La SNCF perd ses wagons comme ses milliards

wanted-fret_low

150 wagons perdus ? Cela n’effraie pas la SNCF, largement habituée à perdre chaque année des milliards et à faire perdre chaque jour de longues heures à ses clients usagers et usés.

Une brève expresse de 22h12 par Monsieur Z.

En toute décontraction, la SNCF vient de lancer un challenge interne du 18 mars au 12 avril 2013 aux cheminots de sa division FRET SNCF. Elle leur demande sans rire d’aller au charbon et de chasser une (énième) prime en trouvant des wagons perdus partout en France depuis 10 ans. Ils devront même prendre en photo le ou les wagons retrouvés plus vite que leur ombre, tels des cowboys modernes, car « il aura fallu dégainer le premier » pour gagner la somme de 80 euros, comme le souligne Fabian Tosolini, chargé de la communication pour la Fédération Générale des Transports CFDT.

Bien évidemment cette branche transport de la CFDT a peu goûté à l’humour décontracté et marketé de la SNCF. Sur son blog elle a révélé ce curieux concours et en a profité pour démarrer la locomotive aux mécaniques bien huilées d’une critique de la « destructuration de l’entreprise menée depuis 2009 ».

Admettons tout de même la pertinence de la question posée sur ce même site :

Développer des transports propres et durables pour l’avenir et ne pas connaitre l’emplacement de ses wagons ! Y’a pas un hic ?

Il est vrai que 150 wagons perdus, ça la fout mal dans la gestion d’inventaire d’une entreprise de transport non ? Mais pour avoir suivi régulièrement les péripéties de cette grande entreprise monopolistique d’État, nous savons que cela n’effraie pas du tout la SNCF, largement habituée à perdre chaque année des milliards et à faire perdre chaque jour de longues heures à ses usagers clients usés.

En attendant une réforme lancée par son dirigeant, une vraie réforme s’entend et pas du Pepy de chat, les Français continuent à jouer les vaches à traire et à regarder passer le train de leurs impôts jusqu’à ce qu’il se perde dans le tunnel sans fin d’une gestion calamiteuse maquillée des vertus du service public et du bien commun. Est-il donc si difficile de distinguer le fret du faux ?