Attali, bien pire que le médiator et le tabac réunis

Attali propose d’interdire complètement le tabac, en utilisant tous les arguments-poncifs habituels. Déconstruisons le troll.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
warning-conduire

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Attali, bien pire que le médiator et le tabac réunis

Publié le 8 février 2011
- A +

Il y a quelques siècles, la France se caractérisait par la présence en son sein d’illustres philosophes, de penseurs rigoureux, d’hommes politiques galvanisant les foules. De nos jours, ce pays n’offre plus que des moralistes pontifiants, des politiciens fébriles et brouillons, et des gratte-papiers pénibles spécialisés dans une provocation industrielle de synthèse. Attali n’échappe pas à la règle ; mieux, il cumule les trois positions.

Attali, c’est cet ancien conseiller de Mitterrand, qui multiplie les casquettes (économiste, écrivain, haut fonctionnaire, essayiste, philosophe, financier, voyant médiumnique) et qui est actuellement très connu pour avoir correctement prédit la crise financière avec deux ans de retard.

Si l’on y ajoute sa marotte de gouvernement mondial et une certaine propension à avoir des avis sur tout, et surtout des avis, on comprendra vite que le personnage colle parfaitement à ce désir d’universalité embrouillée que les Français semblent actuellement rechercher avec empressement : si après le passage d’Attila le Hun, l’herbe ne repoussait plus, on la sent confusément prise d’indécision chronique (verdir ou jaunir ?) après le passage d’Attali le zéro.

Et cette fois encore, l’homme ne nous déçoit pas. Tout avait pourtant bien commencé : dans un récent billet de son blog, il avait décidé de nous entretenir du Mediator, ce magnifique exemple de la collusion de l’état et de l’industrie pharmaceutique, illustration parfaite qu’en matière de santé, de gros sous et de corruption, le système public à la française n’avait absolument rien à envier aux cauchemars glauques des anticapitalistes primaires.

Las : nous n’aurons point sur la faillite de ce médicament les gouttes de sagesse ultime du philosophe / vendeur de livres, qui s’est contenté de noter sans aller plus loin qu’elle avait commodément provoqué la révision d’une liste de pharmacopées douteuses.

Jacques Attali

En revanche, nous aurons droit à un étonnant parallèle entre le Mediator et … le tabac : le premier cause des morts, le second aussi, il y a donc une similitude à côté de laquelle notre bon Jacques ne pouvait passer. Et le voilà parti dans une croisade consternante pour l’interdiction pure et simple de toute la filière du tabac. Pouf, comme ça.

On peut être étonné que le bon Jacques se soit arrêté en si bon chemin. En effet, en deux secondes de réflexion supplémentaire (que l’homme aurait sans nul doute facturé fort cher s’il l’avait menée lui-même) on peut noter que le parallèle qu’il fait pouvait largement être étendu à d’autres biens que le tabac.

Tout comme le médiator, les fusils d’assaut, les mines antipersonnel, les tanks, l’alcool, les anesthésiques et les piscines provoquent des dizaines de morts par an. Tout comme le tabac, on en fait la publicité, surtout pour les piscines et les anesthésiques. Là encore comme pour le tabac, l’utilité réelle rendue par les tanks, les piscines ou l’alcool est largement discutable et directement liée au point de vue de ceux qui, précisément, achètent ces produits.

Mieux : on sait de source sûre que les maladies vénériennes provoquent des milliers de morts par an. Ces maladies, par définition, ne se répandent que par le truchement des actes sexuels. Il serait logique qu’un hygiéniste comme notre bon Jacques propose, avec l’interdiction du tabac, des armes à feu, des piscines et de l’alcool, l’élimination pure et simple de tout acte sexuel, afin d’éradiquer une fois pour toute le SIDA, la gonorrhée, la syphillis et accessoirement l’Humanité toute entière ; d’une pierre, deux coups : on élimine plein de méchantes maladies ET on sauve Gaïa. Accessoirement, quelle envie de vivre peut rester aux hommes dans un monde sans alcool, sans drogue, sans armes et sans sexe ?

