François Fillon, dernière chance pour le libéralisme ?

Publié Par Patrick Aulnas, le dans Politique

Par Patrick Aulnas.

Fillon

François Fillon 2014 By: European People’s PartyCC BY 2.0

La victoire de François Fillon aux primaires de droite repose sur la découverte de l’homme. Certes, il fut Premier ministre de Nicolas Sarkozy pendant cinq ans. Mais par le fait même, sa parole n’était pas libre. Lorsqu’il osa, à la surprise générale, dire une vérité – « Je suis à la tête d’un État qui est en situation de faillite » – il s’attira les critiques acerbes de toute la droite et bien évidemment de la gauche.

C’est un Fillon libéré des convenances et des mensonges technocratiques qui s’est présenté aux électeurs de droite. Les débats télévisés l’ont révélé. Parfaite maîtrise de son programme, langage clair qui va à l’essentiel, absence de circonlocutions politiciennes. Fillon, sûr de lui, croyait en ce qu’il disait et cela se voyait. Certains jouaient le rôle du candidat, Fillon était candidat pour mettre en œuvre un programme de redressement pensé depuis des années. Son assurance sereine a séduit beaucoup de téléspectateurs.

Assez des énarques !

Les programmes des candidats de droite étaient globalement assez proches. Fillon Président ne mènera pas une politique très différente de celles de Juppé ou Sarkozy. Ce n’est pas tant sur les détails du programme, certainement mal connus des électeurs, que tout s’est joué, que sur la personnalité et la stature. Les Français sont visiblement saturés des énarques, tous coulés dans le même moule. Ils expliquent, compliquent, se perdent dans les arcanes de leurs puissants raisonnements et découragent les mieux intentionnés à leur égard.

Juppé lui-même s’est un peu fourvoyé dans des explications trop techniques, et donc mal perçues, au cours du dernier débat télévisé. Sarkozy était un pédagogue de la politique absolument remarquable. Tout le monde comprenait immédiatement son message. Hollande est le plus confus, le plus incompréhensible des Présidents depuis fort longtemps. Il s’est fait une spécialité des phrases alambiquées et mal construites, des phrases de la synthèse sans doute, comportant propositions et restrictions. Personne n’y comprend rien, probablement parce qu’il n’y a pas grand-chose à comprendre.

Le parler vrai de Fillon

François Fillon parle net parce qu’il sait ce qu’il veut et ne cherche pas à ménager la chèvre et le chou. Il ne sort pas de l’ENA et cela se voit. La logomachie convenue de la haute fonction publique française ne l’a pas contaminé.

Il y a un air de liberté chez Fillon, qui transparaît nettement lorsqu’il relève les lieux communs des journalistes. Ainsi, au cours du débat télévisé du second tour de la primaire, une question portait sur la remise en cause du « modèle social français ». Qu’auraient répondu beaucoup de politiciens ? Qu’ils voulaient réformer, certes, mais pas remettre en cause la protection sociale des Français. Surtout pas. Que répond François Fillon ?

« Quel modèle social français ?  Il prend l’eau de partout […] Vous parlez d’un modèle social qui génère six millions de chômeurs, deux millions de jeunes sans formation, un modèle qui se traduit par le déclassement des classes moyennes, qui n’arrive pas endiguer l’explosion de la pauvreté… »

Pas de langue de bois, du parler vrai. Voilà ce qui séduit chez Fillon.

La stratégie hégémonique de Fillon

Le positionnement politique de François Fillon a joué un rôle fondamental dans sa victoire. La stratégie de clivage de Sarkozy a été rejetée par les électeurs, y compris beaucoup d’électeurs de gauche venus voter au premier tour. L’antisarkozysme de la gauche et du centre a joué à plein.

La stratégie de rassemblement de Juppé a échoué parce qu’elle ne correspond plus à l’époque. L’abjecte campagne de certaines officines sur « Ali Juppé » permet de comprendre a posteriori que le thème de « l’identité heureuse » constituait une erreur majeure. Pourquoi un homme aussi intelligent et expérimenté que Juppé a-t-il accepté de ses conseillers en communication ce slogan ridicule ? Sans doute parce qu’il perçoit mal la réalité française actuelle face à l’Islam. Autant le livre de Finkielkraut sur l’identité malheureuse analyse brillamment une réalité palpable en Occident, autant inverser la proposition pour donner de l’espoir est absurde.

