adulte 6 mois plus tards…

        • Pour goûter un vin, on boit une petite quantité, on fait glouglou dans la bouche, et on crache !
          Où est le problème ?!
          En plus il y a aussi le nez et les yeux qui marchent en même temps.

          On peut sinon les initier au socialisme et leur apprendre toutes les choses interdites…..le problème est que la liste augmente chaque jour.
          Rajoutez: interdire aux enfants le Streaming sur votre liste.

        • Les statistiques sur les décès liés à l’alcool sont bien plus inquiétantes en France qu’en Italie.
          http://sante.lefigaro.fr/actualite/2013/03/04/19959-pres-50000-deces-dus-lalcool-an

          • Donc les italiens ont au moins 10 ans d’espérance de vie en plus (vu qu’ils meurent moins de l’alcool) ?
            Non, ils meurent d’autres chose alors ?
            Quel est l’intérêt de ne pas boire ?

  • on devrait plutot les initier à la sexualité, ce serait plus  » productif  » !

  • Je suis entièrement d’accord!!! Je me tue à l’expliquer depuis des lustres sur bien des sujets. On confond trop souvent les amateurs/passionnés, et les excessifs.

    Moi par exemple, depuis tout petit j’adore les jeux videos. C’est ma passion. Mais du coup tout le monde s’imagine que je suis un geek qui passe 90% de son temps rivé sur sa console. Mais personne ne soupçonne le jeune voisin qui n’avait pas le droit de jouer quand il était petit, mais qui aujourd’hui passe 10 fois plus de temps que moi sur une console.

    Bref, c’est un exemple et on peut le transposer pour tous les domaines. L’alcool y compris. Des amateurs de vin ne deviendront JAMAIS des alcooliques. Enseigner aux jeunes comment apprécier un bon vin, les empêchera surement plus tard de faire comme leurs ainés, se pinter lamentablement a grand coup de cubis de beaujolais nouveau….
    Comprendre et apprécier un produit alcoolisé, c’est aussi apprendre la parcimonie. On développe un gout et une modération qui ne peut aller de paire avec l’alcoolisme.

    D’ailleurs, au passage, on remarquera, comme j’en parlais au dessus, que les jeunes qui n’ont jamais joué aux JV étant petits, quand ils se mettent à jouer plus agés, ils ont tendance à ne pas savoir se contrôler, se modérer et sont bien plus sujets aux dérives que ceux ayant normalisés la chose plus tot. Pour l’alcool c’est pareil.

    De plus, c’est une manière d’encadrer aussi tout ça. A part quelque personnes pour raisons religieuses ou de santé, tout le monde finira par consommer de l’alcool. Or, il veut mieux que ça commence jeune dans un cadre strictement contrôlé et surtout d’apprentissage, qu’à 15/16 ans, à l’arrache pendant une heure de perm sans aucun contrôle.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Par Jean-Baptiste Noé.

Tout commence avec l’agneau pascal, mémorial des agneaux abattus et consommés par les juifs, en mémoire de la fuite d’Égypte et de l’errance, quarante années durant, dans le désert. Cet agneau que Jésus reprend, s’identifiant à lui sous la forme de cette brebis muette devant ceux qui la tondent, cet agneau mystique, l’agneau de Dieu présenté dès son baptême et que les frères Van Eyck ont sublimé à Gand.

L’agneau évoque le sens profond du sacrifice, de l’holocauste, qui court à travers toute la Bible, de Ca... Poursuivre la lecture

Par Jacques-Olivier Pesme[1. Director of the Wine & Spirits Academy, Kedge Business School.]. Un article de The Conversation

En valeur, la France est le premier producteur de vin depuis des années, et ses entreprises – domaines, châteaux ou négociants – savent opportunément marier qualité et diversité. On pense évidemment aux champagnes, nec plus ultra des effervescents, mais aussi aux grands vins de Bordeaux et de Bourgogne, puis, plus récemment, aux rosés de Provence. D’ailleurs, ce sont les vins de l’Hexagone qui sont exportés v... Poursuivre la lecture

Par Grégory Bressolles[1. Professeur de marketing, Responsable de la Chaire "Business in a Connected World", Kedge Business School.].

Avec plus de 417 sites en France et une valeur globale multipliée par 10 en 10 ans, le marché de la vente de vin en ligne est un marché très concurrentiel, qui est entré dans une phase de maturité.

Vente en ligne : un marché à maturité après 10 ans de forte croissance

De nouveaux consommateurs sont en permanence attirés par la facilité que représente l’achat en ligne et la diversité de l’offre. D’... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles