Trop d’impôt tue l’impôt, et le contribuable

Quand, il y a un an, un architecte se suicidait symboliquement devant un centre des impôts en justifiant son acte, l’État donnait leur journée aux employés du centre et démarrait une enquête. Où en est-elle ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints 2013413 suicide

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Trop d’impôt tue l’impôt, et le contribuable

Publié le 29 janvier 2013
- A +

Quand, il y a un an, un architecte se suicidait symboliquement devant un centre des impôts en justifiant son acte, l’État donnait leur journée aux employés du centre et démarrait une enquête. Où en est-elle ?

Un billet d’humeur de Baptiste Créteur.

L’affaire semblait simple : le 26 janvier 2012, un architecte qui devait près de 26 000 euros au Fisc se suicidait devant le centre des impôts de Créteil après avoir laissé un mot plutôt explicite à l’accueil : « Vous avez voulu ma peau, vous l’avez. »

«Tous les jours, il recevait des recommandés, des courriers des impôts, il semblait criblé de dettes. » Dans cet immeuble cossu et tranquille de l’avenue du Général-Leclerc à Maisons-Alfort (Val-de-Marne), une voisine revoit les va-et-vient réguliers du facteur. Un peu plus tôt dans l’après-midi, hier vers 14h30, cet architecte de 55 ans s’est rendu au centre des impôts de Créteil et, dans la cour du bâtiment, s’est tiré une balle dans la tête avec un revolver calibre 38 chargé de six balles. Il avait auparavant laissé un mot à une employée de l’accueil : « Vous avez voulu ma peau, vous l’avez. » Selon des sources concordantes, l’homme, marié et père de deux adolescents, devait près de 26000 € au Trésor public.

Sans vouloir remettre en cause la lucidité des serviteurs de l’État ni tirer de conclusions hâtives, il semble que l’architecte se soit suicidé à cause de et en signe de protestation face à la pression que faisaient peser sur lui le Fisc et ses agents. Mais l’État, dont la priorité n’est pas de faire des économies, a décidé de mobiliser des fonctionnaires pour mener l’enquête et de démobiliser pour la journée les salariés du centre des impôts.

Le centre des impôts, qui abrite la Direction départementale des finances publiques, a fermé ses portes pour la journée et une cellule psychologique y a été mise en place. En fin d’après-midi, les employés sortaient au goutte-à-goutte du périmètre mis en place par la police : certains n’avaient « rien vu, rien entendu »; d’autres, comme Florence, venue faire une formation, avaient été mis au courant une heure après le drame. « On a souvent des gens agités qui se présentent à l’accueil, mais on n’avait jamais vu un tel drame. Apparemment, il a demandé à voir une employée en particulier, mais il n’a pas attendu longtemps. Il devait être vraiment désespéré. » « Je l’ai aperçu de loin et j’ai entendu une forte détonation », décrit Kevin, agent au service du courrier. Mes collègues de l’accueil sont choqués, voire traumatisés. » Une enquête « aux fins de recherche des causes de la mort » a été ouverte.

Il ne faudrait pas jeter l’opprobre trop rapidement sur des fonctionnaires qui ne font que leur travail. Leur émotion est compréhensible : ils se sentaient sans doute en partie responsable de la mort d’un homme qu’ils ont, jour après jour, harcelé de courriers menaçant comme seul un État qui sait tout le bien qu’il peut faire avec l’argent des autres et qui a de grands projets à imposer à ceux qu’il est censé servir peut en envoyer. Mais ils ne l’étaient qu’en partie ; comment auraient-ils pu se douter qu’un homme se suiciderait de culpabilité faute de pouvoir accomplir son devoir de solidarité et contribuer comme il se doit au système social français ? Comment auraient-ils pu se douter que ne pas prêter l’oreille à un homme désespéré, ne pas recevoir un homme à qui on envoie pourtant des recommandés chaque jour pourrait le pousser au suicide ? Comment auraient-ils pu se douter que, en plus de tuer l’impôt, trop d’impôt tue le contribuable ?

Sans doute s’agit-il d’un cas isolé. Rares sont ceux que l’acharnement étatique poussera à un renoncement tel qu’ils envisageront le suicide et passeront à l’acte. Bien plus rares que ceux dont les projets ne verront jamais le jour en France ou ne verront pas le jour d’après, ou que ceux qui devront petit à petit renoncer faute de pouvoir s’acquitter des prélèvements et impôts. Il ne faudrait pas faire un cas général d’une exception et remettre en cause le train de vie de l’État et le système de protection sociale et les services publics injustes et inefficaces censés le justifier.

Mais il ne faudrait pas non plus que à 70% l’impôt soit encore jugé supportable par le conseil constitutionnel, ou que la propriété privée soit un droit insignifiant face à l’extension progressive du spectre de l’État-providence. Il ne faudrait pas non plus qu’existent en France deux castes, les producteurs et les parasites, ceux qui ne peuvent rien désirer et ceux qui peuvent tout désirer, ceux qui produisent et n’ont pas le droit de jouir des fruits de leur travail et ceux qui ne produisent pas et ont le droit de jouir du travail des autres. Il ne faudrait pas qu’on offre à certains des droits qui sont autant de devoirs pour les autres.

Si un fonctionnaire du centre des impôts de Créteil venait à se demander comment ce drame aurait pu être évité il y a un an et comment il aurait pu, à son échelle, y contribuer, il pourrait comparer le coût annuel pour le contribuable de son salaire et le montant réclamé par le fisc à ce contribuable. Si un homme politique voulait rendre hommage à ce contribuable désespéré – partisans de l’hommage à la culture communiste s’abstenir – il pourrait mener la même comparaison, que peuvent d’ailleurs mener tous ceux qui bénéficient des largesses de l’État.

Mais d’ailleurs, où en est l’enquête ?

Voir les commentaires (18)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (18)
  • En même temps, les gens ne savent-ils pas qu’il y a des impôts à payer ? Cet homme n’avait qu’à se renseigner et provisionner ses impôts en conséquence. Il faut arrêter de toujours rejeter la responsabilité sur l’État.

    • C’est mignon avec ce genre d’argumentation on peut justifier n’importe quoi 🙂
      Le verbe « falloir » est, en lui-même, une abomination ; mais encore pire dans ce contexte de domination du fort (l’Etat) sur les faibles (les contribuables), alors qu’à la base la société avait été pensé à l’inverse (vox populi, toussa toussa…).

      • Tu comprends Elphyr, c’était un architecte, il avait de l’argent (vrai ou pas, on s’en fout) donc c’est de sa faute, en revanche, tu peux être un maire ou un gouvernement, ne pas faire le nécessaire pour rembourser tes emprunts (ou mieux éviter d’en avoir) et rejeter la faute sur le grand KKKKKKAAAAAPITAAAAAALLLLL et/ou les salauds de traitres qui quittent le pays, c’est bien de rejeter la faute sur les autres quand tu es socialiste ou social-démocrate.

    • je viens de constater votre réaction suite à ce suicide, mais putain qui vous êtes vous pour pouvoir juger sans connaitre les motivations. Vous me dégouter.

  • S’ il avait 6 balles, il aurait pu emmener avec lui 5 parasites.
    Vous voyez qu’il n’etait pas vraiment mauvais lui. Il a garder à  l’esprit que derrière les mauvais traitements et le arcellement qu’il subissait, il y avait des vrais gens avec des familles comme lui.

    • Commentaire affligeant de bêtise qui se disqualifie de lui-même par le manque de fond et le surplus de fautes d’orthographe

      • S’il fallait relever chacune des fautes de français, la tâche serait plus qu’ardue. Par exemple, dans ton commentaire, il manque un point. Ce n’est pas notre faute si la grande Éducation Nationale nous a enseigné un français charcuté.

  • Excellent texte mais qui, hélas, ne changera pas d’un iota le fonctionnement de la machine administrative. Comme dans l’Allemagne nazi, les responsabilités sont divisées. Chaque agent n’est qu’un rouage et entre le chef de train qui ne fait que siffler le départ d’un convoi de la mort et un fonctionnaire qui ne fait que mettre un courrier dans une enveloppe, chacun estime faire son travail.

    • Comparaison très juste. « Des fonctionnaires qui ne font que leur travail » : c’était l’argument de la défense lors des procès d’après-guerre.

      Pour qu’ils acceptent un jour de cesser leur collaboration avec l’Etat obèse, les fonctionnaires doivent comprendre qu’ils contribuent directement ou indirectement à produire du malheur, de la misère, de la pauvreté et du chômage.

    • Encore un commentaire lamentable, comparant deux situations différentes qui ne sauraient être comparées….

      • C’est bien vrai. Le succès de Hitler (comme de Staline par ailleurs) c’est d’avoir théorisé et appliqué à la perfection une administration qui fonctionnait du tonnerre.
        En France, on est loin d’avoir une administration efficace ; et tant mieux…

      • Tuer une ou des millions de personnes ne change rien à l’affaire : cela reste un meurtre et les complices de ce meurtre doivent être sanctionnés. Nul ne peut se cacher derrière le fait qu’il n’est qu’un exécutant.

  • Les taxes locales foncière+habitation augmentent chaque année de 4-5-6%. Tous les ans. Vos revenus (a ceux qui répondent sur ce site, et sur d’autres) ne vont pas augmenter. Dans le meilleur des cas vont stagner.
    Dans combien de temps allez-vous devenir TOUS, cet architecte ??

  • Notre système est totalement fou…!!!
    Et nous deviendrons tous cet architecte…

    Il y a même des cons (« ça ose tout… ») « Et alors » qui trouvent cela normal…
    Pauvre type !!!!

  • Pour éviter un tel drame, un peu de compréhension des agents des impôts et un arrangement avec étalement des dettes sont toujours possibles.

    Respectons le deuil de la famille si elle ne veut pas communiquer sur l’enquête et faire un martyr de cet homme mais on peut toujours s’interroger si le manque d’information vient de l’Etat.

  • En fait, je crois que les réactions des fonctionnaires des impôts dépendent de leurs expériences à titre privé et de leur contact avec la « vie réelle ».
    Ayant eu à rencontrer une dame chargée du recouvrement, son comportement a changé lors de nos diverses rendez-vous: durant le premier, elle se plaignait que sa direction demandait une certaine souplesse avec les retardataires, mais elle considérait qu’il « fallait empêcher les entreprises de nuire » (sic). Entre temps, sa fille à pris des parts dans une entreprise libérale et à dû licencier du personnel pour la pérenniser. Lors de notre rendez-vous suivant, ses propos étaient totalement différents et elle a fait tout son possible pour nous simplifier la vie.
    L’expérience lui a semble t-il ouvert les yeux sur les difficultés rencontrés par les entreprises, et les particuliers d’ailleurs, ça n’a rien changé sur les impôts à payer, mais sa soudaine compassion à permis de faire passer la pilule.

  • Une cellule psychologique pour les bourreaux….

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don
ENA, école de fonctionnaires
4
Sauvegarder cet article

Clémenceau disait :

« La France est un pays extrêmement fertile : on y plante des fonctionnaires et il y pousse des impôts ».

En effet plus il y a de fonctionnaires, plus il y a d’impôts. Diminuer le nombre des fonctionnaires est un moyen efficace pour diminuer les impôts.

Mais ce n’est pas facile. Car les fonctionnaires savent défendre leurs avantages : emploi à vie, études supérieures gratuites (et même rémunérées), avancement à l’ancienneté, temps de travail réduit, retraites avancées et plus élevées (75 % de la moyenn... Poursuivre la lecture

Contrepoints a pu s'entretenir avec Benoît Perrin, le nouveau directeur de l'association Contribuables Associés, la principale organisation de défense des contribuables de France. C'est l’occasion d'aborder les problèmes liés au poids de l'État français.

 

Contrepoints : Pouvez-vous vous présenter et nous décrire votre parcours professionnel ?

Benoît Perrin : Originaire de Bordeaux, j’ai 42 ans et suis diplômé en dro... Poursuivre la lecture

L'inflation s'est accélérée en juillet pour atteindre 6,1 % sur un an, selon l'Insee.

 

L’inflation est de retour

C’est une erreur de penser que ce que l’on appelle communément « inflation » se résume simplement à l’augmentation des prix à la consommation.

L’inflation ne doit pas se définir comme une augmentation des prix à la consommation, mais comme une augmentation de la masse monétaire. L’augmentation des prix à la consommation n’est que l’un des symptômes de l’inflation, tout comme l’est l’augme... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles