Supprimer 500.000 fonctionnaires : qui n’y croit pas ?

Publié Par Éric Verhaeghe, le dans Fonction publique

Par Éric Verhaeghe.

Supprimer 500.000 fonctionnaires au lieu de 300.000, est-ce ou non possible ? Le débat va enfler dans les jours qui viennent avec la candidature de François Fillon. Qu’il me soit permis d’y ajouter une contribution personnelle, parce que, une fois de plus, les débats vont nous délecter.

Une brève histoire de la fonction publique en France

Curieusement, l’INSEE, comme la direction générale de la Fonction Publique, évitent de faire trop de publicité aux séries longues sur l’emploi dans la fonction publique. Il faut fouiller dans le projet de loi de finances pour retrouver un tableau qui fait sens :

verhaeghe

 

C’est à peine lisible ! Mais avec une loupe, on comprend que la France comptait 5 millions de fonctionnaires en 2002. Elle en compte 5,5 millions aujourd’hui. Elle en comptait 4,6 millions en 1996. En vingt ans, la France a créé 1 million d’emplois de fonctionnaires. Pendant ce temps, la dette publique a explosé, l’éducation publique s’est effondrée, l’université aussi, et les rues de nos villes n’ont jamais été aussi dangereuses.

Preuve est faite que nous étions mieux administrés avec 1 million de fonctionnaires en moins.

Les fonctionnaires travaillent-ils ?

Au passage, personne n’a jugé utile de demander des comptes aux fonctionnaires sur leur temps de travail. Un rapport publié cette année l’a bien rappelé, mais il soulignait la difficulté de suivre le temps de travail effectif dans la fonction publique.

En réalité, très peu de fonctionnaires doivent « badger » et, quand ils badgent, les méthodes de calcul sont fantaisistes.

Comment je supprimais des emplois dans la fonction publique

Moi qui fus fonctionnaire, je me souviens encore de la méthode infaillible que j’utilisais pour convaincre un fonctionnaire de quitter son poste. Je regardais son salaire. Comme j’étais chargé des paies, j’avais réalisé un classement global des salaires, en incluant les primes. Je savais donc que les fonctionnaires les mieux payés étaient généralement les plus pistonnés, mais certainement pas les plus travailleurs.

Donc… je recevais le fonctionnaire qui me semblait inefficace et lui expliquais que, au vu de son salaire, il me paraissait indispensable d’augmenter sa charge de travail. Certains, dans les services que je dirigeais, travaillaient moins de vingt heures par semaine, même si officiellement ils en prestaient 35. Ils n’avaient tout simplement pas assez de travail pour s’occuper si longtemps.

Alors, face à la menace de devoir travailler davantage, ils demandaient une mutation en urgence et partaient se planquer ailleurs.

J’ai, encore vivant en mémoire, l’exemple de la maîtresse d’un ancien directeur du conseil régional d’Ile-de-France qui avait obtenu un poste en quinze jours après notre entretien. Il me semble qu’elle ne travaillait pas plus de 10 heures par semaine, pour un salaire (il y a dix ans !) de plus de 4.000 euros nets par mois…

Mais bien sûr, on ne peut pas supprimer 500.000 postes en France.

Sur le web

  1. une idée de la fonction publique ? l’auteure a édulcoré sa pensée :

    Absolument dé-bor-dée ! ou le paradoxe du fonctionnaire … comment faire 35 heures en . . . un mois ! ( Zoé Shepard )

    1. Vous parlez bien de la jeune femme qui crache dans la soupe mais qui continue de se resservir ?

      Quand cette femme aura agit comme elle écrit, elle méritera du respect. Pas avant.

      1. Ce n’est pas parce qu’elle « crache » dans la soupe qui la fait vivre que la soupe est bonne, votre argument n’en est pas un.
        Je connais une jeune femme qui depuis toute jeune à voulu travailler (au premier sens du terme) dans la fonction publique territoriale.
        Elle a fait les études pour ça, passé et réussi un concours difficile, et a intégré une administration locale en région parisienne.
        Elle est enchantée de voir à quel point elle peut y être utile, tant il y a de choses à faire.
        Tant il y a de choses à faire que ses collègues ne font pas. Ce qu’elle déplore sans en avoir fait un roman pour autant.
        Pourtant là jeune femme en question fait son job, et ne souhaite pas démissionner au fallacieux prétexte que les autres sont des feignasses parasites.
        Je respecte les deux jeunes femmes : l’auteure dont j’ai lu le livre à l’époque, qui m’a bien amusé, et celle que je connais et avec qui j’ai échangé.

        En ce sens je pense que sur 5,6 millions de fonctionnaires, procéder à un dégraissage de 10% tout en recrutant policiers, gardiens de prison, magistrats et militaires est tout à fait vraisemblable…

        1. En tant que fonctionnaire – certes de direction – je confirme entièrement votre analyse !

      2. Agua : elle méritera du respect

        Ça change quelque chose à ce qu’elle dit ?

  2. Ah bon, et bien on a pas vraiment la même expérience de la fonction publique. Chez nous, dans un hôpital, les heures supplémentaires ne sont pas payées. Évidemment, le nombre de patient à lui augmenté et le personnel diminué, et comme vous aimez votre métiers et que vous ne pouvez de toute façon pas laissé votre service sans personnel, le compteur d’heure supp explose, bien au delà des 35 ou 39h ! Et on soigne tout le monde, même des prétentieux pédants dans votre genre qui donne pas franchement envie de faire des efforts. Aussi soyez rigoureux, ne confondez pas agent public et fonctionnaire. Un agent public peut être un interne, un contractuel, un contrat aidé…

    1. Faut-il à chaque fois dire qu’il ne s’agit pas des « régaliens » dont personne ne doute ni des qualités ni des salaires qui confinent au misérable pour certains, et majoritairement du terrain ?

      1. Pierre Kirool (émigré)

        La médecine du régalien, vraiment?

        1. Non, justement, c’est bien ce qu’écrit Zelectron : ce ne sont pas les régaliens qui sont mis sous pression intenable, qui ne font pas ou rarement grève, qui sont payés misérablement.
          Et donc, oui, il faut le dire et le répéter.

    2. Bonjour tigrou777

      Je sais que je vais vous faire hurler, mais d’après mon expérience personnelle, le personnel soignant est plus souvent à la pause café, à des réunions stériles, à des bavardages interminables plutôt que devant les malades.
      Et je ne parle pas des administratifs.
      L’hôpital coûte 2 fois plus cher que les cliniques pour la même pathologie.
      Nombres d’hôpitaux existent par les caprices des politiques.

      1. Vos sources svp ? une clinique et un hôpital, sur un même territoire, traite rarement des mêmes pathologies. Pour simplifier, L’hôpital se spécialise de plus en plus dans les pathologies non rentables par un privé. C’est d’ailleurs pour ça qu’un hôpital « coûte » plus cher, mais aussi que les comparatifs sont absurdes, tout comme vos remarques sur les pauses café.

        1. Google est votre ami, la première référence:
          http://www.atih.sante.fr/sites/default/files/public/content/2563/rapport_couts_de_prise_en_charge_2012.pdf

          « Dans le secteur ex-DG (public), le coût moyen de prise en charge 2012 évalué à 2 115€..Dans le secteur ex-OQN (privé) le coût moyen de prise en charge 2012, évalué à 1 204€ »

          L’argument usé jusqu’à la corde des urgences et de l’enseignement ne tient pas, les urgences étant faites par les vacataires, étrangers qui sont payés avec un lance pierre comme tout le monde sait, quant à l’enseignement il offre le prétexte de sous payer des stagiaires qui travaille à bon prix.

      2. Je connais assez bien l’hôpital public de l’intérieur et je confirme que tous les soignants ne sont pas systématiquement débordés, c’est très variable d’un service à l’autre. Et par ailleurs l’accumulation des heures supplémentaires quand c’est le cas, est bien plus souvent le signe d’une mauvaise gestion des plannings que d’un manque de personnel.

    3. On trouvera toujours des témoins qui sont l’honneur de la fonction publique, ce n’est pas le problème. L’auteur aborde le temps de travail global de la fonction publique et les abus d’emplois fictifs…
      Réduire le nombre d’agents publics ou de fonctionnaires de 500 000 n’est pas une utopie, c’est juste nécessaire.
      Et rassurez-vous, dans le privé (les grands groupes en particuliers) on trouve le même genre de planqués qui ne servent pas à grand chose.

    4. Pierre Kirool (émigré)

      Bravo Tigrou vous travaillez bien plus que la moyenne de vos collègues! Vous voulez des applaudissements? Comme d’hab, y en a toujours un pour dire qu’il a pas compris que les articles et analyses donnés sont à une échelle globale et pas un arrêt sur image de leur petite réalité et que de façon global, les fonctionnaires en foutent pas une, sont planqués et nous coûtent très cher en impôt.

    5. dans les hôpitaux, il est vrai que le personnel administratif a pris le dessus sur les soignants.

      Par ailleurs , il est complètement aberrant d’avoir étendu le statut de fonctionnaires aux médecins, infirmières, mais aussi enseignants , instituteurs, balayeurs, etc…
      ce statut censé protéger des aléas électoraux des postes éminemment politiques, a complétement été dévoyé.
      A la limite , le mieux serait de faire comme les suédois: la suppression de ce statut.

    6. La question est donc bien de mettre l’ensemble du systeme sous statut salarié privé : on peut critiquer le Code du Travail à raison, ceci aurait le mérite de permettre de nettoyer les abus une bonne de mettre à chacun (elus, personnels, patients, syndicats, cotisants, etc) le nez dans son caca idéologique.
      Une infirmière, une fille de salle, un médecin avec un contrat de travail de droit privé pourrait légitimement se retourner contre son employeur pour se faire payer ses heures sup. En contrepartie de quoi, dans certains services ou pour certaines catégories, le salarié parasite pourrait légitimement être viré avec pertes et fracas pour le bien de tous.
      C’est le concept même d’emploi public qui fausse la réflexion.
      En dehors du régalien, il ne devrait pas exister.

    7. A le lire celui-ci on a vraiment envie de pleurer. Quand bien même travaille t’il, ce n’est toutefois pas la majorité qui se défonce. Comment expliquer que très souvent chez nos voisins européens, avec beaucoup moins de moyens la qualité est très souvent supérieure ? Ce doit être alors un problème d’organisation , de compétences.

      Qu’ils arrêtent de chialer, c’est unanimement reconnu qu’ils sont nantis (salaires supérieurs, retraites scandaleusement bien pourvues = 75 % salaire des 6 derniers mois, avantages sociaux divers…).

      Oui, il faut en virer, on en a trop ! « Rigolez pas les mecs, c’est nous qui les payons » (Coluche).

    8. J’espère que vous soignez mieux que vous n’écrivez …

    9. et comme toujours on est dans le ON/OFF . Pourquoi de suite parler de généralisation. Il serait idiot de supprimer des postes dans les hopitaux effectivement. Mais quand je vois à la DDE des mecs se mettre à 3 pour boucher quelques nids de poules et que ça leur prend toute une journée.. Je me demande si il n’y aurait pas quelque chose à creuser !! ( oui, 3 . 1 conduit le camion, le deuxiéme jette le goudron de la benne du camion et le troisiéme, l’ecrase au fond du trou )

  3. Des anecdotes sur le pistonné du privé sont encore plus nombreuses… très mauvais argument!
    Les supprimer du public les mettrait dans le privé… grave pour la croissance 🙂

    1. sauf que dans le privé si vous êtes inefficace, c’est la faillite…

      1. Pierre Kirool (émigré)

        Ce qui va drôlement changer leurs habitudes parce que dans le public, c’est la promotion qui les attends quand ils ont prouvé leur inefficacité.

      2. Vous y croyez vraiment ?

        Tu me mets une petite larme. Tu me mets un peu de chantage à l’emploi. Tu me mets quelques manifestations de la CGT. Tu me mets quelques politiciens généreux avec l’argent des autres. Et, hop, une entreprise merdique de « sauvée ».

        Cela fait combien d’années qu’AF ou je ne sais plus quelle entreprise de ferries doit crever la gueule ouverte ?

    2. Pierre Kirool (émigré)

      « grave pour la croissance » bah non. Déjà, ils ne seront plus payés avec nos impôts mais avec de l’argent investi par d’autres et voyez-vous dans le privé, ceux qui investissent, en bons gros capitalistes qui se respectent, attendent un retour sur investissement et comme l’économie française n’a pas attendu les fonctionnaires pour faire des affaires, qu’elle en fait même malgré eux, ils n’auront pas d’autre choix que de se mettre à bosser et être productif ou bien ils finiront clochards.

      1. ben…ils finiront clochards mais comme ils connaissent bien les rouages de la fonction publique …ils finiront dans une HLM de luxe et administratif bien payé d’une belle association 🙂

    3. @Reactitude: Quand vous aurez compris que ce que vous pensez de la manière dont les actionnaires des boites privées gèrent LEUR fric ne nous intéresse pas alors que la panière dont l’Etat gère les 50% de revenus qu’ils nous pompent, nous intéresse plus, peut être arrêterez vous faire du bruit inutile sur ce forum. Vos propos sont quand même en général d’une indigence assez surprenante. Que vous ne compreniez pas que les gaspillages du privé ne sont pas un sujet politique, mais privé est assez révélateur de la profonde nullité intellectuelle qui caractérise vos interventions en général. C’est simple quand je vois votre avatar je me dis « quelle ânerie va t’il nous avoir encore pondu? ». Neuf fois sur 10 ça se vérifie. C’est vraiment minable.

      1. je pense que…tu délires , le problèmes de l’administration est le même que pour les grosses entreprises..les actionnaires sont très très loin et quand le chat n’est pas là les souris dansent…

        1. Oui mais c’est LEUR PROBLEME quand même. Quand des gens glandent chez total, c’est pas votre pognon. Alors foutez nous la paix avec ça. Laissez les actionnaires s’occuper de leur fric. Ils le font mal? Peut être… Ils sont négligeants? Et alors? je m’en cogne! Si vous voulez leur donner des leçons RACHETEZ LEUR PARTS et ne venez pas nous casser les bourses ici. je m’en tape des actifs des autres. Ca me coûte rien.

          En revanche, la glande dans l’administration est le problème de TOUS LES CONTRIBUABLES. Ca pas être compliqué. Toi comprendre?

          Il y en a marre de cette attitude de bolchevik qui sait toujours quoi faire du pognon des autres.

          1. et de s’auto-encenser, de se tresser des couronnes de lauriers, de prouver par a+b qu’ils sont les seuls à suer sang et eau et ne souffrent pas d’avoir des citoyens lambda les critiquer alors qu’ils sont à leur service, l’impudence d’un fonctionnaire est telle que même quand on ne le vise pas expressément il monte sur ses ergots pour piailler avant même qu’on ne le touche, quant à ses appartenances majoritaires aux mouvements gauchiards, la messe est dite . . .

          2. @Mitch
            .comme électeur TU ES LEUR BOSS……et comme tous les boss mal entourés tu accuses ton salarié au lieu de ton lèche cul.

            1. Reactitude nous explique que LUI il a tout compris. Lui il sait diriger une entreprise du cac 40, il sait diriger un Etat, il ne se gourre jamais, lui on ne la lui fait pas lui ne se fait pas avoir par des lèche cul manipulateurs, lui il sait bien s’entourrer, et il sait repérer les gens mal entourés et il sait ce qu’ils devraient faire et pourquoi ils se plantent. Je m’incline devant vous : Oui vous devez avoir raison, je ne suis qu’un crétin qui ne comprend rien à rien.

              Les Belges disent que les français pour se suicider se tirent une balle 15 centimètres au dessus de leur tête en plein dans leur complèxe de supériorité: Je confirme vous êtes bien un hyper français, tendance super Dupont.

              Allez y, clouez moi le bec, je vous laisse le dernier mot: c’est l’aumône que je jette aux pieds de votre indigence intellectuelle qui me fait pitié.

            2. « comme électeur TU ES LEUR BOSS ».
              faceplam. Depuis quand l’électeur français a-t-il son mot à dire sur le job des agents public ? il ne les choisit pas, ne choisit pas leur promotion ni leur prime, ni leur affectation, ni rien, en fait. Il a tout au plus le droit donner son avis –avis qui ne sera pas suivi dans à peu près 49% des cas — sur la personne, dite « élue », qui aura le droit de modifier marginalement quelques détails, et placé quelques ami(e)s.

          3. Je ne veux surtout pas entrer dans votre discussion – si je puis dire – mais je voudrais juste m’interroger sur ce point de vue exprimé,  » liberté totale de faire ce qu’on veut de son argent  » ; peut-être dans un monde libéral théorique, rêvé en somme, mais dans le vrai monde aucun acteur n’est totalement indépendant et seul, les interactions avec les autres existent, et dès lors la question morale déboule, quel jugement les autres ont-ils de l’usage que je fais de mon argent, et jusqu’à quel point je dois en tenir compte, que ce soit par conviction ou par intérêt ?

            1. Vos convictions et vos intérêts relèvent tout autant de votre liberté que l’usage de votre argent. Seulement il est vrai que vous devez opérer des choix. Et tout choix est un renoncement. Dès lors la liberté il est vrai ne signifie pas pouvoir tout faire quand on veut, mais faire ce qu’on peut avec ce qu’on a selon le contexte.

              Mais vous oubliez une chose, le libéralisme est une théorie du DROIT et uniquement du droit. Il ne s’agit pas de donner des leçons de vivrensemble, ou de dire qu’on doit tout tolérer de tout le monde tout le temps.

              L’exemple des lois vestimentaires est souvent un bon exemple. En tant que libéral, je milite pour l’autorisation de trois choses qui semblent incompatibles et qui sont pourtant très cohérentes. Le droit à la nudité totale dans l’espace public, le droit de porter la bourqua et/ou tout artefact dissimulant jusqu’au dernier centimètre carré de peau, et le droit des commerçants et autres tenanciers privés ouverts au public de refuser n’importe quel client sous n’importe quel prétexte (vêtements, couleur de peau, religion, opinion politique, sale gueule, parfum inadequat etc…) sans avoir à se justifier.
              Qu’ils aient le droit de le faire ne signifie pas que ce sera sans conséquence. UN bar qui affiche ouvertement son racisme aura de fortes chances d’être boycotté par une partie non négligeable de la population. une femme en Burqua a de fortes chances de se faire refouler de nombreux établissements, un mec à poil a de fortes chances de se voir ostraciser par le plus grand nombre. C’est la vie, ça n’a pas besoin d’être la loi.

    4. Sauf que dans le privé ce n’est pas moi qui paye

      1. Si, en tant que consommateur. Ou en tant que cotisan a une assurance santé privée.
        Rien n’est gratuit dans le privé…

        1. Rectification : dans le privé j’ai le CHOIX de payer ou non

          1. Exactement, vive la concurrence. PukuraTane: Si je ne suis pas content et que cesse de payer Total, Total cesse de me fournir du carburant. Si je ne suis pas content et que je cesse de payer mes impôts je vais en prison. Comprenez vous la différence entre l’exclusion d’un contrat et le chantage à la coercition?

            1. Oui, Mitch, je comprends. Contrairement à ce que vous laissez comprendre, je ne suis pas idiot. Mais je ne suis pas non plus donneur de leçon. J’essaie de participer à une discussion, pas d’asséner des lieux communs sans grand intérêt.
              Bien entendu, si vous cessez de payer un bien ou un service, vous cesserez d’en bénéficier : nous sommes tous d’accord là-dessus ici.
              Je me demande seulement si chaque citoyen français aura votre présence d’esprit, votre sens des responsabilités, votre aptitude à faire face à des choix parfois complexes…
              Est-il injuste (bien que ce soit coercitif) de contraindre chaque automobiliste à souscrire à une assurance ? Ceci n’implique pas nécessairement que l’Etat organisé ou assuré le service en question (qui n’est pas un service public). Mais certaines contraintes peuvent mériter un peu de réflexion. Il me semble.
              Avoir le droit de souscrire à une assurance santé de mon choix m’irait évidemment mieux que de devoir payer Secu et RSI tout à la fois comme j’y suis contraint.
              Être obligé de souscrire à une assurance santé privée de mon choix pour couvrir les gros risques ne me semblerait pas injuste ni excessif, bien que ce serait une contrainte financière notable.
              Pour avoir été confronté aux coûts d’une maladie « longue et coûteuse », je me dis qu’une certaine part de mutualisation (sans que ça ne crée un service public) assurancielle n’est pas étrangère à la pensée libérale.
              Absence de coercition et liberté contractuelle, bien entendu.
              Anarchie pas vraiment…

              1. Si on retourne dans la conversation argumentée je vous rejoins.

                Déjà, « se demander si chaque français aura la présence d’esprit de … » c’est traiter les autres d’idiots juste après que vous m’ayez fait remarqué que vous n’en étiez pas un tout en sous entendant que c’est pas agréable de se faire traiter comme tel. On ne meut demander aux français d’être intelligents et en même temps les prendre pour des cons. On ne peut pas donner de la légitimité à un pouvoir politique pour imposer des choses à ceux dont il est la source. Ou pour le dire plus clairement, si les français sont trop cons pour s’occuper de leur santé comment penser que les décisions prises par un gouvernement et un Etat élu par des cons est moins cons que ceux qui l’ont mis en place?

                Le coup de la comparaison entre l’assurance voiture et l’assurance santé est une logique biaisée: Vous comparez une obligation de couvrir le risque des dommages faits à autrui avec le devoir de se protéger sois même. Dans un cas l’Etat fait son travail: Piloter une voiture qui a une forte probabilité de créer des dégats implique qu’on couvre le risque de ces dégats. Etre en bonne santé, ça ne regarde que vous. Si vous voulez crever comme un clodo au bord de la route ça vous regarde. Et puis on vous forcer à vous assurer votre santé sous peine de quoi? De vous ruiner la santé? C’est pas très sérieux…

                Ces obligations « pour le bien du citoyen » sont en général des fumisteries. Obliger les gens à s’assurer c’est surtout une manière de codifier l’assurance et d’établir des barrières à l’entrée du marché des assurances santé. Pourquoi Bolloré à s’assurer? S’il tombe malade il peut s’acheter une clinique. 3oui mais tout le monde n’est pas Bolloré » me répondra t’on avec commissération. Oui, et justement ce serait bien qu’on pense quand on fait la loi, à ne pas forcément obliger tout le monde à vivre de la même manière, à ne pas imposer la société comme un carcan du plus petit dénominateur commun, mais à laisser les individus s’y intégrer et y trouver pacifiquement ce qu’ils y aiment, en paix et pas sous la menace. Prendre les gens responsables en otage de la connerie des minorités de marginaux, c’est du despotisme.

                L’education obligatoire par exemple: Super! Quel est la bande de dégénéré qui n’enverrait pas ses enfants à l’école si elle n’était pas obligatoire et si on vous rendait plus de 40% de vos prélèvements obligatoires en compensation? Réponse: ceux qui n’envoient DEJA pas leurs enfants à l’école bien que ce soit obligatoire (des marginaux). Il y aurait aussi ceux qui se chargeraient eux même de l’éducation de leurs gosses et… c’est tout. En général, les parent envoient leurs enfant à l’école parce que ça leur rend service et qu’ils aiment leurs enfants et leur veulent du bien. L’école obligatoire (obligatoire au prétexte qu’on prend les parents pour des cons) sert surtout à l’endoctrinement. Endoctrinement militaire autrefois, endoctrinement étatiste de nos jours. Si vous étiez un dictateur totalitaire vous voudriez avoir la main mise sur l’école pour endoctriner les jeunes? Moi oui…

                A partir du moment où on pose l’hypothèse « les français sont cons, il faut les protéger d’eux mêmes » on peut tout justifier. Absolument tout. Un exemple: « Les français sont trop cons, ils ne se nourrissent pas correctement, on va les inciter à prendre 5 fruits et légumes par jour ». Ca marche pas… « Ils sont vraiment trop cons, on va les obliger à manger dans des cantines d’Etat » et hop nous voila en URSS… La santé en France c’est l’URSS. C’est cher, c’est en déficit, c’est mal géré ca se dégrade… Mais heureusement qu’on est là pour s’occuper de ces cons de français… « Les français sont trop cons ils baisent avec n’importe qui sans se protéger ont des grossesses inopinées et chopent des MST » et hop nous voila avec la brigade du cul… Nier la capacité de l’individu à s’assumer c’est l’infantiliser institutionnellement ET factuellement:

                Etre libre c’est se gouverner, sois même. Gouverner c’est prévoir. Si on vous prévoit pour vous on gouverne pour vous. Si vous ne choisissez pas comment vous prenez le risque de mourir c’est que vous ne choisissez pas votre vie non plus. A force de se faire cocooner les gens deviennent encore plus irresponsables. On leur promet en permanence qu’on va tout faire pour eux, les assurer en cas de coup dur, leur trouver du taf, élever leurs gosses etc… Forcément ils deviennent moins bons pour le faire que s’ils y avaient réfléchi.

                Une fois de plus le centre du problème a été très bien énnoncé par le plus grand philosophe français du XXeme siècle: Coluche: « La question qu’il faut se poser c’est pourquoi les gens ils sont devenus cons ».

                Pour toutes ces raisons, je pense que vous avez tort.

                Merci de votre attention.

                1. Bravo, je souscris à votre commentaire éclairé. J’ajouterai qu’il suffirait que l’État ne vende plus de cigarettes pour que les français deviennent plus « riches » sans se ruiner la santé et le porte-feuille. Donc que le français peut se gouverner sans avoir besoin de campagnes de publicité pour justifier la lutte anti-tabac. Et boule de neige, on ne les « retrouvera » pas dans les hôpitaux publiques ou privés pour se faire soigner leurs cancers de la gorge, des poumons, et du reste. Quant à ceux qui sont accros à l’alcool, le meilleur moyen c’est de leur donner un travail. Et comme dit la célèbre formule de Voltaire dans Candide, « Le travail éloigne de nous, l’ennui, le besoin et le vice ». Les gens sont devenus cons parce qu’ils ne travaillent pas ou plus.

                2. Merci Mitch du temps accordé à cette réponse, à laquelle je souscrit presque totalement.
                  Juste une précision, mais elle ne change pas le fonds de votre sujet : je n’ai jamais sous-entendu que les français étaient des cons.
                  Cependant, je me souviens encore de mes années de scolarité puis d’études supérieures. J’étais ce qu’on appelait encore un « bon élève ». Force est de constater que la majorité de mes copains et copines durant ces deux décennies d’apprentissage de choses digérés et variées étaient très moyens. Et d’ailleurs celles et ceux qui se sont arrêtés en chemin étaient au final largement en-dessous de la moyenne de l’élite (puisque c’est ainsi qu’on dit maintenant) qui a entrepris, achevé et réussi des études supérieures.
                  Il ne s’agit pas de connerie mais d’éducation et de culture générale. Y compris économique, politique, sociale, que sais-je.
                  En ce sens, et pour expérimenter la chose régulièrement depuis des années, la plupart des gens que je rencontre, quelle que soit l’occasion, ne sont pas « plus con qu’un autre ». En ce s’en je suis bien d’accord avec vous.
                  En revanche, la majorité est totalement inculte en matière politique, économique, internationale, sociale, etc. Non que je sois un expert ou un grand connaisseur pour ma part. Mais j’arrive cependant à voir de telles erreurs de raisonnement chez mes contemporains que je me dis qu’il est normal que nous en soyons la.
                  Quand on élit un député sur la couleur de sa cravate, sur l’étiquette de son parti, sur le fait qu’on n’aime pas son prédécesseur ou son concurrent, il y a bien une représentativité de la « moyenne » des électeurs. Mais c’est pourtant un nivellement qui me semble non satisfaisant.
                  Je ne sais pas comment il serait possible (et si c’est souhaitable, mais c’est une autre question) de mettre en place une gouvernance d’élite (en termes de compétences dans les domaines désignés) sans que cette élite ne dévie en institution extractive (pour reprendre la terminologie d’Acemoglu&Robinson).
                  Je suis orgueilleux, certainement, de me dire que quand on comprend mieux un sujet ou un problème on a plus de chance de l’aborder efficacement ou de lui trouver une solution.
                  Mais c’est pourtant ce que j’ai constaté durant toute ma vie : rare sont les problèmes complexes correctement résolus par la masse. Sauf peut-être par une révolution quelconque, mais c’est encore un autre sujet, pusqu’ainsi le problème est purement supprimé…
                  Bref, merci pour l’echange (qui semblait avoir commencé un peu sechement). C’est bien en essayant de se comprendre mutuellement que l’on peut tous progresser. Et en ce sens, c’est ce que je considère être le seul rôle de l’Elite si elle existe : servir d’éclaireur et de locomotive pour tirer tout le monde vers le haut. Utopie ?

                  1. Vous avez raison sur le fait que les gens se trompent et qu’ils sont incultes. Moi je suis cultivé mais je ne sais rien faire de mes dix doigts. Chacun ses problèmes… Le gens se trompent mais on ne les laisse pas assumer. les gens se trompent mais l’Etat les y incite avec tout un tas de lois qui les empêchent de faire certaines choses qu’ils devraient faire et les poussent vers d’autres choses qu’ils ne devraient pas faire. L’Etat induit involontairement les français en erreur parce que les hommes politiques ne comprennent pas ce qu’ils font mais ils reprochent aux français de faire ces erreurs et s’en servent pour justifier plus d’intervention. L’interventionnisme étatique est un éternel recommencement de l’histoire du pompier pyromane. La loi logement est à cet effet un exemple parfait.

                    L’action de l’Etat est tellement vaste et complèxe qu’il devient impossible de faire un choix vraiment rationnel. Collons au sujet et parlons de notre Fillon hexagonal bien franchouillard à nous: Son programme éco est pas déconnant. Il va amorcer une tendance libérale qui devrait libérer un peu de croissanceet de possibilité de créer des richesses. C’est bien. Il devrait un peu virer quelques parasites inutiles aussi. C’est bien.

                    En même temps il veut continuer la guerre contre la drogue et construire des places en prison qui serviront à enfermer les petits dealers parce que c’est facile à capturer et qu’ils ont des des clients prets à les balancer quand ils se font choper avec un barette de shit. Il y aura pis de gens en taule. C’est vrai qu’on manque de place en taule. C’est vrai qu’il faut moderniser le parc carcéral. Mais tant qu’on y empilera des épicier du cannabis, on n’améliorera pas la sécurité. Mettre en taule des gens qui vendent un truc que d’autres gens veulent acheter et consommer est stupide. Meme si Fillon construit ses 16 000 places en taule en plus, il n’y aura toujours pas de place pour les agresseurs violents les pédophiles violeurs et les racailles qui raquettent et tabassent. On aura mis des vendeurs de barettes de shit à leur place. Les vendeurs de shit c’est quoi en france? 100 000 personnes 200 000? C’est dejà 4 fois plus que ce qu’il y a de place en taule. Et Fillon pense pouvoir endiguer ça avec ses 16 000 places? C’est de la fumisterie. C’est possible la prohibition. C’est largement possible. il suffit de faire du pays un Etat totalitaire avec des fouiles aux corps et fouilles de cavités aléatoirs, des décentes aléatoires en pleine nuit chez tout le monde avec des chiens et mutiler les consommateurs. Ca marche aux Philipines. Fillon va faire quoi? Il va faire la meme merde que les autres avant.

                    Donc si on revient aux choix du candidat: J’adère au projet éco de Fillon et je vomis son programme sécuritaire. Et c’est comme ça pour tous les candidats: Ils veulent faire tellement de choses qu’ils finissent TOUS forcément par faire une ânerie, et pas une petite. Et ça les français le voient. Alors ils se mettent à voter sur des critères tout aussi stupides que le choix qu’on leur offre.

                    Les élections françaises permettent de choisir notre despote bien aimé en le virant régulièrement pour qu’il ne devienne pas un Staline. Ce n’est pas une démocratie mais une monarchie élective. Rendez le pouvoir au citoyen sur lui même. Et il ira mieux. Il sera plus riche, plus fier, plus beau mais surtout, plus heureux.

                    1. @Mitch
                      « Rendez le pouvoir au citoyen sur lui même »
                      d’où le contrôle des élus (selon le mode actuel mais au nombre divisé par 6) en poste, par un collège de citoyens de la même circonscription désignés par le sort, retraités (de toutes catégories de la société civile et opinions politiques), en bonne santé, au nombre de 3 x 20 par rotations (plus 20 pour le remplacement éventuel)
                      à moins que vous n’ayez une meilleure idée . . .

                    2. Belle réponse à laquelle j’adhère pleinement… 😉

  4. j’aimerai savoir de quelle catégorie de fonctionnaire parle t-il.Une façon encore d’enfoncé les fonctionnaires.je ne crois pas a sa version ayant travaillé pendant 40 ans dans la fonction publique a l’époque 39h avec un rendu de 4 heures en rtt par semaine.

      1. le tableau indique clairement que la France à une part de fonctionnaires par rapport à la population active de plus de 22% ! (2016) dans le bas du tableau l’Allemagne 10,3% (2016) et il y a des pays à niveau de vie très élevé tels que Nouvelle Zélande, Suisse à moins de 10% !

    1. carmen: Une façon encore d’enfoncé les fonctionnaires

      Après « 40 ans dans la fonction publique » vous ne maitrisez toujours pas le participe passé ?

  5. on est en train de perdre notre temps sur des débats annexes. Au stade ou est la France, c’est 1,5 millions de fonctionnaires que l’on doit supprimer et franchement Fillon il en fera pas 300 000, s’il en fait 100 000 c’est le bout du monde. Si on veut retrouver une compétitivité vis à vis de l’allemagne en restant dans l’Euro, il faut lever les charges qui pèsent sur les entreprises. Vu que l’on a 40% de fonctionnaires en plus il faudrait en virer 1,5 millions pour commencer à reequilibrer la balance ce qui est impossible. Tout cela c’est de la poudre aux yeux. On ne s’en sortira pas sans sortir de l’Euro et ca doit se passer en 2017 sinon ce sera trop tard. Pour moi c’est Marine, peu importe le reste, il faut sauver ce pays.

    1. Pas la peine de sortir de l’Euro. Il suffit d’autoriser l’usage des autres monnaies. C’est pas sortir de l’euro qu’il faut mais entrer dans toutes les autres monnaies.

      1. Bonjour Madame la boulangère, je voudrais deux baguettes…
        Ça vous fera 1€90
        Je n’ai pas d’euros, je préfère vous payer en drachmes
        C’est grec ce truc ? Vous auriez pas des zlotys à la place ? Ou des roubles ?
        Non, mais il me reste quelques dollars
        Américains ?
        Non, de Nouvelle Zélande
        Ah, bon, allez, c’est quoi le change aujourd’hui ? Sur 10 NZ$ je vous rends la monnaie en pesos, ça vous va ?

        1. À chacun de choisir s’il accepte le Drachme ou pas et cela ne sera pas un drame.
          D’ailleurs, avec les paiements électronique cela devrait être facilité.
          De la liberté en ce domaine ne saurait nuire.
          Si vous laissez la liberté, elle ne sera utilisée qu’en cas d’abus de nos aristocrates de gouvernants,
          On comprend pourquoi ils ne veulent pas nous la laisser 🙁

        2. AUtoriser l’usage ne signifie pas donner cours forcé ni cours légal à toutes les monnaies. Mais pour penser à ces notions encore faut il savoir qu’elles existent, c’est à dire savoir de quoi on parle. Seulement comme vous et réactitude n’êtes pas capable d’autre chose des propos de bistrot on n’est pas rendus.

          1. Mitch, pourquoi tant de haine et de mépris ? Nous n’avons pas tous votre culture ni votre intelligence. Mais nous nous efforçons tous (c’est du moins mon cas, je l’espère) de rester courtois, polis, respectueux et parfois de manier un peu l’humour.
            Mais il est vrai que certains sont étrangers à ces concepts : ils ne retiennent du libéralisme que « moi, moi, moi ». C’est bien malheureux.
            Donc, Mitch, si vous êtes capables d’autre chose que des propos de bistrot, pourquoi ne pas éclairer notre quotidien de votre savoir ? Ceci dit sans ironie, ça va de soi.

            1. Ah mais moi je ne demande que ça que de rester courtois. Sauf que si on relit votre post dit humoristique, je constate deux choses: Sous couvert d’humour, vous nous avez surtout servi des SARCASMES MEPRISANTS ET SUFFISANTS. Des sarcasmes d’autant plus désagréables qu’ils travestissaient mes propos. Je parle d’autoriser, et vous répondez comme si j’avais parlé d’obliger tout un chacun à accepter tout et n’importe quoi comme monnaie d’échange. Si vous voulez de la courtoise, je suis tout à fait disposer à vous en servir, mais commencez par ne pas être malhonnête intellectuellement et par ne pas afficher de mépris. Vous auriez pu me dire avec plus d’humilité (chose à laquelle j’essaye de m’astreindre dans les sujets SERIEUX que je n’ai pas étudié): « A première vue, autoriser toutes les monnaies, ça semble bordélique: Toutes ces monnaies qui se cottoient ça ne vous semble pas compliquer les choses? Les commerçants et les consommateurs ne risquent ils pas d’avoir du mal à s’y retrouver et se confronter à une comptabilité kafakaïenne? » Et vous aurait répondu que les commerçants pouvaient choisir la lou les monnaiens qu’ils acceptaient. Mais non il a fallu que vous nous preniez pour des abrutis qui font des propositions farfelues sans avoir réfléchi à quoi que ce soit avant de l’ouvrir. Ben désolé mais c’est pas plus agréable que ce que je viens de vous dire et qui vous a choqué. La différence étant que j’ai argumenté.

              L’humour j’aime bien. Mais pas aux dépens de la personne avec qui j’échange.

              Alors c’est vrai que je suis allé un peu trop loin, je vous le concède. Mais c’est vous qui m’avez donné la direction. Je vous présente donc mes excuses pour avoir sur réagi à la provocation.

              Mais si on en revient à l’argument en lui même, je pense sérieusement que le problème n’est pas l’euro lui même ni ce que que serait le franc, mais bel et bien le cours forcé et le cours légal.

              1. Bonjour Mitch,
                Vous êtes dans l’erreur la plus totale à mon sujet : mon petit dialogue n’avait aucune intention sarcastique ni méprisante. Je ne suis pas ce genre de personne, si vous lisez mes commentaires sur Contrepoints vous le savez. Debgrace ne me prêtez pas des intentions qui ne sont pas les miennes, et par conséquent n’en déduisez pas que j’ai une quelconque dent contre vous : je ne vous connais pas.
                Bien entendu, tout comme vous, je me dis que nos problèmes monétaires sont liés au cour forcé, à la valorisation arbitraire et hasardeuse. Mais ce n’est pas ce que vous aviez écrit initialement.
                Bien sûr, comme le dit plus bas Pierre Kirool, j’ai voyagé à l’étranger et j’ai constaté que dans pas mal de pays on acceptait d’autres monnaies (€, $ essentiellement) que la monnaie locale. Jusqu’ici (mais je suis loin d’avoir parcouru le monde entier) c’était plutôt des pays quelque-peu sinistrés économiquement et politiquemen.
                Bien sûr,c’est,ou ce sera bientôt le cas chez nous.
                Oui, nous sommes d’accord sur le sujet, sur les constats, sur les solutions.
                Alors, s’il vous plaît, ne pensez pas ou ne parlez pas à ma place. Il peut m’arriver de mal m’exprimer, j’en conviens. Je peux encore faire des erreurs de français : avec l’âge et les correcteurs orthographiques j’avoue avoir perdu en qualité de ce côté.
                Mais je ne suis pas quelqu’un d’agressif, de méprisant, de hautain.
                En revanche je réclame d’user du style de rédaction qui me semble bon : un dialogue humoristique, de toute évidence excessif (je n’imaginais pas un instant qu’on puisse le prendre au premier degré tant le trait était forcé, mais bon…) à au moins eu le mérite de vous (nous) faire clarifier le propos relatif au cour contraint des monnaies.
                Au demeurant c’est bien le rôle de celui qui sait de faire en sorte que l’ignorant progressé. J’espère ainsi avoir un peu progressé : une santé controverse est toujours profitable aux deux parties, plus qu’un mauvais échange spécieux.
                A vous lire une autre fois…

                1. Ca veut dire que vous acceptez mes excuses?

                  1. Oui, bien entendu, bien qu’il n’y en ait pas à présenter : il peut nous arriver à tous de sur-réagir sur des commentaires parfois tapés rapidement sur un forum Internet. L’important, et c’est valable pour moi (également ?) c’est ne ne pas en rester sur la forme, mais savoir aller au fond.
                    Au plaisir d’un prochain échange…

                    1. Je suis clairement tombé dans le piège de l’habitude. Votre réponse ressemblait à ce que les gens réponsent quand on leur parle de liberté monétaire. Les français confondent souvent liberté et obligation de tout accepter. je vous ai pris pour l’un d’eux. Par exemple c’est fou le nombre de gens qui vous parlent d’obligation de prendre de la drogue quand on leur parle de légalisation de la drogue, ou d’obligation de vendre ses organes quand on leur parle de légaliser la vente d’organe. De même la liberté monétaire est souvent, et je dirai même majoritairement confondue avec le fait donner cours légal à toutes les monnaies. la liberté monétaire est tellement loin dans les esprits qu’elle devient inenvisageable dans l’esprit du commun des mortels. Je trouve ça effrayant.

        3. Pierre Kirool (émigré)

          PukuraTane…vous avez sûrement voyagé à l’étranger pour vos vacances et vous rendre compte qu’il y a un grand nombre de pays où en plus de leurs monnaies pourries, ils vous prendront voir même préféreront vous prendre vos euros, dollars américains ou encore vos francs suisses qui n’ont pourtant pas cours légal. Si eux le peuvent, on peut très bien faire autant.

    2. Sortir de l’Euro ?
      Que l’Euro s’effondre, c’est vraisemblable.
      Mais sortir de l’Euro pour avoir, comme le dit la marinière, le droit de battre sa propre monnaie, est la pire solution qui soit. C’est tellement élémentaire que les crédules qui l’a croient sont… crédules.
      Imprimer une monnaie de singe pour rembourser des dettes d’Etat que l’on envisage de creuser un peu plus, ou ne pas rembourser la dette actuelle pour de sombres prétextes, c’est gentil, ça récolte des voix aux élections. Mais quand c’est mis en pratique, ça ruine la Nation à chaque fois.
      Ça a été tenté depuis la nuit des temps. De nombreuses fois au 20e siècle, dans nos pays. Encore au 21e en Amérique du Sud par exemple.
      Et à chaque fois le pays se retrouve ruiné.
      Alors oui, sortir de l’Euro pourquoi pas. À condition d’avoir quitté la France au préalable ou d’avoir déposé légalement ses économies sur un compte à l’étranger, dans une autre monnaie.

    3. Parce que vous croyez que Marine va supprimer 1,5 million de fonctionnaires?

      1. Non, mais avec une paye en Lires italiennes, ce sera le délire 🙂
        Ceux qui sont inutiles ne seront pas augmentés face à une inflation de 25% annuelle ( 🙂 ), et auront une incitation à aller voire ailleurs 🙂

  6. D’où l’inutilité de « réformer » la fonction publique tant qu’on aura pas baisser efficacement le laxisme dans l’application des statuts actuels. Ce laxisme ne représente pas la majorité des effectifs des différentes fonctions publiques, bien au contraire, mais il suffit de peu pour exploser les coûts.
    N’importe quel fonctionnaire de n’importe quelle fonction peut être envoyé n’importe où en fonction des besoins. Est ce appliqué? quand on voit que les profs expérimentés qui ont un poste de titulaire dans les établissements « faciles » sont indéboulonnables alors c’est dans les zones sensibles qu’on a besoin d’eux. Les services qui n’ont pas besoin d’être en contact avec le public peuvent être délocalisés pour re-dynamiser certaines régions et baisser nettement les coûts…
    La possibilité pour les fonctionnaires de pouvoir choisir leurs mutations, affectation, « combinée » à ce laxisme conduit inévitablement à un nombre trop important de situation ubuesque.
    Ce phénomène existe aussi dans le privé, mais dans une entreprise qui peut « réellement » faire faillite le seuil de laxisme sera beaucoup beaucoup faible

    Mais tout ça est anti-électoral, donc utopique

  7. Moi Président :
    1) Je privatise entièrement l’Education Nationale et je supprime 1.1 million de postes .
    2) Je privatise entièrement la Fonction Publique Hospitalière et je supprime 1 million de postes .
    3) Je supprime 0.6 million d’élus et j’en garde que 60 milles comme au Royaume Uni .
    Aller disons qu’en gros je supprime 2.9 millions de postes .
    Mais comme je veut régler tous les problèmes parmi lesquels la sécurité des français et je veux que le monde soit sans terrorisme :
    1) Je recrute 150 milles policiers , 30 milles dans la magistrature , la gendarmerie retourne à la Défense et je construit 300 milles places de prison donc 20 milles agents pénitenciers .
    2) Je veut briser l’alliance pour le terrorisme entre les USA , les monarchies du Golfe , la Turquie et le Pakistan . Je renverse les monarchies du Golfe avec 300 milles soldats , je renverse Erdogan et l’AKP en Turquie avec 300 milles soldats , je bat les 200 milles djihadistes en Syrie avec 300 milles soldats , je détruit l’armée pakistanaise avec 20 milles soldats an mer ( porte avions , FCAS , Rafale F4 et tout l’attirail ) , il se peut que je détruise toutes les bases militaires américaines en Europe pour prévenir une invasion de l’Hexagone et je stationne par précaution 400 milles soldats dans le territoire français ( + 700 milles en réserve ) en cas d’invasion (mais ils ne le feront pas parce qu’ils savent que s’ils le font ils perdent) . Donc au total je recrute 0.3 + 0.3 + 0.3 + 0.02 + 0.4 – 0.2 = 1.1 million de soldats .
    Globalement pour la sécurité je recrute 0.2 + 1.1 = 1.3 million .
    Donc les suppressions nettes c’est 2.9 – 1.3 = 1.6 million de postes .
    C’est bien 1.6 million de postes en moins .
    1.6 million * 3000 euros net par mois * 12 mois = 57.6 milliards d’euros .en masse salariale économisée .
    C’est très bien .
    Mais ça c’est dans mes reves parce que sais bien que ça ne peut pas arriver (quoi que) et parce que parmi mes idoles il y a Napoléon et De Gaulle qui tous deux ont réformé et fait la guerre …
    La morale de l’histoire est qu’un grand chef , un grand leader , un homme d’Etat , un personnage d’histoire est un individu qui non seulement réforme son pays mais fait aussi la guerre pour défendre et assurer la sécurité de son pays et du monde .

    1. C’est quoi comme jeu, Risk ?
      Plus d’enseignants publics, plus de personnel hospitalier : plus d’écoles, pus d’hôpitaux (puisque vous n’avez pas évoqué le fait que pour continuer à avoir ces services, il faudrait bien payer les gens sous contrat et droit privé, mais que vous n’avez pas baissé d’autant les impôts).
      Bientôt notre pays devient aussi flamboyant qu’une République Bananière africaine. Avec ses militaires, ses guerres un peu partout, sa population analphabète, sa santé publique inexistante.
      Mieux que la tectonique des plaques : l’Afrique s’installe en Europe.
      mieus que retour vers le futur : retour vers le passé. Lointain.
      Youpi, la solution est là !

      1. Il suffit de privatiser tous les hôpitaux et toutes les écoles . On les vend au privé . Les salariés de ces secteurs sont payés par le privé . L’Etat se charge de dupliquer l’enseignement suisse en France , à 12 ans on choisit soit on continue soit on va en formation professionnelle . Les élèves suisse choisissent à 82% la formation professionnelle et ils ont 3% de chomage . On établit également un cahier des charges concernant les infrastructures et les contenus des programmes . L’Etat donne à chaque parent une somme d’argent pour faire étudier leurs petits dans les écoles de leur choix . Ca stimulera la concurrence entre ecoles donc ca profite aux élèves parce que les écoles sont obligés d’etre performantes si elles veulent attirer les fonds des parents pour ne pas disparaître . Le tout 100% chez le privé et zéro employés chez l’Etat .
        On supprime la fonction publique hospitalière qui pompe l’argent des français . On rend aux français leur argent et chacun paye lui meme sa santé . On autorise les assurances privées et la concurrence dans ce secteur ce qui améliore le service et baisse le prix pour les patients . En plus les assurences emploient des gens et ça stimule l’économie . On se débarrasse des dettes .
        L’Etat n’est obligé que d’assurer la liberté et la sécurité des francais . C’est tout .
        La coalition du terrorisme USA/monarchies du Golfe/Turquie/Pakistan faut bien la briser pour que cesse le terrorisme sinon ça va continuer et y aura encore des morts en France et sur la planète . Une France qui se dresse peut les vaincre tous très très rapidement . A condition qu’on s’arme . Et oui faut au moins 1.1 million de soldats pour le faire .
        Chiche ?

        1. Bon, c’est radical et peut-être un peu résumé mais pourquoi pas.
          Pour les terroristes (si tant est que ce soit un problème réel), je pense qu’au lieu d’aller guerroyer au moyen orient on ferait mieux de rester chez nous. On n’envoie pas des troupes sur le territoire d’un État souverain sans déclaration de guerre, et jusqu’à preuve du contraire c’est pourtant ce que nous faisons. Imaginez si un pays du Golfe avait envoyé des troupes en Irlande à l’époque. Ou au pays basque…
          Pas besoin d’un million de militaire pour garantir nos frontières.
          Et puis rare sont les pays dans lesquels, après avoir monté une telle armée et une telle police, la liberté des citoyens et des institutions ont perduré.

        2. En général il n’ y a pas mieux que la guerre pour pousser à l’étatisme. Historiquement ca se vérifie. Par ailleurs soit vous supprimez des postes dans ces fonctions publiques, soit vous privatisez. Mais une fois que vous avez privatisé, ce n’est plus vous qui déterminez les postes… Alors certes, il est fort probable qu’une entreprise privée qui achète une structure en sur effectif licencie, mais du coup ce n’est plus vous qui supprimez les postes.
          Enfin, je me demande combien de temps vous pensez garder le pouvoir en faisant une armée ultra puissante avec… Vos opposants politiques: les fonctionnaires que vous venez de virer et qui auraient préféré glander plutôt qu’aller crapahuter en péninsule Arabe.

          Envoyer des troupes envahir le golfe est par ailleurs une excellente manière de galvaniser un groupe (au hasard les musulmans) contre nous. Et enfin, le pétrole risque de ne pas venir du golfe si on leur déclare la guerre. Les USA risquent aussi de ne pas nous livrer. Les Norvegiens, ne sont pas très fans de la guerre. Il nous reste quoi? Le Venezuela? Ils n’arrivent déjà pas à crouter… La Russie? Parfait: nous avons trouvé le nouveau dealer exclusif dont nous sommes dépendants.

          Je trouve qu’il y a des gros problèmes dans votre moi président…

          1. Est ce que j’ai parlé de licenciement ? J’ai parlé de céder au privé . Charge au privé ensuite de licencier ceux qu’il estime non nécessaire à son activité . Vous croyez que nous allons nous dispenser de faire la guerre . La guerre même si on fait tout pour l’éviter , on (d’autres puissances ) nous y poussera à la faire que nous le voulions ou pas .

            1. le guerre on la subit toujours un peu, je vous le concède. Mais je pense que vous n’obtiendrez pas le soutien de la population après avoir chamboulé le système (certes pourri) étatiste actuel. Or l’effort de guerre réclame beaucoup de bonne volonté de la part du peuple. Une fois de plus si vous récupérez les fonctionnaires qui ont perdu leur poste de glandeur pour en faire des soldats vous aurez des soldats glandeurs ET séditieux, potentiellement mutins, déserteurs et suscpetibles de faire un putsch. Donc je pense que vous actions politiques sont incompatibles les unes avec les autres.

          2. Quand je dis je supprime 1 million , je veut dire je supprime des comptes de l’Etat en cédant ce personnel au secteur privé après privatisations . C’est ce que je veut dire et il faut le faire . Pour ce qui est de la sécurité , si vous croyez faire l’économie de votre sécurité au motif d’étiquettes idéologiques alors vous vous rompez lourdement , très très lourdement . Le terrorisme est aussi une affaire militaire parce que c’est soutenu par des puissances étatiques dont l’empire actuel . Moi Président , je dis aux ricains soit vous arretez le terrorisme et vous dites à vos alliés d’arreter soit c’est moi qui vous arrête en détruisant vos armées respectives . Est ce que la France peut détruire l’armée américaine ? Oui si nous avons 2000 Rafales , 20 000 hélicoptères d’attaque et autant de tank , 14 groupes aéronavals et 4 millions de missiles balistiques . Je commencerai par détruire leur satellites civils et militaires et j’aveugle leur villes par des bombes à impulsion électromagnétique dans les 48h , puis je détruit tout leur matériel militaire au sol chez eux en Amérique du Nord mais aussi en Europe . Je gagne la guerre en une semaine et je négocie la paix . 1000 ans de paix .

            1. Euh… 100.000 ans de désert nucléaire plutôt, non ?
              C’est aussi une solution aux problèmes endémiques de faim dans le monde, de chômage, d’inégalités : tout le monde vitrifié…
              Ça va pas plaire à Greenpeace ce truc, même si ça élimine le facteur humain des problèmes qui les préoccupent…

              1. Ils ne peuvent pas tirer de missiles nucléaires sur nous comme nous ne pouvons pas en tirer sur eux . S’ils tirent sur nous on tire sur eux et si nous tirons sur eux ils tirent sur nous . L’arme nucléaire est une arme suicidaire . Or le but de la guerre n’est pas le suicide , la violence et les dommages oui mais pas le suicide , et essayer d’obtenir ce qui a échoué par les négociations .

                1. La guerre, au niveau où vous l’évoquez, est un jeu perdant-perdant. Elle n’a en soi aucun but, aucune utilité réelle hormis celle d’imposer par la force une idéologie prétendue meilleure. Mais n’en fait, sa raison d’être est que les hommes à qui on confie les armes ont intrinsequement envie de s’en servir.
                  Moralité, je rejoins les quelques personnes qui ont brillamment réfléchi au sujet, sans passion, et qui promeuvent la dissolution de l’armée.

            2. Et vous pensez que les russes et les chinois vont regarder et applaudir? Que les ricains ne vont pas réagir? Qu’ils vont vous regarder construire cet arsenal sans broncher? C’est pas sérieux…

              1. Pourquoi ? Vous croyez que les russes et les chinois vont se ranger du coté des américains ? Les russes se rangeraient du coté de la France , un allié européen naturel et les Chinois vont plutôt se délecter du spectacle mais on ne peut jamais tout avoir dans la vie . Oui on construit cet arsenal et alors ? S’ils tirent ou sanctionnent on peut faire pareil .

                1. Pour les USA, les russes, les chinois, les indiens, la France n’a aucune existence concrète. Ni en termes de diplomatie, ni en matière économique, mi même en matière culturelle, technique, scientifique.
                  La France n’est grande et imposante qu’à dans la tête de quelques français nostalgiques ou revendicatifs.
                  Mais c’est un fantasme.

            3. Moi Président , je dis aux ricains soit vous arretez le terrorisme et vous dites à vos alliés d’arreter soit c’est moi qui vous arrête en détruisant vos armées respectives

              Votre pseudo inepte annonçait la couleur, on est pas déçus.

              1. Huh ! Huh , avec un hochement de la tete puis un dévisagement de haut en bas . Huh est une onomatopée qui exprime le mépris . Imaginez moi devant vous avec cette réaction , c’est à dire un pure mépris .

                1. c’est à dire un pure mépris .

                  Et tu es encore en dessous de la vérité…La France surendettée qui fait « la guerre au monde »…. LOL 🙂

                  1. Libéral-libertaire: « Je gagne la guerre en une semaine et je négocie la paix . 1000 ans de paix . »

                    Complètement cinglé…

        3. Pierre Kirool (émigré)

          N’importe quoi. Mais bon, fallait pas s’attendre à ce que les derniers événements en France fassent émerger quelque chose d’intelligent.

          La gueguerre un peu partout pour combattre le terrorisme c’est ce que vous faite déjà depuis un moment. Bon en fait, ce sont Sarko puis Mollande qui font mumuse avec votre argent et la vie de vos fils.

          Et puis pour combattre où, contre qui et avec qui? Parce que vous, vous arrivez à voir à travers le merdier insondable qu’est devenu le Moyen-Orient?

          Allons bon, vous proposez d’intervenir encore plus, toujours plus fort. C’est vrai que jusqu’ici ça nous réussi et puis c’est toujours juste de frapper au pif au mètre des populations civiles qui vous ont rien fait, ou des rebelles, ou des militaires ou des vrais terroristes avec du bol, on sait pas très bien mais on frappe fort pour faire croire aux Français qu’on donne le change.

          Il y a un pays à côté de chez, de vrais gonzesses vous allez me dire, ils ne font pas la gueguerre à tout va pour le prestige depuis toujours et pourtant croyez le bien, en cas d’attaque, ils sauront très bien se défendre.

          Le problème n’est pas d’aller ranger le pays des autres, mais de ranger le votre.

    2. ça tombe bien.
      moi je veux que le monde soit sans cancer.
      qui est beaucoup plus un probleme en france que le terrorisme

      la morale de l’histoire n’est pas « qu’un grand chef fait la guerre », mais que l’histoire est écrite par les vainqueurs.
      parce que Napoleon etait avant tout un connard (il a retabli l’esclavage, par exemple)

      en tout cas, ton programme coute un max de fric. les impots vont juste exploser et le déficit … haaaa, je me sens défaillir rien qu’à y penser.
      ton programme est clairement anti libéral.

      1. haaaa, je me sens défaillir rien qu’à y penser.

        Fait gaffe à pas faire un AVC hein 🙂
        Lire Contrepoints peut être dangereux 🙁
        Bon, son programme n’est pas libéral, il le dit, c’est un rêve : il aurait du dire un cauchemar ❗

  8. Les fonctionnaires ne sont pas différents des autres salariés ..sauf le statut…

    Il y a donc chose à faire réformer le statut des fonctionnaires. soit sans doute le supprimer pour de nombreux secteurs …mais si on considère les dépenses publiques, ça ne suffira pas , il faut aussi ne pas voter pour des gens qui engagent des dépenses publiques inutiles… si vous décidez de payer un type à creuser un trou et le boucher…ça sert à quoi de se questionner sur sa paresse, son ardeur au travail, ou son efficacité…. Il y a t il une si grande différence entre payer un zig pour remplir une fonction ( ce qui est très différent de faire un boulot) et faire un rond pont inutile par une entreprise privée après un appel d’offre en bon et du forme?

    A partir du moment où vous considérez aussi qu’un secteur qui devrait être soumis au lois du marché ne doit plus l’être alors tout raisonnement sur son coût devient simplement impossible…

    Ce qu’on ne rappelle pas assez est…mais au fait c’est quoi la mission de service publique de l’éducation nationale? des hôpitaux ?

    Sinon il y a trop de fonctionnaires certes ..mais par rapport à quoi??????? Pour l’usager il n’y a jamais assez de fonctionnaire , pour le contribuable il y en toujours trop…le jour où celui qui reçoit un service n’est pas celui qui le paye..ne vous fatiguez plus à réfléchir au sens. Les gens vont dépenser une énergie folle pour être le gagnant ou un moindre perdant à ce jeu à la noix..et si vous ajoutez la possibilité d’emprunter , avec la charge du remboursement portant sur un tiers peut être pas encore né, pour jouer….
    Globalement la dépense de santé ou les dépenses d’éducation pourraient être plus élevées hors mission de service publique…on peut conjecturer mais pas le savoir. L’ed nat….éduque globalement…

    1. Lisez le statut, c’est une horreur anti-sociale qui se résume à peu près à « le chef a toujours raison, fait ce qu’il veut quand il veut, moyennant quelques formalités obligatoires de consultation des syndicats dont l’avis n’est que consultatif ».
      Le problème ce n’est pas que le statut est trop favorable, au contraire. le problème, c’est que en pratique il sert à discipliner les Zoé Sheppard plutôt que les Coconnes.
      Le problème est bien celui de l’étiquette « public » dont bénéficient certains fournisseurs de service, et du privilège de n’être pas soumis aux choix permanent des clients réduits au rang de « usagers ».

  9. Il y a effectivement les Planqués (copinage politique essentiellement). Combien sont-ils au niveau national et local (Régions, départements, villes) ? Nombreux. Si on les met à part, reste l’armée des fonctionnaires de l’ombre qui, bien souvent, font ce qu’ils peuvent comme ils peuvent. La réduction des effectifs ne peut passer que par un réel « audit » de « l’utilité » de leur fonction (mille feuilles qui s’auto alimentent en travail) et surtout par une profonde (ré)organisation du fonctionnement. Puisque vous parlez de l’hôpital, je suis allée il y a quelques jours en consultation (suivie d’une prise de sang) à Necker (Paris). Je vous épargne les détails mais j’ai à moi toute seule, alors que il n’y avait rien de spécial, employée pendant plusieurs heures 3 à 4 administratifs (services + administration générale): papiers dossiers refaits dans les services concernés, imbroglio, le personnel perdu ….des assistantes qui ont fini par m’accompagner dans les étages… Et je continue à recevoir des courriers me fixant des Rendez-vous futurs que soit je n’ai pas demandé soit ont déjà eu lieu à d’autres dates ou qui concernent des consultations qui n’existent plus (suppression de ces consultations par le médecin qui ne reçoit plus depuis déjà pas mal de temps). !!! Supprimer des effectifs dans ces conditions, c’est la panique assurée.

    1. bah le problème de la maîtresse de l’élu n’est as son incompétence c’est le non respect de règles élémentaires éthiques à l’embauche , des élus et parfois des fonctionnaires se comportent comme si l’administration leur appartenait! , il arrive très souvent que pour un poste où la confiance est essentielle (rions un peu, imaginons que je souhaite être corrompu et que cela ne se sache pas) , une personne proche est un bon choix…
      Embaucher une maîtresse compétente ne pose pas de problème…professionnel, embaucher sa maîtresse pose un problème éthique.
      Mais comme la compétence ne joue pas dans un domaine hors concurrence… qu’il embauche sa maîtresse change quoi?

  10. il est absolument anormal que la hausse de productivité permise par l’informatique et Internet n’ait pas conduit à une baisse des effectifs dans la plupart des secteurs du public. Il est vrai que la technostructure a une tendance continue à complexifier les procédures pour se justifier. Il me souvient des confidences d’un ancien fonctionnaire du Trésor qui me racontait que sa demande d’un ordinateur portable (qui lui permettait d’économiser du travail de secrétariat d’autant qu’il était souvent en déplacement) avait fait l’objet d’un avis négatif des syndicats au motif que cela supprimerait de l’emploi !!!! . Auparavant des bataillons de secrétaires tapaient de notes internes et avec la généralisation des réseaux internes, les fonctionnaires s’envoyaient des notes sous forme de mails ce qui faisait gagner un temps fou, quand aux secrétaires, elles n’avaient plus qu’à amener leurs tricots au bureau

  11. Avec 20h de travail réel par semaine, le retour aux 40h signifie pratiquement une division par deux des effectifs globaux de faux fonctionnaires. Mais ce n’est pas tout. Il y a aussi l’absentéisme chronique, les congés maladie systématiquement pris, quasiment posés à l’avance, les congés spéciaux « offerts » pour acheter la paix sociale, etc. Au total, on peut compter au minimum 3 agents nécessaires pour occuper 2 postes à 20h de travail réel.

    Autrement dit, il faut actuellement mobiliser un potentiel de travail de 60h (40*3/2) pour obtenir péniblement 20h de travail réel. Voilà la marge de manœuvre disponible dans les services publics non régaliens, sans fard politicien ni précaution oratoire superfétatoire.

    En dehors des fonctions régaliennes qui croulent sous le travail, de surcroît le travail plus dur et le plus dangereux quand ces vrais fonctionnaires mettent leur vie en danger pour nous défendre, il est donc tout à fait possible et nécessaire de dégraisser les trois mammouths des deux-tiers de leurs effectifs de faux fonctionnaires sans modifier d’un iota les missions aujourd’hui accomplies. Et encore, ce n’est qu’un début car on n’a toujours pas parlé du périmètre de l’Etat qu’il convient de revoir en profondeur (santé et éducation notamment) afin de recentrer l’Etat sur ses missions régaliennes et renforcer sensiblement, et pourquoi pas doubler, les effectifs dans les fonctions régaliennes (police, justice, secours civil, armée).

  12. Qu’il y ait des possibilités de réduction d’effectif sans trop toucher au service public dans la fonction publique territoriale, tout le monde en convient.
    Même Alternatives Economiques en convient concernant le bloc communal et intercommunal.
    En revanche, concernant les autres fonctions publiques, je suis très circonspect.
    Et la lecture des commentaires me fait penser que nous ne vivons pas dans la même dimension.

    1. Avec 36000 communes on en a autant dans toute la France que dans le reste de l’Europe. Il y a beaucoup trop d’élus locaux et beaucoup trop de salariés de la FPT a ce niveau.
      Idem pour département, région, etc.
      C’est un travail titanesque, qui ne sera pas mis en œuvre (tant nos députés sont massivement issus de la Fonction Publique), mais on peut rêver : c’est bientôt Noël…

  13. Il y a des gens qui détestent les Arabes, d’autres qui n’aiment pas les fonctionnaires, et d’autres qui n’aiment pas les deux. J’ai même rencontré des fonctionnaires qui n’aiment pas les Arabes et fréquentent, en raison de leurs opinions politiques, des gens qui n’aiment pas les fonctionnaires. Comme l’attestent les commentaires présents dans cet article, la France ne manque pas de « fonctionnairephobes » viscéraux et militants quitte à écrire n’importe quoi et à véhiculer des syllogismes déplorables.

    En tant qu’ex-fonctionnaire, je n’ai jamais rencontré des collègues qui travaillaient que 20 h par semaine. La France mieux administrée en 1996 avec 1 million de fonctionnaires en moins ? Mais à quel prix ! combien de bacheliers en 1996 par rapport à aujourd’hui (59287 en 1960 – 507346 en 2006 (1)). Les routes qui seraient plus dangereuses de nos jours à cause des fonctionnaires ! En 1972 on dénombre 18 034 morts sur la route, 3464 en 2015.

    Le tableau figurant dans l’article sur l’évolution des effectifs physiques des 3 versants de la fonction publique n’a aucun sens s’il n’est pas accompagné d’une analyse de l’évolution des services en rapport aux différentes réformes de l’état, de l’évolution des besoins de l’EN, des hôpitaux (qui s’est accompagné d’une augmentation de la qualité des soins et de l’espérance de vie) etc.. De même que comparer l’évolution des effectifs de fonctionnaires par rapport à d’autres pays ne présente aucun intérêt s’il n’est pas expliqué que dans ces pays des services ont été privatisés. Comparez donc les services encore fonctionnarisés entre les différents pays si vous voulez nous présenter une analyse objective.

    Je ne crois pas que Mr Fillon veut réduire les effectifs de la fonction publique parce qu’il serait convaincu que les fonctionnaires sont tous des fainéants et des privilégiés ; mais, une telle réduction n’ira pas sans une réforme du fonctionnement des services à commencer par des simplifications administratives réelles, une refonte des procédures judiciaires qui pénalisent aussi bien les entreprises que les particuliers (trop lourdes de nos jours expliquant la carence de notre système judiciaire), une réduction des strates administratives (ex-départements)….

    1) http://cache.media.education.gouv.fr/file/47/9/5479.pdf

    1. BASTRING: la France ne manque pas de « fonctionnairephobes » viscéraux et militants quitte à écrire n’importe quoi

      Je vais tenter de formuler clairement le soucis :
      Avec l’engagement des retraites, la France doit 5000 milliards d’euros (246% du PIB) et elle s’endette de 24% de son budget chaque année soit 70 milliards. C’est la faillite.

      Faisons les comptes des fonctions « normale » de l’état:

      246’000 – Police et Gendarmerie
      77’951 – Justice
      263’350 – Armée
      1’052’700 – Enseignement
      1’183’000 – fonction hospitalière

      Total: 2’823’001

      Hors il y a 7 millions de salariés de l’état, 4 millions de trop !!! pour 23 millions de salariés seulement..
      http://tinyurl.com/chiffres-fonctionnaires

      C’est tout bonnement insoutenable économiquement et socialement.

    2. « combien de bacheliers en 1996 par rapport à aujourd’hui (59287 en 1960 – 507346 en 2006 »
      Oui, bon, restons sérieux : combien de bacheliers de 2006 seraient capables de passer le BEPC de 1960 ?
      Je ne parle pas du bac de l’époque, tant il est vraisemblable que le taux d’échec serait hallucinant.
      Avec des bacheliers actuels qui valent tout au plus des élèves de 3e s’il y a 50 ans, normal qu’il en faille 10 fois plus pour espérer faire le même boulot.
      À ce que je sach on n’a pas constaté le même genre de dérive dans les secteurs privés…

  14. Les forces qui veulent entreprendre ne peuvent plus traîner ce boulet, la fonction publique doit elle aussi avoir des obligations de devenir plus efficientes.
    C’est cependant un point sur lequel Juppé se fera une joie de titiller Fillon lors du débat de demain.
    Celui-ci veut diminuer leur nombre de 8% mais augmenter le temps de travail de 35 à 39h soit +11%. Pour qu’il y ait économie budgétaire il faut donc que l’augmentation du temps ne soit que très partiellement compensée. Fillon n’a jamais été très explicite sur ce point, il ne pourra échapper à un éclaircissement au débat de jeudi.

  15. Un aspect que l’on oublie souvent, c’est qu’en supprimant le statut de fonctionnaire, même sans supprimer l’emploi, en faisant cotiser ces gens à un régime de retraite commun aux autres résidents « normaux », la charge de retraite sera plus transparente qu’aujourd’hui, donc moins d’aléas plus tard sur les comptes du pays (dette réelle = 250% / PIB), et il sera plus facile d’appliquer des solutions puisqu’il n’y aura plus qu’un régime unique.

    1. Supprimer le statut de fonctionnaire, c’est ce que propose Macron, et ce n’est pas idiot.

    2. Pourquoi supprimer le statut des fonctionnaires ? il y a bien des conventions collectives dans le privé qui apportent des garanties et avantages sociaux.
      Pour la retraite des fonctionnaires, vous ignorez comme beaucoup de français non fonctionnaires, que les fonctionnaires ne cotisent pas à une retraite complémentaire.
      Je n’ai jamais compris pourquoi s’aligner sur la situation des plus démunis, serait un progrès et une forme de justice, Est-ce que ça ne devrait pas être l’inverse ? A force de chercher à s’aligner an nom de la justice sur les plus démunis, on finit toujours par trouver pire que soi et une bonne excuse pour régresser. Par exemple, pourquoi ne pas aligner notre SMIG à celui des hongrois à 353 € pour aider nos entreprises à plus de compétitivité et éviter les délocalisations !

      1. dans un pays dit « démocratique » c’est la majorité du peuple qui décide : si vous n’êtes pas content de vos « avantages » vous êtes libre de démissionner

      2. Oui c’est vrai, Bastring, pourquoi ne pas aligner tous les salaires sur celui des directeurs.
        Attendez, on me dit dans l’oreillette qu’il n’y a pas ou plus d’argent. Tout simplement pas assez de richesses produites.
        Il y a des réalités comme le déficit chronique du budget de l’Etat qui dépense systématiquement plus qu’il ne perçoit en endettant le pays. La France vit à crédit.
        Le temps des colonies est loin.
        Faire venir des quasi esclaves pour travailler à notre place, on voit comment cela peut devenir dangereux quand les esclaves ne sont plus d’accord pour être invisibles et fermer leur gueule.
        La fête est finie.

      3. Oui, les fonctionnaires n’ont pas besoin de cotiser à une complémentaire, ils touchent une bonne retraite, alors que leurs caisses sont systématiquement déficitaires et que le privé abondent pour leur sauver les miches.
        Je vous demande d’arrêter de dire n’importe quoi. Faite un effort de réflexion avant.

      4. Pourquoi supprimer le statut des fonctionnaires ? il y a bien des conventions collectives dans le privé qui apportent des garanties et avantages sociaux. »
        Parce que le statut est une horreur anti-sociale, qui fait du fonctionnaire un quasi-esclave. Aucun syndicat n’accepterait jamais une convention collective pareille.
        « Pour la retraite des fonctionnaires, vous ignorez comme beaucoup de français non fonctionnaires, que les fonctionnaires ne cotisent pas à une retraite complémentaire. »
        C’est faux. doublement faux. Il a le genre PREFON, complémentaire facultative. Et le RAFP, complémentaire obligatoire.

        « Je n’ai jamais compris pourquoi s’aligner sur la situation des plus démunis, serait un progrès et une forme de justice, Est-ce que ça ne devrait pas être l’inverse ?  »
        heu … vous voulez dire que vous n’avez jamais compris pourquoi il faudrait taxer la noblesse et le clergé, au lieu d’exempter d’impôt le tiers-état ? Banco.
        « A force de chercher à s’aligner an nom de la justice sur les plus démunis, on finit toujours par trouver pire que soi et une bonne excuse pour régresser.  » D’où je conclus que pour vous l’abbé Pierre, le type qui incarne le fait de s’aligner sur les plus démunis, est l’incarnation de la régression. Et vous en pensez autant d’un Coluche, en toute logique, non ?

        « Par exemple, pourquoi ne pas aligner notre SMIG à celui des hongrois à 353 € pour aider nos entreprises à plus de compétitivité et éviter les délocalisations ! »
        Dites, vous voulez nous faire croire que vous n’avez jamais lu nulle part pourquoi votre question rhétorique est inepte ? vous débarquer de Mars, ou vous êtes juste totalement incapable d’accepter la réponse ?
        « nos » entreprises ? Ces entreprises ne sont pas les vôtres, de quel droit vous en mêlez vous ? Créer la votre, embauchez des gens, et revenez nous en parlez. En Hongrie, pourquoi pas, puisqu’à vous lire ça y a l’air si facile de si faire dorer les c* en tant que patron (libre à vous ensuite de recycler vos ignobles, forcément ignobles, profits d’exploiteur, forcément exploiteur, en noble actions solidaires, ça ne tiendra qu’à vous).
        « notre » SMIG ? Ce SMIG n’est pas le mien Je ne suis pas solidaire de VOTRE interdiction de travailler pour moins 9€ de l’heure, je ne me reconnais aucun droit à interdire à autrui de proposer son travail pour moins cher que moi. A moi de justifier que je vaut plus que lui.
        Et vous, aussi. Qu’est-ce qui vous fait croire que vous travaillez mieux qu’un hongrois et que vous méritez plus que lui ? J’ai le regret de vous dire que, si il fut un temps ou un français produisait 100 fois plus qu’un chinois et méritait 100 son salaire, ce temps est révolu, et que vous n’avez pas fini d’en baver parce que le différentiel de productivité tend à faire augmenter le salaire du chinois à votre détriment.
        Et, inversement, quand j’ai calculé qu’un travail d’un mois ne valait pas plus de 353 €, qu’à plus cher il valait mieux ne rien faire, qu’est-ce que vous nous proposez comme solution, à moi candidat-patron et au chômeur qui se morfond ? A moi aller me faire voir chez les hongrois, et au chômeur d’aller se faire f… Et vous êtes fier de vous, je parie …

      5. Je n’ai jamais compris pourquoi s’aligner sur la situation des plus démunis

        Ah, parce que seuls les funkis ne sont pas démunis ❓ Les autres peuvent galérer. ceux là peuvent bosser 40 heures sans répit à se péter les nerfs ou le dos. Donc selon vous passer de 6 millions de ponctionnaires à 12 sera un grand prorès ❓

        Et comme je l’ai dit, c’est Macron qui le propose. Un type de gauche. L’avantage, c’est que l’on ne vire pas 600000 personnes d’un coup.
        Au moins cela obligera la hiérarchie à ouvrir les placards et à se remuer.

        Par exemple, pourquoi ne pas aligner notre SMIG à celui des hongrois à 353 € pour aider nos entreprises à plus de compétitivité et éviter les délocalisations !

        Hé, mais les jeunes y sont déjà avec leurs stages incessants à 300 Euros par mois, et 25% de chômage 🙁

        On est donc déjà alignés sur les roumains 🙁

      6. Oui, les fonctionnaires n’ont pas besoin de cotiser à une complémentaire, ils touchent une bonne retraite, alors que leurs caisses sont systématiquement déficitaires et que le privé abondent pour leur sauver les miches.
        Je vous demande d’arrêter de dire n’importe quoi. Faite un effort de réflexion avant.

      7. Allez comprendre quand vous mettez en avant un avantage du statut, les fonctionnaires vous répondent qu’il n’en est rien, et quand vous dites alors supprimons le dit statut les gens parlent de ne pas s’aligner sur un statut apportant moins de garantie sociale…
        Mais de toutes façons, le problème n’est pas là, personne ne s’aligne par principe sur un statut parce qu’il offre pus de garantie sociale! les garanties sociales des fonctionnaires sont payés par les non fonctionnaires .. on ne pourrait tout simplement pas s’aligner sur le statut des fonctionnaires!!! du moins à mon avis..
        Ceci dit, à part en insistant sur le pouvoir de blocage du pays , le statut des fonctionnaires n’a pas été accordé par les fonctionnaires, ils ne sont pas non plus paresseux ou autre, ils ont simplement un statut avantageux et des missions qui échappent à toute rationalité économique et parfois à toute rationalité tout court…
        Dans la fonction publique il arrive que ..employer une personne ..soit une raison suffisante pour ..l’employer… mais ça c’est la faute aux élus et les gens qui les élisent. C’est avant tout la curieuse vision de l’économie des français qui est en question.
        La gestion du personnel est « curieuse » et les principes qui la régissent échappent à la compréhension. Contrairement à ce qui est dit, affirmer qu’il y a trop de fonctionnaires ou qu’ils ont trop payés est impossible…c’est hors marché. Vous pouvez juste comparer à des gens qui font un boulot similaire…
        mais ce n’est pas un boulot, il y a la question du service publique… C’est le statut qui cloche.
        Il ne faut pas s’y tromper, la fin du statut de la fonction publique pour les fonctions non régalienne aurait des effets sociaux importants à gérer à court terme …c’est le piège de la rente de situation qui peut se retourner contre celui qui en profite ..pas vraiment propre à la fonction publique d’ailleurs…
        MAIS le statut de fonctionnaire est avantageux!!
        Un service publique de transport conduit à des chauffeurs qui font des trajets avec des cars vides….aucun transporteur privé ne ferait ça durablement.
        Posez la question à un fonctionnaire quand il vous dit qu’il remplit une mission de service publique…LAQUELLE ? et pourquoi diable est ce une mission de service publique… Quelle est la mission de l’éducation nationale? du servie publique hospitalier? de la fonction publique territoriale? en général.. Normalement un service publique doit servir tous les citoyens , en pratique, la majeure partie des nôtres est un agent de redistribution supplémentaire et une redistribution qui se paye de la perte de certaines liberté de choix et pas seulement des gens aidés..mais de tous!!!!
        tu achèteras des gents motard!!! Pour ton bien….(en fait pas pour ton bien car c’est la sécu ,donc tout le monde, qui paye pour te réparer si tu te casses la gueule et que on ne veut pas supprimer la sécu…)

  16. Tiens un fonctionnaire qui dit tout haut ce que les francais pensent tout bas sans avoir jamais osé le dire
    http://www.monsieur-le-chien.fr/index.php?planche=2
    —— et suivantes

  17. Concernant Fillon, j’ai lu son livre il y a six mois. Ce n’était pas de la langue de bois. Il parlant comme un homme de droite
    PAS d’eau tiède pour faire un breuvage imbuvable
    Juppé sur DE gagner, à fréquenter le marigot du centre où ill y a à boire et à manger
    Maintenant attendons la suite, mais il devra tenir teté à ce fier-à-bras de Martínez. Il faut neutraliser ces syndicats mortifère pour que la France redevienne un grand pays

  18. Je pense que l’on se trompe sur le mot « fonctionnaires » que l’on confond avec emplois publics.
    Emplois publics ne veut pas dire fonctionnaires. Il y a à peu près 5 millions d’emplois publics mais les fonctionnaires ne représentent que 4 millions.
    Il y a à peu près un million, 1,5 millions de contractuels. Un contrat aidé, c’est un contractuel, un emploi public.
    Je pense qu quand Juppé et Fillon disent on va baisser le nombre de fonctionnaires, ils veulent dire « emplois publics » et je pense que c’est irréaliste. On verra. Ou alors cela veut dire que on ne remplace plus aucun fonctionnaire qui part à la retraite.
    Les départs à la retraite durant le prochain quinquennat sera de 570,000 fonctionnaires + les contractuels ; donc du coup, vouloir ne pas en remplacer sur 500,000, ça ne veut pas dire ne pas remplacer 1 départ à la retraite sur 2 (comme fillon l’a dit hier) ; ça veut dire 100 %.
    Avons nous trop de fonctionnaires  ?
    ramené à la population, nous avons 84 emplois publics par 1000 habitants, au Japon et en Grèce, c’est 40, les pays scandinaves sont à 160 (je crois …), le Canada à 100 … on est dans la moyenne.
    Ce que ne dit pas l’article non plus, c’est que nous avons 1,2 million d’agent public dans la fonction publique hospitalière mais que en Allemagne, tout est privé ; si vous enlevez l’hôpital dans les statistiques de l’emploi public en France, on a le même niveau que l’Allemagne.
    Donc je ne comprends pas pourquoi on s’excite comme ça …
    Il faudrait se poser les questions sur le périmètre de l’État.
    La moitié des fonctionnaires d’État travaillent dans l’Éducation nationale, on a un taux d’encadrement de professeur par élève inférieur à d’autres pays (un prof français a 25 élèves contre 21 dans d’autres pays) ; il nous manque également des juges et des greffiers dans les tribunaux et des gardiens de prison (par contre, toujours en comparaison avec les autres pays, nous avons trop de policiers). Donc globalement dans la fonction publique d’État, on ne peut pas faire grand-chose, sauf à massacrer ce qui reste du service public.
    Je ne pense pas non plus qu’on peut dire qu’on en sur-effectif dans l’hôpital, sauf à être de mauvaise foi.
    C’est donc dans les collectivités locales qu’ont pourrait faire des baisse d’effectifs, sauf que les collectivités locales sont autonomes, elles gèrent comme elles veulent leur budget (depuis les lois de décentralisation de la Gôôôôôche) ; la libre autonomie même dans la constitution.
    En ne remplaçant pas 1 emploi public sur 2 qui part à la retraite, ça reste jouable (tout est possible si on reste dans la théorie) mathématiquement. Mais là, on le fait un peu n’importe où et là aussi, c’est du n’importe quoi (dans la police, la justice, l’enseignement, la recherche, la santé …).
    je vois que Fillon est un peu ennuyé car on lui avait laissé un peu la paix avec cette histoire de 500k fonctionnaires supprimés ; il propose d’augmenter la durée du travail (+8%) en contrepartie de la suppression des effectifs (-8%) ; durée augmenté qui ne sera que partiellement payé donc baisse horaire du salaire horaire (pour tout les fonctionnaires?).
    Les économies seront marginales par rapport à l’objectif de 100 milliards d’euros de dépenses publiques économisées.

    1. « Il faudrait se poser les questions sur le périmètre de l’État. »
      C’est exactement ça.
      Beaucoup de français veulent du service public, dans une logique pas idiote de forfait de service (je paye une fois via mes impôts, et je suis servi sans avoir à me faire ch* à chercher un fournisseur, le payer etc.). Dont acte. Simplement, quand on compare le service public rendu par le secteur public et le secteur privé sous contrat, le second est meilleur pour 1/3 à 1/2 moins cher. L’État lui-même est nettement plus exigeant avec ses fournisseurs privés qu’il ne l’est avec ses propres composantes.
      Donc globalement dans la fonction publique d’État, ON PEUT FAIRE ÉNORMÉMENT, SANS massacrer ce qui reste du SERVICE public. Notamment, pour l’éducation et la santé. Il suffit juste de privatiser, sous forme de SCOP par exemple, et les personnels ne seront pas plus malheureux, au contraire, même. Passer d’une logique où il faut pleurnicher et courber la tête en soumission au système pour « défendre » des « moyens », à une logique où il faut mettre en avant ses qualités et ses succès et o^on peut innover pour attirer le client, fait beaucoup de bien à tous le monde.
      Il manque quelque milliers de juges, gardien de prison, et agents de protection de la jeunesse, mais une fois que vous les avez, vous avez aussi 50 000 délinquants de moins dans la rue, et 50 000 flics dont vous pouvez vous passer car ils n’ont plus besoin de courser 30 fois dans l’année le même zozo.

      Le cas des collectivité locale me semble désespéré. Parmi les choses possible il y a au moins de cesser de leur imposer des politiques couteuses de gauche type « 20 % minimum de logement sociaux ». Et on peut également cesser de nourrir les monstres gauchistes avec l’argent des communes bien gérés (et je n’ai pas dit « de droite » …) et du contribuable national. Mais c’est un énorme morceau.

    2. ramené à la population, nous avons 84 emplois publics par 1000 habitants, au Japon et en Grèce, c’est 40, les pays scandinaves sont à 160 (je crois …), le Canada à 100 … on est dans la moyenne.

      Pour la France c’est 107 si on compte tous les salariés du public. Le pays en tête, c’est le Danemark avec 145:
      http://www.lepoint.fr/invites-du-point/jean-nouailhac/fonctionnaires-les-chiffres-qui-tuent-18-11-2014-1881987_2428.php

      Vous « oubliez » que les pays du nord on un statut de « fonctionnaire » bien ,plus libéral, une économie aussi plus libérale qui crée plus de richesses ET SURTOUT DES PRESTATIONS SOCIALES HORS NORME que la France n’atteint même pas en rêve.
      Indice liberté économique – Classement des pays
      Indice de la corruption – Classement des pays

      -La dette du Danemark est de 46% celle de la France de 96%
      -La vraie dette de la France avec les engagements des retraites est de 246% du PIB (Cf: Cour des comptes)
      -L’état français emprunte, juste pour survivre, 70 milliards d’euros par année.
      -Rapporté aux actifs UN salarié SUR TROIS est payé par les deux autres.
      -La France est déjà championne d’Europe de l’imposition, il n’y a aucune marge.

      Donc je ne comprends pas pourquoi on s’excite comme ça …

      Parce que le pays est en faillite et n’a pas les moyens de se payer cela.

      on a un taux d’encadrement de professeur par élève inférieur à d’autres pays (un prof français a 25 élèves

      Faux, en France le taux de présence des profs devant les élèves est bas, on est plus dans des classes de 30 et durant leur scolarité mes enfants n’ont pas eu de cour de français et de langue pendant 1 an (deux fois 6 mois d’absence du prof non remplacé)
      http://www.lefigaro.fr/vox/societe/2016/02/22/31003-20160222ARTFIG00279-400-classes-d-ecole-primaire-sans-maitre-chaque-jour-decretons-l-etat-d-urgence-educatif.php
      http://www.slate.fr/story/62319/60.000-recrutements-enseignants-detaches
      http://www.leparisien.fr/societe/le-remplacement-des-profs-quel-casse-tete-04-04-2016-5685275.php

      En suisse qui compte moitié moins de fonctionnaire mes enfants ont enfin des classes de 21-23 alors que ça n’a jamais été inférieur à 31-33 en France. Quant à l’absence d’un cour, c’est impensable.

      Donc globalement dans la fonction publique d’État, on ne peut pas faire grand-chose, sauf à massacrer ce qui reste du service public.

      On peut parfaitement réduire sans toucher UN CHEVEU des fonctionnaires « indispensable ».

      246’000 – Police et Gendarmerie
      77’951 – Justice
      263’350 – Armée
      1’052’700 – Enseignement
      1’183’000 – fonction hospitalière

      Total: 2’823’001

      Il y a 7 millions de salariés de l’état, 4 millions de trop !!! pour 23 millions de salariés seulement..
      http://tinyurl.com/chiffres-fonctionnaires

    3. Bonjour David Pechereau

      « Je ne pense pas non plus qu’on peut dire qu’on en sur-effectif dans l’hôpital, sauf à être de mauvaise foi. »

      Il y a trop d’hôpitaux, mais le maire ne veut pas fermer SON hôpital (emploi) et la population non plus (alors qu’ils ne vont pas dans celui-ci); il y a trop de lits et pas assez de chir ambulatoire, il y a trop de lits à 1000€/j et pas assez de maison de retraite à 2000€/mois, il y a trop d’administratifs etc….

      Bienvenue en socialie, mauvaise allocation des ressources, pénurie, mauvaise qualité, personnel désagréable, et au final le personnel lui-même en souffrance avec les vexations des petits chefs, rien qui marche et la peur de sortir du statut protecteur (le syndrome de stockholm).

      Le bilan: dépense par habitant importante, taux de remboursement bas, médecins mal payés, indicateur médiocre.

  19. Supprimer des fonctionnaires nécessite de supprimer des élus.
    Comment faire accepter en bas la remise en cause des emplois sans montrer en haut l’exemple.
    Si François Fillon ne propose pas de diminuer le nombre de députés et sénateurs, il ne sera pas élu.

    1. Supprimer des fonctionnaires nécessite de supprimer des élus.

      Oui, la France est un pays soviétique rigolo: il y a deux fois plus d’apparatchik du régime « d’élus » que de policiers et gendarmes du régalien et quasi dix fois plus que de fonctionnaires de justice.

      Ça explique la situation lamentable de la justice : « Halte ou je cumule/pique dans la caisse/distribue aux amis » à peu de succès auprès des malfrats.

  20. L’article est bien écrit par quelqu’un qui connait le système et amène à un problème logique.
    En demandant aux pistonnants de faire la place nécessaire , il est clair que ça ne se fera pas en faveur du publique car ils garderont leur pistonné qui ne font rien au préjudice de ceux qui travaille.

    Les fonctionnaires qui travaillent récupères le travail de certain collègues parasite.
    Il faut savoir comment se séparer de ces parasites.
    Il ne suffit pas de virer des fonctionnaires n’importe comment.
    Demander aux pistonnants de s’en occuper en s’imaginant qu’ils feront ça correctement est naïf.

  21. Alain Juppé propose de supprimer 300 000 poste de fonctionnaires soit 4% de cette population et de les faire travailler 37h payées 37 soit + 6 % de dépenses salariale. Bilan négatif pour nos finances.

    1. Alain Juppé propose de supprimer 300 000 poste de fonctionnaires soit 4% de cette population et de les faire travailler 37h payées 37 soit + 6 % de dépenses salariale. Bilan négatif pour nos finances.

      Juppé est un étatiste de gauche, forcément il propose des solutions ineptes.

    2. 1607h/an dans l’éducation nationale , cela fait 42h/semaine avec les fermetures scolaire.
      En passant à 37h/semaine tout en conservant les fermeture scolaire et les 1607h/an cela amène à des semaines de:
      44h/sem
      Sans congé libre , juste les fermetures scolaire.

Les commentaires sont fermés.