Le Français le plus heureux du monde

Publié Par Baptiste Créteur, le dans Édito

Champagne ! La croissance avance, le chômage recule : l’économie française est repartie ! Youpi !

La croissance avance mollement, certes. +1,4% en 2016, ce n’est pas mirobolant, mais c’est seulement 0,1 point de moins que prévu. Certains, sans doute mal intentionnés, diront que la croissance française est purement artificielle car inférieure au déficit (estimé à 3,3%). Quels rabats-joie !

Qu’à cela ne tienne : le chômage, lui, recule ! Évidemment, les gens ne veulent pas l’entendre, se fiant plus aux mauvais chiffres annoncés mois après mois qu’aux déclarations optimistes de Michel Sapin. Mais le chômage recule, puisqu’il augmente seulement de 0,1%. Ça aurait pu être pire ; vraiment, on comprend mal d’où les Français tirent leur morosité.

« C’est dommage pour la France, mais on a cette vision un peu pessimiste. Chaque fois que je dis ça, je me dis que les gens ne veulent pas l’entendre, mais c’est la réalité, tant mieux pour la France : le chômage baisse. Le chômage baisse, c’est clair. » – Michel Sapin, annonçant la hausse du chômage.

Pour remonter le moral à notre cher ministre, laissons de côté les Français malheureux et pessimistes, et intéressons-nous pour une fois aux Français heureux. Car des Français heureux, il y en a !

Il y a Adrien, à Taïwan. Pascal, à Jakarta. Guillaume, à Berlin. Éléonore, au Vatican. Nicolas, à Londres. Thomas, à Eindhoven. Antoine, à San Francisco. Isabel et Laurent, à Miami. Julien, à Calgary. Didier, à Montréal. Et plein d’autres encore, dont les récits ont de quoi faire oublier cette morosité dont on nous rebat sans cesse les oreilles.

Mais il y a mieux : laissez moi vous présenter le Français le plus heureux du monde.

Thomas est beau, athlétique, et célèbre. À même pas quarante ans, sa carrière a décollé vers des sommets rarement atteints. Son parcours a de quoi faire oublier la gravité ambiante et la pesanteur des discours. En avril prochain, les Français désespéreront de trouver un candidat potable pour lequel voter ; Thomas, lui, fera de nouvelles expériences et appréciera la plus belle vue de la Terre.

Son parcours n’a pas été de tout repos. Ses aptitudes intellectuelles et physiques ont été mises à rude épreuve. Il a dû apprendre entre autres la physique, les mathématiques, la robotique, et subi pendant des années un entraînement drastique. Il a fait des sacrifices, et continue d’en faire chaque jour : il a dû renoncer aux bons petits plats et boissons fraîches, vit dans quelques mètres carrés, et a perdu la plupart de ses repères. Mais le principal, c’est que Thomas est heureux : grâce à tous ses efforts, il a pu réaliser son rêve d’enfant.

Jeudi, Thomas Pesquet s’est envolé pour la Station Spatiale Internationale, laissant derrière lui la morosité et le pessimisme qui font le quotidien des Français et dépitent Michel Sapin.

  1. Est-il optimiste parce qu’il n’a pas les pieds sur la terre de France ?

  2. En plus, il a dû apprendre le Russe!

  3. Et il y a moi aussi qui suis partie vivre ailleurs comme Adrien, à Taïwan. Pascal, à Jakarta. Guillaume, à Berlin. Éléonore, au Vatican. Nicolas, à Londres. Thomas, à Eindhoven. Antoine, à San Francisco. Isabel et Laurent, à Miami. Julien, à Calgary. Didier, à Montréal et compagnie. Je ne comprends pas pourquoi M. Sapin nie tout.

  4. En lisant le titre, j’ai cru un instant que vous alliez nous parler de François Hollande ! Mais laissons ce sinistre individu rigolard à ses petites satisfactions torves et regardons ce que Thomas Pesquet, à la place duquel j’aimerais tellement être, doit être en train de contempler (superbe vidéo d’un autre astronaute habitué de l’ISS, l’américain Don Pettit @astro_Pettit) :

    1. On pourrait avoir les mêmes pour nettement moins cher, avec un engin non habité.

      1. Yes mais bonne saurait pas alors à quelle vitesse se fait la fonte musculaire des spationautes ! Et ça c’est super important vu qu’il faut se préparer à migrer de la Terre non pas parce qu’Hollande peut être réélu mais parce que dans quelques millions d’années notre Terre se fera bouffer par le Soleil !

      2. En effet ,et des scientifiques de renom sont de cet avis . Un robot ne souffre pas ,ne craint pas de laisser sa vie ,travaille sans relâche .
        Ces envois d’hommes n’ont de sens que pour la gloriole .Ne parlons pas du coût ,ce serait de mauvais goût .

  5. ce qu’il y a de scandaleux c’est que aucun loyer n’est payé à la communauté pour l’occupation de l’espace qui est notre bine commun.

    1. C’est précisément du fait de ce statut qu’il n’y a pas de loyer.
      Mais l’impudent sera taxé tôt ou tard pour lui faire prendre conscience du coût social de sa navette par son émission de Co2 participant au RCA. 😉

Les commentaires sont fermés.