Premier bilan d’une expatriation en Roumanie

Publié Par Ma Vie d'Expat, le dans International

Par la rédaction de Contrepoints.

Bucharest – Sunset over Dâmbovița River By: Ștefan JurcăCC BY 2.0

Jean-Noël avait annoncé il y a quelques mois son intention de s’expatrier en Roumanie. Il nous propose aujourd’hui un premier bilan.

L’expérience se révèle plus que positive, en particulier au niveau professionnel.

La Roumanie, un pays où s’épanouir

Mon entreprise grandit petit à petit (nous sommes passés de 11 à 22 personnes en 2016). Je cherche en ce moment un terrain industriel pour y implanter durablement ma société. Je suis aussi en train de monter une société d’import – export, le démarrage est prévu pour le premier trimestre 2017. Je réfléchis aussi à monter une société immobilière.

Vous comprendrez donc que je n’ai pas le temps de m’ennuyer ! Outre la liberté que l’on me laisse dans mon travail (mon avocat et mon expert comptable me disent souvent que je me pose des questions qui ne servent à rien…), le plus important pour moi est le changement de perspective.

D’une position défensive en France où nous espérions ne pas perdre trop de clients, je passe à une position offensive en Roumanie où le marché s’ouvrant à moi est vierge, ou presque. Étant donné la volatilité d’un client en France, la seule possibilité de se développer consiste à racheter un concurrent, ce qui peut se révéler être une opération risquée si l’étude est mal faite. En Roumanie, je peux compter sur l’essor de l’économie pour porter mes projets.

La Roumanie offre des avantages à l’entrepreneur

Avec le recul, il m’apparait clairement que la Roumanie est une terre accueillante avec beaucoup d’avantages pour celui qui souhaite entreprendre :

  • Une main d’œuvre qualifiée et un coût entrepreneurial faible,
  • Une fiscalité lisible et douce, que ce soit sur le capital ou sur le travail,
  • Un coût de l’immobilier encore faible hors des centres villes des grands centres urbains,
  • Une excellente qualité de vie,
  • Une excellente sécurité,
  • Une bonne stabilité juridique,
  • L’une des meilleures connexions Internet au monde.
  • Une situation géographique idéale, aux portes de l’Europe et du Moyen-Orient.
  • Tout le monde parle anglais, voire français.

Un accueil chaleureux de la part des Roumains

À un niveau plus personnel, je me suis assez rapidement intégré, ayant déjà des amis sur place. Les Roumains sont un peuple chaleureux et accueillant. Ils font beaucoup la fête, ce qui n’est pas pour me déplaire !

Ils sont aussi travailleurs et croient sincèrement que le travail permet une émancipation et une ascension sociale. Vous me direz, c’est plus facile dans un pays qui fait 6% de croissance… D’une manière générale, ils ont confiance en l’avenir et la mondialisation est pour eux une opportunité et non un risque. Le changement est pour le moins radical !

Évidemment, il y a un certain nombre de points négatifs concernant la Roumanie. Ils n’impactent certes pas mon mode de vie, mais je crois qu’ il est important d’être conscient de tout cela.

Des inégalités de plus en plus importantes se font de plus en plus sentir au sein de la société roumaine. Il est toutefois important de souligner que, sur les dix dernières années (depuis l’adhésion de la Roumanie à l’UE) le salaire moyen a été multiplié par deux et le salaire minimum a par trois.

L’environnement n’est pas (encore ?) une priorité dans le pays.

Le développement inégal des territoires avec des centres urbains se développant fortement a pour effet d’accentuer l’exode rural.

Un système de santé publique pas (encore ?) totalement au niveau des standards européens.

Une corruption endémique même si la situation va en s’améliorant. Cela dit, je ne suis pas certain que la corruption soit moins élevée qu’en France. Au moins, en Roumanie, les hommes politiques vont en prison s’ils sont corrompus…

Rentrer n’est donc pas à l’ordre du jour…

Laisser un commentaire

  1. Je me suis planté, moi, en Roumanie. Mon style de management de l’humain n’est pas possible là-bas. Moi je compte sur l’autonomie et l’initiative personnelle, alors que l’employé roumain doit et veut être tenu par la main. Être surveillé il trouve cela non seulement normal mais obligatoire afin d’éviter le vol, la triche…..de ses collègues !
    Et la corruption à chaque niveau est endémique et très encrée dans l’activité économique mais aussi dans les relations sociales. Il n’est pas possible de croire un instant qu’il ne faille donner quelque chose en échange d’un acte quel qu’il soit. La blague, triste, que je peux mettre à l’appui de ces dires, c’est un jour, mon commercial qui me dit  » mais qu’est-ce qu’on va lui donner, d’avance, à ce patron s’il achète nos produits ? » Je lui ai répondu : » mais enfin, c’est le boss, c’est lui qui va bénéficier directement des avantages de nos produits ! » Mon employé n’était pas du tout d’accord. Pour lui, le boss n’achètera pas s’il n’a pas un cadeau immédiatement. Et il avait raison !
    Mais je suis d’accord sur le,fait que la MO n’est pas chère et assez qualifiée, qu’il y a beaucoup de sécurité et que l’immobilier hors Bucarest est bon marché. Même à Bucarest, après la crise, tout à un prix raisonnable.

  2. J’en suis revenu il y a 10 ans pour prendre ma retraite. J’étais expatrié en Roumanie. Cela semble avoir beaucoup changé. Il est vrai que les Roumains sont des experts en tromperie en tout genre. Bonne chance.

  3. On aimerait en savoir plus sur votre aventure. Que faites-vous exactement ?Vos activités sont-elles visibles sur des sites ?

    1. Bonjour,
      Vous trouverez ci-dessous le lien vers le blog ou je relate mon experience.
      http://www.objectifeco.com/blog/jean-noel-heb.html
      Bonne lecture.
      Jean-Noël