Sur ce sujet, François Fillon a adopté le positionnement attendu des électeurs de droite. En publiant en septembre 2016 un ouvrage intitulé Vaincre le totalitarisme islamique, il ringardise totalement l’identité heureuse de Juppé. Ce que Fillon développe dans son livre est en phase avec la France profonde. On pourrait ainsi qualifier la stratégie de Fillon d’hégémonique. Il s’adresse à toutes les sensibilités de droite : libéralisme économique modéré, traditionalisme culturel et sociétal, fermeté face à l’Islam, réalisme en politique étrangère. La droite, on le sait, se méfie de l’idéalisme, elle est naturellement pragmatique. Fillon aussi.

Un conservateur modéré, pas un réactionnaire

François Fillon n’a rien d’un réactionnaire comme certains gourous de la bien-pensance officielle l’ont affirmé. Pierre Bergé, par exemple sur Twitter :

« Voter Fillon c’est voter pour la France réac, la Manif pour Tous, qui m’a menacé de mort. La France pétainiste. Quand va-t-on à Vichy ? »

À quoi Fillon répond sur RTL :

« Des gens comme Pierre Bergé, ils sont les meilleurs agents électoraux des extrémismes et Madame Le Pen. »

C’est évidemment Fillon qui est le plus proche de la vérité. L’envolée du Front National vient de la surdité des gouvernants. Ils ne connaissent leur peuple que par les sondages, c’est-à-dire une modélisation schématique du réel. Mais ce que ressentent vraiment les gens ordinaires et ce qu’ils disent dans les bars, en famille, entre amis, bref lorsqu’ils se sentent en confiance et que la parole est libérée, ils l’ignorent. Mieux, ils veulent l’ignorer.

Dans le microcosme qu’évoque Fillon, en reprenant un mot cher à Raymond Barre, il faut penser comme Pierre Bergé ou se taire. Mais Pierre Bergé, brillant esthète, collectionneur, mécène, ne connaît strictement rien au peuple de la province française et encore moins à la petite et moyenne bourgeoisie qui a soutenu Fillon. Par ignorance, il la sous-estime. Il fait intégralement partie de cette intelligentsia parisienne et de l’élite culturelle mondiale qui se complaît à donner des leçons à des gens dont ils ignorent tout.

Si François Fillon est élu Président il aura la tâche écrasante de relever le pays, de l’orienter vers l’avenir tout en respectant ses traditions. Voilà un beau programme. Notre dernière chance.

  1. Pas le libéralisme, mais la France telle qu’elle aurait dû toujours être.
    Une France fière d’elle et de son histoire, pas une France repentante, une France qui est toujours à plaindre ceux qui disent que leurs ancêtres en ont été victimes et réclame des excuses ; en demandons-nous des excuses à ceux qui ont fait des razzias dans le sud de la France pendant des siècles et emmené des personnes en esclavages ?
    En faisons-nous des excuses aux descendants des familles qui ont été massacrées par les armées républicaines en 93/94 ?
    NON ! La France doit relever la tête sans arrière pensée et être fière des hommes qui l’ont faite !

  2. Globalement il a raison, s’il ménage l’accès au soin des pauvres non fumeurs non buveurs

    (Il y a longtemps qu’un fumeur aurait dû par écrit renoncer au remboursement des soins directement lié à la cigarette)

    Il n’est pas logique que ceux qui se soignent essentiellement par homéopathie et autres médecines douces payent les mêmes cotisations

    Depuis longtemps nos irresponsables politiciens auraient dû voter l’envoi tous les 15 janvier du bilan de chaque assuré.

    « L’année passée vous avez cotisé pour autant d’euros et vous avez touché autant d’euros. » Il est des prises de conscience potentiellement didactiques et salutaires.

    1. José Lopez-MartinezJosé Lopez-Martinez

      « Il y a longtemps qu’un fumeur aurait dû par écrit renoncer au remboursement des soins directement lié à la cigarette… »

      Avec ce que le fumeur paie comme taxes tout au long de sa vie, il a parfaitement droit au remboursement des soins liés au tabagisme.

      1. Payer des taxes particulières ne donne aucun droit supplémentaire. Regardez les taxes sur les carburants !

        1. José Lopez-MartinezJosé Lopez-Martinez

          Cela ne donne pas de droit supplémentaire, certes. On ose espérer que cela n’en enlève pas non plus.

          1. D’autant que les taxes que paient les fumeurs sur leur produit addictif vont (en partie notable) dans les caisses de la Secu. Ils cotisent ainsi toute leur vie pour financer les soins qui leur seront prodigués plus tard. C’est cynique mais c’est factuel.
            La morale et la « bien-pensance » (pas sûr de l’orthographe de ce truc) ne devraient pas influer sur ces questions.

    2. Je n’ai qu’une seul remarque à faire au sujet de la santé des français. Quand je voyage à l’étranger il est frappant de voir que les rues des grandes agglomérations ne scintillent pas aussi souvent que chez nous de ces croix verte que son les enseignes de pharmaciens. Sont-il moins souvent malade que nous pour autant !? Je ne pense pas.
      Par contre que leurs lobbies du médicament soient moins puissant c’est évident. Si il faut détruire des milliers d’emplois en France dans les labos pour le bien de la santé des français et avec les économies générés, soulager la pression fiscale des entreprises et leur permettre de créer 100 fois plus d’emplois à côté, voilà une proposition pragmatique !!! Je pense que Fillon et les personnes qui vont l’entourer seront avoir ce pragmatisme. Enfin je l’espère……

  3. Vous oubliez aussi le discours Bonapartiste de François Fillon qui veut que la France devienne de nouveau la plus grande puissance d’Europe. Ceci a fait mouche auprès d’une certaine droite, qui refuse le déclassement politique et économique de la France.

    En attendant, ce discours doit inquiéter nos voisins d’Outre-Rhin, et je me demande comment la Chancelière Merkel l’entend…

    1. Madame Merkel va enfin avoir en face d elle quelques un de poids égale .En plus qui dit au elle sera réélue en 2017 ?

  4. FF est un danger pour la liberté. Oui.

    1/ Economiquement :
    Son programme propose quelques mesurettes libérales mais reste très largement étatique. Il parle d’augmenter les impôts (la TVA notamment), de conserver la SS et le RSI, de conserver les retraites étatiques, etc. On a aucune des mesures phares libérales : libération de la santé, libération des retraites, baisse des impôts POUR TOUS, baisse de la dépense publique, débat sur le rôle de l’Etat, etc.

    2/ Sociétalement :
    C’est l’horreur. Il ne parle que d’interdire. Bref, on est en plein dans le constructivisme.

    Je ne voterai pas FF.

    1. Etes-vous sûr d’avoir lu le programme?
      Faites-le (le site internet est très détaillé) en notant le nombre de fois où les mots « liberté » ou « libérer » sont cités…
      Un libéral convaincu trouvera que ça ne va pas assez loin. Aller dans le bon sens n’est déjà pas si mal…

      1. J’espère à ce sujet un pragmatisme que FF semble maîtriser : le kyste marxiste est si profondément ancré, qu’il tentera peut être de l’extraire progressivement afin d’éviter une hémorragie propice à un énième retour socialiste : j’espère un quinquennat en «accélération» libérale : avant tout faire sauter les verrous (les 100 jours), agir à la suite et sans relâche afin que tout un chacun perçoive les bénéfices évidents de la libéralisation, puis accélérer avec soutien. Sans pragmatisme progressif, atermoiements assurés, syndicats renforcés, assemblée ruinée.

