Un think-tank libéral au Maroc

Un think-tank libéral indépendant visant la diffusion et la promotion des idées de liberté dans le monde arabe vient de voir le jour à Rabat.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
CSA-ERH

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Un think-tank libéral au Maroc

Publié le 21 janvier 2013
- A +

Un think-tank libéral indépendant visant la diffusion et la promotion des idées de liberté dans le monde arabe vient de voir le jour à Rabat.

Par Soufiane Kherrazi.

Au Maroc, un think-tank libéral vient de voir le jour. Le Centre Scientifique Arabe d’Études et de Recherches Humaines (CSA-ERH) est un think-tank libéral indépendant à but non lucratif visant la diffusion et la promotion des idées de liberté dans le monde arabe. Installé à Rabat, capitale du Royaume du Maroc depuis 1912, le centre se positionne comme un espace de réflexion et un créateur de débats par excellence. Son ambition première est d’accompagner le changement et la dynamique populaire que connait actuellement le monde arabo-musulman afin d’y apporter une contribution effective tout en proposant des programmes de réforme fondés sur l’État de droit, la propriété privée et la liberté économique, et ce à travers :

  • La réalisation de rapports et de recherches à l’initiative du centre tout en répondant aux préoccupations contemporaines.
  • La traduction des travaux scientifiques de l’arabe vers les langues étrangères et inversement.
  • La création d’un espace de dialogue et de communication entre chercheurs et penseurs nationaux et internationaux.
  • La promotion de la recherche dans différents domaines scientifiques : notamment les sciences humaines et sociales, politiques et économiques.
  • La coopération et l’échange avec les universités et centres de recherche et de documentation partageant le même intérêt.
  • L’organisation des conférences, des rencontres-débats et des séminaires de formation au profit des étudiants, des chercheurs universitaires…
  • La publication d’essais, d’articles et d’analyses portant sur des sujets d’intérêts communs marquant ainsi l’actualité dans le monde.
  • La mise à la disposition des décideurs et leaders politiques arabes un ensemble de propositions issues de travaux de recherches effectués par le centre, en vue de  promouvoir et stimuler la voix du développement et de liberté dans le monde arabe.

Dans son interview accordée à France 24, Nouh El Harmouzi, directeur du centre, souligne que l’une des principales causes derrière la création de ce centre, réside dans la nécessité de suivre l’évolution et la mutation sociétales profondes que connaissent les pays arabes en pleine effervescence par plus d’observation et d’analyse afin d’enrichir le débat public qui s’opère là-dessus, tout en rendant possible une approche objective qui consacre les valeurs de liberté et de propriété privée.

Une semaine après son ouverture,  le CSA a organisé trois séminaires :

  • Un séminaire de réflexion organisé le samedi 12 janvier 2013, à l’occasion de son ouverture, au sujet des perspectives de l’État civil dans le monde arabe. Cette manifestation a été marquée par la participation de plusieurs experts, penseurs, professeurs et chercheurs universitaires venant d’horizon différents (Maroc, Koweït…).
  • Un séminaire organisé, le 14.01.13, en partenariat avec la Faculté des Sciences Juridiques, Économiques et Sociales de Kenitra (Maroc) au profit des étudiants universitaires. Une rencontre au niveau de laquelle les professeurs C. El Ghabra (Kuwait), N. El Harmouzi (Maroc) et le sociologue marocain A. El Atri ont cheminé sur les différents défis qui préoccupent la jeunesse arabe, notamment la place et les attentes des jeunes dans cette période de transition, le rôle qu’ils peuvent jouer en tant que jeunes responsables et enfin leur regard porté sur  les perspectives de leur avenir.
  • Une conférence à Beyrouth, le 19.01.13, au sujet de la liberté économique au Liban avec la participation de Atlas Economic Research Foundation, Institute Fraser, MinbarAlHurriyya et d’autres. Cette conférence a réuni plusieurs participants : acteurs de la société civile, partis politique, experts économistes, membres du gouvernement, syndicats, journalistes, et toutes les personnes intéressées par la liberté économique au Liban.

À noter finalement que le CSA dispose d’une équipe professionnelle bien qualifiée, pluridisciplinaire et fortement impliquée dans les débats dans le monde arabe regroupent ainsi des experts universitaires et des chercheurs dans différents domaines d’études et de recherches.

Site web : http://www.arab-csr.org/

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • Bravo pour l’ouverture d’un think-tank libéral au Maroc et j’espère qu’on pourra lire sur le site de contrepoints des articles sur la façon dont les libéraux marocains envisagent la conciliation entre islam et libéralisme.

  • Fantastique nouvelle. Bonne chance aux initiateurs de ce centre, á la jeunesse marocaine et aux échanges entre libéraux et avec tout les acteurs de la société civile (dans son acception large.)

  • Une version anglaise ou française du site ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Lors de chaque élection présidentielle, quelques libéraux optimistes devinent dans les propos d’un candidat un impensé libéral ou des bribes de libéralisme qui témoigneraient de solides convictions cachées pour des motifs tactiques. Par ailleurs, des journalistes plus ou moins orientés ne manquent pas de qualifier de libérale une personne qu’ils veulent ainsi marquer du sceau de l’infamie.

La présente élection ne fait pas exception à la règle et c’est Valérie Pécresse, candidate de la droite, qui se retrouve en première ligne. Plutôt q... Poursuivre la lecture

Walter Lippmann fut un journaliste américain à la fois engagé dans les affaires internationales et dans les débats d'idées. Il mit en avant l'impossibilité d'une authentique démocratie dans une société contemporaine dans ses livres Public Opinion et The Phantom Public.

Si il fut un observateur lucide de la politique nationale comme des affaires mondiales, il fut aussi le promoteur réfléchi de solutions aux problèmes de régime. Il a ainsi été l'initiateur d'un libéralisme humaniste qu'il a promu dans son livre The Good Society. ... Poursuivre la lecture

1
Sauvegarder cet article

Qu’est-ce que le libéralisme ? Voilà une question qui peut paraître simple, mais au sujet de laquelle le moins qu’on puisse dire est qu’il existe beaucoup d’idées préconçues. Pour ne pas dire totalement fausses.

Il n’y a sans doute pas plus haï ou diabolisé que ce vocable de « libéral », quotidiennement mué en « ultra-libéral » ou « néo-libéral » pour les besoins de la cause.

Vous affubler de ce qualificatif suffit généralement à vous discréditer et à vous rendre inaudible par avance. Pourtant, le libéralisme n’est pas ce que l’... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles