Pourquoi, libérale, j’ai choisi Fillon

Publié Par Natasa Jevtovic, le dans Politique

Par Natasa Jevtovic.

natasa-fillon

J’ai rencontré François Fillon en décembre 2015, en pleine campagne pour les élections régionales, dans une brasserie du 18e arrondissement à Paris. Il était venu soutenir les candidats républicains Valérie Pécresse et Pierre-Yves Bournazel et faire en même temps la promotion de son livre Faire, qu’il nous a dédicacé. En présence de quelques personnalités politiques et une centaine de militants, il a tenu un discours présentant sa vision des relations internationales et de la politique économique.

Il s’est dit en désaccord avec François Hollande sur deux axes majeurs de sa politique extérieure : selon lui, il faudrait renforcer nos liens avec la Russie et remettre en question notre alliance avec l’Arabie Saoudite. Sur les deux points, le contexte actuel lui donne raison. La Russie est sortie du communisme depuis déjà vingt-sept ans, elle est une grande puissance qui fournit la majeure partie de l’Union européenne en gaz et fait la guerre contre Daesh en Syrie. Peut-on le lui reprocher ?

La politique étrangère de François Fillon

De surcroît, Vladimir Poutine est très populaire au sein de son peuple ; contrairement aux dirigeants européens estimant être les seuls défenseurs de la liberté et de la démocratie, il a accueilli Edward Snowden, le célèbre lanceur d’alerte devenu apatride. Quant à l’Arabie Saoudite, une victoire militaire contre Daesh ne pourra jamais être durable si elle n’est pas accompagnée d’une victoire idéologique contre le wahhabisme, promu et financé par nos alliés et partenaires saoudiens.

Avec la fin des sanctions économiques contre l’Iran, le monde occidental peut désormais diversifier son approvisionnement en pétrole, et même le nouveau gouvernement des États-Unis promet de remettre en cause ses anciennes alliances.

Débureaucratiser le pays

Au plan économique, M. Fillon a constaté que le modèle français fabriquait trop de chômage. Il souhaite libérer la croissance par le biais d’une modération fiscale et la réduction de la taille de l’État. Dès les premiers pages de son ouvrage, il a revendiqué un libéralisme décomplexé :

« … Nous avons secrété un système qui se méfie de l’individu et qui lui refuse la liberté et la responsabilité dont il a besoin pour développer l’activité qui lui permettrait de s’épanouir et d’être maître de sa vie.

La France étouffe sous les réglementations, les interdictions, les injonctions et les prélèvements obligatoires. Les Français ne parviennent plus à supporter le poids d’un État et d’un secteur public hypertrophiés. Non seulement cette pesanteur s’exerce péniblement sur la vie quotidienne, mais elle fait glisser notre pays en ligne droite vers le mur de sa dette, contre lequel il ne peut que se fracasser en espérant le recours humiliant de ses partenaires européens.

Le moment est venu de libérer le pays et, d’un même geste, de restaurer sa souveraineté en le sevrant de la dépendance des marchés financiers. […] Contre le sang et les larmes, je choisis la liberté et la vérité. Contre les conservatismes qui nous étouffent, je choisis la liberté qui est le meilleur logiciel du progrès économique, technologique et social.1 »

En lisant ces passages en 2015, j’ai pensé que M. Fillon n’irait pas très loin en exprimant ce type de propos aussi brutalement et sans détour, trop inhabituels dans un pays où les énarques s’expriment en subjonctif, édulcorent leurs propos et ne prennent jamais d’engagements difficiles à tenir.

Le libéralisme, ce gros mot

En France, le libéralisme est un gros mot et ses partisans sont considérés comme des individus égoïstes, insensibles aux souffrances de leurs concitoyens et capables du pire par l’appât du gain ; tout le monde semble oublier que la liberté est le premier des trois mots qui constituent la devise de la république française. Pire encore, l’étatisme de l’économie est considéré par beaucoup comme gage de qualité des services et de sécurité d’emploi.

Or, l’État est un piètre gestionnaire et toujours moins performant que le secteur privé, quel que soit le secteur ou le domaine d’activité. Lorsque le secteur des télécommunications a été libéralisé en France, le monopole étatique de France Télécom a été brisé et les prix ont considérablement baissé, ce qui a bénéficié à tous les consommateurs. La même chose est arrivée dans le secteur aérien où la mise en concurrence et l’apparition des compagnies low cost ont fait chuter les prix et démocratisé ce type de transport pour apporter un bénéfice à tous.

Favoriser la croissance

Aux États-Unis, où chaque citoyen veille à ce que l’État demeure réduit au minimum, la liberté économique est une tradition. Lorsque les républicains s’opposent au projet Medicare de Barack Obama, ils ne le font pas par refus de payer de leur poche une assurance santé pour les ménages démunis, mais parce qu’ils estiment qu’une assurance santé publique imposée par l’État, et sans possibilité de choisir le prestataire, entrave leur liberté de choix.

Plusieurs économistes modernes ont démontré que la réduction de la taille de l’État dans l’économie favorise la croissance et la création d’emplois. Dans les années 1980, Ronald Reagan et Margaret Thatcher se sont inspirés de la célèbre courbe d’Arthur Laffer pour diminuer la pression fiscale, aboutissant à une croissance vigoureuse et une opulence qui a bénéficié à tous.

Le Prix Nobel de 2004, Edward Prescott, a modélisé les données statistiques et montré que la pression fiscale et la rigidité du Code de travail expliquent le chômage en Europe. Un Américain conserve 60% de ce qu’il gagne, contre 40% en Europe ; « une réduction du prélèvement fiscal sur le travail de 60 à 40% susciterait une augmentation du temps de travail de 6,6% et accroîtrait le pouvoir d’achat de 19% sur une vie de travail2. » Le modèle de Prescott montre également qu’en privatisant les retraites, le prélèvement fiscal américain sur le travail pourrait être réduit de 13% à 8,7% pour un avantage équivalent ; si ce capital investi rapporte 4% par an, à 63 ans les Américains pourraient percevoir pendant 20 ans une retraite équivalente au dernier salaire3.

C’est finalement une question de liberté de choix : l’État taxe 60% de nos revenus pour que nous puissions bénéficier d’une retraite publique par répartition et d’une Sécurité sociale monopolistiques ; ce qui signifie que nous laissons la majeure partie du fruit de notre travail à l’État, ses administrations et ses choix d’investissement. L’institut économique Molinari a même calculé la date de la libération fiscale. À ce prix, les citoyens pourraient s’assurer eux-mêmes au titre de la santé et de la retraite, en choisissant le meilleur prestataire.

Redresser les finances publiques

Le programme économique de François Fillon n’est donc pas une simple envolée lyrique, mais un projet ouvertement libéral de redressement de nos finances publiques, reposant sur des notions économiques ayant déjà fait leurs preuves dans le passé. Il évoque dans son livre un échange avec Nicolas Sarkozy au cours duquel il lui avait suggéré d’appliquer des mesures libérales : « Tu sais, François, la liberté, c’est Madelin : 4%4. » Or, justement Nicolas Sarkozy avait été élu grâce à un programme que les observateurs disaient libéral et mondialiste, qu’il n’a pas mis en œuvre. Il a commis l’erreur d’aligner son projet sur les sondages, ce qui lui a fait perdre sa réélection. Espérons que M. Fillon parvienne à tenir ses promesses électorales et fasse enfin entrer la France dans le XXIe siècle ; s’il est élu président.

Savez-vous comment s’intitule le dernier ouvrage d’Alain Juppé, le deuxième placé dans les primaires républicaines ?

Pour un État fort5.

  1. François Fillon, Faire, Paris, Albin Michel, 2015, p. 13-15.
  2. Guy Sorman, L’économie ne ment pas, Paris, Fayard, 2008, p. 24.
  3. Ibid, p. 27.
  4. François Fillon, Faire, Paris, Albin Michel, 2015, p. 40.
  5.  Alain Juppé, Pour un État fort, Paris, JC Lattès, 2016.

Laisser un commentaire

  1. Oui, que de vœux pieux ! la gauche (minoritaire dans notre pays) ne laissera pas faire, elle descendra dans la rue, ce qui provoquera un travail énorme de mobilisation pour pallier à la paralysie habituelle de ce genre de situation et ce, au détriment de réformes pourtant nécessaires mais abandonnées pour calmer les manifestant après la guerre d’usure habituelle ramenant TOUT au statut quo ante !

    1. La gauche n’est pas minoritaire. 90% des gens approuve la sécu, les 35h, la sncf, la poste, la retraite par répartitions, les subventions agricoles et j’en passe…La France est profondément socialiste et étatiste depuis très longtemps…

        1. Oui les Français sont prêts pour les réformes. Ils faut les leur expliquer et les faire. Après il est certain qu’on va entendre très très forts la CGT et quelques autres. Qu’on va forcément être bien emmerdé par cette minorité non représentative. Mais il faudra encore expliquer puis appliquer et surtout pas tergiverser et laisser trainer.
          Les propositions de Fillon sont claires et s’il est élu il sait qu’il devra appliquer dans les 100 jours. Après ce sera trop tard et il le sait.

          1. kagou : on va forcément être bien emmerdé par cette minorité non représentative.

            Clair, et les médias vont bien faire leurs propagande.

            J’ai peur que Fillon soit trop guindé et rigide pour faire un orateur convaincant. Il faudrait un fin renard presque machiavélique qui sait tendre des pièges aux journalistes et les amener là ou il veut.

        2. Franchement, que c’est triste de vous voir démolir notre belle FRANCE par des mensonges pareils. Faites voter les Français sur les éléments que vous énumérez et vous verrez si il ne veulent plus des 35 heures, s’il faut faire une réforme sur retraite des fonctionnaires, etc etc etc.

          vous êtes jeune et manquez de maturité pour comprendre ce que veulent les Français. Je dis toujours à mes enfants, vous êtes instruit ! j’en suis très heureux. mais vous manquez d’intelligence et d’expérience pour comprendre le monde d’aujourd’hui et cela me rend triste. Avec les années, l’intelligence viendra et comprendrai ! et là je serais comblé…

          1. Biker bouc: Faites voter les Français sur les éléments que vous énumérez et vous verrez si il ne veulent plus des 35 heures, s’il faut faire une réforme sur retraite des fonctionnaires

            Je vous parie ma chemise. En Suisse les fonctionnaires se font régulièrement flinguer en votation comme en 2002 ou le peuple a supprimé le statut de fonctionnaire à 70%.

            La suisse a moitié moins de fonctionnaires et d’impôts par habitant parce que c’est ce que veulent les gens : Des services qui marchent et qui ne les pillent pas pour s’offrir des privilèges. Les deux conditions ne sont plus réunies en France depuis longtemps, ce que reflètent ces sondages.

            Et ils en ont sacrément marre les Français… « Près de deux tiers favorables pour que le statut des fonctionnaires soit le même que celui du privé. »
            http://www.leparisien.fr/politique/pour-64-des-sympathisants-ps-macron-est-un-atout-pour-la-gauche-23-09-2015-5120081.php

            Biker bouc: Avec les années, l’intelligence viendra et comprendrai !

            Ouais ouais je « comprendrai », surtout que je dois avoir au moins 20 ans de plus que vous et que je suis né dans une vraie démocratie. J’ai un peu plus d’expérience sur ce que votent les gens quand on leur donne un VRAI pouvoir dans un ISOLOIR. Un truc qui n’a jamais existé en France.

            40 millions d’électeurs ne vont certainement pas voter pour une dette, des impôts, un nombre d’élus et de fonctionnaires invraisemblable qui se sucrent sur leur dos et qui fournissent des services d’état défaillant.

            Biker bouc: Je dis toujours à mes enfants, vous êtes instruit ! j’en suis très heureux. mais vous manquez d’intelligence

            Ils ne manquent pas d’intelligence, mais de culture et d’expérience. Bravo pour votre « fine » analyse des choses et votre sens de l’insulte la valorisation des enfants.

            Dunning et Kruger ont un message pour vous:
            https://fr.wikipedia.org/wiki/Effet_Dunning-Kruger

  2. Zelectron a tout résumé. Pas de profondes convictions, pas de réformes libérales. 1 fois de plus Fillon va céder. On en reparle dans 5 ans !

  3. Il y a une phrase qu’a prononcée Mr Fillon et qui m’a frappée : « Alors ! si on ne peut rien faire, mieux vaut rester chez soi « .

  4. les fonds de pension américains la solution si vous voulez travailler jusqu’a votre mort.Je ne veux surtout pas que nous imitions l’Amérique nous pouvons nous en sortir sans eux et MR fillon qu’a t-il fait pendant 5 ans sous la gouvernance de mr sarkozy ce sont des corrompus.Les promesses de MR fillon je n’y croit pas cela n’engage que lui .Américanisé notre système de santé nous courrons a la catastrophe et pourquoi toujours copier l’Amérique.Les libéraux qui adulent les USA pourquoi ne partent-ils pas définitivement dans ce pays ???

    1. Et toi Camen, qui veut nous mettre en place un nouveau Vénézuela ou un nouveau Cuba, pourquoi ne pars-tu pas là-bas ? On me dit qu’une place vient de se libérer à Cuba …

      1. je suis française et je resterai dans mon pays et je me battrai contre se libéralisme a outrance car la précarité est de plus en plus forte et avec mr fillon nous allons droit dans le mur il pense a lui mais pas au peuple en souffrance surtout pour un homme qui n’a jamais travaillé de sa vie

        1. J’aurais du préciser que c’était une question rhétorique … My bad.

          1. Si tu as un dîner à faire avec des amis invite Carmen tu ne seras pas déçu et en plus, elle a plein d’anecdotes sur son ex boulot de fonctionnaire…

            Un salarié sur trois payé par l’état qui bouffe 56% du PIB et établi des records mondiaux pour la taxation tout en offrant des prestations sociales à peine dans la moyenne européenne :

            « je me battrai contre se libéralisme a outrance car la précarité est de plus en plus forte » – Carmen

            Rires garantis !

            1. Un salarié sur trois payé par l’état qui bouffe 56% du PIB

              On est près de 60%, et en réalité on dépasse les 65% avec les provisions qui seraient nécessaires.

        2. « je me battrai contre se libéralisme » loool 😂😂😭😭

        3. Carmen..
          Je suis français et je resterai dans mon pays et je me battrai contre se SOCIALISME a outrance car la précarité est de plus en plus forte et avec mr Hollande nous allons droit dans le mur (cf Corée du nord, Cuba, Venezuela, Bresil, Argentine etc….) il pense a lui mais pas au peuple en souffrance surtout pour un homme qui n’a jamais travaillé de sa vie.

    2. Pour parler d’un sujet il faut s’être renseigné un minimum. étaler les poncifs éculés de la propagande d’état n’aboutis qu’a un seul résultat : vous rendre ridicule. la connaissance c’est comme la confiture moins on en a plus on l’étale…

    3. Je ne veux surtout pas que nous imitions l’Amérique nous pouvons nous en sortir sans eux

      Vous voulez imiter le Vénézuéla ou mieux l’URSS ❓
      Pendant 5 ans votre héros capitaine de turbo-rétro pédalo n’a fait qu’augmenter la dette.
      72 milliards de déficit, cela donne 1000 Euros par résident, et pas loin 3500 Euros par travailleurs.
      Cela se cumule chaque année, 2148+72= 2220, cool, et l’on est plus au temps des rois moyenâgeux qui se permettaient d’étêter les prêteurs ou de les embastiller.
      Une dette hors de contrôle, et le jour ou le taux passe à 2.5%, cela fait 55 milliards, soit 2800 par travailleur.
      3500+2800 = 6300 à payer pour tenir la dette stable à 100% et pour cela vos travailleurs vont vous bénir.
      Et quel est le salaire moyen en France ❓
      L’arrière gout de faillite, vous ne le sentez pas ❓

  5. Conservatisme et liberté individuelle sont deux choses antagonistes…

    La position du monsieur sur la question de la drogue, on en parle ? Les positions du Poutine au sujet de certaines libertés individuelles (au hasard, l’orientation sexuelle), on en parle aussi ? Si je suis le raisonnement, on est plus libre en Russie qu’en Arabie Saoudite ? L’un est plus respectable que l’autre ?

    « […] contre les conservatismes qui nous étouffent », tu parles :D. Avec autant de caisses, c’est impossible de qualifier le bonhomme de « libéral »…juste un autre type de notre belle droite française bien traditionnelle, qui mélange sa propre morale religieuse avec les valeurs sociales qu’il est supposé défendre. Fillon ne redonnera pas la liberté au peuple, il continuera de donner ce que l’Etat a toujours donné : des miettes en totale conformité avec sa propre morale.

  6. @Carmen, je pense que vous parlez des conservateurs…🛏🛏🛏
    Fillon est un conservateurs sur les moeurs, un pro-entreprise sur l’économie, un minimaliste sur le social (il va serrer la ceinture)🛏🛏🛏
    Il y a deux grandes catégories de libéraux : 1- les conservateurs (type us) qui ont une foi sans borne pour les mécanismes de marché, avec intervention minimale de l’état (sur ses fonctions régaliennes), 2- et les sociaux-libéraux qui croient aussi dans les mécanismes de marché, mais considèrent qu’une redistribution est nécessaire des plus aisés vers les plus démuni, le marché ayant naturellement tendance à accentuer et reproduire les inégalités.

    1. « Il y a deux grandes catégories de libéraux : 1- les conservateurs (type us) »

      Lol 😂

    2. « le marché ayant naturellement tendance à accentuer et reproduire les inégalités. »

      Re Lol

      Un jour il faut arrêter de bêtement répéter la propagande de l’état pour justifier son utilité…

  7. @LDIUD, Fillon n’ira pas serrer la main des chefs d’état parce qu’ils sont gentils, mais parce que c’est l’intérêt de la France et ça c’est la meilleure chose qu’on puisse souhaiter. Arrêtons de souhaiter le meilleur pour les autres ça leur attire le pire.

    1. La seule chose que demande les libéraux à l’état c’est de les laisser s’occuper eux même de leurs intérêts et donc que l’état garantisse les libertés individuelles de tous.

  8. Pas mal de trolls ces temps-ci sur Contrepoints et beaucoup de libéraux qui attendent le Messie sans bouger un doigt: préfèrent râler dans leur petit nid douillet, bien au chaud.

    1. Il y a plus de chance que le Christ revienne sur terre que un président véritablement libérale soit élu en France. Comme disait Jean Gabin, il existe des poisson volant (des libéraux Français) mais ils ont très loin d’être représentant de l’espèce…

  9. Fillon n’est pas un libérale et de très loin. Les deux ou trois mesures libérales sont toujours bonne à prendre mais elles sont noyer dans une mer d’étatiste débridé. Pas plus tard que ce matin j’entendais sur Franceat inter les journalistes se réjouir de la volonté de Fillon d’attribué prioritairement l’usage des sols à l’agriculture par la lois et instituer une régulation étatique des pertes agricoles par un système d’assurance abondé par l’état…on se croirait chez les soviets…Pour les libéraux à la recherche du soleil libéral Fillon n’est qu’une maigre bougie. Il est vrai que dans le noir absolu de l’étatisme environnant la moindre lueur peut vous aveugler….

    1. Méfiez-vous des commentaires des journaleux, qui ont tout intérêt à déformer les propos, surtout de Fillon, car il va à l’encontre de ce qu’ils veulent, spécialement sur Inter.
      Quant au fond, je préfère la lueur de la bougie que l’obscurité totale. Et puis c’est aux actes qu’on juge et je verrai bien si Fillon, à supposer qu’il soit élu, restreint le périmètre de l’État, comme il affirme avoir l’intention de le faire.
      Ce qui devient rasoir, à la fin, c’est de voir tout un tas de beaux parleurs qui vous serinent à longueur de colonnes qu’il faut plus de liberté et de les voir faire la moue quand un cadidat dit: « Diminuons l’obèse ». Que faut-il pour les décider à bouger? S’ils veulent un libéral, soit ils se retroussent les manches pour faire le boulot au lieu d’ergoter, soit ils font au moins l’effort d’apporter un peu de soutien à quelqu’un qui dit: « Je veux plus de liberté ».
      Mais là, il faudrait déjà commncer à sortir des rêveries.
      Moi, je voterai Fillon, quitte à être déçu (mais je ne le pense pas, car certains indices me semblent encourageant), mais au moins j’aurai tenté une sortie du cauchemar collectiviste d’une manière ou d’une autre.

      1. +1 : croire France Inter sur les intentions de Fillon, c’est comme croire Sartre qui vous expliquerait la Messe
        +2 : tenter d’expliquer que c’est plus important de libérer le cannabis que d’entreprendre de réduire l’obèse c’est du bon intello-gauchisme de salon.
        +3 : l’utopie d’un leader libéral en France, c’est 3 ou 4 oxymores dans une même phrase

        1. Concernant France inter j’ai remarqué que lorsqu’il sont flatteur vis à vis de personnalités de droite leur infos sont souvent justes.

      2. Et puis c’est aux actes qu’on juge

        Clair, et c’est pour cela que sarko était une catastrophe, il a été élu sur un programme de remise en route du régalien et de desserrement de l’étau et cet abruti a fait tout l’inverse.
        J’ai plus d’espoir dans la « bougie » Fillon, mais une fois au pouvoir on dirait qu’ils perdent de vue l’horizon.

        C’est là où se révèlent les grands hommes… habile réformateur ou apparatchik minable ?

      3. Fillon n’est pas libéral, c’est un fait sur lequel je crois il est inutile d’ergoter. Cela dit si celui ci fait quelques réformes d’inspiration libérale je serais le premier à m’en réjouir. Je dis bien « SI » car les passé montre que les promesses de compagnes ne valent pas grand choses…

    2. +1

      Je parie ma chemise que s’il arrive au pouvoir, ses mesures consisteront à ajouter quelques gouttes de libéralisme et des baignoires entières d’étatisme.

      1. Et on entendra gauchos et droiteux crier en cœur « vous voyez bien que ça ne marche pas l’ultra-néo-méga-hyper-giga-turbo-libéralisme! ». Et la philosophie de la liberté n’aura encore une fois plus droit de cité pour les 30 prochaines années, ses défenseurs arrêtés par la police de la pensée et condamnés par les tribunaux de la bien pensance médiatique.

      2. même si il ne fait aucune réforme libérale il en sera ainsi. Il a l’étoile jaune libérale cousue à la peau, tous les échecs de la France dans les 5 années qui viennent seront mises sur le dos du libéralisme.

  10. Pour réduire le chômage, la France a tout essayé, les propos de Mitterrand restent d’actualité. Tout sauf ce qui marche chez nos voisins, une dose de libéralisme.
    Fillon se lance et semble avoir la faveur des Français, s’il échoue à être élu, tant pis !
    Tant pis pour les chômeurs toujours plus nombreux et tant pis pour la France, les fonctionnaires et salariés ultra protégés savent être patients tant que la bête survit, on attendra encore 5 ans ou 10 ou 15 …

    1. Il est clair que si Mitterrand l’a dit, ca doit être une vérité universelle

    2. on attendra encore 5 ans ou 10 ou 15 …

      15 ans surement pas. cela explosera avant à cause de la dette.

  11. Pourquoi, libéral, je suis opposé à Poutine !
    Je trouve révoltant que François Fillon, qui défend les libertés, veuille soutenir un dirigeant comme Poutine !
    En Russie actuellement, tous les médias sont aux mains du Kremlin, les opposants sont emprisonnés ou abattus, comme Boris Nemtsov, et l’armée russe a annexé la Crimée ukrainienne, en violation de toutes les lois internationales !
    L’argument de la popularité de Poutine est fallacieux, car :
    – Hitler aussi était très populaire, jusqu’à Stalingrad.
    – quel est le niveau de popularité de Poutine en Ukraine, dans les pays baltes, en Géorgie. ??
    Quant à son aide pour lutter contre Daesh, c’est absurde ;: la propagande russe répète cet argument, mais ne bombarde qu’Alep, fief des rebelles syriens, et jamais Raqquah, capitale syrienne de Daesh !
    Poutine n’est venu en Syrie que pour soutenir son dernier allié, responsable de 300 000 morts syriens !

    1. La Liberté de la presse en France !!!!!! Quelle blague, vous avez raté votre vocation Comment expliquer vous que 95% de nos médias disent la même chose, du copié collé en provenance des mêmes bobos habitant sous les toit de Matignon ou de l’Elysée. Sérieusement, vous pensez ce que vous dites sur les médias. Citez moi un journal réellement indépendant.

      Chez nous les opposants ne sont pas abattus, ils sont justes ostracisés, ou traités de fachos, réacs ou pire. Donc, oui pas de balle dans la tête mais détruis médiatiquement.

      Fabius, Ayrault sont compétents ???? Al Nosra fait du bon travail dixit Fabius. Légion d’honneur au prince saoudien. Donc décorons, un coupeur de tête, quelqu’un qui nie le droit à l’existence des femmes, qui bombarde le Yemen. Dois je continuer.

      Géorgie, états baltes etc. Et n ous, Lybie, Irak, Afghanistan, Et la je en cite que depuis 15 ans. Mais on peut aussi ajouter pleins d’autres.

      Alors arrêtez votre mauvaise foi, allez vivre chez les bisounours et évitez de venir trollez ici Merci

      1. Mortderire: La Liberté de la presse en France !!!!!! Quelle blague

        48eme quand même, mais en dessous du Botswana. Sacré « liberté » effectivement !
        Indice liberté de la presse – Classement des pays

        Mortderire: Citez moi un journal réellement indépendant.

        Il y a quand même du bon boulot de temps en temps « fonctionnaires les chiffres qui tuent », mais c’est noyé dans la masse
        http://www.lepoint.fr/invites-du-point/jean-nouailhac/fonctionnaires-les-chiffres-qui-tuent-18-11-2014-1881987_2428.php

        Le pire c’est la télévision pravda d’état.

    2. « soutenir » où et quand Fillon a parlé de « soutenir » Poutine ? Creusez un peu ce qu’il a dit au lieu de réagir aux résumés tout a fait impartiaux (hum…) des journalistes de la Pravda officielle. Voila ce qu’il disait sur F2 :

      «On sait que la Russie n’est pas une démocratie, on sait que la Russie est un régime instable et dangereux. La question posée c’est: est-ce qu’on doit continuer à provoquer les Russes, à refuser toute espèce de dialogue avec eux en les poussant à être de plus en plus violents, agressifs, et de moins en moins européens?»

      Btw, essayez de me trouver un endroit où notre Flamby 1° disait aussi clair que « On sait que la Russie n’est pas une démocratie, on sait que la Russie est un régime instable et dangereux. » ou disant que les Russes sont « violents, agressifs, et de moins en moins européens? »

    3. la propagande russe répète cet argument, mais ne bombarde qu’Alep

      D’abord c’est inexact. Vous ne voulez voire que ce que vous voulez voire.
      La presse français a-t-elle citée une seule fois que les rebelles empêchaient les civils de fuir ❓
      Le coup du dernier hôpital bombardé tout les 15 jours ne vous alerte pas ❓
      Les coupeurs de tête d’enfants, les assassinats d’enfants par les rebelles, c’est bien parce qu’ils sont de « notre » coté ❓
      C’est libéral ❓
      Quid du Yémen qui devrait avoir une nofly zone pour empêcher les séoudiens de massacrer les civils, et leur dernier exploit étant de bombarder une cérémonie funèbre, de plus de revenir sur la cible et de recogner alors que les sauveteurs étaient à l’œuvre, ce que nos pisseux de journalistes ne se gêne pas de reprocher aux russes alors que là c’est normal ❓

      Forcément, cela va bien se terminer.