Sept mythes sur l’« emploi vert »

Le processus de découverte à travers le marché est plus susceptible de mener à des développements durables que ces emplois verts artificiels.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Sept mythes sur l’« emploi vert »

Publié le 18 novembre 2010
- A +

Les emplois verts détiennent-ils la clef du succès futur des économies avancées et de celles en développement rapide, comme la Chine ou la Corée du Sud ?

Par la rédaction de Contrepoints.
Les emplois verts détiennent-ils la clef du succès futur des économies avancées et de celles en développement rapide, comme la Chine ou la Corée du Sud ? À en croire les gouvernements engagés dans des programmes de relance massifs, les emplois verts permettraient d’améliorer la qualité de l’environnement tout en réduisant le chômage. Cette thèse est également soutenue et propagée par le Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE), qui voit dans les emplois verts la promesse d’un changement social d’envergure.

Une étude internationale publiée par l’International Policy Network, « Seven Myths About Green Jobs », met sérieusement en doute le bien-fondé de tels espoirs. Les emplois verts ne sont souvent que des substituts pour d’autres emplois qui auraient été maintenus ou créés sans les distorsions induites par les subventions en faveur des mesures de relance écologiques. Souvent, le coût financier de ces emplois dépasse leur valeur ajoutée. La plupart des programmes de création d’emplois verts reposent également sur des prévisions douteuses, basées sur des extrapolations optimistes de technologies encouragées par les subventions, sans considération de celles qui seraient naturellement choisies dans une économie compétitive.

Les auteurs rappellent que dans une économie de marché, les entreprises opérant librement ont un intérêt intrinsèque à augmenter leur efficience énergétique, sans le soutien forcé des contribuables, à travers les processus marchands. Etant donné que l’énergie est onéreuse, le marché incite à en consommer moins. C’est ainsi qu’entre 1970 et 2000, la quantité d’énergie consommée par dollar de PIB réel a diminué de 36% dans le monde avancé. Par rapport à 1900, la même unité d’énergie pouvait, cent ans plus tard, fournir quatre fois plus de chaleur, déplacer une personne 550 fois plus loin, fournir 50 fois plus de lumière et produire douze fois plus d’électricité. Ces progrès n’ont pas été induits par des subventions, mais par des innovations commercialement viables. Le processus de découverte à travers le marché est ainsi plus susceptible de mener à des développements durables que la bulle des programmes de relance étatiques.

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • "C’est ainsi qu’entre 1970 et 2000, la quantité d’énergie consommée par dollar de PIB réel a diminué de 36% dans le monde avancé. "

    Certes, mais le PIB a tellement augmenté (plusieurs centaines de % entre 1970 et 2000?) que le volume d'énergie consommé a explosé.
    Le marché a tendance a maximiser la production, donc la consommation d'énergie, quand bien même il cherche à la diminuer pour un même usage.
    L'effet rebond ça s'appelle.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Marc Deffrennes et Samuele Furfari[1. Hauts fonctionnaires retraités de la Commission européenne (Direction générale de l’énergie) Ingénieurs, Responsables respectivement de weCARE et de la SEII].

Une politique énergétique équilibrée doit reposer sur trois piliers :

La sécurité de l’approvisionnement. Une saine économie. La protection de l’environnement.

 

Cet équilibre est au cœur des actions de weCARE et la Société Européenne des Ingénieurs et Industriels, à savoir : promouvoir un mix énergétique fiable, abor... Poursuivre la lecture

La guerre en Ukraine révèle avec douleur plusieurs échecs de l’Union européenne (UE). Mais elle met aussi en évidence la grandeur de la nation polonaise. Les Européens sont en admiration pour le sens de responsabilité des autorités et de la population de Pologne, notamment dans l’accueil généreux des Ukrainiens qui fuient la mort et la destruction de l’injuste guerre conduite par la Russie. Mais comme toujours, il est possible dans les malheurs de tirer des solutions pour éviter que l’avenir ne fournisse les mêmes difficultés.

Objectiv... Poursuivre la lecture

Par Serge Houdbine et Michel Gay.

Un article publié le 13 avril 2022 dans le journal régional, Le courrier de l’Ouest, (appartenant au groupe Ouest France) relaie le discours du Syndicat France énergie éolienne (FEE) représentant les promoteurs et exploitants des éoliennes.

D’où vient l’argent magique ?

Selon eux, « le solaire et l'éolien c'est du pouvoir d'achat » et les énergies dites vertes grossiraient désormais le budget de la France.

Sans vergogne, en ces temps de campagne électorale, ils appellent l’État à en faire... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles