Écologistes roses de honte et socialistes verts de rage dans une campagne pas Joly Joly

imgscan contrepoints362

Les tractations radioactives entre EELV et PS ont irradié de nombreux militants

Un billet d’humeur de Monsieur Z

Dans la campagne électorale de François Hollande et Eva Joly, la Miss Présidente 2012, les tractations radioactives d’EELV avec les socialistes ont irradié de nombreux militants. Mais admettons le, les plus touchés restent les daltoniens de gauche et avec quelle perversité ! Je m’explique.

Les caprices écologistes causent de nombreuses souffrances en milieu urbain. Aux contribuables éligibles à la tonte fiscale annuelle par exemple, car les prix de tous les travaux d’aménagement de routes, rues et quartiers se sont envolés en 10 ans bien au-delà de l’inflation, comme une feuille de papier toilette recyclable un jour de tempête. Tout ça parce qu’il FAUT désormais prendre en compte dans tous les projets les deux cyclistes et trois tondus qui veulent absolument faire du vélo n’importe où, n’importe quand, n’importe comment et bien sûr au beau milieu des voitures plutôt que sur de jolis chemins fleuris.

Mais les daltoniens de gauche subissent bien pire encore. Oui, pire pour eux que la torture quotidienne de trier ses déchets ménagers dans des poubelles de couleur, il y a désormais l’obligation de distinguer un candidat vert d’un candidat rose.

Ce sont les grands chefs socialistes municipaux qui l’ont dit en hurlant : dans certaines villes, voter vert au lieu de rose c’est inacceptable, ce sont de vulgaires parachutages,  ce sont des accords électoraux… dissonants.

Avec moi, ayez une pensée émue pour tous les daltoniens de gauche qui, n’ayant malheureusement pas sur eux un compteur Geiger pour mesurer la sensibilité de leurs candidats roses et verts au nucléaire -seul test politique efficace actuellement- seront incapables de les distinguer.

Déjà que Marine le Pen essaye de refourguer un programme socialiste à des militants aveugles.

—-
Retrouvez l’humour de Monsieur Z dans la rubrique Contrefout.