La réalité est toujours plus conservatrice que l’idéologie

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Aron

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La réalité est toujours plus conservatrice que l’idéologie

Publié le 18 octobre 2013
- A +

Développement libre d’une citation de Raymond Aron, « La réalité est toujours plus conservatrice que l’idéologie », qui se trouve dans L’opium des intellectuels. Si tout le monde prenait conscience de la vérité décrite par Aron, les discours dangereux et illusoires abuseraient moins de monde et la lucidité, vertu trop rare dans les affaires politiques, serait plus répandue.

AronLe réel c’est ce qui résiste. À quoi ? À l’homme. L’homme désire, imagine, rêve, espère ; il aimerait modifier le réel à sa guise, le bouleverser, le simplifier pour vivre dans un monde meilleur. Mais ce monde que l’homme reconstruit est un mirage ; le monde réel n’est point malléable par la pensée ; au contraire, silencieusement il refuse de se plier aux volontés humaines et adresse sans état d’âme une fin de non-recevoir à qui veut le modifier sans se soumettre à lui. Il n’y a qu’un seul moyen de changer le monde, c’est d’accepter les règles du monde ; elles ne sont ni faciles à comprendre ni facile à accepter. La liaison des choses à toutes les choses constitue le résistant tissu de la réalité ; tissu complexe et toujours problématique, car il ne se se comprend qu’au prix de mille efforts répétés, dans un lent mouvement fait de doutes, de tâtonnements, d’hésitations, de rectifications.

Rares sont les hommes qui osent accepter de douter. Toujours le même problème : on croit savoir et on s’élance en avant, à l’aveugle, et on finit par se cogner à la dure réalité. Pire : l’homme convaincu, absorbé par son idéologie et ses bons sentiments, est tellement animé par la logique de ses idées qu’il n’aperçoit pas la stable résistance du réel. Il ne désespère pas, non ; il continue à batailler vaillamment ; il se sent généreux et croit au pouvoir de l’homme ; il s’enthousiasme, gesticule, discourt – le monde ne bouge point. Comment expliquer cette fascinante persévérance dans l’échec, cette choquante incapacité à vouloir s’adapter au réel, qui rend les hommes semblables aux mouches se cognant inlassablement contre les vitres ? Par la force de l’idéologie.

L’idéologie est un système de croyances illusoires plus ou moins fondée sur une apparence fallacieuse de rationalité. Ces croyances sont tenaces parce qu’elles viennent du plus profond de l’individu ; il ne s’agit pas de croyances concernant des objets qui nous sont indifférents ; ils concernent des objets qui nous plongent dans une ivresse onirique pleine de bonnes intentions ; on croit se battre pour l’Avenir, pour le Progrès, pour le Bien du monde. L’idéologue est sincèrement persuadé qu’il œuvre pour le Bien et croit sincèrement que les opposants à son projet, d’une manière ou d’une autre, qu’ils soient réactionnaires, fascistes ou ultra-libéraux, refusent d’avancer vers le Bien. Mais le Bien n’existe point ; ce n’est qu’un idéal censé être régulateur mais qui désarçonne les hommes plutôt qu’il ne les guide. Ce qui existe, ce sont des résultats bienfaisants ou malfaisants, résultats qui sont forcément multiples et difficiles à interpréter car ils ne se comprennent que lorsqu’on les intègre dans une vision objective des choses détachée de toute idéologie.

La situation des hommes lucides, tels que Raymond Aron ou Jean-François Revel, n’est pas très agréable ; ils jouent le rôle, pourtant nécessaire, des observateurs qui constatent les faits et qui font déchoir l’Idéal de son piédestal doré. On préfère toujours les idéalistes qui insufflent un élan généreux aux hommes que les circonspects briseurs de rêves. Ce n’est pas étonnant ; l’enfant accepte mal l’idée que le Père Noël n’existe pas ; les rêveurs du politique acceptent mal l’idée que la sacro-sainte Égalité ne régisse pas le monde – pire, qu’elle ne puisse ni ne doive régir le monde. Pour continuer à rêver peinard, ils construisent des réductionnismes divers, dans le but de se déterminer un ennemi et de trouver des solutions faciles : d’où l’égalitarisme, le pédagogisme, le sociologisme.

On comprend donc bien pourquoi l’idéologie est séduisante : c’est un beau songe qui paraît rationnel et qui, de surcroît, est agrémenté des meilleurs sentiments du monde. Aujourd’hui, quand on pense à ce mélange confus entre l’utopiste naïf, la belle âme vindicative, le dogmatique imprudent, l’esthète qui se croit rebelle, on pense évidemment au socialiste. Le socialisme n’est évidemment pas la seule idéologie nuisible aux sociétés, mais c’est celle qui est la plus présente et qui s’oppose actuellement directement au libéralisme, lequel, on ne le rappellera jamais assez, n’est pas, dans son principe, une idéologie, mais une doctrine souple constituée par un ensemble de propositions appuyées par l’expérience.

Le seul moyen de ne pas céder à la séduction de l’idéologie est de cultiver la vertu de la lucidité, vertu difficile et froide, peu attrayante, mais qui est la plus essentielle dès lors qu’on se préoccupe sérieusement des affaires politiques. Il faut être lucide pour apprendre que le monde ne se modifie pas avec les mots mais avec des actes, et que pour accomplir des actes efficaces, il faut moins de l’éloquence, ou une haute stature fantasmée, que la capacité à analyser froidement une situation donnée et à s’adapter à celle-ci. L’homme lucide se contente d’essayer, humblement, de déterminer les causes de certains problèmes et de proposer, avec précaution, des solutions possibles ; et, surtout, lorsqu’une de ces solutions ne fonctionne pas, il rectifie ses idées pour les adapter au réel plutôt que d’adapter le réel à ses idées. Le réel, il est vrai, est un peu moins enthousiasmant dès lors qu’on le regarde en face, sans mirage, sans les lunettes de l’idéologie ; mais l’homme est alors en prise direct avec le monde, et c’est seulement dans ces conditions qu’il pourra essayer, patiemment et péniblement, de prendre les bonnes décisions pour améliorer sa situation.


Retour au sommaire de l’édition spéciale Raymond Aron, 30 ans déjà

 

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • Votre questionnement de circonstance, il va de soit, contient la réponse : « L’idéologie est un système de croyances illusoires ».
    Ce sont justement les croyances qui tiennent les peuples debout, le prix à payer et celui de la perte de ses prérogatives, de sa liberté, voire de son identité, mais qu’il est doux le collectivisme, fusse t’il religieux, face aux dures lois naturelles.

    Vous partez de travers avec la définition du libéralisme : « […] libéralisme, lequel, on ne le rappellera jamais assez, n’est pas, dans son principe, une idéologie, mais une doctrine souple constituée par un ensemble de propositions appuyées par l’expérience »
    Certes, mais rappelez vous Aron que vous citez fort à propos : « La réalité est toujours plus conservatrice que l’idéologie » car, tel que vous décrivez le libéralisme, d’une façon tellement pure et idéale… que cela ressemble à s’y méprendre à une idéologie.
    Le libéralisme est fatalement idéologique car il se heurtera, se heurte déjà, aux réalités de ce monde, n’en déplaise à certains; la particularité idéologique du libéralisme c’est justement son polymorphisme, sa lucidité sur le monde comme sur lui même.
    C’est par le courage et le réalisme que l’on s’extrait du berceau illusoire de la croyance, cette maturité, seul le libéralisme permet de l’atteindre au sein d’une société, c’est à la fois le ciment (donc idéologique…) et le contre pouvoir permanent de ce lien pour qu’il soit contenu.

    Merci en tout cas, à vous et Contrepoints, pour la mise en valeur de cet intellectuel, j’insiste avec une lourdeur assumée qu’il est temps que nous considérions nos propres références, les Etats-Unis, brûlot idéalisé du libéralisme, nous servent une bien mauvaise soupe en la matière.

    • Il y a peut-être confusion dans la mesure où le pragmatisme des dits libéraux est guidé par la recherche du profit et que cela ne constitue pas un cadre théorique suffisant pour parler d’idéologie. Cette attitude est éminemment empirique et s’avère donc opérante pour s’enrichir. Si elle permet effectivement de s’enrichir c’est qu’elle correspond suffisamment à la réalité pour ce faire. Les références à Smith, Hayek ou d’autres ne semblent pas fondamentales dans cette démarche. En tout cas bien moins que les référence à Marx dans l’autre camp. C’est surtout chez les gens de gauche que je trouve une description pure et idéale du libéralisme. En face, Smith ou Hayek peuvent être instrumentalisés pour un discours de légitimation mais je doute qu’ils orientent l’action des CEO et autres actuers du libéralisme.

  • Le libéralisme, n’ayant aucune référence véritable, attend toujours son premier rendez-vous avec la rélité 😉

  • Bien écrit, mais cela ne s’applique qu’aux utopies progressistes. Comme le communisme. Mais pour les utopies régressives comme dans une certaine part le nazisme et l’islamisme il faudrait plutôt dire que la réalité est plus moderne et surtout plus future que ne l’est l’idéologie construite sur une utopie régressive. Revenir à l’islam pur et original ou revenir à une race pure qui est menacée d’extinction, par exemple. Il ne faut pas « violer l’innocence du devenir » comme dirait Nietzsche.

  • « L’erreur systématique du réalisme est le châtiment d’un orgueil d’autant plus malaisé à déraciner qu’il est naturellement inconscient. » Vous prétendez pouvoir retirer si facilement les lunettes de l’idéologie? Autant rêver sortir de ses propres représentations. Dogmatique du passé! Relisez Kant, saupoudrez de Marx ; n’oubliez pas Nietzsche.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Christopher Paige. Un article du Mises Institute

Un cliché typique dans les milieux socialistes est que les pauvres et les opprimés refusent de voter pour leurs intérêts économiques. Voir, par exemple, l'ouvrage de Thomas Frank What's the Matter with Kansas ? How Conservatives Won the Heart of America.

Cette théorie est utilisée pour justifier divers stratagèmes antidémocratiques visant à "protéger" les personnes vulnérables contre elles-mêmes. Si, après tout, les pauvres ne votent pas dans leurs intérêts, alors pour... Poursuivre la lecture

Par Robert Guiscard.

Le Club de l'économie du Monde se propose de faire débattre décideurs et "experts" sur les grandes mutations économiques. Quels traits constitutifs se dégagent de leur Cité idéale ?

Trois aspects semblent se dessiner : la souveraineté européenne et numérique, la transition écologique et enfin des conceptions économiques originales sur la dette, l’inflation ou la dépense publique que je regroupe sous le terme de nouveaux économistes.

Malheurs de la souveraineté : l'autarcie et la citadelle assiégée

Sur... Poursuivre la lecture

La gauche politique comporte une constante : pour séduire, elle doit quitter la réalité et faire rêver. On le voit à nouveau avec la réussite politicienne d’un ancien socialiste : Jean-Luc Mélenchon. Ministre de Lionel Jospin de 2000 à 2002, il quitte ensuite la social-démocratie pour la radicalité politique. Concurrent du Parti socialiste dans une gauche de plus en plus divisée, il n’aura de cesse de critiquer cette gauche, surtout lorsqu’elle sera au pouvoir de 2012 à 2017.

Avec 21,95 % des suffrages exprimés à la présidentielle 2022... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles