Présidentielle 2012 : Chevènement, le Pen, Mélenchon, les Ronchons Flingueurs

Les Ronchons Flingueurs

Les Ronchons-flingueurs entrent en campagne !

Cela fait des lustres qu’il se présente parce qu’il dit avoir raison et qu’il aurait raison de se présenter pour le dire.

Jean-Pierre Chevènement a donc annoncé sa candidature officielle à la course au Trône 2012 avec des réactions et des effets de bord légèrement plus marqués et marquants que ceux provoqués par certains de ses prédécesseurs.

En venant grossir le lot bien garni de souveraino-républicains anti-euro, le Ché a de quoi sagouiner les candidats UMPS qu’il accuse en choeur d’avoir joué les sorciers pour diluer la souveraineté française forte et immaculée dans de la gouvernance européenne floue et lobbyisée.

Mais sa candidature fiche aussi l’brin dans l’esprit déjà embrumé de l’électeur qui va se tâter sec pour savoir qui, de Chevènement, le Pen ou Mélenchon saura le mieux faire du protectionnisme, revenir au franc, lancer de grands plans de réindustrialisation illusoirement efficaces mais réellement coûteux et matraquer ou rééduquer le sauvageon périphérique moyennement identitaire mais clairement identifié.

C’est donc un sacré mic-mac qui s’annonce chez les Ronchons Flingueurs ! J’vous laisse imaginer l’tableau, librement adapté.

« Je sais pas lequel de Nini ou d’François va morfler l’premier. Aux quatre coins d’Paris qu’on va le retrouver, éparpillé par petits bouts de bulletins de vote façon puzzle… Moi quand on m’en fait trop j’correctionne plus, j’milite… j’dispense… et j’ventile…
– Les étatistes ça ose tout, c’est même à ça qu’on les reconnaît…
– Etat souverain, état providence… état soeur ! »