Primaires à droite : Fillon futur vainqueur ?

Publié Par Éric Verhaeghe, le dans Politique, Pushmobile

Par Éric Verhaeghe.

Fillon

François Fillon EPP Summit, Brussels- July 2014By: European People’s PartyCC BY 2.0

Fillon pourrait créer une belle surprise ce dimanche à la primaire des Républicains. Pendant ce temps, plus personne, dans le camp de Hollande, n’a le moindre doute sur l’intention du Président de descendre dans l’arène pour la primaire.

Fillon porté par une vague de dernière minute

Hier matin, j’ai reçu dans ma boîte mail un appel un peu inattendu à voter Fillon. L’appel vient d’un partenaire qui n’a pas coutume de « mouiller » sa chemise de cette façon. Ce genre de petit incident constitue un signal faible précieux sur la tectonique des plaques à l’œuvre à droite, loin du regard des caméras et des médias subventionnés.

Paradoxalement, d’ailleurs, l’indifférence de ces médias pour Fillon a probablement aidé à la survenue de ce mouvement. Fillon n’apparaît pas comme un fake imposé par l’élite parisienne. Il n’est pas une coqueluche que l’on sert au fin fond des campagnes à coup de publicité grossière, d’interviews complaisantes qui n’ont pas plus de contenu que des sports publicitaires.

Si Fillon devait se qualifier pour le second tour, la leçon mériterait d’être retenue par tous les autres candidats : si vous voulez être populaire, abstenez-vous d’utiliser les médias subventionnés. Ils ne portent pas chance !

La nouvelle ne serait en tout cas pas très bonne pour Macron.

Fillon : la plus forte dose de libéralisme parmi les candidats

L’autre avantage, pour Fillon, de ne pas avoir eu besoin des médias pour créer ce sursaut tient à la virginité de son programme, qui comporte la plus forte dose de libéralisme dans le scrutin. Sa légitimité à la défendre sera forte, car il pourra se revendiquer d’un soutien populaire, d’une vague venue du sol, et non d’un caprice imposé par les élites.

Parmi ceux qui me disent aller voter Fillon, je suis par ailleurs étonnée de lire le nom d’un certain nombre de gaullistes sociaux qui ne se sont pas retrouvés dans le programme de Juppé, ni dans celui de Sarkozy. Cela signifie donc qu’une prise de conscience s’est faite, même chez les plus étatistes, sur l’excès d’État qui existe en France.

Par-delà les idéologies, il existe une sorte de sentier historique des peuples. La France n’abandonnera jamais sa sphère publique. Elle aime trop l’État et ses bienfaits. Mais elle aime quand même avec mesure. Lorsque les dépenses publiques franchissent la barre des 50% du PIB, la respiration du pays se fait plus difficile et la vitesse ralentit. Le vote Fillon correspondra bien à cette réaction contre la suffocation lente qui nous étouffe depuis 2008.

Mais qui Fillon est-il en train de sortir ?

Reste à savoir quel candidat souffrira le plus de ce « moment Fillon ».

Est-ce Juppé, qui a vécu la malchance de faire la course en tête des sondages ? Du coup, il est apparu comme le favori du « gouvernement profond » et les rumeurs à droite, sur son cas, sont allées bon train. Certains disaient même que la candidature Juppé était très soutenue par les Américains. À force de se présidentialiser, en tout cas, Juppé a donné le sentiment d’une aspiration à l’immobilisme avant même d’avoir été élu. Ses références à Chirac n’ont pas aidé à le sortir de cette ornière.

Est-ce Sarkozy, qui a reçu des coups terribles pendant la campagne ? Le livre de Buisson l’a littéralement assassiné en tapant sur une blessure ouverte. Depuis plusieurs mois, beaucoup à droite répétaient que le bilan de Sarkozy ne plaidait pas en sa faveur, et certains avaient le pressentiment que le personnage était capable de mentir comme un arracheur de dents. À tous ceux-là, Buisson a apporté une confirmation qui pèse lourd, aujourd’hui, dans les arbitrages de dernière minute.

Rendez-vous ce soir pour connaître le résultat des courses.

Hollande va se présenter

La campagne s’achève à droite, et devrait commencer à gauche. Dans les allées du pouvoir, tout le monde en est convaincu : Hollande annoncera sa candidature début décembre. Vous avez détesté la primaire de la droite ? Vous allez abhorrer la primaire de la gauche.

Bref, il se dit que Hollande tiendra, comme prévu, un meeting début décembre dans le 18e arrondissement pour déclarer sa candidature. Qui serait en mesure de la faire avec lui ? On s’en amuse déjà. Personne, à gauche, ne croit à la victoire, et même pas au passage au second tour. Tous contemplent avec stupéfaction le suicide en bon ordre de leur leader, qui entend bien, façon Sardanapale, être enterré avec ses esclaves et ses favorites (et même avec ses chevaux).

En avant donc, pour une guerre fratricide à gauche à propos de laquelle les mauvais esprits pronostiquent une victoire finale de Mélenchon, au premier tour de la présidentielle.

Sur le web

  1. On ne vote pas avec ses oreilles mais avec ses yeux……., Juppé, hautain, Fillon,sinistre…. y a que sarko de populaire……enfin si c’est un vote populaire et non d’appareil où le calcul politique est l’unique critère de choix …..la participation sera notre juge de paix, faible,Juppé, forte, sarko….ffillon,dans les choux,ce n’est qu’un piège médiatique.

    1. J’ai l’analyse rigoureusement inverse, participation faible, Sarko (qui a son socle de militant très « dur » mais guère de réserve), forte Juppé (parce que s’il y a forte participation c’est notamment de la part d’électeurs de gauche qui viennent contre Sarkozy et pour le plus gaucho-compatible).
      Et un peu Fillon aussi (ceux qui s’étaient laissé convaincre par les médias que c’était joué entre « les deux » et qu’il était inutile de se déplacer).

      On verra ce soir…

  2. Même si « le peuple » est un concept mythique globalisant irrationnellement, alors que sa composition est très diverse , le passé et le présent sembleraient donner raison à Oscar Wilde quand il a dit au »La démocratie c’est le moyen d’écraser le peuple , par le peuple et pour le peuple. »

    Le futur ce devrait être un seul mandat une seule fois dans toute une vie politique , sauf simple conseiller municipal ; avec l’obligation rémunérée de faire profiter à temps plein de son expérience et son carnet d’adresses son successeur durant toute la durée du mandat suivant.

    Deux très intéressantes vidéos pour approfondir sa réflexion de non grégaire sur l’irrationalité de notre pratique électorale actuelle

    https://m.youtube.com/watch?v=ZoGH7d51bvc

    1. @ Thomas Davenir

      Il est paradoxal, dans la vidéo « Albert », de prendre la Belgique en exemple: ce pays devenu « fédéral » est à l’opposé du système français:

      – pas de président national élu mais un monarque symbolique sans pouvoir personnel et sans « responsabilité » (autre que civile et pénale, comme tout citoyen)
      – vote « proportionnel » et pas « majoritaire »
      – gouvernance généralisée par des coalitions et donc pas par des « camps partisans »
      – la fédéralisation a créé plusieurs assemblées de type parlementaire interdisant toute tentative dictatoriale
      – invention de 2 pouvoirs distincts: un lié au territoire = (les régions) l’autre aux « communautés » ( = les personnes)
      – un « mille-feuille » qui reste encore à simplifier (« éliminer des institutions anciennes pour ne pas les superposer »)
      – un pouvoir judiciaire jalousement indépendant

      On peut très bien critiquer la complexité de ce système, sans doute encore évolutif, mais il est difficile de critiquer (par comparaison avec d’autres pays) son manque démocratique (certains Belges vous diront: « au contraire »!).

      et je ne suis ni Français, ni Belge.

  3. « Tuer les tous, Dieu reconnaitra les siens ». Mais pas JF POISSON.
    Pourquoi? Parce que : AJ présenté comme le vainqueur (des forces du compromis bien pensant), NS parce que « menteur, repris de justice & co », FF parce que vizir de NS pendant 5 ans, JFC parce que Bigmallion, NKM parce qu’elle a des moments de grâce dans le métro et fume des joints sur les berges de la scène parisienne avec des sdf et ne sait pas si c’est elle qui a signé le contrat d’Ecomouv (1,2Millard d’€ de perdus), BL parce que trop clair, pas assez conflictuel, et sans cravache, pardon cravate. Reste monsieur JF POISSON, le petit poucet de la France profonde.

  4. « Tous contemplent avec stupéfaction le suicide en bon ordre de leur leader, qui entend bien, façon Sardanapale, être enterré avec ses esclaves et ses favorites (et même avec ses chevaux). »

    Si seulement il les coulait avec lui, ça ferait un bon coup de ménage. Mais malgré le fait de l’avoir soutenu, tous ces partenaires seront de retour dans l’arène le lendemain de sa défaite

Les commentaires sont fermés.