    2. Non seulement vous n’avez absolument pas pris connaissance des propositions figurant sur le site Fillon2017, ce qui vous conduit à avancer une succession de contre-vérités, mais vous n’avez pas compris que la situation ne permet pas de réaliser d’un coup de baguette magique (comme prétendent le faire les éternels menteurs à gauche) la société parfaite qui n’existe que dans l’esprit des utopistes.
      Dans votre litanie, tout ce que vous que vous réclamez figure dans l’objectif immédiat des premiers mois de mandature!
      Mais comment peut-on oser critiquer quand on se complait dans l’ignorance, sinon pour faire de la propagande négative?

  5. Qu’est-ce que la fermeté dirigée préférentiellement vers une religion aurait à voir avec la liberté ?

    1. Qu’est-ce que la religion vient faire ici? Où voulez-vous en venir? Avez-vous une référence précise de l’impétrant concernant l’obligation de suivre les préceptes d’une religion?

      1. Hermodore: Quelle hypocrisie mal dissimulée Hermodore, catholique pratiquant , ça ne me gêne pas d’affirmer que la victoire de François Fillon aux primaires de la droite est appuyée sur Sens Commun qui est issu de la manif pour tous et qui représente pour moi un catholicisme d’un autre âge qu’on pourrait situer à l’époque de la restauration de Charles X. Bref les 2/3 de divorce annuels, l’érosion de la pratique cultuelle ont largement devancés le « mariage pour tous » ( ce mot ne me convient pas personnellement) sur la signification du mariage et l’importance qu’il revêt pour certain. Dsl mais je méprise par dessus tout les gens qui se disent catholique et traditionalistes mais à qui ça ne dérangent pas de divorcer ou et se marier plusieurs fois le long d’une vie ou encore de faire des enfants à plusieurs femmes. Le pire c’est que ce genre de personne ose s’approprier de manière unilatérale la religion catholique pour ensuite donner des leçons de morales sur la france des dépravés: dsl mais je préfère un enfant éduqué par un couple gay ou lesbien qui vote écolo ou coco mais qui s’occupe de lui plutôt que ce même enfant au sein d’une famille classique se revendiquant de toute la moralité mais ou le mari trompe sa femme ou inversement. Dsl de ne point me reconnaître en tant que catholique dans le discours sociétal de FIllon ni de certains de ses soutiens et affiliés.

        Quand au commentaire de Charles Boyer, l’ouvrage de Fillon sur l’Islamisme n’est pas dénué d’arrière pensées, pour moi la meilleur position actuelle sur le fait religieux est tenue par Emmanuel Macron, de plus il est largement plus impliqué sur les questions économiques de demain et à une approche beaucoup plus visionnaire, pour lui c’est les nouvelles pratiques économiques qui feront évolués de lui même notre système de protection social vers plus de liberté. Fillon a une approche discursive de la liberté qui me laisse assez circonspect.

  6. Naissance d’un tyran…..pour les socialistes et pour tous les speudos libéraux…. comme moi :sans état fort il n’en fera pas plus que les autres…en aura t il le courage ?

  7. Le paradoxe: pour mettre en place des réformes libérales, il faut utiliser la force de l’Etat!

    1. C’est dire si le Néolibéralisme est une connerie sans nom : avoir besoin de l’état pour mettre en oeuvre des réformes économiques, ca prouve bien que les axiomes de bases du néolibéralisme sont foireux … Pour le reste, et pour ceux qui ont un bon niveau en maths, lisez Steeve Keene (l’imposture économique) vous verrez que les belles théories néolibérales sont de vraies fumisteries, c’est d’ailleurs pour cela qu’elles ne fonctionnent pas et qu’elles n’ont aucune chance de fonctionner. Ce n’ai pas en saignant le malade qu’il guérit …

  8. François Fillon, dernière chance pour la France.

  9. « Quel modèle social français ? Il prend l’eau de partout […] Vous parlez d’un modèle social qui génère six millions de chômeurs, deux millions de jeunes sans formation, un modèle qui se traduit par le déclassement des classes moyennes, qui n’arrive pas endiguer l’explosion de la pauvreté… »

    Et grâce à ses changements à ce M. Fillon, les chômeurs vont diminuer… En devenant SDF.

Les commentaires sont fermés.