La sale semaine de Monsieur Z : du 11 au 17 mars 2012

Loubousang

La sale semaine de Monsieur Z

Par Monsieur Z pour Contrefout

11 mars : Des avis niais à Avignon. 60 000 personnes font une chaîne humaine dans la vallée du Rhône pour « sortir du nucléaire » et accessoirement pour avoir une pensée hypocritement émue pour les victimes de Fukushima. Il est vrai qu’un an plus tôt, des milliers de Japonais cherchaient désespérément leurs proches dans les décombres tandis que les obsédés franco-verdâtres de l’apocalypse s’agitaient de manière obscène pour nous prédire la fin du monde, honnissant une technologie maîtrisée par l’homme mais adorant cette salope de Mère Nature qui venait d’emporter brutalement des milliers de gens dans des torrents de boue, sans distinction de sexe, d’âge ou de sensibilité écologique.

11 mars
: Hollande dit qu’il n’a « rien contre les riches ». A 75% de confiscation fiscale destinée à jeter inutilement de l’argent dans le gouffre sans fond d’un état sans fonds, on ne s’attendait pas à moins. Le temps d’une déclaration fiscale, Hollande met la casquette d’un pilier de comptoir qui vous dit qu’il n’est pas raciste, qu’il n’a « rien contre les étrangers » et que là où il vit « y en a plein autour, alors c’est bien la preuve ! ». Je vous laisse développer l’analogie.

12 mars : Sarkozy dit lui aussi qu’il n’a rien contre les riches… sauf s’ils partent vivre à l’étranger, probablement lassés par la spoliation fiscale qui ne satisfera jamais l’appétit sans fin des empires/états en fin de règne. Grand coup de râteau assumé à l’extrême gauche, mais… ne Mélenchon pas les torchons rouges, les serviettes roses et le papier toilette bleu.

12 mars : Déformation professionnelle pour Henri Guaino. A force de retoucher les discours de Sarkozy, voilà qu’il annonce que son omniprésident a sauvé les ouvriers de « Photoshop » (au lieu de Photowatt – ndlr) et confond ainsi l’aide photo-numérique d’Adobe avec la daube des aides au photovoltaïque.

13 mars : En 1925, Victor Lustig vendait la Tour Eiffel à un ferrailleur. Moins de 100 ans plus tard, des centaines d’escroc élus par les descendants du gogo arnaqué achètent l’avenir de la France entière, Tour Eiffel et dette publique incluses, le tout à crédit, pour une durée illimitée et avec remboursement solidairement forcé de leurs futurs rejetons à qui ils transmettront la grande croyance populaire du bien être social gratuit pour tous.


14 mars
: Plus de 9 000 civils tués en Syrie depuis le début de la contestation politique. Mais très gros succès de l’opération gouvernementale pour la promotion du e-commerce qui permet de cumuler 1 000 euros d’achat en chaussures Louboutin ou autres produits de luxe pour chaque lot de 1 000 civils tués. Asma el-Assad ra-foooolle de cette promo-shopping.

 

15 mars : Hollande n’a pas brillé dans « Des paroles et des actes », une des multiples émissions rébarbatives de campagne qu’il conviendrait de rebaptiser « Des moulins à paroles et des actes manqués ». Et oui, une fois le pot en plastique retiré, le Flamby ça reste mou. N’empêche que les militants l’ont mauvaise (moins que ceux d’Eva Joly, certes) non seulement parce que Nicolas Sarkozy le rattrape mais aussi parce qu’il a réussi à donner l’impression que Copé était bon.

16 mars : Nathalie Kosciusko-Morizet victime d’une arnaque. Elle s’est fait refourguer des bottes à 1700 euros la paire qui lui valent des réflexions désobligeantes de ses collègues soucieux de la défouquétisation de l’image UMP. L’escroc a fait des aveux honteux en minimisant les faits « j’aurais pu lui en vendre une paire à 300-400 euros, mais elle m’a dit qu’un ticket de métro en valait « 4 et quelques » alors moi j’ai appliqué une règle de 3 et quelques ! ».

16 mars : Un auditeur de RTL râle parce qu’il est très déçu par François Hollande et songe à voter Sarkozy. Cela prouve déjà que bonnet rose et bleu bonnet… Le plus drôle étant que cet auditeur avoue avoir subi sa deuxième déception amourose car il souhaitait voter DSK il y a quelques mois, avant la révélation des fornications hôtelières de son homme providentiel. Bref, il est déçu parce que l’un est trop couillu, l’autre pas assez et au final il va voter pour un attrape-couillon.

17 mars : Détestable destin d’état. Dominique de Villepin n’a pas rempli son sac de billes dans la cour de jeu présidentiel. Les maires de France lui ont préféré tout le monde, même Cheminade le pêcheur à LaRouche dont le nom évoque à peu près tout sauf la présidence. « Je suis empêché de me présenter à l’élection présidentielle, faute des parrainages requis. Mais notre mission continue et notre engagement pour la France reste intact » a déclaré grand Domi avant de faire modifier le logo de son parti et d’annuler toutes les réservations de cabines téléphoniques pour les prochains meetings électoraux, au grand soulagement de Corinne Lepage, sous réserve qu’elle obtienne ses 500 parrainages.

 

17 mars : Mon conseil de la semaine.

Ne faites pas chier Patrick le jour de sa fête, laissez-le s’amuser et boire des bières.


Ouais, encore une sale semaine mais je continuerai à lire Contrepoints quand même.