François Fillon est-il de retour dans la course ?

Publié Par Contrepoints, le dans Politique, Pushmobile

Par la rédaction de Contrepoints.

François Fillon (Crédits Rama, CC-BY-SA 2.0)

La dynamique positive qui accompagne François Fillon ces dernières semaines semble se confirmer au lendemain du troisième et dernier débat télévisé.

La part de téléspectateurs convaincus par François Fillon est aujourd’hui de 33%, contre 32% pour Alain Juppé et seulement 18% pour Nicolas Sarkozy. Après le premier débat, François Fillon n’apparaissait même pas dans le trio de tête et pointait à la troisième place avec 15% de téléspectateurs convaincus après le second débat.

Fillon

Source Statista

Cette dynamique sera-t-elle suffisante pour propulser l’ancien Premier ministre de Nicolas Sarkozy au second tour de la primaire à droite ? En prolongeant la tendance qui est la sienne, tout devient possible. Désormais, il n’apparaît plus seulement en embuscade dans les sondages, mais bien comme un prétendant crédible à l’investiture. Pour le meilleur ou pour le pire ? Il fait en tout cas partie des candidats qui ont le plus avancé de propositions compatibles avec un libéralisme classique. La soirée électorale de dimanche s’annonce en tout cas plus agitée qu’attendu…

  1. Mon opinion est faite. Fillon n’est pas le candidat parfait, mais il est de loin la meilleure option disponible actuellement pour les défenseurs des libertés dans ce pays… Alors je vous le demande franchement, non mais franchement, demain ne cédez pas au purisme, au cynisme ou au « désespoir poli » que je lis trop souvent dans ces colonnes. Déplacez-vous et laissez-lui au moins une chance. S’il passe la barrière du premier tour, ensuite tout devient possible.

    1. +1 ! Attendre le candidat idéal, c’est la certitude de laisser les manettes aux collectivistes. Au moins Fillon a réfléchi à un programme, l’a structuré et annonce la couleur, à contrario d’un Juppé dont on serait bien en peine de savoir ce qu’il pense et d’un Sarkozy qui réagit en fonction des sondages.
      Et contrairement à l’équipe de bras cassés qui occupe le gouvernement actuel, il connaît le job, les rouages du pouvoir et ses homologues internationaux.

      1. @ Cincinatus

        Vous le dites bien: en fait, « la politique est l’art du possible » (créer, de novo, une nouvelle France purement libérale, oubliez! C’est actuellement impossible, en France!).

        Donc le choix est « à la carte », mais dans les limites de la carte! Avec des candidats qui ont des « idées » mais ne pourront que tenter de les réaliser, si ils sont de bonne foi: rien de tout cela ne peut être garanti!

        Fr.Fillon s’est tu, stratégiquement pendant longtemps, il a commencé à parler assez tard et sa courbe de popularité est en ascension progressive nette pour atteindre le sommet maintenant: ce serait finement joué!

        D’une part, il est temps qu’un candidat n’annonce pas « l’accès libre à « Disneyland » pour tous » mais les dures réalités, donc les réformes « structurelles et profondes » à faire et ça ne plaira pas à tous, tout le temps!

        Logiquement, il a ses chances! Et son « style » correspond bien à la fonction (mieux que depuis 10 ans). C’est éventuellement secondaire mais ça joue!

    2. Fillon a le mérite de ne pas nous faire honte. Son programme est lisible et acceptable. Ses 15 mesures phares vont à l’essentiel. Il donne envie d’aller aux primaires demain pour voter pour lui.

    3. +1 également, Fillon est une agréable surprise de cette primaire

  2. Ben oui, faut bien entretenir le suspens pour vendre des journaux. Et hop, un petit sondage très fiable pour réchauffer le plat.

  3. Peut-on ajouter que, parmi les trois « favoris », c’est le seul à ne pas avoir eu des déboires avec la justice?

    1. 1. il n’a jamais été en première ligne. On verra quand il y sera.
      2. Pour Sarkozy, sur 8 ou 10 mises en examen, il en reste deux qui sont boiteuses après 5 ans d’action judiciaire intensive, ça aurait pu être pire. Mais vous avez le droit de ne pas apprécier la notion de présomption d’innocence.
      3. Savamieux non plus et pourtant c’est surprenant.

      1. Je ne nie pas la présomption d’innocence. Mais si Sarkozy, en supposant qu’il remporte la primaire, venait à être inculpé, la droite serait mal…

        1. @Dominogris
          D’accord avec vous.
          Au nom de la sécurité pour la droite, Sarkozy ne peut plus être le candidat. Si c’est le cas, Hollande et sa clique, je veux dire , Mediapart, nos bons médias dits « de service public », la justice et quelques autres, vont déclencher tout au long de la campagne un tir nourri de boules puantes. I’intervention du FBI à la fin de la campagne américaine ne nous rappelle rien ? Au dernier moment, on a dit que ces accusations étaient sans fondement mais elles avaient suffi à faire échouer la candidate. Sarkozy en recevra 10 fois plus que Clinton.
          Ne risquons pas un echec du candidat de droite et pourquoi pas la réélection du sinistre Hollande. Ce serait un grand malheur et un immense ridicule.

  4. Un binôme Juppé / Fillon (quel que soit l’ordre) comme président / premier ministre, ça donnerait quoi ?

  5. Fillon semble realiste.

  6. Fillon me semble le candidat le plus honnête, et son programme est libéral. Il a réfléchi et est arrivé aux conclusions que je lit régulièrement sur Contrepoint, dans les articles ou commentaires.
    Demain, je vote Fillon.

  7. En deux siècles d’idéologies étatistes ou bonapartistes les Français étaient à la recherche de l’homme ou de la femme providentiel. Les résultats sont catastrophiques. Aujourd’hui il nous faut l’homme ou la femme de la situation. Fillon est l’homme de la situation. C’est moins ambitieux mais c’est plus efficace.

  8. D’accord avec la plupart d’entre vous :il n’y a pas photo entre Fillon et les autres.
    Il est sérieux et n’est pas un exhibitionniste narcissique.
    Il parle de liberté et dit qu’il a compris le message des Francais aux politiques :  » arrêtez de nous em….er ».
    Nos théoriciens libéraux ( Pascal Salin, Jean Philippe Delsol) ont ,semble-t-il, contribué à libéraliser François Fillon en échangeant avec lui.
    Je lui fais confiance, surtout que les autres ne donnent vraiment pas envie.

  9. Fillon a trois atouts à mes yeux: c’est un expert en affaires militaires de l’ex UMP, il a su manœuvrer les syndicats pour la réforme des retraites sans vendre le pays, il a diagnostiqué la ruine depuis longtemps et ajusté des mesures réalistes pour réduire le poids de l’État, rendre de l’autonomie aux citoyens.
    En tout cas, chapeau à Thierry Solère pour l’organisation et la com!

Les commentaires sont fermés.