Suggestions de réformes pour François Fillon et Jean-François Copé

Prix libres

Fillon et Copé parlent de liberté désormais. Un bon début mais qui ne sert à rien s’il n’est pas accompagné de mesures concrètes. Nous vous en suggérons quelques unes, pour éliminer les faux prix.

Fillon et Copé parlent de liberté désormais. Un bon début mais qui ne sert à rien s’il n’est pas accompagné de mesures concrètes. Nous vous en suggérons quelques unes, pour éliminer les faux prix.

Par Didier Maréchal(*).

Le Président de l’UMP Jean-François Copé et l’ancien Premier Ministre François Fillon ont donc, lors de leurs rentrées politiques, devant leurs partisans, proposé quelques mesures d’assouplissement de notre carcan étatique et fiscal.

Par charité chrétienne, nous éviterons de souligner que la droite, dite de gouvernement, est plus volontiers libérale dans l’opposition (Tiens, pourquoi ?), à l’exception notable des périodes de cohabitation 1986/1988 et 1993/1995.

Il peut être utile de leur suggérer d’autres pistes de réforme. En effet, depuis 1945, nos gouvernants successifs ont perturbé, entre autres, la libre fixation des prix par le marché (les parties prenantes), de dix biens et services.

1/ Le faux prix du travail

Le salaire minimum est fixé par l’Etat, indépendamment de la productivité du salarié, de la taille de l’entreprise, de son secteur d’activité et de sa localisation géographique.

2/Le faux prix des denrées alimentaires

La politique agricole commune permet de verser annuellement une dizaine de milliards d’euros de subventions (payés par le contribuable) aux agriculteurs français et aux entreprises agro-alimentaires. En outre, les agriculteurs bénéficient de divers abattements fiscaux et charges sociales. Enfin, le prix de la terre agricole est globalement fixé par l’Etat (via les Safer)

3/Le faux prix de l’énergie (électricité, gaz, carburant automobile)

L’Etat intervient en permanence pour fixer administrativement le prix du gaz et de l’électricité, parfois en contradiction avec les règles qu’il a lui-même fixées (Conseil d’Etat, GDF Suez du 30 janvier 2013). Le prix du carburant automobile est composé d’environ 80% de taxes.

4/Le faux prix des transports collectifs (SNCF, RATP, Taxis)

Le prix du billet, fixé administrativement et payé par l’usager représente environ 25% du coût total de la prestation: les 75% restants sont payés par les entreprises, l’Etat et les collectivités  locales, donc par le contribuable. La tarification des courses de taxi est fixée par les préfets.

5/Le faux prix du logement

Le locataire d’un logement social paie un loyer minoré de 30 % par rapport au marché « libre », grâce aux milliards de subventions publiques. Les loyers du parc privé subissent, du fait de cette concurrence déloyale, une pression à la baisse. En outre, Mme Duflot a mis en place, en 2012, un encadrement des loyers sur une partie du territoire. Pour encourager néanmoins la construction de logements neufs, l’Etat « accorde « des réductions d’impôt (Lois Scellier, Duflot). Vive le sapeur Camembert et ses trous !

6/ Le  faux prix des loisirs

Le prix d’un billet acquitté pour un spectacle (cinéma, théâtre) d’une entité publique ou privée subventionnée ne représente que 20 à 50% du coût total du billet, si l’on tient compte, en plus, du milliard d’euros supporté par l’assurance chômage des intermittents du spectacle.

Un raisonnement analogue s’applique aux équipements sportifs publics (piscine, gymnase,…)

7/Le faux prix de la formation initiale et continue

Le coût annuel  de la formation annuelle d’un élève ou étudiant (entre 6 000 et 12 000 €, suivant le niveau des études) n’est pas supporté de manière consciente  par les parents, car « l’école est gratuite. »Le prix de journée des organismes de formation continue, financé par une taxe obligatoire, est faussé par le fait que le budget doit être consommé. Accessoirement, la formation continue coûte à tous les employeurs, mais ne profite qu’à 30 % des salariés.

8/Le faux prix de la Santé

Le prix des médicaments payé aux laboratoires est fixé administrativement. Le taux de remboursement par la SS (donc des mutuelles) l’est aussi.

Le prix de journée d’hôpital public réglé par la SS, fixé administrativement,  est supérieur de 22 % au prix d’une même journée réglé à une clinique privée. Les coûts de l’hospitalisation (proche de 0 €)  et des médicaments supportés au final par le patient n’ont aussi aucun rapport avec son coût réel.

9/Le faux prix des Media

Le prix  de vente de nombreux quotidiens est artificiellement abaissé par les aides directes de l’Etat (plus de 272 M€ en 2012). Sans ces aides, des titres (sans lecteurs) auraient disparu.

Les télévisions et radios publiques n’ont en fait pas besoin de « client- public », car tout détenteur d’un poste de TV est taxé annuellement de 131 €. Cela  même s’il n’est pas satisfait des programmes proposés  ou s’il ne regarde ou écoute que des chaines ou radios privées.

10/Le faux prix du loyer de l’argent

Les taux d’intérêt sont fixés administrativement par la BCE à Francfort. Les conséquences néfastes pour l’économie française de ces faux prix sont, notamment, une captation indue des richesses  par certains, et une efficacité amoindrie de notre appareil productif (par une mauvaise allocation des ressources).

Rendons la liberté aux prix, la prospérité (re-)viendra tout naturellement.

(*) Didier Maréchal est trésorier d’Alternative Libérale et expert-comptable.