Attali le Zéro

En fait, ce qui fait le corps du billet d’Attali sur l’interdiction du tabac, c’est son analyse puissante et profonde des raisons qui poussent les états, malgré le constat dramatique sur le tabac, à en promouvoir toujours la vente : ils se sucrent au passage, les méchants ! Et devant cette évidence que l’état se mêle négativement du business de la drogue, que recommande Jacques ? D’ajouter une couche d’état, au travers d’une bonne interdiction dont l’efficacité est tous les jours éclatante.

A ce point là, normalement, je vous assomme avec une ou deux références sur la prohibition aux Etats-Unis, et une autre sur la guerre contre la drogue. Après, je fais un paragraphe plus ou moins rigolo en remarquant que la drogue, le sexe et le rock’n’roll ont toujours été violemment recherchés par les hommes et qu’interdire ces activités est parfaitement inutile ; comme il est un peu question de sexe, je dois même pouvoir faire une ou deux références graveleuses qui me feront perdre un ou deux lecteurs supplémentaires. Enfin, je termine en notant qu’après tout, tant qu’on ne se fait de mal ou de bien qu’à soi-même, tout ceci n’est pas vraiment grave, et je conclus sur « Les vices ne sont pas des crimes » et un lien sur Lysander Spooner.

Fastoche.

Mais je dis normalement, parce qu’ici, il n’est pas nécessaire de pilonner le pauvre billet d’Attali au canon de 105. Trop facile.

En réalité, Attali ne cherche pas à poser une réflexion. Comme la plupart des polémistes en France, il est dans l’émotion et dans le nécessaire besoin de recourir à l’état pour imposer aux autres cette société qu’il fantasme tout haut depuis qu’il s’est approché du pouvoir. Il lance sa proposition d’interdiction comme d’autres un rendez-vous à leur compagne dans une boîte échangiste, à tout hasard ; sur un malentendu, on ne sait jamais, ça peut marcher.

Attali s’inscrit parfaitement dans cette tendance jacobino-totalitaire mollassonne qui consiste à essayer, par tous les moyens, de régenter la vie des autres dès lors qu’on ne la juge pas conforme à ses propres standards.

Et comme le siècle précédent a montré qu’y aller franco, en matière de régulation éhontée de la vie des autres, ça finissait toujours mal, et qu’en plus, ces cons d’électeurs pourraient se souvenir des précédents (ceux-là même qui contiennent des heures sombres), les tenants d’une régence complète et micrométrique d’absolument tous les aspects de la vie ont trouvé d’autres moyens pour parvenir à leur fin : il suffit d’y aller par petits paliers discrets.

On pourra par exemple désinciter les gens à commettre des bêtises. On collera des photos de bébés morts sur les paquets de cigarette, des photos de goélands morts sur les bidons de pétrole, des photos de cyclistes morts sur les portières de voitures, ou d’ours polaires morts, selon l’angle choisi prévention routière / réchauffement climatique. Il faudra beaucoup de photos de trucs morts, en tout cas. Moyennant quoi, les gens seront « incités » à faire attention, à ne plus fumer, ne plus boire, ne plus rire trop fort, ne plus se déplacer vite, ne plus respirer irrégulièrement.

En enlevant ainsi, consciencieusement, toute espèce de fun dans la vie de chacun, on augmente très concrètement l’espérance de vie de tous : au lieu de mourir en moyenne à 72 ans, on meurt à 73 ans, mais l’année supplémentaire paraît des siècles à se faire chier à bouffer ses cinq légumes cuits à la vapeur dans un environnement bio-compatible, éco-conscient et strictement non-agressif pour absolument tout le monde, acariens compris.

Attali conclut d’ailleurs son billet en carton sur un magnifique point Godwin, montrant que son niveau de trolling est assez élevé et ne mérite donc pas plus d’attention qu’un gros éclat de rire un peu condescendant : pour lui, la cigarette a provoqué 100 millions de morts, le double de la deuxième guerre mondiale, et cette analogie affligeante serait une raison suffisante pour l’interdire.

Eh bien soit, mon brave Jacques : si la cigarette a fait 100 millions de mort, le socialisme aussi. Et comme Attali préconise encore une fois le socialisme, la coercition et la santé revigorante pour tous, peut-on dire qu’Attali préconise les mêmes recettes que cette idéologie qui fit 100 millions de morts ?

