Nicolas Sarkozy, pas assez «convenable» pour les Français

Publié Par Yves Montenay, le dans Politique

Par Yves Montenay.

Nicolas Sarkozy, pas assez «convenable» pour les Français

Présidentielles : Juppé conforté, Sarkozy distancé By: Virginia MansoCC BY 2.0

Sarkozy semble être le reflet d’une France qui répugne les dirigeants politiques trop peu «convenables». Autrement dit : ceux qui, comme l’ancien Président, sont fiers de leur notoriété et de l’argent qu’ils ont gagné. Pourquoi Nicolas Sarkozy, battu à la présidentielle de 2012 et à la primaire de la droite et du centre, a-t-il été rejeté par les Français ?

Précisons que nous ne parlerons pas de son idéologie ou de sa stratégie électorale, mais des motivations profondes de son rejet, notamment à la lumière du «phénomène Trump» et des réflexions sur l’opposition entre «les élites», terme imprécis, et le reste de la population.

En simplifiant, disons qu’un certain type d’élite est apparu dans les démocraties représentatives, que l’on pourrait appeler «les gens convenables», tels Hillary Clinton ou Alain Juppé, souvent très diplômés, dont les nombreux énarques de droite et de gauche en France. Cette élite est régulièrement concurrencée par des candidats moins classiques comme Georges Marchais, Bernard Tapie, ou, justement, Donald Trump.

Ceux qui méprisent l’argent

En France, la plupart des candidats ou élus sont des fonctionnaires ou des salariés — grands patrons compris — ou proviennent encore de professions libérales abritées (notaires, pharmaciens…). Leurs revenus sont assurés pour un temps assez long, voire à vie pour les hauts fonctionnaires, ce qui leur donne une certaine sérénité de ton et d’attitude. Ils peuvent même se permettre de mépriser l’argent, soit sincèrement, soit hypocritement en assouvissant ce besoin très humain par des moyens détournés.

Ces moyens peuvent être totalement illégaux, dont quelques-uns ont été révélés par les médias. Ils peuvent être plus originaux : François Mitterrand était célèbre pour n’avoir jamais d’argent sur lui et tout faire payer par des courtisans empressés, sans parler de moyens moins directs. Il est bien sûr très loin d’avoir été le seul. Sans aller jusque là, les grands élus ont en général des revenus et souvent des avantages en nature, disons, solides.

Ceux qui y sont attentifs

En face, une frange de la population, nouveaux entrepreneurs, commerciaux ou consultants doit conquérir de haute lutte des clients un par un pour ses revenus des prochains mois, puis doit les garder précieusement en entretenant une certaine complicité avec eux. Ce sont des gens perpétuellement sur le front et prenant des risques personnels.

Il en résulte un certain style d’homme ou de femme, plus offensif, bousculant parfois ses interlocuteurs, rompu à nouer des amitiés intéressées, forcément très attentif à l’argent et fier de celui qu’il a pu gagner. Ils sont admirés par une partie importante de la population, comme en témoignent les résultats électoraux, mais sont considérés comme «moins convenables», voire vulgaires par d’autres, d’autant que beaucoup de Français ont envers l’argent l’attitude un peu méprisante des personnes d’origine catholique.

Ainsi un Nicolas Sarkozy dynamique, agressif au sens commercial du terme, et fier de ce qu’il a gagné en argent et notoriété, a été un bon candidat mais, une fois élu à un poste demandant une grande dignité, ne pouvait qu’indisposer de larges couches de la société française. De même, toujours en pensant au souci des meilleurs commerçants de fidéliser leur clientèle, voire à la transformer en club de «fans» (voir Apple) ou «d’ambassadeurs de sa marque», il a su se créer une foule de fidèles chez les militants des Républicains.

Mentalité française

Finalement, indépendamment des désaccords sur le fond entre Nicolas Sarkozy et ses adversaires, qui relèvent du débat d’idées, la virulence de l’anti-sarkozysme ne serait-elle pas d’abord le reflet d’une certaine mentalité française préférant le confort et les bonnes manières à une activité brutale ?

Rappelons-nous du candidat qui voulait être «un président normal», par anti-sarkozysme, justement.

La géopolitique et l’économie mondialisée sont malheureusement, elles, fort brutales, comme nous le rappellent régulièrement Vladimir Poutine et bien d’autres, dont les bonnes manières ne sont pas le souci principal.

Sur le web

  1. Un peu réducteur comme raisonnement. Sarkozy sent le soufre en raison des innombrables affaires judiciaires qu’il traîne.
    Je pense que le rejet vient principalement du fait que personne ne veut faire confiance à une crapule, ce qu’une majorité de français pense désormais qu’il est.

    1. Facile !
      A-t-il déjà été condamné pour ces soit-disant affaires qu’il traîne ?
      Mon explication est toute autre :
      Les médias se sont acharnées sur lui dès la première minute de son élection pour des broutilles qui ne sont que peanuts par rapport aux deux François ( Mitterrand et Hollande pour ceux qui ne suivraient pas !)
      Le lavage de cerveau a été tel depuis mai 2007 que son image est ternie à jamais dans l’esprit des Français. Mais les journalistes ont toujours raison, n’est-ce-pas ? Même quand ils détruisent la vie ou la réputation de quelqu’un. Ils ont tous les droits et d’abord celui de faire passer leur message en boucle à longueur de journée et de journaux, jusqu’à ce qu’il soit bien imprimé dans l’esprit des lecteurs et des auditeurs. On appelle cela  » information ».
      Pour moi NSarkozy est un homme plus que respectable, courageux et il a été un bon président pour la France. Je n’en dirai pas autant de notre président actuel.
      Quant aux affaires, devrais-je vous citer toutes les malversations reconnues et graves d’un nombre certain d’hommes et de femmes de gauche, à commencer par ceux du gouvernement et de son entourage ?
      Mais cela… on en parle pas bien sûr !

  2. Du grand n’importe quoi cet article !!!
    D’abord monsieur Montenay, quand vous indiquez que vous en êtes l’auteur !?Assumez jusqu’au bout et ne dite pas après votre introduction
     » précisons que nous ne parlerons pas…  »
    Pour le reste, rien que de parler de gens respectable comme Clinton ou Juppé me donne envie d’éclater de rire !!! Mais comparer Trump à George !?? Alors là !?? C’est la total.
    Non sérieux !? Le problème c’est le  » nous  »
    Vous devriez sérieusement sortir de vos salles de rédactions de temps en temps.
    Il y aurait encore beaucoup à dire, Je vais faire court !!! Les français, ceux avec un petit f, sont des veaux c’est bien connu !! Ils vont se mettre à trouver Sarko très sympathique dans quelques années, Un peu comme un certain Chirac de nos jours. Quand à moi, Je crois tout simplement que Sarko aurait dû être au deuxième tour si Juppé et Fillon n’avaient pas insisté pour que l’élection soit ouverte et si les médias subventionnés par nos impôts ne nous avaient pas gavés avec des portions de frites en occultant volontairement l’histoire des tables qui allaient avec . C’est juste un exemple…… J’ai malgré ça voté Fillon au deuxième tour mais avec beaucoup d’amertume.

  3. personnellement , je prefère les gens qui sont un peu  » brut de coffre  » pour dire ce qu’ils ont à dire plutôt qu’une une personne empoulée et « chichi pompom » qui chipottera pour dire la même chose ; en revanche je reproche à sarkozy ses mensonges , ses magouilles et un certain référendum ou il s’est assis sur la décision des français ;

    1. Citez nous en donc quelques unes ? Vos informations prédigérées sortes directement des médias malfaisants. Des mensonges , rien que des mensonges. Vous devez trouver une certaine jouissance à vous en repaître .

  4. Pas convaincu de cette analyse.

    Sarkozy à été élu en 2007 en siphonant massivement les voix du FN.

    Puis, durant son quinquénat, il n’a simplement pas été à la hauteur de ce qu’en attendait ses élècteurs:

    Ceux du FN qui s’y étaient laissé prendre, ne feront plus la même erreur (petit coucou à Fillon en passant, qui, si il pense pouvoir faire la même opération risque d’être très decu). L’original est maintenant préféré à la copie.

    Ceux qui en avait espéré un peu de libéralisme, on en été aussi pour leur frais. Par exemple, il était supposé supprimer les 35h. On attend toujours… D’ailleurs Fillon tente le même coup. Aucune chance que les cocu du Sarkosysme y croient un seul instant.

    Bref le bonhomme est gerbé par tous les francais. Ceux de gauche d’abord pour des raison évidentes. Et surtout ses anciens électeurs qui ne lui pardonne pas des les avoir purement arnaqué.

    Le type s’est simplement revelé à chier durant 5 ans et plus personne n’en veut. Basta.

    Petite remarque, avec Fillon, c’est le meme menu, sans l’agitation venteuse. C’est quand meme gonflé ^^

  5. Encore une belle analyse de journaliste, ce qui, par les temps qui courent, est synonyme de « personne complètement à côté de la plaque ». J’ai voté Sarkozy en 2007, j’ai voté Hollande en 2012, non pas par amour pour cet illustre imbécile mais parce que Sarkozy me faisait vomir. Vomir non pas parce qu’il n’est pas « convenable » comme vous le dites : ce n’est pas le « je vais passer le karcher » qui m’a rendu le personnage odieux, c’est, comme beaucoup de français le fait qu’il ne l’a pas fait.
    M. Montenay, je vais vous résumer ce que la plupart des français pensent de Sarkozy dans une expression que même un journaliste hydrocéphale pourrait comprendre : Sarkozy, c’est que de la gueule. Et les « que de la gueule », nous les français, on n’aime pas depuis au moins la cour de récré de nos 6 ans.
    Continuez à pédaler dans la semoule, c’est tellement amusant de voir les journalistes flirter avec les 100% d’échec….

  6. Moi, ce que je veux, c’est quelqu’un qui a des coui..es et qui dit ce qu’il va faire.Tous ceux que le journaliste nous a nommé dans son article, aurait du, devrait être encore ou toujours en PRISON.
    Alors le candidat , qui « fermera nos frontières », pour, faire un referendum national sur la sortie de la France dans l’UE, je vote pour lui.
    Accessoirement, cela « évitera » que les richesses des petits français de souche, ne disparaissent vers les pays de l’Est. Et cela grâce aux méchants gens des voyages qui viennent piller nos campagnes, nos paysans, nos habitations des régions Est de la France.
    Cerise sur le gâteau, cela « évitera » que les responsables politiques, économiques, financiers, médicaux, journaleux, etc… ne filent à l’anglaise vers nos voisins suisses ou anglais. Car si la finance mondialisée veut récupérer ses billes, pour les pauvres français, ses billes sont souvent entre les mains de tous ceux qui nous ont dirigés depuis 30 à 40 ans. Pendant que les pauvres français se scandalisent des hausses des taxes diverses et variées sur le logement, votées par les PS et autres UMP/LR comme larrons en foire, ils oublient tous les avantages que ces députés, sénateurs et présidents de régions, d’agglos et de départements se sont « octroyés » depuis 30 ans. Les rendant « riches comme Crésus », ainsi que leurs collaborateurs, sans avoir jamais « travaillé » pour la plupart. Pendant que leurs sujets s’appauvrissaient insidieusement continuellement, inexorablement, définitivement.
    Donc, faire comme le disait monsieur Trump à madame Clinton, « je vous mettrais en prison ». Et ce n’est pas le Pouvoir Judiciaire qui devrait le faire. Juste une case à cocher sur les propositions du référendum d’initiative présidentiel pour redonner aux français vivants dans ce pays, le sentiment d’appartenir à une nation libre.
    Libre de l’Europe et de ses dirigeants obéissants aux lobbies de la finance mondialisée et pétrolier. Libre aux leçons de Morale de la Fondation Internationale des Droits de Hommes envers les soit disant « réfugiés migrants de Syrie et d’ailleurs ».
    Rendre les français, libérés de la pensée uniquement correcte qui « tamponne l’esprit » du français de base de l’étiquette de « raciste ».
    Alors, comme le « nettoyeur haute pression » ne sera pas sorti, comme d’habitude, suite à un prochain feu de poubelle dans un quartier perdu de la république socialisante, alors le français normal, deviendra un taureau et encornera tous ceux qui l’avait qualifié de veau. Et ce ne sont pas les nouveaux gardiens LR (qui sont tous d’anciens RPR/UMP/LR) qui les empêcheront de se libérer.

    1. D’après vous ce que dit un journaliste, qui n’a pas prêté serment, pas assermenté, fait force de loi. Donc il serait juge, est procureur. Vous avez une notion de la justice expéditive. Vous oubliez que nous sommes dans un pays de droit.
      Dans le parti que vous soutenez, on critique l’Europe sans cesse mais ça fait plus de trente ans qu’ils en vivent. Et qu’ils trichent, puisqu’ils viennent d’être obligés de rembourser une belle somme. Peut-être ne savez vous pas qu’il a même été financé par la secte Moon.

  7. Le Sarko n’a tout simplement pas fait, mais alors pas du tout fait le job…
    De toute façon nous sommes dans un système ou ceux qui sont financés disent aux financeurs et à ce qui les représentent : ne touchez à rien ou alors on cassera tout dans la rue dixit la CGT… Autrement-dit, payez et fermez votre gueule.
    Fillon ne fera pas beaucoup mieux car tous les financés vont ruer dans les brancards.
    Qui va se présenter pour dire il faut sortir la france du communisme afin d’avoir un appui franc des français une fois au pouvoir ?

  8. Je me demande bien dans quel monde vous vivez.
    Clinton convenable? Juppé?

    Mais vous avez raison sur un point: Sarkozy n’était pas convenable. Il a été élu sur une promesse, un contrat moral qu’il n’a su ou voulu tenir.
    Cela vaut répudiation.

    Pourquoi lui me direz-vous? Parce que ses reniements (certains diraient trahisons en pensant notamment à Maastricht) créèrent un dépit à la hauteur des espoirs qu’il avait fait naître.

  9. bien d’accord avec vous

Les commentaires sont fermés.