Doit-on interdire le socialisme ? Mieux : ne devrait-on pas plutôt interdire Attali ?
—-
Sru le web

Voir les commentaires (13)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (13)
  • Attali doit faire sa crise, on n’entendait pas parler de lui ces derniers temps, mais pour une nouvelle sortie, quel manque d’imagination, ça fait un gros flop.
    Mais pour lui répondre sur le fond, Il y a assez de limites à la liberté de chacun, justifiées par la nécessité de préserver la liberté et l’intégrité des autres, pourquoi en rajouter, c’est à chacun de choisir sa mort.

  • Quel fléau (Attali ou le socialisme, au choix !). Même si ce projet est absurde, ça fait froid dans le dos. Il y a de quoi se demander ce qu’on va nous infliger pour préserver le système que … nous envie.

  • étant un lecteur assidu de h16, je me demande bien qui se cache derrière ce pseudo de sous marin !
    et d’où tu tires toutes tes infos !!

  • Joli commentaire de mon ami Yann sur facebook:

    Yann ********* »J’ai beaucoup aimé le style de ce coup de gueule contre l’attalisme paternaliste débridé antitabac opportuniste. Je viens d’essayer de lire la biographie de Gandhi, écrite par Jacques Attali. Je me suis arrêté au bout d’une vingtaine de page sur la conclusion suivante : Gandhi n’a absolument pas besoin d’Attali, pour faire un tabac. »

  • je commence à comprendre pourquoi les socialistes considéraient Mitterand comme un génie ; au début je pensais que c’était parce qu’il ne s’était jamais fait gauler la main dans le sac comme tous les autres ( à part son faux attentat ce qui est quand même assez incroyable ) . Mais non, en fait certains socialistes voyaient en lui un génie tout simplement parce qu’entouré de Seguela, Attali, Aubry, Emmanuelli ou Royal, même Loana doit passer pour un esprit supérieur !

  • Jacques Attali est favorable à la suppression complète du tabac pour le bien de l’économie et nous sommes fort aises de l’apprendre mais nous aimerions savoir à quel titre il exprime une faveur si remarquable. Ministre , élu, philosophe, prix Nobel de médecine ou de littérature ? Jusqu’à nouvel ordre il est plutôt, selon les opinions, le Mister Bean de la Finance, ou le fayot-conseiller du Pouvoir, de tous les pouvoirs d’ailleurs, droite ou gauche, parce qu’ à partir d’un certain degré d’ignorance de la nature humaine, le côté que vous choisissez pour exercer le magistère du mépris n’a aucune importance. Les révolutions sont toujours provoquées par ce genre de personnages qui susurrent des sottises à l’oreille des princes et coûtent plus cher à leur pays que les maux qu’ils dénoncent. (christiancombaz.com)

  • Probablement qu’on serait gazés

  • Article particulièrement lamentable et de mauvaise foi. J’imagine un conflit d’intérêt. A la a la place de son auteur j’aurais honte.
    Plus jamais sur ce site….

    • une imagination n est guère une argumentation ….
      lamentable en quels points ?

      j’aime bien Attali pour ce qu’il fait ds la microfinance
      mais les points évoqués dans l article sont loin d’être lamentables !!
      j’ai 25 ans, et ce sont des hommes comme Attali et compagnie (tous ces types qu’on pourrait remplacer les uns par les autres, le résultat est le même), qui font que ma génération regarde celle de ses parents avec envie !!
      aujourd hui, quoi qu’on fasse, tout est interdit, et le peu qui reste possible, est taxé, retaxé et surtaxé.

      et puis quelqu’un qui voue presque un culte à Mitterrand à qqc qui cloche , par définition, non ?

    • Un conflit d’intérêt ? Ah mais tout à fait : j’ai un intérêt bien compris à réclamer la liberté, même de ceux qui fument autour de moi alors que je ne suis pas fumeur, et j’ai aussi un intérêt à dénoncer les abrutis, les parvenus et les pipeauteurs. En effet, les libertés des autres garanti au moins en partie la mienne.

      En tout cas, heureux de voir que les trolls et les thuriféraires de l’autre andouille mitterrandolâtre sont vexés qu’on puisse lui claquer le museau.

  • Je n’ai pas été lire l’article de Mr Attali.

    Toutefois il faut bien comprendre que la relation entre utilisation accrue du tabac et notre mode de société basé sur la compétition entre individu n est pas un hasard.

    Les américains le savent autant que nous, puisque c est chez les anglo-saxons qu’ a été développé le concept de stress médical et qu il est le plus étudié
    Le mot stress est un concept qui vient d’autres domaines que la médecine, mais qui connait un dévelopement tres important en médecine, et qui a un sens propre à la médecine.

    Aujourd hui ; le stress est un modèle pour étudier le vieillissement (alzheimer et dépression chronique et stress), les maladies chroniques, la prévention de défaillances d’organes liées à l’age ou l’environnement (concept de néphroprotection, dont l’ambition est de réduire les besoins de greffes de rein, complément alimentaires etc…).
    Le stress est tellement mis en avant, que la médecine, qui se développe à partir d’elle, s’apparente plus au dopage qu’a des soins de nécessité.

    Comprenez bien que la nicotine agit à différent niveaux sur le stress, c est un stimulant qui agit sur le système nerveux sympathique (dont le role se résume à mettre l’individu dans un comportement de « fight or flight »). mais par la modification de celui ci, il agit non seulement au niveau du corps mais aussi psychologique et cognitif.

    La cigarette est un moyen comme un autre de préparer le corps, l’esprit et la pensée à la compétition.
    Ce n’est certes pas le seul , le cinéma hollywoodien le fait également, mais lui agit sur la pensée pour conditionner le corps.

    La compétition et le stress augmentent les performances, c’est un secret de polichinelle. Le tabac est une forme de dopage pour stresser sans frais l’organisme ; pas besoin d’une démarche réfléchie, un simple comportement de consommation suffit.
    La compétition serait elle une religion qui ne dit pas son nom ?

    Pourquoi dire ces évidences ? parceque se contenter de dire que la cigarette tue ne suffira pas à réduire la consommation et ne réduira pas la mortalité liée au tabac qui est sous estimée ( c est une catastrophe sanitaire, qu’il n’est possible de tolérer que grace à l amélioration des conditions de vie (alimentation, logement, stabilité >>> médecine).

    Et à défaut de faire prévaloir l’intention individuelle sur le comportement de consommation pour profiter des bénéfices du stress (le stress n est pas une maladie, il améliore les performances, mais agir chimiquement pour le provoquer ne rend pas service à l’homme),
    A défaut de cela, l’homme reste du bétail pour des bergers qui n’ont meme plus le courage de dire leurs noms, contrairement aux religions dont ils ne sont que de pales imitations.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Philbert Carbon. Un article de l'IREF Europe

Il y a un an nous nous penchions sur ce que nous préparait l’Union européenne-nounou pour nous empêcher de mourir en réglementant et taxant davantage l’alcool, le tabac et le sucre. En matière d’alcool, une nouvelle offensive est menée par Véronique Trillet-Lenoir, député européen de la République en marche (LREM), qui a rédigé un rapport dans le cadre de la commission spéciale sur la lutte contre le cancer (BECA) du Parlement européen. Sur la base de ce rapport, le Parlement de Strasbou... Poursuivre la lecture

Après avoir précédemment abordé la place de la prostitution dans l’Histoire, sa sociologie et son environnement législatif, il convient dans cet article de repenser la réflexion autour du fait prostitutionnel.

Disposer de son corps, un droit encore à conquérir

Le fait de disposer de son corps signifie en être le propriétaire, pouvoir en faire ce que l’on souhaite dans les limites de la propriété du corps d'autrui. Ce droit à la libre disposition de son corps a été le combat mené par le féminisme ayant conduit à la loi de 1975 sur l’IV... Poursuivre la lecture

Bien que l’on puisse observer ici et là des candidats parlant de la prostitution, dans un contexte marqué par des pensées radicales dont le néoféminisme, l’absence de débat et de discussion autour de la prostitution paraît surprenant. Pourtant, la prostitution et la dignité des personnes prostituées et des travailleurs du sexe ne doit pas être un non-sujet.

Brève histoire de la prostitution

L’Histoire nous enseigne que la prostitution est aussi vielle que l’humain. En effet, 3000 avant Jésus-Christ en Mésopotamie, on trouve déjà des ta... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles